18
Jan/20
0

Venise : les Gallerie dell’Accademia (4e partie)

Texte et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 31e d’une série de textes relatifs à nos découvertes en Italie avec notre petite-fille Chloé. Un magnifique périple réalisé au cours des vacances scolaires de l’été 2019… alors que Chloé venait de terminer ses études primaires!

Gallerie dell'Accademia, Venise, Italie

Venise, Italie, lundi 8 juillet 2019 – À tout seigneur tout honneur… Pour amorcer notre première journée de visites à Venise, nous nous rendons à la place Saint-Marc, la Piazza San Marco en italien, le site touristique le plus visité de la Sérénissime!

L’endroit est tout aussi superbe que dans nos souvenirs. C’est une des visites que nous avions le plus hâte de partager avec notre petite-fille Chloé.

Arrivés tôt sur la plus célèbre place de la ville, nous avons pu monter sans encombre au sommet haut Campanile qui la domine… en fait nous étions presque seuls! La vue sur la cité des Doges du haut de la tour est imprenable!

Puis, grâce à nos billets coupe-file, l’accès à la basilique San Marco a été un jeu d’enfant. Finalement, tant avant qu’au terme de cette belle visite, nous avons arpenté la magnifique place Saint-Marc… nous attardant, entre autres, devant l’immense terrasse du Caffe Florian et devant le mythique pont des Soupirs!

Pour terminer notre journée de visites, nous y allons d’une longue exploration de la peinture vénitienne aux Gallerie dell'Accademia

Photo ci-dessus : Une splendide toile de Francesco Hayez (1791-1882) intitulée Rinaldo et Armida. L’artiste s’est inspiré pour sa toile de l’histoire de Rinaldo et d’Armida qui se trouve dans le chant 16 du poème « La Jérusalem Délivrée » de Torquato Tasso (1544-1595). Cette œuvre écrite en 1580 raconte dans un style épique et fantastique la première croisade (1096-1099) dirigée par Godefroy de Bouillon.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
17
Jan/20
0

Venise : les Gallerie dell’Accademia (3e partie)

Texte et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 30e d’une série de textes relatifs à nos découvertes en Italie avec notre petite-fille Chloé. Un magnifique périple réalisé au cours des vacances scolaires de l’été 2019… alors que Chloé venait de terminer ses études primaires!

Vittore Carpaccio, Sainte Ursule, Gallerie dell'Accademia, Venise, Italie

Venise, Italie, lundi 8 juillet 2019 – À tout seigneur tout honneur… Pour amorcer notre première journée de visites à Venise, nous nous rendons à la place Saint-Marc, la Piazza San Marco en italien, le site touristique le plus visité de la Sérénissime!

L’endroit est tout aussi superbe que dans nos souvenirs. C’est une des visites que nous avions le plus hâte de partager avec notre petite-fille Chloé.

Arrivés tôt sur la plus célèbre place de la ville, nous avons pu monter sans encombre au sommet haut Campanile qui la domine… en fait nous étions presque seuls! La vue sur la cité des Doges du haut de la tour est imprenable!

Puis, grâce à nos billets coupe-file, l’accès à la basilique San Marco a été un jeu d’enfant. Finalement, tant avant qu’au terme de cette belle visite, nous avons arpenté la magnifique place Saint-Marc… nous attardant, entre autres, devant l’immense terrasse du Caffe Florian et devant le mythique pont des Soupirs!

Pour terminer notre journée de visites, nous y allons d’une longue exploration de la peinture vénitienne aux Gallerie dell'Accademia

Photo ci-dessus : Une salle des « Gallerie dell’Academia » est entièrement consacrée à une série de neuf œuvres, huit toiles et un retable, racontant la légende de Sainte Ursule. Des chefs-d’œuvre réalisés par Vittore Carpaccio entre 1490 et 1500. Ici, Sainte Ursule et son fiancé Ethéré sont agenouillés devant le pape Cyriaque à Rome.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
16
Jan/20
0

Venise : le Caffe Florian, la pont des Soupirs et le campo San Zaccaria! (2e partie)

Texte et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 29e d’une série de textes relatifs à nos découvertes en Italie avec notre petite-fille Chloé. Un magnifique périple réalisé au cours des vacances scolaires de l’été 2019… alors que Chloé venait de terminer ses études primaires!

Le pont des Soupirs, piazza San Marco, Venise, Italie

Venise, Italie, lundi 8 juillet 2019 – À tout seigneur tout honneur… Pour amorcer notre première journée de visites à Venise, nous nous rendons à la place Saint-Marc, la Piazza San Marco en italien, le site touristique le plus visité de la Sérénissime!

L’endroit est tout aussi superbe que dans nos souvenirs. C’est une des visites que nous avions le plus hâte de partager avec notre petite-fille Chloé.

Arrivés tôt sur la plus célèbre place de la ville, nous avons pu monter sans encombre au sommet haut Campanile qui la domine… en fait nous étions presque seuls! La vue sur la cité des Doges du haut de la tour est imprenable!

Puis, grâce à nos billets coupe-file, l’accès à la basilique San Marco a été un jeu d’enfant. Finalement, tant avant qu’au terme de cette belle visite, nous avons arpenté la magnifique place Saint-Marc… nous attardant, entre autres, devant l’immense terrasse du Caffe Florian et devant le mythique pont des Soupirs!

Pour terminer notre journée de visites, nous y allons d'une longue exploration de la peinture vénitienne aux Gallerie dell'Accademia

Photo ci-dessus : Le « Pont des Soupirs » est construit en pierre d’Istrie et affiche un style baroque. Il a été érigé au début du XVIIe siècle sur un projet de l’architecte Antonio Contin (1566-1600) et sur ordre du doge Marino Grimani (1532-1605), dont les armoiries sont gravées sur le pont. Ce pont célèbre de Venise relie le « Palazzo Ducale » au « Prigioni Nuove », le premier bâtiment au monde construit pour être spécifiquement une prison.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
15
Jan/20
0

Venise : la place Saint-Marc, son campanile et la basilique San Marco! (1re partie)

Texte et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 28e d’une série de textes relatifs à nos découvertes en Italie avec notre petite-fille Chloé. Un magnifique périple réalisé au cours des vacances scolaires de l’été 2019… alors que Chloé venait de terminer ses études primaires!

Dômes de la basilique San Marco, Venise, Italie

Venise, Italie, lundi 8 juillet 2019 – À tout seigneur tout honneur… Pour amorcer notre première journée de visites à Venise, nous nous rendons à la place Saint-Marc, la Piazza San Marco en italien, le site touristique le plus visité de la Sérénissime!

L’endroit est tout aussi superbe que dans nos souvenirs. C’est une des visites que nous avions le plus hâte de partager avec notre petite-fille Chloé.

Arrivés tôt sur la plus célèbre place de la ville, nous avons pu monter sans encombre au sommet haut Campanile qui la domine… en fait nous étions presque seuls! La vue sur la cité des Doges du haut de la tour est imprenable!

Puis, grâce à nos billets coupe-file, l’accès à la basilique San Marco a été un jeu d’enfant. Finalement, tant avant qu’au terme de cette belle visite, nous avons arpenté la magnifique place Saint-Marc… nous attardant, entre autres, devant l’immense terrasse du Caffe Florian et devant le mythique pont des Soupirs!

Pour terminer notre journée de visites, nous y allons d'une longue exploration de la peinture vénitienne aux Gallerie dell'Accademia

Photo ci-dessus : Du sommet du campanile de la Place Saint-Marc, la vue sur les cinq coupoles de la basilique San Marco (notre photo), sur le « Grand Canal », sur l’île voisine de « San Giorgio Maggiore » et tout simplement sur Venise est absolument incomparable!

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
12
Jan/20
0

Lucques – Florence – Venise en train… puis navigation éblouissante sur le « Grand Canal »!

Texte et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 27e d’une série de textes relatifs à nos découvertes en Italie avec notre petite-fille Chloé. Un magnifique périple réalisé au cours des vacances scolaires de l’été 2019… alors que Chloé venait de terminer ses études primaires!

Grand canal, Venise, Italie

Lucques - Florence - Venise, Italie, dimanche 7 juillet 2019 – Après Rome, Lucques, Pise, Florence et Pistoia, voilà « La Sérénissime »… Venise!

Au fil des siècles, Sérénissime, un qualificatif donné aux doges, ces premiers magistrats de république de Venise, est devenu le surnom de la ville. Aujourd’hui, lorsque l’on parle de « La Sérénissime », on parle de Venise.

Et bien nous y sommes, pour le plus grand plaisir de notre petite-fille Chloé… et n’ayez pas de doute, pour le nôtre aussi.

Le trajet pour nous y rendre, en train, en partance de Lucques en Toscane, se sera déroulé sans anicroche, ne nécessitant qu’un peu moins de quatre heures.

Nous installons nos pénates dans un confortable appartement de deux chambres dans le quartier Dorsoduro de la superbe ville d’eau qu’est Venise, et ce, pour six jours… où nous nous y baladerons dans toutes les directions.

Photo ci-dessus : Une gondole vogue dans le « Grand canal » près de la « Gallerie dell'Accademia »… dans la superbe lumière très particulière de « La Sérénissime »!

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
9
Jan/20
0

La charmante ville toscane de Pistoia… le Musée Marino Marini (3e partie)!

Texte et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 26e d’une série de textes relatifs à nos découvertes en Italie avec notre petite-fille Chloé. Un magnifique périple réalisé au cours des vacances scolaires de l’été 2019… alors que Chloé venait de terminer ses études primaires!

Musée Marino Marini, Pistoia, Italie

Pistoia - Lucques, Italie, samedi 6 juillet 2019 – Après Rome, Lucques, Pise et Florence, des villes que nous avions déjà visitées avant d’y mener Chloé à leur découverte, aujourd’hui nous y allons de l’exploration d’une ville que nous ne connaissons pas : Pistoia!

Le « Guide Vert Michelin de la Toscane » mentionne ce qui suit de Pistoia : « Nichée au pied des Apennins, Pistoia, promue capitale italienne de la Culture en 2017, dévoile tous ses charmes l’été lors du Festival de blues…

Ses visiteurs ont alors la surprise de découvrir, serrée autour d’une place médiévale, la Piazza del Duomo, un ensemble de monuments parmi les plus suggestifs d’Italie, et des ruelles bordées de boutiques médiévales aux étals en pierre! »

Et c’est vraiment ce que Pistoia nous a offert. Pourtant, elle demeure une petite cité oubliée des touristes.

Photo ci-dessus : L’artiste originaire de Pistoia, Marino Marini, a développé son art autour de trois sujets fondamentaux : le cheval et le cavalier, le corps humain et le portrait. Voici une de ses œuvres les plus célèbres. Elle est intitulée « Piccolo Cavaliere »… et elle a été produite dans une large gamme de formats.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
7
Jan/20
0

La charmante ville toscane de Pistoia… la frise de l’Ospedale del Ceppo et ses souterrains (2e partie)!

Texte et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 25e d’une série de textes relatifs à nos découvertes en Italie avec notre petite-fille Chloé. Un magnifique périple réalisé au cours des vacances scolaires de l’été 2019… alors que Chloé venait de terminer ses études primaires!

Pistoia souterraine, Pistoia, Italie

Pistoia, Italie, samedi 6 juillet 2019 – Après Rome, Lucques, Pise et Florence, des villes que nous avions déjà visitées avant d’y mener Chloé à leur découverte, aujourd’hui nous y allons de l’exploration d’une ville que nous ne connaissons pas : Pistoia!

Le « Guide Vert Michelin de la Toscane » mentionne ce qui suit de Pistoia : « Nichée au pied des Apennins, Pistoia, promue capitale italienne de la Culture en 2017, dévoile tous ses charmes l’été lors du Festival de blues…

Ses visiteurs ont alors la surprise de découvrir, serrée autour d’une place médiévale, la Piazza del Duomo, un ensemble de monuments parmi les plus suggestifs d’Italie, et des ruelles bordées de boutiques médiévales aux étals en pierre! »

Et c’est vraiment ce que Pistoia nous a offert. Pourtant, elle demeure une petite cité oubliée des touristes.

Photo ci-dessus : Pour la visite de la « Pistoia souterraine », Chloé s’est coiffée d’un casque de construction.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
6
Jan/20
0

La charmante ville toscane de Pistoia: la cathédrale, le marché public et le Museo Civico (1re partie)!

Texte et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 24e d’une série de textes relatifs à nos découvertes en Italie avec notre petite-fille Chloé. Un magnifique périple réalisé au cours des vacances scolaires de l’été 2019… alors que Chloé venait de terminer ses études primaires!

Silvana, Valerio Gelli, Museo Civico, Pistoia, Italie

Lucques - Pistoia, Italie, samedi 6 juillet 2019 – Après Rome, Lucques, Pise et Florence, des villes que nous avions déjà visitées avant d’y mener Chloé à leur découverte, aujourd’hui nous y allons de l’exploration d’une ville que nous ne connaissons pas : Pistoia!

Le « Guide Vert Michelin de la Toscane » mentionne ce qui suit de Pistoia : « Nichée au pied des Apennins, Pistoia, promue capitale italienne de la Culture en 2017, dévoile tous ses charmes l’été lors du Festival de blues…

Ses visiteurs ont alors la surprise de découvrir, serrée autour d’une place médiévale, la Piazza del Duomo, un ensemble de monuments parmi les plus suggestifs d’Italie, et des ruelles bordées de boutiques médiévales aux étals en pierre! »

Et c’est vraiment ce que Pistoia nous a offert. Pourtant, elle demeure une petite cité oubliée des touristes.

Photo ci-dessus : De magnifiques œuvres d’art peuvent être admirées au « Museo Civico » de Pistoia, dont cette sculpture intitulée « Silvana », une œuvre réalisée en 1957 par l’artiste, natif de Pistoia, Valerio Gelli (1932 - ).

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
3
Jan/20
0

Art public – « Piano public » (Plateau Mont-Royal)

Texte, recherches et photos de Jacques Lanciault

Au fil de nos voyages, nous avons admiré très souvent des œuvres d’art dans les rues, sur les murs, devant les édifices, dans les parcs, etc.! Curieusement lorsque nous sommes chez nous, au Québec, nous prêtons moins attention et souvent ne les remarquons pas. Pourtant, l’art public est en pleine effervescence au pays!

Depuis déjà quelques années, nous partagerons avec vous les œuvres de chez nous que nous avons découvertes au fil de nos déplacements! Voici le 193e de notre série de reportages sur nos trouvailles…

Piano public, Plateau Mont-Royal, Montréal, Québec

Mirabel, Québec, 3 janvier 2020 – Comme déjà mentionné dans quelques-uns de mes textes, au cours du mois d’août dernier, j’ai participé à un atelier offert par « Photo Laplante » intitulé « À la découverte des tags et graffitis de la ville de Montréal ». L’occasion a été merveilleuse me permettant de découvrir les réalisations des artistes du Street Art, qui sont implantés dans l’espace public de la ville de Montréal…

Mais pas que, car lors de l’expédition, j’ai photographié plusieurs murales… et une étrange boîte!

À ce jour ne n’avais publié aucun texte sur cette mystérieuse boîte, car je ne retrouvais rien sur Internet pour l’identifier… Mais aujourd’hui, c’est fait!

Cette boîte sert de remise pour un des pianos publics de Montréal!

Mes recherches m’ont permis d’apprendre que les pianos publics font partie du paysage montréalais depuis 2012. « Ils participent de la vie de quartier et favorisent le lien social », peut-on lire sur le site Internet de la ville de Montréal.

« Joliment décorés, ils vous invitent à venir jouer vos airs préférés pendant l’été. »

En dehors des heures d’utilisation, les pianos sont rangés dans de magnifiques remises toute en couleur.

Photo ci-dessus : Une magnifique remise, haute en couleur, servant à ranger un des pianos publics de la ville de Montréal en dehors des heures d’utilisation.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
2
Jan/20
0

Art public – « Le berger » (Nayan)

Texte, recherches et photos de Jacques Lanciault

Au fil de nos voyages, nous avons admiré très souvent des œuvres d’art dans les rues, sur les murs, devant les édifices, dans les parcs, etc.! Curieusement lorsque nous sommes chez nous, au Québec, nous prêtons moins attention et souvent ne les remarquons pas. Pourtant, l’art public est en pleine effervescence au pays!

Depuis déjà quelques années, nous partagerons avec vous les œuvres de chez nous que nous avons découvertes au fil de nos déplacements! Voici le 192e de notre série de reportages sur nos trouvailles…

Berger, station de métro Frontenac, Montréal, Québec

Mirabel, Québec, 2 janvier 2020 – L’été dernier, lors d’une agréable promenade sur la rue Ontario, j’ai photographié une très belle sculpture à la sortie de la station de métro Frontenac. La sculpture de métal et de céramique représentait un berger.

Lors de mes recherches visant à identifier l’œuvre, son auteur et la petite histoire de la sculpture, j’ai appris qu’outre « Le berger », il y avait également un « mouton » dans les environs. Je me suis alors promis de revenir « dans le coin » pour trouver la deuxième œuvre d’art et de publier un texte sur les deux chefs-d’œuvre… mais je n’ai pas eu la chance d’y retourner.

Je publie donc aujourd’hui un court texte sur « Le berger ».

La sculpture prend place devant l’entrée de la station de métro où il y a quelques bancs circulaires couverts de céramiques colorées. Assis sur l’un d’eux, il y a un berger semble attendre ses moutons.

Les artistes ayant réalisé cette sculpture sont Annie Yung et Nelson Béguin, qui sont les cofondateurs de « Nayan ». Ils se spécialisent dans la coordination de mosaïques collectives réalisées à partir de céramique récupérée, de pièces fabriquées en atelier, et d’objets divers glanés ci et là.

Pour les œuvres « Le berger » et « Le mouton », Nayan a fait équipe avec l’Arrondissemement Ville-Marie et le Marché solidaire Frontenac pour créer des œuvres d’art public participatives.

Photo ci-dessus : Les structures métalliques du « Berger » ont été conçues à partir de métal recyclé, outils agricoles, pièces mécaniques, etc. La sculpture a été mosaïfiée par les résidant(e)s de l’arrondissement et le personnel du Marché les 26 et 28 août 2016 lors de la fête des récoltes du Marché solidaire.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés: