30
Sep/20
0

Le Palacio de Viana de Cordoue et ses douze magnifiques patios!

Texte, recherches et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 44e d’une longue série de reportages relatifs à une étourdissante odyssée en Andalousie et en Algarve, un voyage à quatre que nous avons terminé à Lisbonne au Portugal au printemps 2014

Palacio de Viana, Cordoue, Andalousie, Espagne

Cordoue, Espagne, jeudi 15 mai 2014 - Nous en sommes à notre 17e jour de visites en Andalousie… et la journée d’aujourd’hui est sans l’ombre d’un doute celle où notre programme de visites est le plus intense.

Déjà tôt ce matin, nous avons arpenté l’immense « mosquée-cathédrale de Cordoue » et nous nous sommes permis une belle « flânerie » sur son Patio de los Naranjos, d’où nous avions une vue exceptionnelle sur la tour-clocher de la cathédrale.

Puis au terme d’une agréable déambulation sur la Calleja de las Flores, nous avons exploré l’Alcázar de los Reyes Cristianos et de ses magnifiques jardins… avant de nous rendre à la Puerta del Puente, pour voir son petit musée et surtout pour admirer la ville du sommet de la porte.

Par la suite, nous avons enjambé le Guadalquivir en déambulant tranquillement sur le Puente Romano… dans le but de découvrir le musée de la Torre de la Calahorra et de grimper tout en haut de la tour pour admirer le pont romain, le fleuve et les vestiges des moulins s’y trouvant!

Maintenant, nous y allons d’une longue promenade en direction du Palacio de Viana et de ses douze magnifiques patios. Notre balade nous permettra d’admirer, en cours de route, le Templo Romano, en fait les vestiges du temple romain, la façade de l’église de San Pablo, la Plaza de la Fuenseca, la superbe calle Imagenes et bien d’autres merveilles!

Photo ci-dessus : Un des douze magnifiques patios du « Palacio de Viana », le patio de la Grille débordant de fleurs et abritant une belle petite fontaine.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
28
Sep/20
0

Art public – « Le Draveur » (Jean-Louis Courteau)

Texte, recherches et photos de Jacques Lanciault

Au fil de nos voyages, nous avons admiré très souvent des œuvres d’art dans les rues, sur les murs, devant les édifices, dans les parcs, etc.! Curieusement lorsque nous sommes chez nous, au Québec, nous prêtons moins attention et souvent ne les remarquons pas. Pourtant, l’art public est en pleine effervescence au pays!

Depuis déjà quelques années, nous partagerons avec vous les œuvres de chez nous que nous avons découvertes au fil de nos déplacements! Voici le 215e de notre série de reportages sur nos trouvailles…

Le Draveur, Jean-Louis Courteau, Sainte-Adèle, Québec

Sainte-Adèle, Québec, 12 août 2020 - Toujours dans le beau village de Sainte-Adèle, nous continuons notre promenade à la découverte des murales de la série « Les murales des Pays-d’en-Haut ».

Nous voici devant la murale qui a lancé la série. Elle s’intitule « Le draveur » et elle a été réalisée en 2005 par l’artiste de Morin-Heights, Jean-Louis Courteau (1959- ).

La brochure intitulée « La route de notre patrimoine en peinture », produite par la « Chambre de commerce de Sainte-Adèle, explique pourquoi “Le draveur” est un élément de notre patrimoine :

« Les draveurs constituaient jadis le corps d’élite des travailleurs forestiers. Gaffe de douze pieds et tourne-bille “cantdog” à la main, les draveurs s’efforçaient de faire circuler le bois sur la rivière du Nord et la rivière aux Mulets.

Lorsque des “jams” (embâcles de billots) se formaient en haut de la Grande chute, au chenal des paresseux ou aux abords du chemin du Loup-Garou, le plus brave des draveurs devait aller planter le bâton de dynamite qui ferait sauter l’amoncellement.

Le plus connu des draveurs d’ici fut Arcade Desjardins, connu comme étant un excellent sauteur. C’est vers 1920 que se termina la drave à Sainte-Adèle. Le mot “drave” vient de la déformation populaire de l’expression anglaise “to drive”, conduire les billots. »

Photo ci-dessus : La murale de Jean-Louis Courteau intitulée « Le Draveur » est celle qui a lancé la série des 15 œuvres géantes « Les murales des Pays-d’en-Haut ». On y voit un draveur à l’œuvre.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
27
Sep/20
0

Cordoue : musée de la Puerta del Puente, le Puente Romano et musée de la Torre de la Calahorra!

Texte, recherches et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 43e d’une longue série de reportages relatifs à une étourdissante odyssée en Andalousie et en Algarve, un voyage à quatre que nous avons terminé à Lisbonne au Portugal au printemps 2014

Puente Romano, Cordoue, Andalousie, Espagne

Cordoue, Espagne, jeudi 15 mai 2014 - Nous vivons aujourd’hui une journée de visites exceptionnelles à Cordoue!

Déjà tôt ce matin, nous avons arpenté l’immense « mosquée-cathédrale » et nous nous sommes permis une belle « flânerie » sur Patio de los Naranjos, d’où nous avions une vue exceptionnelle sur la tour-clocher de la cathédrale.

Puis au terme d’une agréable déambulation sur la Calleja de las Flores, nous avons exploré l’Alcázar de los Reyes Cristianos et de ses magnifiques jardins.

Mais nos visites du jour ne s’arrêtent pas là… En effet, nous enchaînons avec un agréable furetage dans le musée de la Puerta del Puente, puis nous enjambons le fleuve Guadalquivir en traversant le Puente Romano… dans le but de visiter le musée de la Torre de la Calahorra et pour nous rendre à son sommet!

Photo ci-dessus : Le « Puente Romano » et la ville de Cordoue… vus du sommet de la « Torre de la Calahorra »!

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
25
Sep/20
0

Art public – « Village d’antan » (Gilles Bédard)

Texte, recherches et photos de Jacques Lanciault

Au fil de nos voyages, nous avons admiré très souvent des œuvres d’art dans les rues, sur les murs, devant les édifices, dans les parcs, etc.! Curieusement lorsque nous sommes chez nous, au Québec, nous prêtons moins attention et souvent ne les remarquons pas. Pourtant, l’art public est en pleine effervescence au pays!

Depuis déjà quelques années, nous partagerons avec vous les œuvres de chez nous que nous avons découvertes au fil de nos déplacements! Voici le 214e de notre série de reportages sur nos trouvailles…

Village d’antan, Gilles Bédard, Sainte-Adèle, Québec

Sainte-Adèle, Québec, 12 août 2020 - Nous poursuivons notre promenade à Sainte-Adèle à la découverte des murales de la série « Les murales des Pays-d’en-Haut ».

Après avoir admiré « Les grands bâtisseurs » et « Cinéma », nous sommes maintenant devant la murale numérotée 2 dans la brochure intitulée « La route de notre patrimoine en peinture »… L’œuvre est baptisée « Village d’antan » et elle est une réalisation de 2008 de l’artiste de Québec Gilles Bédard (1954- ).

Mais, il y a un hic… la murale que nous admirons et celle reproduite dans la brochure ne sont pas identiques, mais pas du tout. Même la signature de l’auteur, Gille Bédard, est totalement différente. Il y a lieu de penser qu’elle a entièrement été refaite… et pas nécessairement par le même artiste!

La murale est une scène d’hiver où l’on voit une rue bordée de quelques maisons entourant une église. Des sapins peints en bleu rythment la scène.

La brochure propose le texte suivant pour expliquer l’œuvre : « L’année 1855 voit la fondation de Sainte-Adèle. Le vainqueur de la première élection de cette même année est Isidore Legaut, constructeur de l’église. Les décisions du conseil sont à l’époque annoncées sur le perron de l’église par un crieur après la messe du dimanche. Près de 300 familles vivent alors sur le territoire de Sainte-Adèle. Au début du 20e siècle, le village se divise en deux, soit Sainte-Adèle-en-Bas et Sainte-Adèle-en-Haut. La démarcation entre village et paroisse est encore visible de nos jours sur les rues Blondin et Ouimet. »

Photo ci-dessus : Une des 15 œuvres géantes de la série « Les murales des Pays-d’en-Haut » admirée à Sainte-Adèle et à Mont-Rolland. Celle-ci est intitulée « Village d’antan » et elle serait de l’artiste de Québec vivant maintenant à Baie-Saint-Paul, Gilles Bédard.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
24
Sep/20
0

Cordoue : le Patio de los Naranjos, la Calleja de las Flores et l’Alcázar de los Reyes Cristianos!

Texte, recherches et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 42e d’une longue série de reportages relatifs à une étourdissante odyssée en Andalousie et en Algarve, un voyage à quatre que nous avons terminé à Lisbonne au Portugal au printemps 2014

Jardins de l’Alcazar de Córdoba, Cordoue, Andalousie, Espagne

Cordoue, Espagne, jeudi 15 mai 2014 - Au terme de notre belle visite de l’immense « mosquée-cathédrale » de Cordoue, nous flânons quelques instants sur le superbe Patio de los Naranjos, où la vue sur la tour-clocher de la cathédrale est imprenable.

Puis nous nous rendons sur une étroite ruelle toute proche, la Calleja de las Flores, la ruelle des Fleurs! Un coin de paradis au cœur de Cordoue.

Finalement, nous continuons notre promenade et arrivons à l’Alcázar de los Reyes Cristianos, une forteresse chrétienne qui a hébergé durant dix ans les troupes des Rois Catholiques dédiées à la reconquête de Grenade, dernier bastion arabe d’Espagne… C’est aussi l’endroit où Christophe Colomb est venu présenter son projet de découverte de « La route des Indes » à Isabel de Castille et à Ferdinand d’Aragon!

Photo ci-dessus : Dans les jardins de l’Alcázar de los Reyes Cristiano, nous admirons un ensemble de trois statues représentant la rencontre entre Christophe Colomb et les Rois Catholiques, Isabel de Castille et Ferdinand d’Aragon.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
22
Sep/20
0

Art public – « Cinéma » (Steven Lamb)

Texte, recherches et photos de Jacques Lanciault

Au fil de nos voyages, nous avons admiré très souvent des œuvres d’art dans les rues, sur les murs, devant les édifices, dans les parcs, etc.! Curieusement lorsque nous sommes chez nous, au Québec, nous prêtons moins attention et souvent ne les remarquons pas. Pourtant, l’art public est en pleine effervescence au pays!

Depuis déjà quelques années, nous partagerons avec vous les œuvres de chez nous que nous avons découvertes au fil de nos déplacements! Voici le 213e de notre série de reportages sur nos trouvailles…

Cinéma, Steven Lamb, Sainte-Adèle, Québec

Sainte-Adèle, Québec, 12 août 2020 – Nous poursuivons notre promenade à Sainte-Adèle à la découverte d’une série de murales géantes inspirées des contes et légendes des Pays-d’en-Haut.

Après avoir admiré celle de Joane Michaud « Les grands bâtisseurs », nous nous retrouvons devant une très longue murale rendant hommage, cette fois-ci, au septième art! La murale ds’intitule « Cinéma » et elle a été réalisée en 2007 par l’artiste d’origine bulgare, Steven Lamb (1958- ).

« L’artiste, mentionne le “Carnet patrimonial de Sainte-Adèle”, a représenté le septième art de façon toute singulière et humoristique. Ses personnages tordus, étirés et voûtés évoquent une grâce toute particulière se rapprochant de la caricature. »

La brochure traite en long et en large l’histoire du « Cinéma Pine », une salle de cinéma mythique de Sainte-Adèle… un endroit aménagé en 1948, toujours en activité aujourd’hui. Probablement qu’à travers le cinéma, la murale rend hommage au « Cinéma Pine ».

Photo ci-dessus : De beaux personnages caricaturaux pour honorer l’art du cinéma. Une murale réalisée par l’artiste Steven Lamb et titrée « Cinéma 2007 », une des 15 murales du circuit historique de Sainte-Adèle.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
20
Sep/20
0

Une ancienne mosquée qui abrite en son centre une cathédrale : la mezquita de Córdoba!

Texte, recherches et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 41e d’une longue série de reportages relatifs à une étourdissante odyssée en Andalousie et en Algarve, un voyage à quatre que nous avons terminé à Lisbonne au Portugal au printemps 2014

Mezquita-Catedral de Córdoba, Cordoue, Andalousie, Espagne

Cordoue, Espagne, jeudi 15 mai 2014 - Voilà, c’est ce matin que nous visitons l’immense « mosquée-cathédrale » de Cordoue, la Mezquita-Catedral de Córdoba, un site classé depuis 1984 à la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Époustouflant, il n’y a pas d’autre mot pour décrire l’endroit, qui après avoir été un temple romain, a été converti en église, puis en mosquée, la plus grande du monde à l’époque… et au centre de laquelle on construisit au XVIe siècle une cathédrale!

L’édifice est un « temple » de l’architecture islamique… où l’on se retrouve dans un dédale de plus de 800 colonnes, entourées de superbes chapelles!

Photo ci-dessus : Des colonnes résolument de style mudéjar sont partout à l’intérieur de la Mosquée-Cathédrale de Cordoue.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
18
Sep/20
0

Art public – « Les grands bâtisseurs » (Joane Michaud)

Texte, recherches et photos de Jacques Lanciault

Au fil de nos voyages, nous avons admiré très souvent des œuvres d’art dans les rues, sur les murs, devant les édifices, dans les parcs, etc.! Curieusement lorsque nous sommes chez nous, au Québec, nous prêtons moins attention et souvent ne les remarquons pas. Pourtant, l’art public est en pleine effervescence au pays!

Depuis déjà quelques années, nous partagerons avec vous les œuvres de chez nous que nous avons découvertes au fil de nos déplacements! Voici le 212e de notre série de reportages sur nos trouvailles…

Les grands bâtisseurs, Joane Michaud, Sainte-Adèle, Québec

Sainte-Adèle, Québec, 12 août 2020 – Par une superbe journée d’été post confinement, nous nous sommes rendus à Sainte-Adèle à l’invitation de ma jeune sœur Martine et de son copain Marc et sommes partis à la découverte d’une série de murales géantes inspirées des contes et légendes des Pays d’en haut.

Pour l’heure, le trajet compte 15 murales que l’on retrouve un peu partout au centre-ville de Sainte-Adèle.

Les magnifiques œuvres d’art sont disposées sur les murs extérieurs de nombreux bâtiments ou sur des murs dressés sur pilotis. Elles représentent des personnages historiques, des institutions adéloises ou encore des scènes régionales, telles la drave, la forge, la fondation de Sainte-Adèle, le P’tit Train du Nord, etc.

Ce projet des murales a vu le jour en 2003. Un an plus tard, la première murale était inaugurée. Au total, ce sont 14 artistes qui ont réalisé ces 15 murales : Carole Beaudry, Gilles Bédard, Reynald Connoly, Jean-Louis Courteau, Pierrette Joly, Steven Lamb, Claude Langevin, Robert Leclerc, Yvon Lemieux, Cédrick Loth, Étienne Martin, Joane Michaud, Pauline Paquin et Rock Therrien.

La première murale que nous présentons date de 2004 et s’intitule « Les grands bâtisseurs ». Elle est l’œuvre de l’artiste Joane Michaud.

Celle-ci y a présenté des « géants » des Pays d’en haut… dont bien évidemment le curé Labelle, mais aussi la vieille gare et le train du Nord!

Photo ci-dessus : Le train du Nord a réalisé son premier trajet de Montréal à Saint-Jérôme en 1876! Puis, en 1892, la voie ferrée a été amenée à Sainte-Agathe et jusqu’à Mont-Laurier en 1909. Le train du Nord a marqué le développement culturel, social et économique des Laurentides et il est tout à fait normal qu’il soit aux premières loges de la murale « Les grands bâtisseurs » que l’on retrouve à Sainte-Adèle.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
16
Sep/20
0

Cordoue : le Musée des Beaux-Arts, le Musée Julio Romero de Torres et le Musée taurin!

Texte, recherches et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 40e d’une longue série de reportages relatifs à une étourdissante odyssée en Andalousie et en Algarve, un voyage à quatre que nous avons terminé à Lisbonne au Portugal au printemps 2014

Las très edades de la mujer, Musée des beaux-arts, Cordoue, Andalousie, Espagne

Cordoue, Espagne, mercredi 14 mai 2014 - Pour terminer notre journée de découvertes à Cordoue, nous y allons de la visite de trois musées!

En fait, les deux premiers musées que nous visitons, le Musée des beaux-arts et le musée Julio Romero de Torres ont regroupé leurs œuvres à un seul et même endroit, puisque les salles d’une des deux institutions muséales sont en restauration.

D’ailleurs, ces deux institutions prennent place dans le même édifice, soit celui de l’ancien hôpital de la Charité, l’Hospital de la Caridad, une institution parrainée par les Rois Catholiques à la fin du XVe siècle!

Après avoir été impressionnés par plusieurs des œuvres présentées dans ces musées, nous revenons dans le quartier de la Juderia pour explorer le Musée Taurin de Cordoue… tout récemment rouvert après neuf années de travaux de restauration.

Photo ci-dessus : Une des magnifiques pièces du Musée des beaux-arts de Cordoue, une œuvre de Mateo Inurria Lainosa réalisée en 1923 et intitulée « Las très edades de la mujer », ce qui se traduit par « Les trois âges de la femme ».

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
14
Sep/20
0

Cordoue : le Puente Romano, la Puerta del Puente et la Plaza del Potro

Texte, recherches et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 39e d’une longue série de reportages relatifs à une étourdissante odyssée en Andalousie et en Algarve, un voyage à quatre que nous avons terminé à Lisbonne au Portugal au printemps 2014

Pont Romain, Cordoue, Andalousie, Espagne

Cordoue, Espagne, mercredi 14 mai 2014 - Après nos « Ah » et nos « Oh » admiratifs lancés lors de nos visites de quelques magnifiques patios fleuris de Cordoue, nous reprenons la suite de notre promenade, cette fois-ci en prenant la direction de la plaza del Potro, pour y visiter le Musée des beaux-arts de Cordoue.

Pour nous y rendre, nous longeons le fleuve Guadalquivir où nous croisons le vieux pont romain, le Puente Romano, et sa porte sur la vieille ville, la Puerta del Puente, ainsi que les vestiges d’un vieux moulin médiéval. Assez impressionnant merci!

Puis, nous prendrons quelques minutes de pause sur la plaza del Porto, où nous admirerons une belle fontaine, avant d’entrer dans le Musée des beaux-arts.

Photo ci-dessus : Le pont romain de Cordoue est l’un des ponts édifiés sur le fleuve Guadalquivir par les Romains autour de l’an 45 avant Jésus-Christ. Au Xe siècle, l’ouvrage a été détruit. Le pont actuel a été édifié par les califes maures, puis restauré à plusieurs reprises après la « Reconquista ». La dernière rénovation datant de 2008.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés: