20
Oct/17
0

Art public – « André Mathieu – Le Concerto de Québec  » (Céline White et Jean-Guy White)

Texte et photos de Jacques Lanciault

Au fil de nos voyages, nous avons admiré très souvent des œuvres d’art dans les rues, sur les murs, devant les édifices, dans les parcs, etc.! Curieusement lorsque nous sommes chez nous, au Québec, nous prêtons moins attention et souvent ne les remarquons pas. Pourtant, l’art public est en pleine effervescence au pays!

Au cours des prochains jours, des prochaines semaines, voire des prochains mois, nous partagerons avec vous ces œuvres de chez nous que nous avons découvertes au fil de nos déplacements! Voici le 54e de notre série de reportages sur nos trouvailles...

André Mathieu - Le Concerto de Québec, Montréal, Québec

Montréal, Québec, 20 octobre 2017 – Après avoir admiré les sculptures « Le banc du secret » de Lea Vivot, « Danseuse » de Zoya Niedermann, « La leçon » de Cédric Loth et le monument hommage à la reine Victoria réalisé par une de ses filles, la princesse Louise… nous poursuivons notre promenade sur la rue Sherbrooke en direction de l’Est.

Nous arrivons devant le 455 de la rue Sherbrooke Ouest, « L’appartement Hôtel »… Wow! Il y a une superbe sculpture surmontée d’un buste du compositeur et pianiste québécois André Mathieu.

L’œuvre présentant le buste du musicien surplombant un groupe d’instruments est une réalisation des sculpteurs québécois Céline et Jean-Guy White… qui sont sœur et frère. Un monument sculpté en 2014 et inauguré à la fin du mois de mai 2015.

Le buste de celui qui fut surnommé « le Mozart québécois » le présente alors qu’il est âgé dans la jeune vingtaine. Celui qui est décédé à 39 ans affiche un air nostalgique, mélancolique.

Photo ci-dessus : Le monument en bronze intitulé « André Mathieu - Le Concerto de Québec » est haut de 2,3 m et pèse environ 900 kg! Les artistes Céline et Jean-Guy White ont mis un an et demi à réaliser l’œuvre. La sculpture a été réalisée en bronze par la Fonderie d’Inverness.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
19
Oct/17
0

L’Opéra de Sydney, le Queen Victoria Building et Circular Quay… à la tombée du jour!

Texte et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 45e d’une longue série de reportages relatifs à un passionnant périple en Nouvelle-Zélande et en Australie, voyage que nous avons réalisé au début de l’hiver 2017!

Opéra de Sydney, Sydney, Nouvelle-Galles-du-Sud, Australie

Sydney, Nouvelle-Galles-du-Sud, mercredi 1er février 2017 - Après notre rapide tour de ville de Sydney, tant en autocar qu’en bateau, ce matin, nous nous rendons maintenant à l’Opéra pour une visite guidée du bâtiment le plus emblématique de Sydney!

Ce tour du propriétaire de l’Opéra met un terme, pour nous du moins, aux visites de groupe de notre périple. Pour le reste de la journée, pour ce soir et pour demain, nous continuerons à découvrir Sydney par nos propres moyens, et ce, selon une planification que nous avons arrêtée bien avant de grimper dans l’avion qui nous a amenés en Océanie.

Après la visite de l’Opéra, pour compléter notre journée, nous filons au Queen Victoria Building, le centre commercial que nous avons aperçu de l’autocar ce matin. Comme nous l’avait annoncé notre guide locale à Sydney, Anne, il n’y a pas que l’édifice qui est impressionnant, l’intérieur étant une véritable caverne d’Ali Baba!

En soirée, malgré l’orage qui menace, nous retournons à Circular Quay afin d’immortaliser les lieux illuminés. C’est sous une pluie diluvienne que j’appuierai sur le déclencheur de mon appareil photo pour le dernier cliché de la journée!

Photo ci-dessus : L’Opéra de Sydney illuminé… alors qu’une pluie diluvienne s’abattait sur nous et sur la ville!

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
18
Oct/17
0

Art public – « La reine Victoria » (Princesse Louise)

Texte et photos de Jacques Lanciault

Au fil de nos voyages, nous avons admiré très souvent des œuvres d’art dans les rues, sur les murs, devant les édifices, dans les parcs, etc.! Curieusement lorsque nous sommes chez nous, au Québec, nous prêtons moins attention et souvent ne les remarquons pas. Pourtant, l’art public est en pleine effervescence au pays!

Au cours des prochains jours, des prochaines semaines, voire des prochains mois, nous partagerons avec vous ces œuvres de chez nous que nous avons découvertes au fil de nos déplacements! Voici le 53e de notre série de reportages sur nos trouvailles...

La reine Victoria, Montréal, Québec

Montréal, Québec, 18 octobre 2017 – Nous continuons notre promenade jouant les touristes dans les rues de Montréal…

En à peine quelques pas sur l’avenue McGill College, nous avons déjà admiré « Le banc du secret » de Lea Vivot, « Danseuse » de Zoya Niedermann et « La leçon » de Cédric Loth.

Nous marchons maintenant sur le côté nord de la rue Sherbrooke en direction est. Dans l’escalier menant au pavillon de musique Strathcona de l’Université McGill, sis au 555 rue Sherbrooke Ouest, prend place un magnifique monument surmonté d’une statue de la reine Victoria, jeune.

La statue est une reproduction d’une œuvre en marbre blanc qui se trouve devant le palais de Kensington, au Royaume-Uni. L’originale a été conçue en 1887… par la propre fille de la reine, la princesse Louise, née en 1848.

La princesse Louise était la plus talentueuse des filles de la reine Victoria. En plus d’être une actrice, une pianiste et une danseuse, elle était une sculpteure prolifique. Quand elle a sculpté la statue de la reine, la présentant vêtue de la robe de son couronnement, la presse a affirmé que son mentor, Sir Edgar Boehm, était le véritable auteur de l’œuvre. La rumeur a été vivement démentie par les amis (es) de Louise. Destinée à être exposée en 1887, il a fallu attendre en 1893 pour qu’elle soit dévoilée.

Photo ci-dessus : Le bronze érigé à la gloire de la reine Victoria, une œuvre de la princesse Louise, le sixième enfant de la reine, a été dévoilée devant le pavillon de musique Strathcona de l’Université Mc Gill en 1900.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
17
Oct/17
0

Sydney : le marché aux poissons, la route vers Bondi Beach et dîner-croisière sur la baie!

Texte et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 44e d’une longue série de reportages relatifs à un passionnant périple en Nouvelle-Zélande et en Australie, voyage que nous avons réalisé au début de l’hiver 2017!

Opéra de Sydney, Sydney, Nouvelle-Galles-du-Sud, Australie

Sydney, Nouvelle-Galles-du-Sud, mercredi 1er février 2017 - Sydney dans la grisaille! Lourds nuages gris, temps sombre, pluie, crachin et finalement orage… voilà comment nous découvrons la capitale de la Nouvelle-Galles-du-Sud aujourd’hui. Une petite journée tristounette… du début à la fin.

Le désavantage des voyages de groupe par rapport aux voyages individuels, c’est qu’en groupe le programme doit être respecté à la lettre! Avoir été seuls aujourd’hui, Céline et moi aurions interverti nos deux jours à Sydney. Aujourd’hui, sous pluie, nous nous serions attardés dans les musées et demain nous aurions découvert la ville… sous le soleil! Mais, nous voyageons en groupe! Dommage.

Après une courte promenade dans le « marché aux poissons », nous nous rendons en bordure de la baie, tout au nord du grand parc du Domain, pour voir, en même temps que la foule des touristes de croisières, le « siège de madame Macquarie »… profitant de l’occasion, évidemment, pour admirer le somptueux point de vue sur la baie, sur le célèbre Opéra de Sydney sur l’autre rive et sur le Harbour Bridge.

Puis, nous filons vers « Bondi Beach »… voir la pluie tomber sur le sable, et ce, avant de revenir à Circular Quay pour profiter d’un excellent dîner-croisière dans la baie… à admirer le paysage!

Photo ci-dessus : De la « Sydney Cove », vue presque en « noir et blanc » du magnifique « Opéra de Sydney », qui pourtant change de couleur sous les rayons du soleil!

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
16
Oct/17
0

Art public – « La leçon » (Cédric Loth)

Texte et photos de Jacques Lanciault

Au fil de nos voyages, nous avons admiré très souvent des œuvres d’art dans les rues, sur les murs, devant les édifices, dans les parcs, etc.! Curieusement lorsque nous sommes chez nous, au Québec, nous prêtons moins attention et souvent ne les remarquons pas. Pourtant, l’art public est en pleine effervescence au pays!

Au cours des prochains jours, des prochaines semaines, voire des prochains mois, nous partagerons avec vous ces œuvres de chez nous que nous avons découvertes au fil de nos déplacements! Voici le 52e de notre série de reportages sur nos trouvailles...

La leçon, Cédric Loth, Montréal, Québec

Montréal, Québec, 16 octobre 2017 – Jouer les touristes dans les rues de sa ville… est une expérience des plus intéressantes. Comme si nous étions à Florence, Barcelone, Londres ou encore Paris, nous avons décidé d’y aller d’une promenade au centre-ville de Montréal à la recherche d’œuvres d’art… et nous en avons trouvé partout.

Après avoir admiré « Le banc du secret » de Lea Vivot, puis « Danseuse » de Zoya Niedermann, deux œuvres qui illuminent la rue McGill College… en face justement de « La foule illuminée », nous y allons de quelques pas vers la rue Sherbrooke…

Où nous croisons une autre magnifique œuvre tout juste à l’angle des deux rues. Cette fois-ci, il s’agit d’un jeune homme assis sur le dossier d’un banc public qui semble bien affairé devant son ordinateur Apple… le tout taillé dans le bronze!

L’œuvre, datant de 2012, est sortie de l’atelier de bronze de l’artiste-sculpteur Cédric Loth. Il l’a titrée « La leçon ».

Photo ci-dessus : Un étudiant est concentré sur son ordinateur Apple… il est si attentif à son écran qu’un écureuil est à lui voler une partie de son repas. L’œuvre s’intitule « La leçon » et elle est signée de l’artiste multidisciplinaire canadien Cédric Loth.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
14
Oct/17
0

Art public – « Danseuse » (Zoya Niedermann)

Texte et photos de Jacques Lanciault

Au fil de nos voyages, nous avons admiré très souvent des œuvres d’art dans les rues, sur les murs, devant les édifices, dans les parcs, etc.! Curieusement lorsque nous sommes chez nous, au Québec, nous prêtons moins attention et souvent ne les remarquons pas. Pourtant, l’art public est en pleine effervescence au pays!

Au cours des prochains jours, des prochaines semaines, voire des prochains mois, nous partagerons avec vous ces œuvres de chez nous que nous avons découvertes au fil de nos déplacements! Voici le 51e de notre série de reportages sur nos trouvailles...

Danseuse, Montréal, Québec

Montréal, Québec, 14 octobre 2017 – Jouer les touristes dans les rues de sa ville… est une expérience des plus intéressantes. Comme si nous étions à Florence, Barcelone, Londres ou encore Paris, nous avons décidé d’y aller d’une promenade au centre-ville de Montréal à la recherche d’œuvres d’art… et nous en avons trouvé partout.

À un jet de pierre de l’œuvre de Lea Vivot, « Le banc du secret », que nous avons admirée devant le 2001 avenue McGill College, nous sommes tombés par hasard sur une magnifique fontaine de pierre polie… mettant en valeur une belle sculpture.

L’œuvre est de l’artiste Zoya Niedermann qui l’a réalisée en 1985. Il s’agit d’un bronze représentant une danseuse stylisée.

Zoya Niederman, une artiste montréalaise née en 1954, est reconnue pour ses formes figuratives, en particulier ses personnages stylisés. En 1993, à la Biennale Fujisankei de Tokyo, elle a remporté le premier prix pour son œuvre intitulé Arch Figures.

Photo ci-dessus : L’œuvre de Zoya Niedermann, « Danseuse » prend place devant une magnifique fontaine de pierre polie lui servant d’écrin! On peut l’admirer à droite de la façade du 2000 avenue McGill College.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
12
Oct/17
0

Art public – « Le banc du secret » (Lea Vivot)

Texte et photos de Jacques Lanciault

Au fil de nos voyages, nous avons admiré très souvent des œuvres d’art dans les rues, sur les murs, devant les édifices, dans les parcs, etc.! Curieusement lorsque nous sommes chez nous, au Québec, nous prêtons moins attention et souvent ne les remarquons pas. Pourtant, l’art public est en pleine effervescence au pays!

Au cours des prochains jours, des prochaines semaines, voire des prochains mois, nous partagerons avec vous ces œuvres de chez nous que nous avons découvertes au fil de nos déplacements! Voici le 50e de notre série de reportages sur nos trouvailles...

Le banc du secret, Montréal, Québec

Montréal, Québec, 12 octobre 2017 – Jouer les touristes dans les rues de sa ville… est une expérience des plus intéressantes. Comme si nous étions à Florence, Barcelone, Londres ou encore Paris, nous avons décidé d’y aller d’une promenade au centre-ville de Montréal à la recherche d’œuvres d’art… et nous en avons trouvé partout!

Tout d’abord sur la rue McGill College, face au 2001, il y a un banc en bronze sur lequel un couple de jeunes prend place. On y voit un garçon chuchotant un secret à l’oreille d’une jeune fille. C’est « Le banc du secret », une œuvre de l’artiste canadienne d’origine tchèque Lea Vivot.

Le garçon tient une pomme dans une de ses mains. Sur des photos de 2011 que j’ai retrouvé sur Internet, la pomme affichait un beau rouge. Ce n’est plus le cas aujourd’hui.

On peut lire gravé dans le bronze du banc des inscriptions de mots provenant de citoyens du monde.

La même œuvre de Leal Vivot se retrouve à Ottawa devant l’édifice de « Bibliothèque et Archives Canada ». L’œuvre, à cet endroit, se nomme « Le banc du secret de la connaissance »… et à la différence de celle de la rue McGill College à Montréal, le banc est gravé de 100 messages manuscrits, portant sur la joie et l’importance de la lecture. Ces messages viennent à la fois d’écrivains et de gens ordinaires, d’un bout à l’autre du Canada.

Photo ci-dessus : « Le banc du secret » que nous avons pu admirer rue McGill College à Montréal est une sculpture de l’artiste canadienne Lea Vivot. Elle a été dévoilée en 1989.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
10
Oct/17
0

Art public – « Temps d’arrêt » (Jean-Pierre Morin)

Texte et photos de Jacques Lanciault

Au fil de nos voyages, nous avons admiré très souvent des œuvres d’art dans les rues, sur les murs, devant les édifices, dans les parcs, etc.! Curieusement lorsque nous sommes chez nous, au Québec, nous prêtons moins attention et souvent ne les remarquons pas. Pourtant, l’art public est en pleine effervescence au pays!

Au cours des prochains jours, des prochaines semaines, voire des prochains mois, nous partagerons avec vous ces œuvres de chez nous que nous avons découvertes au fil de nos déplacements! Voici le 49e de notre série de reportages sur nos trouvailles...

Temps d’arrêt, Montréal, QuébecMontréal, Québec, 10 octobre 2017 – Une petite promenade dans le parc Molson situé à l’angle des rues Iberville et Beaubien, nous permet de découvrir une sculpture haute de cinq mètres affichant un style résolument « moderne ». L’œuvre est du sculpteur québécois Jean-Pierre Morin, elle s’intitule « Temps d’arrêt » et a été inaugurée le 30 septembre 2006.

« Cette œuvre, peut-on lire sur le site Internet d’Art public - Montréal s’inspire de l’esprit du parc comme lieu de rassemblement, de détente et de jeu. Elle attire le regard et invite le passant à prendre une pause : un temps d’arrêt. »

« Érigée comme un monolithe, l’œuvre répond à la symétrie de ce parc. Sa verticalité réitère l’aspect majestueux et imperturbable des nombreux arbres matures qui habitent ce territoire. »

« Par ailleurs, la couleur orangée de la base soutenant la sculpture se démarque autant de la végétation estivale que de la neige en hiver! »

Photo ci-dessus : La sculpture « Temps d’arrêt » prend place dans le parc Molson à Montréal. L’œuvre est d’acier Corten et d’aluminium. Elle a été réalisée par l’artiste québécois Jean-Pierre Morin et inaugurée en 2006.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
8
Oct/17
0

Art public – « Des bureaux de vente… dans des conteneurs d’expédition »

Texte et photos de Jacques Lanciault

Au fil de nos voyages, nous avons admiré très souvent des œuvres d’art dans les rues, sur les murs, devant les édifices, dans les parcs, etc.! Curieusement lorsque nous sommes chez nous, au Québec, nous prêtons moins attention et souvent ne les remarquons pas. Pourtant, l’art public est en pleine effervescence au pays!

Au cours des prochains jours, des prochaines semaines, voire des prochains mois, nous partagerons avec vous ces œuvres de chez nous que nous avons découvertes au fil de nos déplacements! Voici le 48e de notre série de reportages sur nos trouvailles...

Espace Montmorency

Laval, Québec, 8 octobre 2017 – À Christchurch en Nouvelle-Zélande, les terribles tremblements de terre qui ont détruit une grande partie de la ville en 2010 et 2011 ont vivement stimulé l’imagination de la population dans la rétention de mesures rapides pour reprendre une vie… normale!

L’une des mesures a été la construction du Container Mall, un grand centre commercial temporaire qui à l’origine avait été baptisé « Re : START »! La particularité de l’endroit est que les commerces sont installés dans des conteneurs d’expédition.

Eh bien, on dirait que le Groupe Montoni, dans le cadre de son immense projet « Espace Montmorency », s’est inspiré des infrastructures temporaires mises en place à Christchurch pour l’installation de ses bureaux de vente!

En effet, les bureaux de vente « temporaires », qui font face au campus de l’Université de Montréal à Laval et au tout nouveau « Centre Bell » des Lavallois, prennent place dans des conteneurs d’expédition… aux couleurs vives.

C’est la compagnie « Conteneurs Experts S.D. » qui a fabriqué les conteneurs abritant les bureaux de vente du groupe Montoni et de leurs partenaires du Fond immobilier de solidarité FTQ et de Claridge.

Certes, jamais aucun organisme public n’homologuera ces bâtiments comme œuvre d’art, mais pour l’heure, avouons qu’ils égaient un immense espace vacant!

Photo ci-dessus : Les bureaux des ventes du Groupe Montoni, qui a dévoilé en novembre 2015 les premiers détails de leur mégaprojet « Espace Montmorency » sont installés dans des conteneurs aux couleurs vives.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
6
Oct/17
0

Art public – « Arbre, homme jaune et gorille bleu! » (Murale rue Drolet)

Texte et photos de Jacques Lanciault

Au fil de nos voyages, nous avons admiré très souvent des œuvres d’art dans les rues, sur les murs, devant les édifices, dans les parcs, etc.! Curieusement lorsque nous sommes chez nous, au Québec, nous prêtons moins attention et souvent ne les remarquons pas. Pourtant, l’art public est en pleine effervescence au pays!

Au cours des prochains jours, des prochaines semaines, voire des prochains mois, nous partagerons avec vous ces œuvres de chez nous que nous avons découvertes au fil de nos déplacements! Voici le 47e de notre série de reportages sur nos trouvailles...

Arbre, homme jaune et gorille bleu!

Montréal, Québec, 6 octobre 2017 – Lors d’une promenade sur l’avenue du Mont-Royal, nous avons croisé une très belle murale. Elle prend place sur la rue Drolet à l’angle de l’avenue du Mont-Royal.

Malheureusement, elle n’est ni signée ni titrée. Quel dommage! Une si belle œuvre dont nous ne pouvons donner quelque crédit que ce soit à son auteur!

Nommons-la donc pour nos besoins : « Arbre, homme jaune et gorille bleu! »

Photo ci-dessus : Superbe murale que l’on peut admirer sur la rue Drolet à l’angle de l’avenue du Mont-Royal

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés: