2
Juin/20
0

Marbella : le Musée du bonzaï… et les petites rues magnifiquement fleuries! (1re partie)

Texte, recherches et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 8e d’une longue série de reportages relatifs à une étourdissante odyssée en Andalousie et en Algarve, un voyage à quatre que nous avons terminé à Lisbonne au Portugal au printemps 2014

Marbella, Andalousie, Espagne

Málaga - Marbella, Espagne, vendredi 2 mai 2014 — Déjà notre quatrième jour de visites en Andalousie… Après avoir consacré nos trois premières journées à la belle Málaga, aujourd’hui nous commençons à rayonner tout autour, aujourd’hui à l’ouest, demain au nord-ouest et dimanche à l’est.

Ce matin, un trajet de quelque 60 kilomètres en autobus nous amène à Marbella, la station balnéaire la plus chic de la Costa del Sol… où nous découvrirons la ville y allant d’une agréable promenade dans le quartier Casco antiguo où les rues et les paseos sont superbement fleuris…

Puis, après les visites du musée du bonzaï de Marbella et de l’église Santa Maria de la Encarnacion… nous descendrons l’avenida del Mar, un véritable musée à ciel ouvert signé Salvador Dalí, jusqu’à la plage où nous déambulerons les deux pieds dans l’eau encore froide de la mer Méditerranée!

Mais partons tout d’abord à la découverte du Museo Bonsai Marbella

Photo ci-dessus : Dans les petites rues étroites de Marbella, la plupart des maisons sont blanches… décorées d’une multitude de superbes fleurs.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
1
Juin/20
0

Art public – « L’Avenir » (Jacques Bénard)

Texte, recherches et photos de Jacques Lanciault

Au fil de nos voyages, nous avons admiré très souvent des œuvres d’art dans les rues, sur les murs, devant les édifices, dans les parcs, etc.! Curieusement lorsque nous sommes chez nous, au Québec, nous prêtons moins attention et souvent ne les remarquons pas. Pourtant, l’art public est en pleine effervescence au pays!

Depuis déjà quelques années, nous partagerons avec vous les œuvres de chez nous que nous avons découvertes au fil de nos déplacements! Voici le 194e de notre série de reportages sur nos trouvailles…

L’Avenir, Parc Charbonneau, Rosemère, Québec

Rosemère, Québec, 30 mai 2020 – Profitant du déconfinement partiel suite à la crise du COVID-19, nous avons pu, enfin, reprendre nos promenades en quête d’œuvre d’art, de monuments où d’édifices intéressants.

Pour cette sortie, nous nous sommes rendus au parc Charbonneau de Rosemère, histoire de voir un monument réalisé par le sculpteur montréalais Jacques Bénard et intitulé « L’avenir ».

L’avenir est une œuvre d’une hauteur de trois mètres réalisée en granit Cambriand. Cette sculpture rend hommage aux jeunes, marque de l’avenir.

Nous avons lu sur le site Internet de la ville de Rosemère que « Dans son processus créatif, M. Bénard a utilisé des dessins d’enfants qui ont été reproduits et gravés dans la pierre ».

La ville de Rosemère a commandité la sculpture de monsieur Bénard dans le cadre du 60e anniversaire de la ville.

Dans l’environnement immédiat du monument, nous n’avons trouvé aucun panneau informatif nous renseignant sur le titre de l’œuvre ou son auteur. Nous avons donc dû nous en remettre, encore une fois, à Internet!

Photo ci-dessus : La sculpture « L’Avenir », une œuvre de l’artiste montréalais Jacques Bénard, a été installée sur la « Place des jeunes » du parc Charbonneau de Rosemère.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
31
Mai/20
0

Le magnifique Musée du verre et du cristal… le Museo del Vidrio y Cristal de Málaga (2e partie)

Texte, recherches et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 7e d’une longue série de reportages relatifs à une étourdissante odyssée en Andalousie et en Algarve, un voyage à quatre que nous avons terminé à Lisbonne au Portugal au printemps 2014

Museo del Vidrio y Cristal de Málaga, Espagne

Málaga, Espagne, jeudi 1er mai 2014 — Aujourd’hui en Espagne, c’est jour férié et chômé à l’occasion de la « Journée internationale des travailleurs ». Cette fête, comme un peu partout en Europe, est surtout dédiée aux manifestations de la part des travailleurs… et nous en croiserons effectivement quelques-unes au cours de nos promenades!

Malgré les travailleurs qui manifestent par cette superbe journée où le soleil brille encore dans le ciel, nous consacrons notre troisième jour de visites à Málaga à trois superbes musées : le Musée Picasso, le Musée d’art contemporain et le Musée du verre et du cristal.

Évidemment, nous profitons de la belle température andalouse pour prendre le dîner sur une des accueillantes terrasses de la plaza de la Merced!

Au terme de nos visites du Museo Picasso de Málaga et du Centro de Arte Contemporáneo de Málaga et après le dîner, nous nous rendons au Museo del Vidrio y Cristal de Málaga… où nous avons droit à une visite guidée… en français. Wow!

Photo ci-dessus : Le « Museo del Vidrio y Cristal de Málaga » compte sur une foule de vitraux tous aussi beaux les uns que les autres. Ici un vitrail du Christ titré… « Laissez venir à moi les petits enfants ».

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
29
Mai/20
0

Deux musées à Málaga : le Museo Picasso et le Centro de Arte Contemporáneo! (1re partie)

Texte, recherches et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 6e d’une longue série de reportages relatifs à une étourdissante odyssée en Andalousie et en Algarve, un voyage à quatre que nous avons terminé à Lisbonne au Portugal au printemps 2014

Moving Man, Stephan Balkenhol, CAC Malaga, Málaga, Espagne

Málaga, Espagne, jeudi 1er mai 2014 — Aujourd’hui en Espagne, c’est jour férié et chômé à l’occasion de la « Journée internationale des travailleurs ». Cette fête, comme un peu partout en Europe, est surtout dédiée aux manifestations de la part des travailleurs… et nous en croiserons effectivement quelques-unes au cours de nos promenades!

Malgré les travailleurs qui manifestent par cette superbe journée où le soleil brille encore dans le ciel, nous consacrons notre troisième jour de visites à Málaga à trois superbes musées : le Musée Picasso, le Musée d’art contemporain et le Musée du verre et du cristal.

Évidemment, nous profitons de la belle température andalouse pour prendre le dîner sur une des accueillantes terrasses de la plaza de la Merced!

Allons-y tout d’abord avec nos deux premières visites de la journée : le Museo Picasso de Málaga et le Centro de Arte Contemporáneo de Málaga.

Photo ci-dessus : « Man Moving 2 », une sculpture de l’artiste allemand Stephan Balkenhol (1957), accueille les visiteurs depuis que le « Centro de Arte Contemporáneo de Málaga » a ouvert ses portes en 2003. Perchée sur trois marches circulaires aux couleurs ocre, bleu et rouge, « Man Moving 2 » surprend les piétons avec la vision ironique et déconcertante de sa silhouette zigzagante et décousue.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
27
Mai/20
0

Notre première église du périple… la cathédrale de Málaga, dite « La manchote »! (3e partie)

Texte, recherches et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 5e d’une longue série de reportages relatifs à une étourdissante odyssée en Andalousie et en Algarve, un voyage à quatre que nous avons terminé à Lisbonne au Portugal au printemps 2014

Santa Iglesia Catedral Basílica de la Encarnación, Málaga, Espagne

Málaga, Espagne, mercredi 30 avril 2014 — Pour cette deuxième journée en Andalousie, nous amorçons nos visites en grimpant au sommet du Castillo de Gibralfaro, une forteresse érigée au XIVe siècle, sous le règne de l’émir arabe nasride Yûsuf Ier, pour protéger l’Alcazaba… Wow! Du mirador, au sommet de la montagne de pierres, la vue sur la ville de Málaga est tout simplement à couper le souffle.

Puis, nous redescendrons vers l’Alcazaba, un palais-forteresse datant de la période maure, que nous découvrirons après une pause dîner, au soleil, sur une terrasse tout près de la plaza de la Merced.

De retour vers l’Alcazaba, nous admirerons l’amphithéâtre romain… avant de terminer nos visites à la cathédrale de l’Incarnation, surnommée « la manchote », car un de ses deux clochers n’a jamais été terminé!

Après avoir raconté nos découvertes au Castillo de Gibralfaro et notre promenade dans l’Alcazaba de Málaga dans deux textes précédents… nous y allons maintenant du récit de notre première visite d’une église, la première d’une multitude au cours de notre périple : la cathédrale de Málaga!

Photo ci-dessus : La façade de la cathédrale de Málaga affiche deux tours-clochers, dont une est restée inachevée. Cette particularité a fait en sorte qu’au fil des ans les Malaguènes lui ont donné le nom de « La Manquita », c’est-à-dire « La Manchote ».

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
25
Mai/20
0

L’Alcazaba de Málaga : des pierres qui en auraient vraiment long à raconter… (2e partie)

Texte, recherches et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 4e d’une longue série de reportages relatifs à une étourdissante odyssée en Andalousie et en Algarve, un voyage à quatre que nous avons terminé à Lisbonne au Portugal au printemps 2014

Teatro Romano, Alcazaba, Málaga, Espagne

Málaga, Espagne, mercredi 30 avril 2014 — Pour cette deuxième journée en Andalousie, nous amorçons nos visites en grimpant au sommet du Castillo de Gibralfaro, une forteresse érigée au XIVe siècle, sous le règne de l’émir arabe nasride Yûsuf Ier, pour protéger l’Alcazaba… Wow! Du mirador, au sommet de la montagne de pierres, la vue sur la ville de Málaga est tout simplement à couper le souffle.

Puis, nous redescendrons vers l’Alcazaba, un palais-forteresse datant de la période maure, que nous découvrirons après une pause dîner, au soleil, sur une terrasse tout près de la plaza de la Merced.

De retour vers l’Alcazaba, nous admirerons l’amphithéâtre romain… avant de terminer nos visites à la cathédrale de l’Incarnation, surnommée « la manchote », car un de ses deux clochers n’a jamais été terminé!

Après avoir raconté nos découvertes au Castillo de Gibralfaro dans notre texte précédent, allons y maintenant du récit de notre promenade dans l’Alcazaba… c’est-à-dire la place forte où vivaient les soldats ayant pour mission de protéger la ville dans la société arabe de l’Al-Andalous!

Photo ci-dessus : À l’intérieur de l’Alcazaba de Málaga, on s’étonne de retrouver le « teatro romano », un chef d’œuvre construit à l’époque de l’empereur Auguste… qui est resté caché pendant des siècles et n’a été découvert qu’en 1951.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
23
Mai/20
0

Vue imprenable sur la belle cité de Málaga… du sommet du Castillo de Gibralfaro! (1re partie)

Texte, recherches et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 3e d’une longue série de reportages relatifs à une étourdissante odyssée en Andalousie et en Algarve, un voyage à quatre que nous avons terminé à Lisbonne au Portugal au printemps 2014

Castillo de Gibralfaro, Málaga, Espagne

Málaga, Espagne, mercredi 30 avril 2014 — Pour cette deuxième journée en Andalousie, nous amorçons nos visites en grimpant au sommet du Castillo de Gibralfaro, une forteresse érigée au XIVe siècle, sous le règne de l’émir arabe nasride Yûsuf Ier, pour protéger l’Alcazaba… Wow! Du mirador, au sommet de la montagne de pierres, la vue sur la ville de Málaga est tout simplement à couper le souffle.

Puis, nous redescendrons vers l’Alcazaba, un palais-forteresse datant de la période maure, que nous découvrirons après une pause dîner, au soleil, sur une terrasse tout près de la plaza de la Merced.

De retour vers l’Alcazaba, nous admirerons l’amphithéâtre romain… avant de terminer nos visites à la cathédrale de l’Incarnation, surnommée « la manchote », car un de ses deux clochers n’a jamais été terminé!

Dans un premier temps, allons y notre visite du Castillo de Gibralfaro!

Photo ci-dessus : Du sommet du « Castillo de Gibralfaro », nous avons une vue imprenable sur Málaga et son port.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
22
Mai/20
0

« En étrangers dans leur pays »

Revue de presse

Christian Rioux, Le Devoir, le 22 mai 2020

Dans Atlantic City, le grand Michel Piccoli, qui est décédé cette semaine, joue un tenancier de casino autoritaire qui apprend le métier de croupier à la jeune Susan Sarandon. Le film est une métaphore de la disparition du vieil Atlantic City des boardwalks et de l’alcool, au profit de l’arrogante citée des casinos et de la drogue. Est-ce un hasard si son producteur était un certain Denis Héroux ? Seul un Québécois pouvait en effet fusionner avec un tel talent le génie de Louis Malle, de Michel Piccoli, de Susan Sarandon et de Burt Lancaster.

Ce n’est peut-être pas un hasard non plus si le film a été tourné en 1980, date fatidique et symbolique s’il en est dans notre histoire. Comme dans Atlantic City, 1980 marque la disparition d’un monde ancien et l’apparition d’un nouveau. L’échec du référendum du 20 mai 1980, que nous commémorions cette semaine, reste une date charnière sans laquelle on ne comprend rien au Québec d’aujourd’hui.

Comme quand Louis Malle filme le dynamitage du mythique Traymore Hotel, 1980 se détache aujourd’hui dans notre rétroviseur comme le dénouement avorté de la Révolution tranquille et le point de départ d’un tragique déclin politique.

Tellement une belle analyse... un texte dont la lecture devrait être obligatoire, tous les matins, dans les écoles du Québec!

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
21
Mai/20
0

Málaga : promenade sur le Paseo del Parque!

Voici le 2e d’une longue série de reportages relatifs à une étourdissante odyssée en Andalousie et en Algarve, un voyage à quatre que nous avons terminé à Lisbonne au Portugal au printemps 2014

Texte, recherches et photos de Céline et Jacques Lanciault

Fontaine des Trois Grâces, Paseo del Parque, Málaga, Espagne

Málaga, Espagne, mardi 29 avril 2014 — En pleine nuit pour nous et à peine descendus de l'avion qui nous a menés de Montréal à Málaga en Espagne, nous avons eu droit à une présentation de la ville, un cadeau imprévu du chauffeur de taxi dont nous avions retenu les services pour nous amener de l'aéroport de Málaga à l'appartement que nous avions loué dans cette cité andalouse.

Après un rapide "tour du propriétaire" de l'appartement, nos valises déposées dans nos chambres respectives, nous sommes partis, tous les quatre, Carole, Claude et nous, pour une première promenade dans cette cité portuaire de la Costa del Sol.

Filant sur l'Alameda Principal, l'une des principales avenues du centre-ville, elle qui fut longtemps le centre de la vie sociale de Málaga… nous arrivons à l'entrée du magnifique paseo del Parque, un véritable jardin botanique aménagé à la toute fin du XIXe siècle, dans lequel nous nous engageons pour une longue balade de presque un kilomètre!

Photo ci-dessus : La splendide fontaine des "Trois Grâces", la "Fuente de las Tres Gracias" ou encore la "Fuente de Las Tres Ninfas" en espagnol, a été érigée, au XIXe siècle, dans un premier temps sur l'Alameda Principal, puis elle a été déplacée sur la Plaza de la Marina avant d'être finalement installée au rond-point de la Plaza del General Torrijos, à la toute fin du "paseo del Parque", près du quartier de "La Malagueta".

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
19
Mai/20
0

« Douce chaleur andalouse »… en commençant par la magnifique Málaga!

Voici le 1er d’une longue série de reportages relatifs à une étourdissante odyssée en Andalousie et en Algarve, un voyage à quatre que nous avons terminé à Lisbonne au Portugal au printemps 2014

Texte, recherches et photos de Céline et Jacques Lanciault

Málaga, Espagne

Montréal, Québec - Málaga, Espagne, lundi et mardi, 28 et 29 avril 2014 — Et oui, nous avons réalisé ce voyage il y a déjà six ans… sans avoir le temps depuis de rédiger nos textes détaillés. Mais, « grâce » à la pandémie de la COVID-19 qui nous prive actuellement de tout voyage, nous avons ressorti nos vieux cartons… et nous profitons de l’occasion pour raconter notre superbe périple à quatre réalisé en avril, mai et juin 2014 avec nos amis Carole et Claude.

Notre pérégrination espagnole nous a menés de Málaga à Séville en passant par Marbella, Ronda, Nerja, Grenade et Cordoue en plus d’y aller d’une expédition dans les villages blancs des Alpujarras… Puis de Séville à Cadix avec des arrêts à Jaén et à Jerez de la Frontera et finalement de Cadix, toujours en Espagne, nous avons filé vers Faro, haut lieu de l’Algarve au Portugal, avant de finalement terminer notre longue virée de sept semaines dans la capitale portugaise, Lisbonne.

Amorçons donc notre récit du début… soit en commençant par le jour de notre départ de Montréal et de notre arrivée, la nuit suivante, à Málaga en Espagne, une ville située au centre d’une baie de la mer Méditerranée entourée de chaînes de montagnes. Wow!

Photo ci-dessus : De magnifiques « oiseaux du paradis »… fleurissent ici et là à Málaga… en toute liberté.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés: