15
Oct/19
0

Art public – « L’auberge Mitchell » (Murale Création)

Texte, recherches et photos de Jacques Lanciault

Au fil de nos voyages, nous avons admiré très souvent des œuvres d’art dans les rues, sur les murs, devant les édifices, dans les parcs, etc.! Curieusement lorsque nous sommes chez nous, au Québec, nous prêtons moins attention et souvent ne les remarquons pas. Pourtant, l’art public est en pleine effervescence au pays!

Depuis déjà quelques années, nous partagerons avec vous les œuvres de chez nous que nous avons découvertes au fil de nos déplacements! Voici le 190e de notre série de reportages sur nos trouvailles…

L’auberge Mitchell, Saint-Eustache, Québec

Saint-Eustache, Québec, 5 octobre 2019 – Comme mentionné dans un texte précédent, par un samedi matin superbe du mois d’octobre, nous avons pris la route en direction du « Vieux Saint-Eustache », histoire de découvrir une série de fresques historiques dessinées sur les murs de quelques maisons.

Le circuit de fresques historiques du Vieux-Saint-Eustache compte six œuvres peintes, situées le long de la rue Saint-Eustache. Ces murales mettent en valeur différentes scènes de l’histoire eustachoise.

Après avoir garé notre véhicule dans un stationnement public situé à l’entrée du « Vieux Saint-Eustache », nous avons amorcé notre promenade.

Dans un premier temps nous avons admiré le « Moulin Légaré », puis le « Manoir Globensky », avant de croiser notre première murale… qui prend place sur le mur d’une habitation donnant sur un stationnement où des camions sont stationnés. Dommage.

Puis nous avons passé outre à la deuxième, question d’ombrage qui la rendait inphotographiable. Nous nous sommes alors retrouvés devant la « Fresque de l’auberge Mitchell ». L’œuvre est impressionnante. Elle a été réalisée par le groupe « Murale Création » en 2009.

En fouillant sur Internet, nous avons retrouvé l’histoire peu commune de cet édifice!

« C’est en 1799 que ce site est d’abord concédé à Jean-Baptiste Beautron dit Major qui y construit une première habitation de 30 pieds de front par 72 pieds de profond.

En 1801, il vend sa propriété à Charles Léonard. Ensuite, George Wurtele achète le lot par vente de shérif en 1814. Puis Fleury Tison achète l’emplacement en 1832.

C’est en juillet 1836 que David Mitchell, fervent partisan loyaliste, acquiert l’endroit pour le convertir en auberge et en bureau de poste.

En 1837, l’auberge Mitchell est le théâtre de déprédations de la part des patriotes. Le 29 novembre 1837, victime de répression pour son allégeance politique, Mitchell se voit dans l’obligation de quitter l’endroit. Dès son départ, l’auberge est aussitôt occupée par les patriotes dirigés par Joseph Robillard.

Beaucoup de provisions y sont subtilisées et plus de 640 litres d’alcool en tous genres sont pillés par les insurgés. L’occupation prend fin avec la bataille du 14 décembre, alors que la propriété est incendiée par l’armée britannique… alors que Mitchell participe à l’affrontement à titre de volontaire loyaliste.

David Mitchell fait revivre son commerce dans les années subséquentes. Le recensement de 1851 témoigne de sa présence au même endroit à titre d’aubergiste et de maître de poste.

Le village de Saint-Eustache était alors un carrefour important, voire une étape obligée pour les voyageurs se rendant en Outaouais ou dans les Hautes-Laurentides. »

Nous avons également retrouvé un texte du journal de quartier « L’Éveil » relativement à l’inauguration de l’œuvre. Nous le reproduisons intégralement ci-dessous.

Photo ci-dessus : La fresque de l’auberge Mitchell de Saint-Eustache est située sur le mur de la bâtisse sise au 61 de la rue Saint-Eustache.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
14
Oct/19
0

Sublime parc de la Villa Borghese, l’église de la Trinité-des-Monts et la place d’Espagne!

Texte et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 3e d’une série de textes relatifs à nos découvertes en Italie avec notre petite-fille Chloé. Un magnifique périple réalisé au cours des vacances scolaires de l’été 2019… alors que Chloé venait de terminer ses études primaires!

Escalier de la Trinité des Monts, Rome, Italie

Rome, Italie, jeudi 27 juin 2019 – Après la fabuleuse visite de la Galleria Borghese, nous y allons d’une courte promenade dans le jardin privé de la villa…

Puis après un agréable dîner dans une trattoria tout ce qu’il y a de plus romaine, nous revenons dans le parc de la Villa Borghese, « le plus beau et l’un des plus grands parcs de la ville éternelle », précise notre « Cartoville Rome ».

Notre balade nous mènera au sommet de la colline du Pincio… d’où la vue sur Rome est imprenable. Cette colline domine l’escalier de la Trinité des Monts, là où nous entrons dans la Chiesa della Trinità dei Monti, tant pour la visiter que pour nous rafraîchir.

Évidemment, nous descendons le grand escalier situé devant l’église, lui qui nous mène à la Place d’Espagne où nous admirons la fontaine de la Baraccia, une œuvre du « Bernin » et de son père… complétant ainsi notre après-midi avec les visites qui étaient pourtant prévues à notre programme pour ce matin.

Photo ci-dessus : Céline et Chloé posent au pied de l’escalier monumental de la Trinité des Monts. Il ne fait rien de moins que 174 marches. Il relie la place d’Espagne à l’église de la Trinité-des-Monts. L’escalier a été conçu par les architectes italiens Francesco de Sanctis (1679-1731) et Alessandro Specchi 1668-1729) et il a été inauguré en 1725!

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
13
Oct/19
0

Édifices impressionnants – « Le moulin Légaré »

Texte, recherches et photos de Jacques Lanciault

Nos promenades un peu partout dans Montréal comme ailleurs au Québec à la recherche d’œuvres d’art, nous amènent régulièrement à nous retrouver devant des immeubles des plus impressionnants. L’idée nous est alors venue de compléter notre série de textes sur les œuvres d’art de chez nous par une autre série de reportages, cette fois-ci portant sur des édifices impressionnants de la « Belle province ». Voici le quatrième reportage de notre nouvelle série.

Moulin Légaré, Saint-Eustache, Québec

Saint-Eustache, Québec, 5 octobre 2019 – Par un samedi superbe du mois d’octobre, nous prenons la route en direction du « vieux » Saint-Eustache où nous souhaitons voir une série de fresques historiques dessinées sur les murs de quelques maisons.

Nous garons notre véhicule dans un stationnement public situé à l’entrée du « Vieux Saint-Eustache » et amorçons notre promenade.

De l’autre côté de la rue, nous apercevons une rivière et un petit pont. Nous traversons la rue Saint-Eustache et arrivons sur le pont! Nous nous retrouvons face à un « moulin »… et une affiche nous informe qu’il s’agit du « Moulin Légaré »… et qu’il est toujours en activité.

Pour l’heure, il est très tôt le matin. Tout est silencieux et il n’y a pas âmes qui vivent, mais apprendrons-nous lors de nos recherches en vue de la rédaction de ce texte, nous pouvons visiter ce moulin. Nous y reviendrons certainement.

La bâtisse a été classée comme immeuble patrimonial par le gouvernement du Québec en 1976 et elle est reconnue comme lieu historique national par le gouvernement fédéral depuis l’an 2000.

« Le moulin Légaré, peut-on lire sur le site Internet de la ville de Saint-Eustache, est le témoin privilégié de l’histoire de Saint-Eustache. Fondé en 1762, il a subi, au cours des décennies, de multiples changements, tant au niveau de son bâtiment que de ses mécanismes. Il demeure toutefois le plus vieux moulin à farine mû par la force de l’eau, à n’avoir jamais cessé de fonctionner depuis sa mise en service, en Amérique du Nord. »

Photo ci-dessus : Le moulin Légaré du Vieux Saint-Eustache par un samedi matin au ciel sans nuage!

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
12
Oct/19
0

L’éblouissante Galleria Borghese

Texte et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 2e d’une série de textes relatifs à nos découvertes en Italie avec notre petite-fille Chloé. Un magnifique périple réalisé au cours des vacances scolaires de l’été 2019… alors que Chloé venait de terminer ses études primaires!

Galleria Borghese, Rome Italie

Rome, Italie, jeudi 27 juin 2019 – Pour notre première journée complète de visites à Rome, nous n’avons réussi à réaliser que la moitié de notre programme! La chaleur et surtout nos difficultés à nous retrouver dans les rues de Rome auront collaboré à chambouler nos plans.

En matinée, nous devions passer par la Place d’Espagne pour admirer la fontaine de la Baraccia et visiter l’église Chiesa della Trinità dei Monti, et ce, avant de nous rendre à la Galleria Borghese où nos billets, réservés d’avance par Internet, nous permettaient de visiter les lieux de 11 h à 13 h.

Mais ayant pris trop de temps pour nous rendre au palazzo Borghese, nous avons dû reporter nos visites du matin à l’après-midi et nos autres visites de la journée à plus tard !

Photo ci-dessus : « Pauline Borghese en déesse Vénus », l’œuvre phare de la « Galleria Borghese », une sculpture réalisée par Antonio Canova entre 1805 et 1808. (Photo provenant d'Internet)

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
11
Oct/19
0

Alexander von Humboldt au MBAM!

Texte, recherches et photos de Jacques Lanciault

Trevor Gould, MBAM, Montréal, Québec

Montréal, Québec, le 19 septembre 2019 - Comme déjà mentionné à maintes reprises en ces pages, lors de chacune de nos visites au Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM), nous nous rendons pratiquement toujours au deuxième sous-sol du bâtiment principal, car s’y trouve une salle qui présente constamment des œuvres spectaculaires. Elle est située à gauche, tout juste avant d’emprunter le corridor qui mène au pavillon Michal et Renata Hornstein.

Lors de notre dernière expédition au musée, au terme de notre visite de l’exposition « Momies égyptiennes : passé retrouvé, mystères dévoilés », nous nous y sommes de nouveau arrêtés.

L’exposition en cours intitulée Joueuses / Joueurs présente une quarantaine d’œuvres d’artistes canadiens qui, par leurs formes, leurs processus, leurs références ou leur narrativité, se servent du jeu pour nous donner matière à réflexion.

Une des œuvres présentées a particulièrement attiré notre attention. Il s’agit d’une sculpture intitulée Humboldt Goes to America, une œuvre réalisée en 2007 par Trevor Gould (1951- ), un artiste sud-africain vivant au Québec depuis 1987.

La sculpture est une nouvelle acquisition du Musée qui s’ajoute la collection d’art contemporain du MBAM!

L’affichette expliquant la sculpture mentionne : « Trevor Gould propose une relecture critique de l’histoire de la culture. S’appuyant tant sur des documents d’archives que sur des événements et des personnages fictifs, l’artiste cible les motivations colonialistes et politiques qui façonnent notre rapport à l’altérité. »

C’est le nom d’Alexander von Humboldt qui a attiré notre attention. Nous avons appris à connaître ce personnage lors de notre voyage en Allemagne en 2015… alors que nous visitions l’Université Humboldt de Berlin.

Photo ci-dessus : Dans cette sculpture, Trevor Gould représente le baron Alexander von Humboldt (1769-1859), célèbre naturaliste et voyageur allemand, coiffé d’un casque de Mickey Mousse. Cette association diachronique (l’évolution dans le temps) permet à l’artiste d’imaginer Humboldt revenant de l’Amérique aujourd’hui se questionnant sur les avancées scientifiques et sur les transformations de la société!

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
10
Oct/19
0

Périple à la découverte de Rome, de la Toscane et de Venise… avec notre petite-fille

Texte et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 1er d’une série de textes relatifs à nos découvertes en Italie avec notre petite-fille Chloé. Un magnifique périple réalisé au cours des vacances scolaires de l’été 2019… alors que Chloé venait de terminer ses études primaires!

Aéroport Pierre-Elliot-Trudeau, Dorval, Québec

Montréal, Québec - Rome, Italie, les mardi et mercredi 25 et 26 juin 2019 – Comme cadeau de fin d’études primaires, nous avons offert à notre petite-fille Chloé un voyage culturel en Europe. Elle avait le choix de la destination. Son frère Félix avait opté, en 2017, pour Paris. Quant à elle, Chloé a arrêté son choix sur l’Italie.

Évidemment l’Italie, ça pourrait être un programme de visites de plusieurs mois. Étant donné la durée de notre périple fixée à18 jours, nous avons concocté un trajet nous limitant à un séjour à Rome (7 jours), à un arrêt de quatre jours en Toscane histoire de voir Lucques, Florence, Pise et Pistoia et finalement à une belle semaine à Venise.

Comme à notre habitude lorsque nous voyageons, nous amorçons aujourd’hui la publication de nos longs reportages agrémentés de nombreuses photos de nos belles découvertes.

Photo ci-dessus : Chloé prend ses aises dans la salle d’attente de l'aéroport Pierre-Elliot-Trudeau.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
8
Oct/19
0

Un monastère bouddhiste au cœur des Laurentides : le superbe monastère Tam Bao Son


Texte, recherches et photos de Jacques Lanciault

Monastère Tam Bao Son, Harrington, Québec

Mirabel, Québec, 19 août 2019 – Saviez-vous qu’un magnifique monastère bouddhiste occupait une montagne dans les Laurentides? Nous, nous l’ignorions jusqu’à ce que ma jeune sœur Martine nous y donne rendez-vous par une superbe journée du mois d’août!

L’immense monastère se nomme « Le monastère Tam Bao Son ». Il est situé en bordure de la rivière Rouge à Harrington dans les Laurentides et il est membre de l’Union des églises bouddhistes vietnamiennes du Canada, plus précisément de la Société Bouddhique Chanh Phap!

Le monastère a été établi en 1990, peu après le début de la construction du lieu saint de Bouddha. Aujourd’hui encore, malgré une impressionnante quantité de monuments, tous plus beaux les uns que les autres, de nombreux travaux de restauration et d’ajout de monuments sont en cours.

Avec nos petits-enfants, Chloé et Félix, avec ma sœur Martine et son ami Marc, Céline et moi avons exploré les lieux durant plusieurs heures un jour de semaine. Nous y étions pratiquement les seuls visiteurs. On nous a toutefois informés que les week-ends, il y avait foule!

Évidemment, lors de cette belle visite j’ai réalisé de très nombreuses photos… En voici quelques-unes!

Photo ci-dessus : Promenade sur le site d’un monastère bouddhiste vietnamien au Québec… une belle préparation pour notre prochain voyage, « Vietnam Cambodge et croisière au fil du Mékong »!

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
7
Oct/19
0

Une très intéressante découverte… le Newseum

Textes et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 51e et dernier d’une série de reportages relatifs à notre exploration de la ville de Washington, la capitale américaine, un beau périple de douze jours réalisé au printemps 2019!

Newseum, Washington D.C., États-Unis

Washington D.C., États-Unis, vendredi 5 avril 2019 - Nous voilà déjà à notre douzième et dernière journée de visites à Washington.

Aujourd’hui, il pleut! Nous avons dû chambarder nos projets, car notre programme initial prévoyait une promenade dans la nature un peu en dehors de Washington.

Dame nature nous aura donc permis de découvrir un musée vraiment très très intéressant : le Newseum! Une institution muséale qui a pour mission de mieux faire comprendre au public l’importance d’une presse libre.

Nous revivrons certains des grands moments de l’histoire de l’actualité… sous l’angle du rôle d’une presse libre, et ce, parce que le premier amendement de la Constitution des États-Unis interdit au Congrès des États-Unis d’adopter des lois limitant la liberté de religion et d’expression, la liberté de la presse ou le droit à « s’assembler pacifiquement ».

Photo ci-dessus : Le « Newseum » compte parmi ses artefacts vedettes huit sections du « Mur de Berlin », ce qui constitue l’une des plus grandes sections du mur original en dehors de l’Allemagne.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
5
Oct/19
0

Du pur bonheur au Centre des sciences de Montréal

Texte, recherches et photos de Jacques Lanciault

Centre des sciences de Montréal, Montréal, Québec

Mirabel, Québec, 21 août 2019 – Encore une fois cet été, le Centre des sciences de Montréal offrait une exposition intéressante pour nos petits-enfants, Chloé et Félix.

Visiter l’exposition estivale du Centre des sciences est devenu une tradition… et une fort agréable routine. Cette année, l’exposition proposée titrait : « Les araignées – De la peur à la fascination ». Certes moins « attirante » que DreamWorks Animation de l’année dernière ou encore que de Game on de 2015, mais certainement tout aussi intéressante.

Si l’exposition temporaire est toujours l’incitatif qui nous pousse à nous rendre dans le Vieux-Montréal, il faut préciser que le plaisir que Chloé et Félix éprouvent à passer de salle en salle dans l’exposition permanente fait en sorte que cette sortie estivale est toujours… du pur bonheur!

Photo ci-dessus : Chloé devant l’affiche de l’exposition.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
4
Oct/19
0

House of the Temple : un impressionnant édifice maçonnique à Washington D.C.

Textes et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 50e d’une série de reportages relatifs à notre exploration de la ville de Washington, la capitale américaine, un beau périple de douze jours réalisé au printemps 2019!

House of the Temple, Washington D.C., États-Unis

Washington D.C., États-Unis, jeudi 4 avril 2019 - Après une matinée consacrée aux tragiques souvenirs de l’Holocauste, nous nous plongeons en après-midi dans l’ésotérisme de la franc-maçonnerie!

En effet, nous nous rendons au House of the Temple, la « Maison du Temple » en français. Ce temple maçonnique est le siège du « Suprême Conseil de la Juridiction du Sud des États-Unis »… pour le Rite écossais ancien!

L’édifice abritant le temple est très très impressionnant, tout autant que son intérieur où nous profiterons d’une visite guidée… qui toutefois ne nous révélera pas le secret maçonnique!

Photo ci-dessus : L’édifice du « House of the Temple » a été conçu et construit par l’architecte John Russell Pope (1874-1937), lui qui a également construit la « National Gallery of Art » et plusieurs autres bâtiments mythiques de Washington D.C. Le « Temple » a été officiellement inauguré et consacré le 18 octobre 1915.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés: