28
Nov/20
0

Le mot du jour : bobinard

Textes et recherches de Jacques Lanciault

Je consigne ici le fruit de recherches sur le sens, l’étymologie, l’écriture ou encore la prononciation de certains mots ou expressions sur lesquels je bute, ou qui tout simplement suscitent ma curiosité au fil de mes lectures…

Musée Toulouse Lautrec, Albi, FranceSamedi, 28 novembre 2020

Source de la recherche
La phrase suivante tirée du roman « Le labyrinthe des esprits » de l’écrivain espagnol Carlos Ruiz Zafón (1964-2020), une œuvre traduite en français par Marie Vila Casas, de son vrai nom Marie Christine Vila (1958- ) :

« C’est un truc que m’a expliqué un moine tibétain un jour, un sacré débauché que j’ai connu quand j’officiais comme réceptionniste et comptable dans un petit bobinard portuaire. » (p. 18)

Définition
Le dictionnaire du correcteur électronique Antidote propose trois définitions pour le nom masculin bobinard, soit :

« Café chantant, cabaret de bas étage », qu’Antidote qualifie de « vieilli ».

« Maison de prostitution à bas prix. »

« Lieu où règne un grand désordre. »

Étant donné que l’on retrouve les mots « un sacré débauché » dans la phrase, le sens de « maison de prostitution », semble être la définition qui s’applique à notre citation.

D’ailleurs, le dictionnaire lintern@ute va dans ce sens en proposant la définition suivante pour bobinard : « Un bobinard était autrefois un lieu où des prostituées résidaient, sous la surveillance d’une supérieure, souvent ancienne prostituée, et recevaient des hommes pour avoir des relations sexuelles contre de l’argent. »

Photo ci-dessus : Un pastel d’Henri Toulouse-Lautrec intitulé « Salon Rue des moulins » qui aurait pu être titré « Le bobinard ». Cette toile de 1894 a été réalisée à deux reprises par l’artiste, les couleurs de la deuxième étant plus pâles.

Remplis sous: La folie des mots Mots clés:
27
Nov/20
0

La locution du jour : la « Sublime Porte »

Textes et recherches de Jacques Lanciault

Je consigne ici le fruit de recherches sur le sens, l’étymologie, l’écriture ou encore la prononciation de certains mots ou expressions sur lesquels je bute, ou qui tout simplement suscitent ma curiosité au fil de mes lectures…

Vendredi, 27 novembre 2020

Source de la recherche
Le paragraphe suivant tiré d’un texte de Marie Jégo publié dans le quotidien Le Monde du 27 octobre 2020 :

« Jugeant ces propos “inacceptables”, l’Elysée a décidé de rappeler son ambassadeur à Ankara pour consultation, un acte assez inédit dans les relations diplomatiques franco-turques. Un précédent avait eu lieu en 1901, quand Jean Antoine Ernest Constans, ambassadeur de France auprès de la Sublime Porte, avait été rappelé à Paris mais pour une tout autre raison, en l’occurrence une créance non payée. Dans le cas présent, la France a voulu envoyer un signal fort. “L’outrance et la grossièreté ne sont pas une méthode”, a fait savoir la présidence française, exigeant du numéro un turc “qu’il change le cours de sa politique car elle est dangereuse à tous points de vue”. »

Définition
Le dictionnaire du correcteur électronique Antidote définit la locution la Sublime Porte, en la qualifiant de « vieillie », comme suit : « La Porte Sublime ou la Porte ottomane ou la Porte est la cour, le gouvernement des anciens sultans turcs ; la Turquie en soi. »

L’encyclopédie Universalis propose quant à elle la définition suivante pour la locution la Porte Sublime :

« Le mot turc kapi désigne une porte, mais aussi le palais du sultan (d’où parfois l’expression “porte ottomane”), puis le palais du grand vizir et enfin le siège du gouvernement. Les troupes du sultan étaient désignées par l’expression kapi kullari, c’est-à-dire “les esclaves de la Porte”. À partir de 1654, le grand vizir fut doté d’un palais particulier où se tinrent les séances du divan ou Conseil du gouvernement ; ce palais fut d’abord appelé Pasa kapisi (palais du Pacha), puis Bab-i Âli, la “Sublime Porte”, nom sous lequel les Occidentaux ont englobé à la fois le palais du sultan, la cour ottomane, le gouvernement et finalement l’État ottoman lui-même. »

L’encyclopédie libre Wikipédia précise quant à elle « Sublime Porte est le nom français de la porte d’honneur monumentale du grand vizir à Constantinople, siège du gouvernement du sultan de l’Empire ottoman. »

« Initialement en turc, le nom de la porte a été traduit en français comme Sublime Porte. Le français étant alors la langue diplomatique internationale en Europe, ce terme est repris tel quel (donc dans sa forme française) par toutes les chancelleries et sera par la suite souvent utilisé en langage diplomatique et dans les traités pour désigner le gouvernement ottoman, mais aussi, par métonymie, la ville de Constantinople, gardienne des détroits, et l’Empire ottoman lui-même en tant qu’État. »

Remplis sous: La folie des mots Mots clés:
26
Nov/20
0

Le mot du jour : gauchir

Textes et recherches de Jacques Lanciault

Je consigne ici le fruit de recherches sur le sens, l’étymologie, l’écriture ou encore la prononciation de certains mots ou expressions sur lesquels je bute, ou qui tout simplement suscitent ma curiosité au fil de mes lectures…

Jeudi, 26 novembre 2020

Source de la recherche
Le paragraphe suivant tiré d’un texte de Richard Ford publié dans le quotidien Le Monde du 22 octobre 2020 :

« Le Covid-19 a gauchi de vive force notre perception du temps, nous figeant ainsi dans un long présent irréel. Les malversations ténébreuses de l’exécutif ont, par leur répétition, sapé la confiance que nous avons de pouvoir choisir notre destin. Ce pays (les États-Unis) qui est le mien depuis soixante-seize ans me semble aujourd’hui étrangement à distance, et il m’est tout sauf clair. Cela à la veille de l’élection la plus déterminante de mémoire d’Américain vivant. Ce recul virtuel me donne l’impression que l’Amérique est comme n’importe quel autre pays – susceptible de faillir. Au pire de la guerre du Vietnam ou au lendemain du 11-Septembre, je n’ai jamais rien ressenti de tel.  »

Définition
Le dictionnaire du correcteur électronique Antidote définit, au sens propre, le verbe gauchir comme suit : "Faire dévier, tordre (un objet solide et droit)".

Au sens figuré, Antidote propose la définition suivante : "Déformer, détourner (quelque chose). Exemple : Gauchir la vérité. »

Le Larousse du français, un dictionnaire en ligne, y va sensiblement de la même définition au sens propre, et suggère la définition suivante au sens figuré, qualifiant alors le mot de "littéraire" : « Donner à quelque chose une direction autre que celle qu'il a en réalité. »

Remplis sous: La folie des mots Mots clés:
25
Nov/20
0

Les mots du jour : Pandémonium, Pandæmonium ou Pandemonium

Textes et recherches de Jacques Lanciault

Je consigne ici le fruit de recherches sur le sens, l’étymologie, l’écriture ou encore la prononciation de certains mots ou expressions sur lesquels je bute, ou qui tout simplement suscitent ma curiosité au fil de mes lectures…

L’Enfer, Campo Santo Monumentale, Pise, ItalieMercredi, 25 novembre 2020

Source de la recherche
Le paragraphe suivant tiré d’un texte de Gilles Paris publié dans le quotidien Le Monde du 23 octobre 2020 :

« En 2016, Hillary Clinton avait remporté les trois débats présidentiels sans que ses performances ne modifient le regard dubitatif qui était porté sur elle et qui allait expliquer sa défaite. Quatre ans plus tard, un seul débat a permis de juger les deux principaux candidats, du fait du pandémonium du premier et du refus de Donald Trump de participer à un deuxième, le 15 octobre, prévu à distance du fait de l’épidémie. »

Définition
Le dictionnaire du correcteur électronique Antidote définit, au sens propre, le nom masculin Pandémonium, du niveau de langage soutenu, comme « la capitale imaginaire de l’enfer ».

Antidote ajoute qu’il est un « lieu de corruption, de désordre. Lieu bruyant, plein d’agitation ».

L’encyclopédie libre Wikipédia définit Pandémonium comme suit : « Le Pandémonium (du néologisme originel anglais Pandæmonium, plus souvent orthographié Pandemonium), désigne en littérature la capitale imaginaire de l’Enfer où Satan invoque le conseil des démons.

Depuis sa création en tant que néologisme inventé par le poète anglais John Milton, le terme est utilisé pour désigner un lieu où règnent corruption, chaos et décadence, voire confusion ou vacarme, notamment dans la langue anglaise.

Les termes Pandémonium, Pandæmonium ou Pandemonium sont utilisés dans leur sens originel ou approchant, ou au sens figuré dans de nombreuses œuvres de fictions, et font également office de titre à de nombreuses œuvres littéraires, musicales, artistiques, etc. »

Photos ci-dessus : Les détails un peu horribles de la partie consacrée à « L’Enfer » de la fresque « Le Jugement dernier et l’Enfer » que l'on peut admirer au Campo Santo Monumentale, à Pise en Italie.

Remplis sous: La folie des mots Mots clés:
24
Nov/20
0

Le mot du jour : naguère

Textes et recherches de Jacques Lanciault

Je consigne ici le fruit de recherches sur le sens, l’étymologie, l’écriture ou encore la prononciation de certains mots ou expressions sur lesquels je bute, ou qui tout simplement suscitent ma curiosité au fil de mes lectures…

naguèreMardi, 24 novembre 2020

Source de la recherche
La question du jour pour le 11 novembre de mon Agenda du français pratique 2020.

L’adjectif naguère signifie :

Il y a longtemps, jadis;
Il y a peu de temps, dans un passé récent.

Réponse : b. Il y a peu de temps, dans un passé récent.

Définition
Le dictionnaire du correcteur électronique Antidote définit l’adjectif naguère, en le qualifiant de « soutenu », comme suit : « Il n’y a pas longtemps, à une époque récente. Exemples : Naguère encore, ce quartier était plein de vie. Elle m’a dit naguère que ce poste ne l’intéressait pas. »


Antidote fait remarquer que l’utilisation courante de naguère comme : « Il y a longtemps, à une époque lointaine », est critiquée.

Le Multidictionnaire de la langue française précise, quant à lui, « qu’il ne faut pas confondre naguère avec autrefois (dans un temps passé) et jadis (il y a très longtemps) ».

Remplis sous: La folie des mots Mots clés:
23
Nov/20
0

Le mot du jour : fourrier

Textes et recherches de Jacques Lanciault

Je consigne ici le fruit de recherches sur le sens, l’étymologie, l’écriture ou encore la prononciation de certains mots ou expressions sur lesquels je bute, ou qui tout simplement suscitent ma curiosité au fil de mes lectures…

Lundi, 23 novembre 2020

Source de la recherche
Le paragraphe suivant tiré d’un texte de Gilles Paris publié dans le quotidien Le Monde du 23 octobre 2020 :

« Donald Trump a essayé également de dépeindre son adversaire comme un fourrier du “socialisme”, sur la santé ou bien sur l’environnement, devenu un véritable dossier de débat présidentiel. Le démocrate attendait son adversaire avec une formule toute prête. “Il s’égare, il croit qu’il affronte quelqu’un d’autre. il affronte Joe Biden !”, a rétorqué l’ancien vice-président, identifié de longue date au courant centriste de son parti. Il a rappelé qu’il avait triomphé lors des primaires de son parti des figures les plus populaires de l’aile gauche démocrate. »

Définition
Le dictionnaire du correcteur électronique Antidote propose trois définitions pour le nom masculin fourrier, soit :

Une première définition où il qualifie le mot d’ancien : « Sous-officier responsable du cantonnement des troupes et du couchage ainsi que de la distribution des vivres et des vêtements. »


Une autre moderne et issue du domaine de la marine : « Marin comptable responsable de l’administration du personnel sur le plan financier et de la gestion du matériel d’une unité. »


Et finalement, une, au sens figuré, un mot qu’il classe dans le langage soutenu… et qui s’applique à notre citation : « Personne, ensemble de faits, de circonstances qui prépare ou annonce quelque chose. Exemple : Le fourrier d’une révolte. Le fourrier du printemps. »

Le Larousse du français, un dictionnaire en ligne, y va sensiblement de la même définition au sens propre, mais amène un sens très intéressant sur l’usage du mot au sens figuré, qu’il qualifie de « littéraire », y allant ainsi : « Personne qui prépare l’arrivée de quelqu’un, qui facilite ses entreprises illicites. »

Remplis sous: La folie des mots Mots clés:
22
Nov/20
0

Les mots du jour : taphophile et taphophilie

Textes et recherches de Jacques Lanciault

Je consigne ici le fruit de recherches sur le sens, l’étymologie, l’écriture ou encore la prononciation de certains mots ou expressions sur lesquels je bute, ou qui tout simplement suscitent ma curiosité au fil de mes lectures…

Cimetière monumental de Milan, Milan, Italie.Dimanche, 22 novembre 2020

Source de la recherche
Un commentaire entendu lors d’une émission « Questions pour champion » diffusée sur les ondes de TV5 Monde en octobre 2020 : « Madame… est une tapophyle! »

Définition
Le dictionnaire du correcteur électronique Antidote définit le nom taphophile comme suit : « Attrait anormal pour ce tout qui a rapport aux tombes. »

Une définition très négative par rapport à celle plutôt proposée par le dictionnaire de l’encyclopédie libre Wikipédia, le Wiktionnaire : « Qui pratique la taphophilie et donc qui nourrit un intérêt pour les cimetières et les tombes. »

Photo ci-dessus : Céline et moi sommes des taphophiles. Nous avons visité des dizaines et des dizaines de cimetières, dont celui de Milan… qui restera à jamais gravé dans nos mémoires! (Photo : Jacques Lanciault, octobre 2009)

Remplis sous: La folie des mots Mots clés:
21
Nov/20
0

Le mot du jour : crobard (ou crobar)

Textes et recherches de Jacques Lanciault

Je consigne ici le fruit de recherches sur le sens, l’étymologie, l’écriture ou encore la prononciation de certains mots ou expressions sur lesquels je bute, ou qui tout simplement suscitent ma curiosité au fil de mes lectures…

Samedi, 21 novembre 2020

Source de la recherche
Le paragraphe suivant tiré d’un texte de Frédéric Potet publié dans le quotidien Le Monde du 21 octobre 2020 :

« Journaliste et fier de l’être, le titulaire de la carte de presse n° 21991 a pratiqué, pendant six décennies, la plus ingrate des disciplines graphiques : le dessin d’actualité. Sitôt imprimé et lu, celui-ci est généralement jeté avec son support de papier. De trop rares éditions en recueils, et d’aussi peu nombreuses expositions, ne permettent pas de prolonger la vie de ces éphémères d’un jour que sont les « crobards » de presse. Servir d’écrin aux épluchures de pommes de terre invite à la modestie, mais n’empêche pas une certaine exigence esthétique. Cet accrochage en est aussi la démonstration."

Définition
Le dictionnaire du correcteur électronique Antidote définit le nom masculin crobard comme suit : « Croquis. »

Le dictionnaire lintern@ute propose la définition suivante de crobard, l'écrivant crobar dans sa définition : « Un crobar est un terme argotique qui sert à désigner un brouillon ou un croquis, c'est-à-dire une ébauche d'un dessin, d'un plan ou d'une peinture, destinée à préparer à la réalisation du projet définitif. »

Photo ci-dessus : Projet de couverture pour « Le Grand Duduche en vacances » (1974). V. CABUT

Remplis sous: La folie des mots Mots clés:
20
Nov/20
0

Le mot du jour : rubigineux

Textes et recherches de Jacques Lanciault

Je consigne ici le fruit de recherches sur le sens, l’étymologie, l’écriture ou encore la prononciation de certains mots ou expressions sur lesquels je bute, ou qui tout simplement suscitent ma curiosité au fil de mes lectures…

Vendredi, 20 novembre 2020

Source de la recherche
Une question posée lors de l’émission quotidienne « Questions pour champion » diffusée sur les ondes de TV5 Monde en octobre 2020 :

« Quel adjectif qualifie la couleur de la rouille? »

Réponse : rubigineux.

Définition
Le dictionnaire du correcteur électronique Antidote propose deux définitions de l’adjectif rubigineux soit :

« Qui est recouvert de rouille. Exemple : Un métal rubigineux. »

« Dont la couleur rappelle celle de la rouille. »

Remplis sous: La folie des mots Mots clés:
19
Nov/20
0

Le mot du jour : martingale

Textes et recherches de Jacques Lanciault

Je consigne ici le fruit de recherches sur le sens, l’étymologie, l’écriture ou encore la prononciation de certains mots ou expressions sur lesquels je bute, ou qui tout simplement suscitent ma curiosité au fil de mes lectures…

MartingaleJeudi, 19 novembre 2020

Source de la recherche
Le paragraphe suivant tiré d’un texte de Gilles Paris publié dans le quotidien Le Monde du 17 octobre 2020 :

« Il y a quatre ans, son premier directeur de campagne, Corey Levandowski, avait résumé en quatre mots la martingale de la victoire : laisser Trump être Trump. Mais le président distancé au niveau national comme dans les États clés est aussi son pire ennemi. »

Définition
Le dictionnaire du correcteur électronique Antidote propose plusieurs définitions pour le nom féminin martingale… et c’est la toute dernière qui semble s’appliquer au contexte de la citation, soit : « Combinaison de numéros que l’on détermine par un calcul plus ou moins scientifique et que l’on joue dans un jeu de hasard. Exemple : Inventer, suivre une martingale. »

L’encyclopédie libre Wikipédia explique une martingale comme suit : « Une martingale est une technique dont le but (bien souvent illusoire) est de s’assurer des gains aux jeux de hasard tout en respectant les règles de jeu. »

Remplis sous: La folie des mots Mots clés: