28
Nov/20
0

Art public – « Statue du pape Jean-Paul II » (Église Notre-Dame de Czestochowa)

Texte, recherches et photos de Jacques Lanciault

Au fil de nos voyages, nous avons admiré très souvent des œuvres d’art dans les rues, sur les murs, devant les édifices, dans les parcs, etc.! Curieusement lorsque nous sommes chez nous, au Québec, nous prêtons moins attention et souvent ne les remarquons pas. Pourtant, l’art public est en pleine effervescence au pays!

Depuis déjà quelques années, nous partagerons avec vous les œuvres de chez nous que nous avons découvertes au fil de nos déplacements! Voici le 233e de notre série de reportages sur nos trouvailles…

Saint Jean-Paul II, Église Notre-Dame-de-Czestochowa, Montréal, Québec

Montréal, Québec, 8 novembre 2020 - Lors de notre promenade à Montréal sur la rue Ontario Est et ses environs, nous nous sommes arrêtés quelques instants devant l’église Notre-Dame-de-Czestochowa, lieu de rendez-vous des Polonais catholiques de la métropole.

Sur la terrasse de l’église, un monument a été érigé en hommage à Jean-Paul II, le premier polonais à être devenu souverain pontife.

Le pape Jean-Paul II (1920-2005) né à Wadowice en Pologne, sous le nom Karol Józef Wojtyla a été ordonné prêtre en 1946. Puis, il est devenu évêque d’Ombi en 1958 et archevêque de Cracovie en 1964.

Par la suite, il a été nommé cardinal par le pape Paul VI en 1967 et est devenu en 1978 le premier pape non italien en plus de 400 ans.

Il a été un ardent défenseur des droits de l’homme et a utilisé son influence pour provoquer un changement politique. Il est décédé en Italie en 2005.

En juillet 2013, il a été annoncé par le Vatican qu’il serait déclaré saint en avril de l’année suivante.

Photo ci-dessus : Cette statue du Pape Jean Paul II peut être admirée devant l’église Notre-Dame de Czestochowa, sise au 2550 de l’avenue Gascon à Montréal.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
27
Nov/20
0

Édifices impressionnants – « L’église Notre-Dame-de-Czestochowa » (Montréal)

Texte, recherches et photos de Jacques Lanciault

Nos promenades un peu partout dans Montréal comme ailleurs au Québec à la recherche d’œuvres d’art, nous amènent régulièrement à nous retrouver devant des immeubles des plus impressionnants. L’idée nous est alors venue de compléter notre série de textes sur les œuvres d’art de chez nous par une autre série de reportages, cette fois-ci portant sur des édifices impressionnants de la « Belle province ». Voici le huitième reportage de notre série.

Église Notre-Dame-de-Czestochowa, Montréal, Québec

Blainville, Québec, 8 novembre 2020 - Le site Internet GrandQuébec.com nous apprend qu’au Québec, deux tiers des membres de la communauté polonaise sont de religion catholique. À Montréal, les paroissiens catholiques d’origine polonaise se regroupent à l’église Notre-Dame-de-Czestochowa, elle qui est située au 2550 de l’avenue Gascon, à Montréal.

Nous avons profité de notre promenade sur la rue Ontario à la recherche des deux dernières murales de Laurent Gascon (Janine Sutto et Renée Claude) pour nous y rendre.

L’église, qui a été érigée en pierre en 1947, est de style néogothique flamboyant. Elle a été construite selon les plans de Henri Sicotte Labelle (1896-1989) et de Zygmund Kowalczuk.

En raison de la pandémie de la COVID-19, nous n’avons pas pu y entrer, une messe était en cours et le nombre maximum de 25 personnes avait été atteint.

L’église Notre-Dame-de-Czestochowa est un lieu de culte dédié aux Polonais catholiques de Montréal et elle est un des éléments les plus représentatifs de leur présence.

Nous y retournerons, car les photos que nous avons pu voir sur Internet de son intérieur nous ont montré qu’elle était particulièrement intéressante.

En fait, nous avons pu constater que l’église était composée d’une nef à trois vaisseaux avec une tribune arrière et un plafond en arc polygonal. Un orgue Casavant domine les lieux.

La décoration de la voûte de la nef a été réalisée par le sculpteur italien Sebastiano Aiello (1908-1987). Les sculptures sur cuir, fresques et décoration de la voûte du sanctuaire sont des œuvres de Stefan Kątski (1898-1978) et les sculptures sur bois sont de Paul Barbaud.

L’église possède de beaux vitraux. Ils ont été réalisés par le maître-verrier français André Rault et ils représentent des scènes de l’histoire de l’Église de Pologne où figurent, entre autres, Saint Adalbert et Saint Stanislaw.

… Et que nous pourrons également y admirer une copie de l’effigie de la Vierge Noire de Czestochowa qui orne l’église depuis 1956… une œuvre d’art dont nous avons eu la chance de voir l’original en 2016 au sanctuaire de Notre-Dame de Jasna Góra situé à Częstochowa, en Pologne.

Photo ci-dessus : La façade de l’église Notre-Dame-de-Czestochowa, elle qui est située au 2550 de l’avenue Gascon, à Montréal.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
24
Nov/20
1

L’île de la Cartuja, la fabrique de faïence, le musée d’art contemporain et la tour Schindler!

Texte, recherches et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 64e d’une longue série de reportages relatifs à une étourdissante odyssée en Andalousie et en Algarve, un voyage à quatre que nous avons terminé à Lisbonne au Portugal au printemps 2014

Monasterio de Santa María de las Cuevas, Séville, Andalousie, Espagne

Séville, Espagne, samedi 24 mai 2014 - Nous poursuivons notre exploration de l’île de la Cartuja…

Le site du Monestario de la Cartuja de Santa Maria de las Cuevas, un ancien monastère a été utilisé à toutes les sauces. Aujourd’hui, il a été transformé en musée d’art contemporain, mais au milieu du XIXe siècle, un Anglais en avait fait une fabrique de faïence et de porcelaine… nous profiterons de notre présence au monastère pour admirer les impressionnantes cheminées des fours, elles qui sont toujours présentes.

Puis, après une courte incursion au « Centro Andaluz de Arte Contemporaneo », nous filons vers le Pabellón de la Navegación, un pavillon construit pour l’Exposition universelle de Séville en 1992, qui abrite depuis 2012 un espace muséal racontant l’évolution de la navigation atlantique.

Mais avant d’entreprendre la visite du musée maritime, nous grimpons au sommet de la « Tour panoramique Schindler »… d’où nous avons une vue imprenable sur l’île de la Cartuja… et sur Séville!

Photo ci-dessus : Les impressionnantes cheminées de la fabrique de faïence et de porcelaine installées sur le site du monastère de la Cartuja par Charles Pickman Jones en 1841.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
21
Nov/20
0

Art public – « Renée Claude » (Laurent Gascon)

Texte, recherches et photos de Jacques Lanciault

Au fil de nos voyages, nous avons admiré très souvent des œuvres d’art dans les rues, sur les murs, devant les édifices, dans les parcs, etc.! Curieusement lorsque nous sommes chez nous, au Québec, nous prêtons moins attention et souvent ne les remarquons pas. Pourtant, l’art public est en pleine effervescence au pays!

Depuis déjà quelques années, nous partagerons avec vous les œuvres de chez nous que nous avons découvertes au fil de nos déplacements! Voici le 232e de notre série de reportages sur nos trouvailles…

Renée Claude, Laurent Gascon, Montréal, Québec

Montréal, Québec, 8 novembre 2020 - La rue Ontario Est à Montréal est devenue au fil des ans un véritable « Temple de la Renommée des artistes québécois », et ce, grâce au talent du muraliste Laurent Gascon (1949- ).

En effet, l’artiste montréalais a ajouté au cours de l’été une 13e murale en mosaïque de céramique à sa série d’œuvres qui immortalisent des artistes québécois sur la rue Ontario Est.

Après avoir représenté, tour à tour, Vittorio Fiorucci (2009), Paul Buissonneau (2010), Raymond Lévesque (2011), Marjo (2012), Robert Gravel (2013), Pauline Julien (2014), Plume Latraverse (2015), Gilles Vigneault (2016), Yvon Deschamps (2017), La Bolduc (septembre 2018), Diane Dufresne (novembre 2018) et Janine Sutto (2019), voilà que Gascon rend hommage cette année à la chanteuse Renée Claude, décédée le printemps dernier.

Dans son œuvre, Laurent Gascon nous montre une Renée Claude en spectacle… comme elle l’a si souvent été pour charmer le public tant par sa voix, sa beauté que par le côté positif et joyeux de ses chansons.

La superbe murale de mosaïque de céramique a été réalisée par Gascon grâce à un financement de l’arrondissement de Ville-Marie de la Ville de Montréal. Elle a été initiée par la Société de promotion des arts gigantesques (SPAG) et a été inaugurée le 16 octobre dernier.

Photo ci-dessus : La murale de Renée Claude, cette ambassadrice de la chanson québécoise, dont la carrière a duré plus de 50 ans, peut être admirée à l’angle des rues Ontario Est et Florian.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
19
Nov/20
0

Art public – « Janine Sutto » (Laurent Gascon)

Texte, recherches et photos de Jacques Lanciault

Au fil de nos voyages, nous avons admiré très souvent des œuvres d’art dans les rues, sur les murs, devant les édifices, dans les parcs, etc.! Curieusement lorsque nous sommes chez nous, au Québec, nous prêtons moins attention et souvent ne les remarquons pas. Pourtant, l’art public est en pleine effervescence au pays!

Depuis déjà quelques années, nous partagerons avec vous les œuvres de chez nous que nous avons découvertes au fil de nos déplacements! Voici le 231e de notre série de reportages sur nos trouvailles…

Janine Sutto, Laurent Gascon, Montréal, Québec

Montréal, Québec, 8 novembre 2020 - En 2019, le muraliste Laurent Gascon a ajouté une douzième murale à sa série d’œuvres qui immortalise des artistes québécois sur la rue Ontario à Montréal.

Pour cette œuvre, Gascon a reproduit le portrait de la comédienne Janine Sutto… sur le mur de la « Maison de la culture Janine-Sutto », un édifice situé au 2550 rue Ontario Est à un jet de pierre de la station de métro Frontenac.

La superbe murale de mosaïque de céramique a été réalisée par Gascon grâce à un financement de l’arrondissement de Ville-Marie. Elle a été initiée par la Société de promotion des arts gigantesques (SPAG) et a été inaugurée le 25 septembre dernier.

La comédienne Janine Sutto a fait rire, pleurer et réfléchir le public au cours de ses 75 années de carrière.

Après avoir réalisé deux murales en 2018, monsieur Gascon a repris son rythme d’une par saison estivale en 2019.

Gascon est particulièrement fier de sa série d’œuvres. Il mentionne d’ailleurs : « Pour chaque murale ajoutée sur la rue Ontario, c’est la Ville de Montréal qui est la première à en bénéficier et ensuite ce sont les citoyens du grand Montréal sans oublier les touristes, qui eux, apprendront à connaître nos personnages mythiques qui au fil de temps ont influencé notre vision et notre mode de vie. Et tout compte fait, ces murales en mosaïque sont là pour longtemps. Dans cent ans elles seront encore là pour témoigner à d’autres générations le respect que nous avions pour nos artistes et nos créateurs ».

L’artiste montréalais s’applique à rendre hommage à des icônes du domaine culturel montréalais. Soulignons que toutes les œuvres de la série peuvent être admirées sur la rue Ontario ou dans les environs immédiats de cette rue.

Rappelons que les artistes immortalisés par Gascon au fil des ans sont, dans l’ordre : Vittorio Fiorucci (2009), Paul Buissonneau (2010), Raymond Lévesque (2011), Marjo (2012), Robert Gravel (2013), Pauline Julien (2014), Plume Latraverse (2015), Gilles Vigneault (2016), Yvon Deschamps (2017), La Bolduc (septemebre 2018), Diane Dufresne (novembre 2018) et Janine Sutto (2019).

Photo ci-dessus : Le visage rayonnant de la comédienne Janine Sutto a été immortalisé par le muraliste Laurent Gascon. La mosaïque de céramique pour être admirée sur le mur ouest de l’édifice de la « Maison de la culture Janine-Sutto », un édifice situé au 2550 rue Ontario Est.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
18
Nov/20
0

L’île de la Cartuja et son ancien monastère… utilisé à toutes les sauces au fil du temps!

Texte, recherches et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 63e d’une longue série de reportages relatifs à une étourdissante odyssée en Andalousie et en Algarve, un voyage à quatre que nous avons terminé à Lisbonne au Portugal au printemps 2014

Pont de la Barqueta, Séville, Andalousie, Espagne

Séville, Espagne, samedi 24 mai 2014 - Autant nos visites ont été décevantes hier, autant Séville nous réservait de belles surprises aujourd’hui.

Tout d’abord, nous y allons d’une longue marche de quelque 2,5 km sur les berges magnifiquement aménagées du fleuve Guadalquivir, nous rendant jusqu’au pont de la Barqueta, que nous traversons pour arriver sur l’île de la Cartuja, le site de l’Exposition universelle de 1992.

Notons toutefois que la Cartuja n’est pas vraiment une île, c’est en fait une presqu’île qui a pris le nom d’île lors de l’Exposition de 1992.

Sur la Cartuja, nous nous rendons dans un premier temps au « Monestario de la Cartuja de Santa Maria de las Cuevas », un ancien monastère aujourd’hui transformé en musée, le « Centro Andaluz de Arte Contemporaneo »!

Soulignons également que le site a abrité, par le passé, les anciens fours de la fabrique de céramiques de Charles Pickman. Des fours d’ailleurs qui sont encore sur place et qui sont très impressionnants!

Photo ci-dessus : Le pont de la Barqueta permet de relier, sur la rive gauche, le district de la Macarena et le quartier de San Lorenzo et, sur la rive droite, l’île de la Cartuja, où se trouvent notamment le parc thématique Isla Mágica et les vestiges de l’Exposition universelle de 1992.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
16
Nov/20
0

Édifices impressionnants – « Bibliothèque Paul-Mercier » (Blainville)

Texte, recherches et photos de Jacques Lanciault

Nos promenades un peu partout dans Montréal comme ailleurs au Québec à la recherche d’œuvres d’art, nous amènent régulièrement à nous retrouver devant des immeubles des plus impressionnants. L’idée nous est alors venue de compléter notre série de textes sur les œuvres d’art de chez nous par une autre série de reportages, cette fois-ci portant sur des édifices impressionnants de la « Belle province ». Voici le septième reportage de notre série.

Bibliothèque Paul-Mercier, Blainville, Québec

Blainville, Québec, 27 octobre 2020 - Nos promenades visant à nous ternir en forme malgré le quasi-confinement qui a cours actuellement au Québec nous mènent un peu partout à Mirabel et aussi à Blainville, dont les limites de la ville sont à un jet de pierre de notre appartement.

Aujourd’hui, nous revenons dans le secteur de l’Hôtel de Ville de Blainville. Nous nous arrêtons devant la bibliothèque Paul-Mercier dont l’architecture est impressionnante.

Il s’agit d’une nouvelle génération d’établissements publics, apprend-on sur le site Internet de Blainville.

« La bibliothèque Paul-Mercier incarne ces bibliothèques de proximité et citoyennes prolongeant la maison dans la sphère publique. L’édifice prend la forme d’un pavillon au cœur de la ville, animé de grandes ouvertures triangulées et de fines lamelles évoquant la tranche d’un livre ou encore une page que l’on replie. Le jour, la lumière naturelle se diffuse sous la structure unificatrice en gros bois d’œuvre. La nuit, une autre présence naît de ce volume, et c’est un bâtiment lumineux qui s’offre alors aux promeneurs. »

L’édifice est récent. Il a été construit selon les plans de l’architecte Jean-Pierre LeTourneux entre 2014 et 2015. La bibliothèque a été inaugurée le 21 septembre 2015.

Photo ci-dessus : Une vue d’ensemble de la bibliothèque Paul-Mercier de Blainville.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
13
Nov/20
0

La superbe Casa de Pilatos de Séville… et ses jardins sublimes!

Texte, recherches et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 62e d’une longue série de reportages relatifs à une étourdissante odyssée en Andalousie et en Algarve, un voyage à quatre que nous avons terminé à Lisbonne au Portugal au printemps 2014

Procession, Séville, Andalousie, Espagne

Séville, Espagne, vendredi 23 mai 2014 - Séville est superbe… mais aujourd’hui décevante! En deux jours, plus d’une dizaine d’endroits que nous voulions visiter étaient fermés… et pourtant les horaires présentés dans les guides de voyages (Lonely Planet, Guide Vert, etc.) les donnent comme ouverts!

Donc, ce matin après nous « être cogné le nez » sur les portes closes des églises Santa María la Blanca, Madre de Dios, San Nicolas et San Esteban, nous entrons finalement dans une église, celle de San Ildefonso, qui présente de belles œuvres d’art et des statues magnifiques de la Vierge Marie!

En cours de route pour nous y rendre, nous croisons une procession de jeunes enfants… tous plus charmants les uns que les autres! Il y a longtemps qu’on ne voit plus de procession religieuse de jeunes enfants au Québec!

Puis, une visite plus intense… celle de la Casa de Pilatos, une maison construite, dit-on, comme une réplique de la maison de Ponce Pilate à Jérusalem. Nous avons droit à une visite guidée, en anglais, des appartements de l’étage et à une visite avec audio-guide pour le rez-de-chaussée et les jardins.

Photo ci-dessus : Au cours de notre promenade dans les petites rues de Séville, nous avons croisé une procession de jeunes enfants… peut-être pour rendre hommage à San Isodoro, un saint fêté en mai en Espagne.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
10
Nov/20
0

Dame nature collabore à adoucir notre confinement!

Texte et photos de Jacques Lanciault

Boisé du Plan Bouchard, Blainville, Québec

Mirabel, Québec, 25 septembre 2020 - L’année 2020 aura été difficile! Même très difficile, et ce, même si nous n’avons pas été infectés de la COVID.

En mars, nous avons dû annuler une croisière qui s’annonçait pourtant magnifique… Puis, ont suivi presque trois mois de confinement complet et un été où il était pratiquement impossible de sortir du Québec.

Et voilà que nous sommes de nouveau confinés. Le gouvernement lui ne parle pas de confinement, mais dans les faits, c’est vraiment ce qui se passe.

Impossible de voir notre fils et nos petits enfants, impossible de rencontrer nos amis, impossible de visiter des musées, impossible d’aller au cinéma, impossible d’assister à des spectacles, impossible d’aller au restaurant, etc. Si ce n’est pas un confinement cela, je me demande bien ce que c’est!

Et dans la situation actuelle, ce qui est peut-être le plus difficile à supporter… c’est de ne même pas pouvoir ébaucher de projets pour l’avenir!

Il ne nous reste qu’à trouver des endroits, pas trop loin, pour marcher un peu, histoire de ne pas ankyloser!

Nos promenades nous ont permis de découvrir de beaux endroits de notre coin de pays, une petite consolation. Un de ces endroits est le boisé du plan Bouchard à Blainville où nous nous rendons régulièrement.

Nous y étions le 25 septembre dernier aux premiers jours de l’automne… et la nature nous a offert tout un spectacle!

Nous en profitons pour partager avec vous cette belle oeuvre d'art dessinée par Dame nature elle-même!

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
9
Nov/20
0

Le Barrio de Santa Cruz de Séville : des monuments impressionnants et intéressants!

Texte, recherches et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 61e d’une longue série de reportages relatifs à une étourdissante odyssée en Andalousie et en Algarve, un voyage à quatre que nous avons terminé à Lisbonne au Portugal au printemps 2014

Monument Clara Campoamor, Séville, Andalousie, Espagne

Séville, Espagne, jeudi 22 mai 2014 - Au terme de notre très intéressante visite de l’ancien Hospital de los Venerables Sacerdotes et de l’exposition en cours au Centre Velázquez de la Fondation Focus, nous poursuivons notre promenade dans l’ancien quartier juif, aujourd’hui nommé le quartier, le barrio en espagnol, de Santa Cruz

Plusieurs sites de visite inscrits à notre programme sont malheureusement fermés, d’autres nous sont apparus moins intéressants arrivés sur les lieux, c’est un peu décevant… mais les monuments que l’on retrouve dans ce quartier… Wow!

Finalement, ce sera notre belle flânerie dans les petites calles du quartier et les superbes places que nous y découvrirons qui meubleront des plus agréablement notre après-midi dans ce barrio… avant d’y revenir en soirée pour assister à un excellent spectacle de flamenco sur le beau patio de l’Hôtel Alcántara nommé la Casa del Flamenco!

Photo ci-dessus : Sur une petite place se dresse la jolie statue d’une petite fille lisant, entourée de livres. Le monument vise à rendre hommage à Clara Campoamor dont le militantisme conduisit à l’inscription de l’égalité des femmes et des hommes dans la constitution de l’Espagne.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés: