30
Sep/19
0

Tags, graffitis et murales… photographe en action

Texte, recherches et photos de Jacques Lanciault

Graffitis, tags, murales,  Plateau Mont-Royal, Montréal, Québec

Montréal, Québec, 30 septembre 2019 – Lors de notre captivante expédition « À la découverte des tags, graffitis et murales de la ville de Montréal », des participants à l’atelier m’ont « croqué sur le vif » à prendre des photos.

C’est plaisant, car rarement je n’apparais que très rarement sur des photos.

Un grand merci à mes camarades photographes.

Photo ci-dessus : Et voici, notre groupe parti à la conquête des tags, graffitis et murales d'un tout petit coin du Plateau Mont-Royal.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
29
Sep/19
0

Le superbe cimetière national d’Arlington!

Textes et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 48e d’une série de reportages relatifs à notre exploration de la ville de Washington, la capitale américaine, un beau périple de douze jours réalisé au printemps 2019!

Amphithéâtre du cimetière national d’Arlington, Arlington, Virginie, États-Unis

Washington D.C., États-Unis, mercredi 3 avril 2019 - Après notre fort agréable balade autour de la Maison-Blanche et notre exploration de la Galerie Renwick en matinée, nous consacrons notre après-midi à la visite du Cimetière national d’Arlington.

À cette période de l’année, l’endroit est tout simplement époustouflant!

Le cimetière national d’Arlington a beau être le plus grand cimetière militaire du pays, le lieu du dernier repos de plus de 400 000 anciens combattants et leur famille, le site est avant tout un grandiose parc où la nature est tout simplement superbe.

Notre déambulation dans cette nature qui émerge tout juste de l’hiver nous mènera à la tombe du président John F. Kennedy, au tombeau du soldat inconnu, à l’amphithéâtre du mémorial d’Arlington, au mémorial de l’USS Maine et aux monuments dédiés aux astronautes disparus dans la catastrophe des navettes spatiales Challenger et Columbia, ainsi qu’à celui honorant les victimes de la prise d’otages à l’ambassade des États-Unis à Téhéran.

Photo ci-dessus : Un magnifique amphithéâtre en marbre blanc! Il accueille les obsèques nationales et les cérémonies de la « Journée des anciens combattants » et du « Jour du Souvenir ». On estime que plus de 5 000 personnes assistent à ces cérémonies chaque année.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
28
Sep/19
0

Art public – Tags, graffitis et murales au cœur du Plateau Mont-Royal!

Texte, recherches et photos de Jacques Lanciault

Au fil de nos voyages, nous avons admiré très souvent des œuvres d’art dans les rues, sur les murs, devant les édifices, dans les parcs, etc.! Curieusement lorsque nous sommes chez nous, au Québec, nous prêtons moins attention et souvent ne les remarquons pas. Pourtant, l’art public est en pleine effervescence au pays!

Depuis déjà quelques années, nous partagerons avec vous les œuvres de chez nous que nous avons découvertes au fil de nos déplacements! Voici le 188e de notre série de reportages sur nos trouvailles…

Graffitis, tags, Plateau Mont-Royal, Montréal, Québec

Montréal, Québec, 28 septembre 2019 – Au cours du mois d’août dernier, j’ai participé à un atelier offert par « Photo Laplante » intitulé « À la découverte des tags, graffitis et murales de la ville de Montréal ». Ce fut une merveilleuse occasion de découvrir les réalisations des artistes du Street Art, qui sont implantés dans l’espace public de la ville de Montréal… et d’apprendre à faire la distinction entre un graffiti, un tag et une murale.

Déjà d’ailleurs, j’ai publié plusieurs textes sur les murales que nous avons croisées au cours de notre expédition.

Quant aux graffitis et aux tags, qui ont longtemps été catégorisés comme une véritable pollution visuelle et qui sont toujours classé comme un méfait par le Code criminel, je publie aujourd’hui un texte regroupant mes meilleures photos de ces réalisations qui sont considérées aujourd’hui comme étant des œuvres d’art par les graffeurs et les spécialistes et qui sont aussi de plus en plus appréciées par le grand public et par les agences publicitaires. 

Allons-y tout d’abord par une clarification du vocabulaire utilisé :

Le " graffiti", nous indique l’Office québécois de la langue française, est une forme d’art urbain qui consiste à peindre, tracer ou graver des mots ou des images sur des surfaces de l’espace public (mur, monument, wagon de train ou de métro, panneau de signalisation, etc.).  

L’artiste qui pratique cette forme d’art se nomme un graffiteur ou une graffiteuse.

Le terme graffiti désigne également une œuvre issue de cette pratique, qu’elle soit présentée dans l’espace urbain ou dans un lieu d’exposition.

Quant au « tag », l’encyclopédie libre Wikipédia nous apprend qu’il est une marque, une signature. Il est le simple dessin du nom de l’artiste.

Toutefois, le geste est généralement très travaillé, à la manière des calligraphies chinoises ou arabes. C’est un logo plus qu’une écriture, et souvent, seuls les habitués parviennent à déchiffrer le nom qui est écrit.

Les techniques utilisées sont généralement l’aérosol, le marqueur, l’autocollant et, depuis la fin des années 2000, le pulvérisateur. Cette dernière technique, difficile à maîtriser, impose un style basique et lisible des lettres.

Voici donc une longue série de photos, tant de graffitis que de tags, que cette superbe expédition, amorcée au carré Saint-Louis et terminée sur le boulevard Saint-Laurent… en empruntant la rue Prince-Arthur et quelques ruelles environnantes, m’a permis de réalisée!

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
27
Sep/19
0

La « Galerie Renwick » : un musée d’artisanat et d’arts décoratifs… plutôt moderne!

Textes et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 47e d’une série de reportages relatifs à notre exploration de la ville de Washington, la capitale américaine, un beau périple de douze jours réalisé au printemps 2019!

Renwick Gallery, Washington D.C., États-Unis

Washington D.C., États-Unis, mercredi 3 avril 2019 - Notre très agréable balade entre belles bâtisses, monuments impressionnants et superbes cerisiers en fleurs autour de la Maison-Blanche nous mène finalement à la Galerie Renwick…

Cette galerie est une annexe du musée d’art américain du Smithsonian (The Smithsonian American Art Museum) que nous avons visité hier. La Galerie Renwick se consacre à l’artisanat et aux arts décoratifs américains de la période du XIXe au XXIe siècle.

Quant à nous, nous y avons plutôt vu un musée d’arts moderne et contemporain présentant de belles pièces… tout comme de moins belles!

Photo ci-dessus : Une œuvre en bois évoquant la souffrance humaine. Celle-ci, réalisée en 2014, est intitulée « Succession » et elle est une des nombreuses sculptures de Dustin Farnsworth présentées à la Galerie Renwick.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
26
Sep/19
0

Art public – « Superman » (Sandra Chevrier)

Texte, recherches et photos de Jacques Lanciault

Au fil de nos voyages, nous avons admiré très souvent des œuvres d’art dans les rues, sur les murs, devant les édifices, dans les parcs, etc.! Curieusement lorsque nous sommes chez nous, au Québec, nous prêtons moins attention et souvent ne les remarquons pas. Pourtant, l’art public est en pleine effervescence au pays!

Depuis déjà quelques années, nous partagerons avec vous les œuvres de chez nous que nous avons découvertes au fil de nos déplacements! Voici le 187e de notre série de reportages sur nos trouvailles…

Superman, Sandra Chevrier, Montréal, Québec

Montréal, Québec, 17 août 2019 – Notre quête des tags et des graffitis de Montréal nous a menés sur la rue Napoléon à l’angle du boulevard Saint-Laurent… un coin riche en murales.

Nous nous arrêtons d’ailleurs devant une superbe murale affichant « Superman » devant un très beau visage femme, une œuvre de l’artiste montréalaise, originaire de Rosemère, Sandra Chevrier, une oeuvre qui s’étire sur 25 pieds de long.

Malheureusement, l’œuvre de madame Chevrier a été vandalisée par des graffeurs… Quel manque de respect… une personne qui se veut artiste et qui endommage le travail d’un de ses pairs. C’est désolant.

La murale réalisée par madame Chevrier provient d’une série de toile qu’elle a réalisée dans le passé, une série s’intitulant « Les Cages super héros ».

Le site Internet « Art Public - Montréal » explique que « l’œuvre porte un regard sur les femmes d’aujourd’hui en quête de liberté identitaire face au rôle d’héroïne imposé par la société et qu’elles doivent entretenir au quotidien. Un rôle déformé et tordu qui cache leur véritable identité et leur beauté intérieure : une prison sociale illustrée par les masques de superhéros. »

Même si jamais je n’aurais pensé l’interpréter ainsi, je la trouve très belle.

L’œuvre de l’artiste mi-trentenaire a été réalisée dans le cadre du Festival MURAL 2018.

Dans la presse du 30 juin 2018, le journalise Éric Clément nous parle de l’œuvre et de l’artiste. Nous publions le texte ci-dessous.

Photo ci-dessus : La très belle murale de l’artiste montréalaise Sandra Chevrier, que l’on peut admirer sur la rue Napoléon à l’angle du boulevard Saint-Laurent a malheureusement été vandalisée par des graffeurs.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
25
Sep/19
0

La Maison-Blanche et le parc du Président!

Textes et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 46e d’une série de reportages relatifs à notre exploration de la ville de Washington, la capitale américaine, un beau périple de douze jours réalisé au printemps 2019!

La Maison-Blanche, Washington D.C., États-Unis

Washington D.C., États-Unis, mercredi 3 avril 2019 - Après une journée complète dans les musées de Washington DC hier, aujourd’hui, nous amorçons la journée par une promenade, et ce, même si ce n’est pas chaud chaud!

Nous nous rendons à la Maison-Blanche, la résidence officielle et le bureau du président des États-Unis d’Amérique. L’endroit est une véritable forteresse. Impossible de s’en approcher vraiment.

Nous y allons donc d’une longue promenade tout autour. La Maison-Blanche et ses jardins font partie d’un grand ensemble nommé President’s Park. Au nord, le parc commence au Lafayette Square et il s’étend au sud jusqu’au début du parc de l’Ellipse, en fait sur l’avenue Pennsylvania. D’est en ouest, il est situé entre les 17e et 15e avenues.

Notre balade entre belles bâtisses, monuments et superbes cerisiers en fleurs nous mènera à la Galerie Renwick… un musée annexe au musée d’art américain du Smithsonian que nous avons visité hier. La Galerie Renwick se consacre à l’artisanat et aux arts décoratifs américains de la période du XIXe au XXIe siècle.

Photo ci-dessus : La Maison-Blanche, un bâtiment en grès d’Aquia Creek, construite entre 1792 et 1800. Elle est le lieu de résidence, de travail et de réception de tous les présidents américains depuis John Adams, le deuxième président des États-Unis, qui en prit possession en 1800.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
24
Sep/19
0

Art public – « Repas entre amies » (Ness Lee)

Texte, recherches et photos de Jacques Lanciault

Au fil de nos voyages, nous avons admiré très souvent des œuvres d’art dans les rues, sur les murs, devant les édifices, dans les parcs, etc.! Curieusement lorsque nous sommes chez nous, au Québec, nous prêtons moins attention et souvent ne les remarquons pas. Pourtant, l’art public est en pleine effervescence au pays!

Depuis déjà quelques années, nous partagerons avec vous les œuvres de chez nous que nous avons découvertes au fil de nos déplacements! Voici le 186e de notre série de reportages sur nos trouvailles…

Montréal, Québec, 17 août 2019 – La rue Rachel Est à Montréal compte, elle aussi, quelques belles murales.

Après avoir admiré celle titrée Le bûcheron et le lynx, nous nous retrouvons devant une œuvre cette fois-ci en « noir et blanc ». Il s’agit d’un groupe de femmes, des Japonaises croyons-nous, qui sont à partager un repas.

La murale n’est pas titrée, mais elle est signée : « par Ness Lee ».

Nos recherches sur Internet nous ont permis d’apprendre qu’il s’agissait d’une illustratrice canadienne œuvrant à Toronto. Sur la grande toile, nous pouvons lire que « l’artiste est influencée par l’érotisme japonais ».

« Ness Lee crée des œuvres très personnelles, presque autobiographiques, en incorporant des touches ludiques et humoristiques dans ses travaux. Celle-ci les voit comme des extraits de son journal intime où elle peut y exprimer ses sentiments et ses pensées. »

Photo ci-dessus : La murale de Ness Lee que nous pouvons admirer sur un mur de brique de la rue Rachel Est à Montréal, aurait été réalisée dans le cadre de Festival MURAL 2017!

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
23
Sep/19
0

La « Galerie nationale des portraits » : l’histoire des États-Unis qui se déroule sous nos yeux (2e partie)

Textes et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 45e d’une série de reportages relatifs à notre exploration de la ville de Washington, la capitale américaine, un beau périple de douze jours réalisé au printemps 2019!

National Portrait Gallery, Washington D.C., États-Unis

Washington D.C., États-Unis, mardi 2 avril 2019 - Le « Musée d’art américain du Smithsonian » est pratiquement un catalogue vivant de tous les maîtres de l’art visuel américain ayant obtenu « leurs 15 minutes de gloire », et ce, au cours des 400 et plus dernières années!

C’est tout simplement fabuleux le nombre de chefs-d’œuvre que nous avons eu la chance d’admirer.

Puis, sans même quitter les lieux, nous enchaînons avec la visite de la « Galerie nationale des portraits »… une déambulation qui nous permettra de mettre des visages sur les noms d’un nombre incalculable de personnalités qui, au fil des cinq derniers siècles, ont influencé l’histoire de l’Amérique.

Le document publicitaire du musée mentionne : « La National Portrait Gallery est un lieu incontournable pour… les amateurs de culture pop, les amateurs d’histoire et les amateurs d’art », une affirmation qui ne pourrait être plus vraie.

On y retrouve des portraits d’activistes, de politiciens, de cowboy, de chefs indiens, de chefs d’entreprise, de sportifs et de toute une panoplie d’artistes. Des portraits où la gent féminine est fort bien représentée. Finalement, on peut y admirer la représentation sur toile de tous les présidents qui ont vus aux destinées du pays.

Photo ci-dessus : Un portrait peu ordinaire du 35e président des États-Unis, Jonh F. Kennedy. L’œuvre est de l’artiste Elaine de Kooning qui a été tellement émue par le président lors des séances de pose qu’elle a ensuite créé des dizaines de dessins et peintures de lui.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
21
Sep/19
0

Art public – «Le bûcheron et le lynx» (Clandestinos)

Texte, recherches et photos de Jacques Lanciault

Au fil de nos voyages, nous avons admiré très souvent des œuvres d’art dans les rues, sur les murs, devant les édifices, dans les parcs, etc.! Curieusement lorsque nous sommes chez nous, au Québec, nous prêtons moins attention et souvent ne les remarquons pas. Pourtant, l’art public est en pleine effervescence au pays!

Depuis déjà quelques années, nous partagerons avec vous les œuvres de chez nous que nous avons découvertes au fil de nos déplacements! Voici le 185e de notre série de reportages sur nos trouvailles…

Le bûcheron et le lynx, Clandestinos, Montréal, Québec

Montréal, Québec, 17 août 2019 – Nous poursuivons notre longue promenade dans le « Montréal des tags et des graffitis »… croisant en cours de route de superbes murales!

En voici une superbe que nous pouvons admirer sur le mur de la bâtisse sise au 151 de la rue Rachel à Montréal.

Art Public Montréal l’a titrée « The lumberjack and the lynx », sans trop que nous sachions s’il s’agit du véritable titre de l’œuvre, puisqu’il n’y a aucune indication en ce sens sur la murale.

L’œuvre est toutefois signée. Elle est de Clandestinos, un collectif formé des artistes Bruno Smoky et Shalak Attack, eux qui dans la vie de tous les jours sont époux et épouse.

Cette murale, qui date de 1975, est la deuxième que nous admirons de ces artistes, la première étant « Le vieillard et l’oiseau ».

Photo ci-dessus : « Le bûcheron et le lynx », une très belle murale que nous pouvons admiré sur le mur de la bâtisse sise au 151 de la rue Rachel Est à Montréal.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
20
Sep/19
0

La « Galerie nationale des portraits » : l’histoire des États-Unis qui se déroule sous nos yeux (1re partie)

Textes et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 44e d’une série de reportages relatifs à notre exploration de la ville de Washington, la capitale américaine, un beau périple de douze jours réalisé au printemps 2019!

National Portrait Gallery, Washington D.C., États-Unis

Washington D.C., États-Unis, mardi 2 avril 2019 - Le « Musée d’art américain du Smithsonian » est pratiquement un catalogue vivant de tous les maîtres de l’art visuel américain ayant obtenu « leurs 15 minutes de gloire », et ce, au cours des 400 et plus dernières années!

C’est tout simplement fabuleux le nombre de chefs-d’œuvre que nous avons eu la chance d’admirer.

Puis, sans même quitter les lieux, nous enchaînons avec la visite de la « Galerie nationale des portraits »… une déambulation qui nous permettra de mettre des visages sur les noms d’un nombre incalculable de personnalités qui, au fil des cinq derniers siècles, ont influencé l’histoire de l’Amérique.

Le document publicitaire du musée mentionne : « La National Portrait Gallery est un lieu incontournable pour… les amateurs de culture pop, les amateurs d’histoire et les amateurs d’art », une affirmation qui ne pourrait être plus vraie.

On y retrouve des portraits d’activistes, de politiciens, de cowboy, de chefs indiens, de chefs d’entreprise, de sportifs et de toute une panoplie d’artistes. Des portraits où la gent féminine est fort bien représentée. Finalement, on peut y admirer la représentation sur toile de tous les présidents qui ont vus aux destinées du pays.

Photos ci-dessus : Andrew Carnegie a écrit que l’homme riche devait utiliser sa fortune au bénéfice de tous… ce qu’il fit après avoir constitué l’une des plus grandes fortunes au monde. En effet, au cours de sa vie il a dépensé 350 millions de dollars, soit les neuf dixièmes de sa fortune totale, à des fins de bienfaisance.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés: