JacquesLanciault.com Des mots et des photos… pour devoir de mémoire!


6
Déc/16
0

Des résultats scolaires époustouflants!

Texte et photos de Jacques Lanciault

Chloé

Laval, Québec, le 6 décembre 2016 – Nos petits-enfants sont pour nous une source de fierté fabuleuse. Évidemment, leurs prestations de haut niveau dans les sports qu'ils pratiquent nous apportent grand plaisir, mais ce qui nous comble de bonheur est sans l'ombre d'un doute leur réussite scolaire… et tant Chloé que Félix sont une grande source de joie à ce chapitre.

Félix, qui en est à sa dernière année du primaire, a terminé la première étape de sa sixième année avec une moyenne générale de 88,8%. Wow! Sept de ses douze résultats sont supérieurs à 90%, une seule note est inférieure à 80… elle est de 79!

Quant à Chloé, de qui nous nous attendions à une importante baisse des résultats… étant donné qu'elle se retrouve en quatrième année, ayant tout simplement sauté l'étape de la troisième, elle complète la première partie de l'année scolaire avec une moyenne générale de 92,3%, affichant une seule note en bas de 90%… un petit 86%, alors qu'on constate une pointe à 98% en sicence!

C'est fou comme nous pouvons être fiers!

Photo ci-dessus : Chloé est une lectrice boulimique… et ce, depuis la maternelle!

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

1
Déc/16
0

Beaucoup de baseball l’été dernier pour Chloé et Félix!

Texte de Jacques Lanciault, photos de Marie-Jeanne Didier

Camp de jour Baseball Underground, Montréal, Québec

Laval, Québec, le 1er décembre 2016 – Outre de porter les couleurs des Orioles de Montréal moustique AA, notre petit-fils Félix a participé l'été dernier à plusieurs semaines de camp de jour baseball dispensé par l’Académie de Baseball Underground! Qui plus est, Chloé, qui brille au soccer avec l'équipe des 9 ans et moins des Pumas de Montréal-Nord, a décidé de diversifier ses activités sportives rejoignant son frère pour deux semaines de baseball… où la règle était de « S’amuser tout en apprenant »!

Cet été, le chef d'orchestre des camps de jour de l’Académie de Baseball Underground était Ronal Oum, secondé de Danny Plante et de Charles Lafortune, de Claudio Ortiz-Préfontaine et de Vincent Beauregard, trois joueurs des Orioles de Montréal de la Ligue de baseball junior élite, qui sont vraiment devenus les idoles de leurs jeunes protégés, ces derniers se déplaçant au parc Ahuntsic le soir pour aller les voir jouer!

Il suffisait de voir les sourires qui illuminaient les visages des jeunes baseballeurs réunis sur les losanges du parc Hébert de Saint-Léonard pour constater que les jeunes s’amusaient ferme… Et cela, tout en peaufinant leurs techniques de base du baseball.

Lorsque je ramenais mes deux petits-enfants chez eux au terme de la journée, j’ai été à même de constater de visu le plaisir qu’ils prenaient de leur activité estivale… et de tout apprendre de ce qu’ils avaient réalisé dans la journée tellement ils étaient volubiles quant à tout ce qu'ils avaient vécu.

Alors messieurs les entraîneurs, chapeau !

Voici quelques-uns des clichés réalisés au cours de l'été par Marie-Jeanne Didier, la charmante photographe officielle de l’Académie de Baseball Underground!

Photo ci-dessus : Les jeunes baseballeurs du groupe d’âge moustique et moins étaient tout sourire lors du passage de la photographe Marie-Jeanne Didier.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

28
Nov/16
0

La mer bleue à l’infini… d’abruptes falaises toutes grises et partout du vert: belle Irlande!

Texte et photos de Céline et Jacques Lanciault

Carrick-a-Rede, Irlande du Nord, Royaume-Uni

Laval, Québec, le 28 novembre 2016 - En 2013, dans le cadre du « Grand tour des îles britanniques » de Voyages Lambert, d'Écosse nous avons traversé la mer d'Irlande et sommes partis à la découverte de la verte Érin.

Malheureusement, nous avons tardé et tardé encore à rédiger et à publier nos textes détaillés. Mais voilà, c’est fait.

Nos récits sont agrémentés de nombreuses photos, rendant ainsi nos découvertes sur l'île d'émeraude inoubliables !

Pour ceux qui sont intéressés de les lire, voici les liens à nos « histoires » :

Photo ci-dessus : Époustouflant! « Porta Neevey »... où il y a un pont de corde… que nous apercevons tout en bas. À simplement regarder, nous avons le vertige!

Remplis sous: Nouvelles
26
Nov/16
0

Musée des beaux-arts de Montréal : un cinquième pavillon… époustouflant!

Texte et photos de Jacques Lanciault

Noeud de Pivoine, MBAM, 2016

Laval, Québec, le 26 novembre 2016 - Récemment, nous nous sommes rendus au Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM) pour l’ouverture de leur nouveau pavillon, leur cinquième, le pavillon pour la paix Michal et Renata Hornstein, érigé pour abriter, entre autres, la superbe collection du couple cédée au MBAM par don !

Si l’extérieur de l’édifice est difficile à admirer, les travaux de voiries rendant l’accès difficile par la rue Bishop, l’intérieur lui, est somptueux ! On y retrouve pas moins de 750 œuvres de la collection du MBAM, des maîtres anciens à l’art moderne, dont évidemment les chefs-d’œuvre de la donation des époux Hornstein.

Ce qui nous a frappés lors de notre visite aura été d’admirer certains des chefs-d’œuvre que nous avions déjà vus, mais dans un environnement totalement différent… qui, avouons-le, leur apportait une plus-value importante.

Nous présentons ci-dessous quelques photos de notre belle découverte.

Photo ci-dessous : « Le Nœud de Pivoine », une œuvre réalisée en 2015 par l’artiste français Jean-Michel Othoniel, un maître de l’art du verre soufflé, est bien en vue dans l’escalier du nouveau pavillon pour la paix Michal et Renata Hornstein du Musée des beaux-arts de Montréal !

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles
24
Nov/16
0

Les bien belles photos de Robert Mapplethorpe!

Texte et photos de Jacques Lanciault

Robert Mapplethorpe, MBAM, 2016

Laval, Québec, le 24 novembre 2016 - La semaine dernière, nous nous sommes rendus au Musée des beaux-arts de Montréal pour voir l’exposition consacrée au photographe américain Robert Mapplethorpe (1946-1989), un artiste reconnu pour ses magnifiques portraits en noir et blanc… et pour ses photos de nus masculins, dont plusieurs ont été figés sur la pellicule dans des poses sadomasochistes !

Ma conjointe a carrément détesté l’exposition ! Personnellement, j’ai adoré les « portraits »… qui sont d’une grande sensualité et d’un esthétisme pratiquement parfait !

Soulignons que les œuvres à caractère érotique, voire pornographique, sont présentées dans une section des salles où sont affichés moult avertissements concernant la crudité de l’exposition. J’ai beaucoup moins apprécié ces œuvres. Si techniquement elles satisfont sans doute les même hauts critères de perfection de l’artiste, il me semble qu’elles étaient loin de véhiculer la même sensualité que les autres clichés de Mapplethorpe.

Nous présentons ci-dessous quelques-unes des photos qui nous ont le plus touchées.

Photo ci-dessous : De la série intitulée « Lisa Lyon » réalisée en 1981, une jambe, celle de Lisa Lyon qui, en 1979, a remporté le championnat mondial féminin de culturisme. Sur une période de six années, Mapplethorpe a réalisé pas moins de 200 photographies d’elle !

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

23
Nov/16
0

Art public – « Place des Royaux »

Texte et photos de Jacques Lanciault

Au fil de nos voyages, nous avons admiré très souvent des œuvres d’art dans les rues, sur les murs, devant les édifices, dans les parcs, etc.! Curieusement lorsque nous sommes chez nous, au Québec, nous prêtons moins attention et souvent ne les remarquons pas. Pourtant, l’art public est en pleine effervescence au pays !

Au cours des prochains jours, des prochaines semaines, voire des prochains mois, nous partagerons avec vous ces œuvres de chez nous que nous avons découvertes au fil de nos déplacements ! Voici le 28e de notre série de reportages sur nos trouvailles...

Stade de Lorimier, Montréal, Québec

Montréal, Québec, dimanche 13 novembre 2016 – À l’angle des rues Ontario et de Lorimier à Montréal, on remarque à peine un arrêt-balle et une plaque commémorative ! Ils ont été installés à cet endroit pour rappeler aux passants que jadis s’élevait ici un stade de baseball et que dans ce stade le premier joueur de couleur à évoluer dans les Ligues majeures, Jackie Robinson, a été une grande vedette !

À cet endroit en 1986, une statue commémorative représentant Jackie Robinson a été installée. Elle a toutefois été déplacée dans l’entrée principale du Stade olympique dès 1987. En 1989, la Ville de Montréal a réaménagé la place comme elle est aujourd’hui.

Nous pouvons lire sur le site Internet « Mémoires des Montréalais » que de 1928 à 1960, le stade de Lorimier a vibré au rythme des Royaux de Montréal. Pour certains d’entre nous, les noms de Duke Snyder, Don Drysdale, Jackie Robinson et Tommy Lasorda évoquent les grands joueurs qui sont passés à Montréal.

L’équipe montréalaise était à l’époque le club-école de classe AAA des Dodgers de Brooklyn, ce qui signifie que les meilleurs joueurs en devenir venaient jouer à Montréal avant de tenter leur chance dans le grand club.

Dans un petit stade d’une capacité d’environ 25 000 personnes, un contact privilégié s’est établi entre les Montréalais et les joueurs des Royaux.

Les Dodgers ayant transféré leur équipe AAA à Syracuse en 1960 et le stade de Lorimier, érigé en janvier 1928, a été détruit en 1965 pour faire place, en 1971, à la polyvalente Pierre-Dupuy.

Photo ci-dessus : La « Place des Royaux » sise à l’angle des rues Ontario et de Lorimier où un petit quadrilatère a été aménagé comme un petit terrain de baseball !

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles
22
Nov/16
0

Art public – « Au fil de l’eau » (Phillip Adams)

Texte et photos de Jacques Lanciault

Au fil de nos voyages, nous avons admiré très souvent des œuvres d’art dans les rues, sur les murs, devant les édifices, dans les parcs, etc.! Curieusement lorsque nous sommes chez nous, au Québec, nous prêtons moins attention et souvent ne les remarquons pas. Pourtant, l’art public est en pleine effervescence au pays !

Au cours des prochains jours, des prochaines semaines, voire des prochains mois, nous partagerons avec vous ces œuvres de chez nous que nous avons découvertes au fil de nos déplacements ! Voici le 27e de notre série de reportages sur nos trouvailles...

Au fil de l'eau, Phillip Adams, Montréal, Québec

Montréal, Québec, dimanche 13 novembre 2016 – Sur un des murs des « Habitations Jeanne-Mance » rue Ontario à Montréal, on retrouve une murale… toute en eau où vogue un petit bateau en papier. Elle est très belle. Intitulée « Au fil de l'eau », elle a été réalisée en 2013 par l'artiste Phillip Adams et produite par MU!

Soulignons que « MU » est un organisme dont la mission est d’embellir Montréal en réalisant des murales ancrées dans les communautés locales,

Le site Internet de Mu décrit ainsi la murale « Au fil de l'eau » :

« Véritable ode poétique à l’eau, la murale évoque autant la beauté que la fragilité de cette ressource naturelle. La prédominance de l’eau dans la composition graphique de la murale, ainsi que la ville en arrière-plan, nous rappelle que Montréal est une île entourée d’eau et que son destin est lié au majestueux fleuve Saint-Laurent. L’eau est au cœur de nos vies, l’eau est essentielle à la vie. Pour sa part, le bateau en origami, petit et fragile, porte un message de sensibilisation aux enjeux liés à la préservation et à l’utilisation responsable de l’eau. »

Photo ci-dessus : Un petit bateau en papier porteur d'un grand message!

Remplis sous: Nouvelles
21
Nov/16
0

Art public – « Gilles Vigneault » (Laurent Gascon)

Texte et photos de Jacques Lanciault

Au fil de nos voyages, nous avons admiré très souvent des œuvres d’art dans les rues, sur les murs, devant les édifices, dans les parcs, etc.! Curieusement lorsque nous sommes chez nous, au Québec, nous prêtons moins attention et souvent ne les remarquons pas. Pourtant, l’art public est en pleine effervescence au pays !

Au cours des prochains jours, des prochaines semaines, voire des prochains mois, nous partagerons avec vous ces œuvres de chez nous que nous avons découvertes au fil de nos déplacements ! Voici le 26e de notre série de reportages sur nos trouvailles...

Gilles Vigneault, Laurent Gascon, Montréal, Québec

Montréal, Québec, dimanche 13 novembre 2016 – Notre belle promenade sur la rue Ontario, « À la poursuite des oeuvres de Laurent Gascon »,  nous a permis d'admirer les huit murales réalisées par ce muraliste montréalais. La dernière que nous découvrons est celle mettant en vedette l'auteur-compositeur et interprète Gilles Vignault.

Cette murale qui prend place sur l'avenue Bourbonnière à l'angle de la rue Ontario a été inaugurée le 6 octobre dernier. Il s'agit de la plus grande des huit oeuvres de la série réalisée par Gascon. Elle mesure 10 mètres par 5 mètres.

Au cours des huit dernières années, Gascon a réalisé une série de huit tableaux, qui ont tous vu le jour grâce à la collaboration de la Société pour promouvoir les arts gigantesques (SPAG).

Toutes les oeuvres peuvent être admirées sur la rue Ontario où dans les environs immédiats de cette rue. Rappelons que les artistes immortalisés par Gascon au fil des ans sont, dans l'ordre : Vittorio Fiorucci (2009), Paul Buissonneau (2010), Raymond Lévesque (2011), Marjo (2012), Robert Gravel (2013), Pauline Julien (2014) et Plume Latraverse (2015), Gilles Vigneault (2016).

Photo ci-dessus : Même si le titre n'y apparaît pas, l'oeuvre de Laurent Gascon immortalisant Gilles Vigneault est titré « Mon pays c'est l'hiver »!

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles
20
Nov/16
0

Art public – « Raymond Lévesque » (Laurent Gascon)

Texte et photos de Jacques Lanciault

Au fil de nos voyages, nous avons admiré très souvent des œuvres d’art dans les rues, sur les murs, devant les édifices, dans les parcs, etc.! Curieusement lorsque nous sommes chez nous, au Québec, nous prêtons moins attention et souvent ne les remarquons pas. Pourtant, l’art public est en pleine effervescence au pays !

Au cours des prochains jours, des prochaines semaines, voire des prochains mois, nous partagerons avec vous ces œuvres de chez nous que nous avons découvertes au fil de nos déplacements ! Voici le 25e de notre série de reportages sur nos trouvailles...

Raymond Lévesque, Laurent Gascon, Montréal, Québec

Montréal, Québec, dimanche 13 novembre 2016 – « Quand les hommes vivront d’amour… » ! Ces seuls mots suffisent à évoquer, du moins chez les gens de mon âge, tant le nom du chansonnier québécois Raymond Lévesque que la magnifique chanson qu’il a composée en 1956. Et ce sont justement ces paroles que le muraliste montréalais Laurent Gascon a inscrites sur la magnifique murale qu’il a consacrée à ce grand de la chanson de chez nous !

L’œuvre en mosaïque représentant monsieur Lévesque en noir et blanc a été dévoilée en 2011. Il s’agissait de la troisième d’une longue série d’œuvres immortalisant des artistes de chez nous que réalisait Gascon. Une série, qui compte aujourd’hui huit tableaux, qui ont tous vu le jour grâce à la collaboration de la Société pour promouvoir les arts gigantesques (SPAG).

Soulignons que « Quand les hommes vivront d’amour » a été élue « chanson du siècle » en 1992.

Celle-ci n’est qu’une des grandes réalisations de l’artiste Raymond Lévesque, lui qui a brillé comme, auteur-compositeur-interprète, comme comédien au théâtre et au cinéma, comme poète, comme monologuiste, comme pamphlétaire, comme romancier et également comme auteur de théâtre !

Cette superbe murale de Raymond Lévesque est la septième de la série que nous admirons. Déjà, nous nous sommes extasiés devant les rappels historiques de l’affichiste Vittorio, de Paul Buisonneau, de Marjo, de Robert Gravel, de Pauline Julien, de Plume et de Raymond Lévesque. Il ne nous reste à découvrir que celle du grand Gilles Vigneault.

Photo ci-dessus : La mosaïque immortalisant le chansonnier québécois Raymond Lévesque s’étale sur 160 pieds carrés sur un mur à un jet de pierre de l’église Notre-Dame de Guadalupe, sur la rue Ontario près de la rue de Bordeaux.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles
19
Nov/16
0

Art public – « Plume Latraverse» (Laurent Gascon)

Texte et photos de Jacques Lanciault

Au fil de nos voyages, nous avons admiré très souvent des œuvres d’art dans les rues, sur les murs, devant les édifices, dans les parcs, etc.! Curieusement lorsque nous sommes chez nous, au Québec, nous prêtons moins attention et souvent ne les remarquons pas. Pourtant, l’art public est en pleine effervescence au pays !

Au cours des prochains jours, des prochaines semaines, voire des prochains mois, nous partagerons avec vous ces œuvres de chez nous que nous avons découvertes au fil de nos déplacements ! Voici le 24e de notre série de reportages sur nos trouvailles...

Plume Latraverse, Laurent Gascon, Montréal, Québec

Montréal, Québec, dimanche 13 novembre 2016 – À l'automne 2015, c'est sur le mur du Bain Mathieu sur la rue Lespérance à l'angle de la rue Ontario, que le muraliste montréalais Laurent Gascon a placé la septième murale de sa série honorant les artistes québécois! Cette fois-ci, Gascon désirait immortaliser nul autre que Plume Latraverse!

Ce dernier est aujourd'hui âgé de 70 ans! Il est né le 11 mai 1946 à Montréal. De son véritable nom, Michel Latraverse, Plume a brillé de tous ses feux sur la scène québécoise en tant qu'auteur-compositeur-interprète, trouvant également le succès comme peintre et poète!

Avec cette superbe murale de Plume, nous avons maintenant admiré six des oeuvres de la série des huit personnalités du monde des arts de chez nous réalisée par Laurent Gascon. Après celles de l’affichiste Vittorio, de Paul Buissonneau, de Marjo, de Robert Gravel, de Pauline Julien et de Plume, il nous reste à découvrir celles des poètes et chanteurs Raymond Lévesque et Gilles Vigneault qui se trouvent elles aussi sur la rue Ontario à Montréal.

Photo ci-dessus : La mosaïque composant l'image de Plume Latraverse réalisée par Laurent Gascon compte pas moins de 4 000 morceaux de céramique. On peut l'admirer sur la façade du Bain Mathieu à l'angle des rues Ontario Est et Lespérance. Toute la série de murales a vu le jour grâce à la collaboration de la Société pour promouvoir les arts gigantesques (SPAG).

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles