30
Déc/20
0

Des « ho » et des « ha » devant les œuvres sublimes au Musée des beaux-arts de Séville!

Texte, recherches et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 76e d’une longue série de reportages relatifs à une étourdissante odyssée en Andalousie et en Algarve, un voyage à quatre que nous avons terminé à Lisbonne au Portugal au printemps 2014

Museo de bellas artes de Sevilla, Séville, Andalousie, Espagne

Séville, Espagne, mercredi 28 mai 2014 - Journée riche en découvertes aujourd’hui à Séville!

Tout d’abord la plaza de Toros de la Real Maestranza de Caballería de Sevilla et de son petit, mais très intéressant musée. Puis la Torre del Oro et la vue sur Séville de son sommet et pour terminer la matinée, le somptueux édifice de l’Hospital de la Caridad.

Finalement, nous terminons notre journée de visites par une longue déambulation dans le magnifique « Musée des beaux-arts de Séville », lui qui cache ses innombrables chefs-d’œuvre dans l’ancien couvent de la Merced, un édifice bâti entre 1603 et 1672. Le musée n’y prend place toutefois que depuis 1841.

Photo ci-dessus : Bartolomé Esteban Murillo a réalisé un grand nombre d’Immaculée-Conception durant sa carrière. Ici il en a représenté une dans un tableau octogonal. L’œuvre intitulée « Inmaculada » date de 1670.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
28
Déc/20
0

La superbe Torre del Oro et l’Hospital de la Caridad, un véritable musée des beaux-arts!

Texte, recherches et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 75e d’une longue série de reportages relatifs à une étourdissante odyssée en Andalousie et en Algarve, un voyage à quatre que nous avons terminé à Lisbonne au Portugal au printemps 2014

Proue de la Giralda, Torre del Oro, Séville, Andalousie, Espagne

Séville, Espagne, mercredi 28 mai 2014 - Notre visite guidée de la plaza de Toros de la Real Maestranza de Caballería de Sevilla et de son musée a été très intéressante.

Après cette courte immersion dans la culture taurine, nous nous dirigeons vers la Torre del Oro, où nous grimpons les 91 marches qui nous mènent à son sommet. La vue sur le fleuve Guadalquivir, sur la cathédrale et sur la Giralda y est imprenable.

Cette tour fut construite au début du XIIIe siècle afin de contrôler l’accès à la ville depuis le fleuve Guadalquivir. Mais elle ne prit son nom de « Tour de l’Or » qu’au XVIe siècle… lorsqu’elle est devenue le lieu d’entreposage de l’or ramené de l’Amérique!

Au terme ne notre visite, nous entrons dans l’édifice de l’Hospital de la Caridad, situé à un jet de pierre. Cette institution fut fondée par le chevalier don Miguel de Manàra au XVIIe siècle pour soigner les indigents. Aussi surprenant que cela paraisse, une partie de l’hôpital est encore en exploitation aujourd’hui.

Dans la partie que nous visitons, un véritable musée, il y a une très belle église… où le retable du maître-autel est tout simplement une grande œuvre d’art. Normal, car ce sont Bartolomé Esteban Murillo et Pedro Roldán qui ont conjugué leurs talents dans l’élaboration de ce retable.

Photo ci-dessus : Lors de notre ascension de la « Torre del Oro », nous avons croisé deux espaces muséaux où nous avons admiré, entre autres, la figure de proue du yacht baptisé « La Giralda »!

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
26
Déc/20
0

La plaza de Toros de la Maestranza de Sevilla, son impressionnante arène et son petit musée!

Texte, recherches et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 74e d’une longue série de reportages relatifs à une étourdissante odyssée en Andalousie et en Algarve, un voyage à quatre que nous avons terminé à Lisbonne au Portugal au printemps 2014

Arène de la Plaza de Toros, Séville, Andalousie, Espagne

Séville, Espagne, mercredi 28 mai 2014 - Nous amorçons notre journée de visites par un tour guidé des arènes de Séville… où nous reviendrons pour assister à une vraie corrida dimanche soir!

Toutefois, avant d’entrer dans le magnifique édifice où prennent place l’arène et les gradins, nous admirons les nombreux monuments et sculptures que l’on retrouve devant l’immeuble, sur le paseo de Cristóbal Colón.

La plaza de Toros de la Real Maestranza de Caballería de Sevilla, une des rares encore en activité dans le monde, est la deuxième plus ancienne plaza de Toros d’Espagne, et ce, après celle Ronda, que nous avons visitée plus tôt dans le périple.

Ici, pas moins de 12 000 aficionados de la corrida peuvent y prendre place… pour le spectacle qui inclut la « mise à mort » des taureaux!

Au terme de notre visite guidée des lieux, nous explorerons, à notre rythme, le petit musée situé au sous-sol des arènes. Nous y verrons des toiles présentant des scènes de corrida, quelques belles sculptures et de magnifiques habits de lumière!

Photo ci-dessus : Une grande ellipse de sable doré entourée de très étroits gradins… pouvant tout de même accueillir 12 000 spectateurs : la plaza de Toros de la Real Maestranza de Caballería de Sevilla.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
25
Déc/20
0

Joyeux Noël à tous nos amis et à toutes nos amies

A tous nos amies et amis,

Céline et moi profitons de cette journée hors norme pour vous souhaiter un très joyeux Noël… même si rien n’est vraiment semblable à nos traditions cette année.

Nous espérons que ces fêtes de fin d’année vous apporteront quelques plaisirs, malgré tous les interdits qu’on nous impose par ces temps de pandémie. Le bonheur est souvent dans les petites choses… et nous vous souhaitons des tonnes de « petites choses » agréables.

Un grand merci de nous suivre avec une telle fidélité.

Joyeux Noël

Céline et Jacques

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
23
Déc/20
0

L’ancien pavillon du « Casino de l’Exposition de Séville » et un mémorable souper chez Michela!

Texte, recherches et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 73e d’une longue série de reportages relatifs à une étourdissante odyssée en Andalousie et en Algarve, un voyage à quatre que nous avons terminé à Lisbonne au Portugal au printemps 2014

Restaurante Mechela, Séville, Andalousie, Espagne

Séville, Espagne, mardi 27 mai 2014 - Après avoir admiré l’époustouflant palacio de San Telmo, le superbe « Hôtel Alfonso XIII », l’ancienne fabrique royale de tabac et les majestueux monuments et fontaines des environs, nous filons vers le Parque de Maria Luisa!

Dès que nous y arrivons, nous entrons dans le superbe édifice de l’ancien Casino de la Exposición de 1929, où, pour l’heure, se tient une exposition temporaire sur le centenaire du parc de Maria Luisa.

Sur le chemin du retour vers notre appartement, nous passons devant la Plaza de toros de la Maestranza… que nous visiterons en groupe demain.

Pour terminer cette riche journée de visites, en soirée nous faisons bombance dans un restaurant servant des plats succulents et surtout des plats de toute beauté : le « Mechela Restaurante ». C’est un endroit où il faut absolument réserver, car dès l’ouverture des portes à 20 h 30, soir après soir, on affiche complet!

Photo ci-dessus : Peut-on rêver plus belle présentation pour une entrée… Des plats semblables se sont succédé durant tout notre repas du soir pris à l’excellent restaurant Mechela du quartier Arenal à Séville.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
21
Déc/20
0

Le palacio de San Telmo, monuments et fontaines, l’Hôtel Alfonso XIII et l’ancienne fabrique de tabac!

Texte, recherches et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 72e d’une longue série de reportages relatifs à une étourdissante odyssée en Andalousie et en Algarve, un voyage à quatre que nous avons terminé à Lisbonne au Portugal au printemps 2014

Fontaine Hispalis, Séville, Andalousie, Espagne

Séville, Espagne, mardi 27 mai 2014 - Notre incursion matinale dans le quartier de Triana a été agréable et intéressante. Tant notre visite de la Capilla de Los Marineros, celle du Musée des Calèches, que nos promenades dans les jolies petites calles du quartier.

Après avoir traversé le pont de Triana, nous nous retrouvons dans un quadrilatère époustouflant.

Côte à côte ou presque se trouve le palacio de San Telmo, un palais bâti en 1682 qui abrite aujourd’hui la Junta de Andalucía, c’est-à-dire le gouvernement autonome d’Andalousie, le superbe « Hôtel Alfonso XIII », le plus célèbre palace de Séville, édifié pour l’Exposition ibéro-américaine de 1929, un des pavillons de l’Université de Séville, qui prend place dans une ancienne fabrique de tabac, et finalement le Casino de la Exposición de 1929, où, pour l’heure, se tient une exposition temporaire sur le centenaire du parc Maria Luisa.

Photo ci-dessus : La superbe fontaine de Hispalis (nom romain de la ville de Séville) présente une série de sculptures représentant allégoriquement Séville. Une femme en tunique assise sur une sorte de grandes feuilles de lotus domine l’ensemble.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
19
Déc/20
0

Le quartier de Triana : l’église Santa Ana, la Capilla de Los Marineros et le musée des de calèches!

Texte, recherches et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 71e d’une longue série de reportages relatifs à une étourdissante odyssée en Andalousie et en Algarve, un voyage à quatre que nous avons terminé à Lisbonne au Portugal au printemps 2014

Virgen de la Esperanza de Triana, Séville, Andalousie, Espagne

Séville, Espagne, mardi 27 mai 2014 - Même si nous en sommes à notre sixième journée de visites à Séville, la capitale de l’Andalousie nous réserve encore de très belles surprises.

Nous amorçons notre journée par un court retour dans le quartier de Triana. Nous nous rendons à l’église Santa Ana. Mais, comme c’est pratiquement toujours le cas pour les églises depuis notre arrivée à Séville, elle est fermée.

Nous rebroussons chemin et croisons la Capilla de Los Marineros, qui, elle, est ouverte! On a donc la chance d’admirer une statue de la Virgen de la Esperanza de Triana, une œuvre qui, malgré qu’elle soit d’un sculpteur anonyme, est pourtant une des Vierges les plus vénérées par les Sévillans, avec celle de la Macarena… que nous avons admirée hier.

Avant de retraverser le pont de Triana, nous entrons au « Museo de Carruajes »… qui prend place dans l’édifice de l’Institut hispano-cubain de Séville. Nous explorons la toute petite exposition de carrioles. Il y a des « carrosses » datant du temps où les véhicules automobiles n’avaient pas encore leurs lettres de noblesse!

Photo ci-dessus : Depuis le début de notre périple en Andalousie, nous ne comptons plus les statues de la Vierge Marie que nous avons admirées. Ce matin, nous en avons admiré une autre, cette fois-ci dans le quartier Triana où la « Nuestra Señora de la Esperanza » est vénérée dans la « capilla de los Marineros ». Cette statue a reçu le couronnement canonique papal en 1984.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
16
Déc/20
0

Le plus vieux bar à tapas de Séville, encore des églises et les colonnes de l’Alameda de Hércules!

Texte, recherches et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 70e d’une longue série de reportages relatifs à une étourdissante odyssée en Andalousie et en Algarve, un voyage à quatre que nous avons terminé à Lisbonne au Portugal au printemps 2014

Colonnes de l’Alameda de Hércules, Séville, Andalousie, Espagne

Séville, Espagne, lundi 26 mai 2014 - Notre journée a commencé sur les chapeaux de roues ce matin… Tout d’abord, visite de la très belle Basílica de la Macarena et de ses alentours où les maisons sont superbement décorées pour le jubilé de la Vierge des lieux.

Puis, balade le long des anciennes murailles de la Macarena, les seuls vestiges ou presque des anciennes fortifications de Séville, et ce, tout juste avant une pause gourmande au Kiosco de calentitos Macarena à déguster les meilleurs churros d’Espagne… bien installés devant l’impressionnant édifice du parlement de l’Andalousie!

Nous continuons notre journée par une fort agréable flânerie dans les calles du quartier de la Macarena, passant devant quelques églises… dont, entre autres, une qui est abandonnée, soit la iglesia de San Luis de los Franceses… pourtant superbe.

Nous entrerons également dans un tout petit restaurant, le mythique « El Rinconcillo », le premier bar à tapas de la ville, un établissement qui a pignon sur rue ici... depuis 1670.

Finalement, nous arrivons sur une jolie « promenade » nommée l’Alameda de Hércules… on y retrouve quatre hautes colonnes surmontées de statues, dont une d’Hercule et une autre de Jules César.

Photo ci-dessus : L’Alameda de Hércules est dominée au sud par deux colonnes. Celles-ci proviennent d’un temple romain dédié au dieu Mars dont les vestiges se trouvent encore aujourd’hui à son emplacement d’origine sur la calle Mármoles. Les colonnes sont surmontées des statues d’Hercule (fondateur légendaire de Séville) et de Jules César (qui restaura la ville). Les deux sculptures sont des œuvres de l’artiste du XVIe siècle, Diego de Pesquera.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
14
Déc/20
0

La Basilica de la Macarena, les murailles de Séville et les meilleurs churros au monde!

Texte, recherches et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 69e d’une longue série de reportages relatifs à une étourdissante odyssée en Andalousie et en Algarve, un voyage à quatre que nous avons terminé à Lisbonne au Portugal au printemps 2014

Virgen de la Macarena, Séville, Andalousie, Espagne

Séville, Espagne, lundi 26 mai 2014 - Après notre belle expédition d’hier à Carmona, nous reprenons aujourd’hui notre exploration de la cité de Séville… Nous y allons de notre première visite dans le district de La Macarena, connu sous le vocable tout simple de « La Macarena ».

Le district a par ailleurs donné son nom à une porte par où on peut y entrer et à sa célèbre basilique de la Macarena, qui en fait se nomme la Basílica de Santa María de la Esperanza Macarena.

Lors de notre passage, le quartier était en liesse! En effet, on se préparait à fêter le jubilé de la Virgen de la Esperanza Macarena, c’est-à-dire le 50e anniversaire du jour où le Cardinal Bueno Monreal a installé dans le chœur de l’église la superbe statue de la Vierge de la Macarena… c’était le 31 mai 1964!

Nous comptions visiter le musée de la basilique, mais, à notre grande surprise nous avons appris qu’il n’était ouvert qu’une journée par année, le 4 juin, sans que nous sachions pourquoi!

Après avoir présenté nos hommages à la Virgen de la Esperanza nous avons quitté les lieux, longeant les magnifiques murailles de la ville, filant jusqu’au « Kiosco de calentitos Macarena », un endroit mythique où nous avons dégusté les meilleurs « churros » de Séville… et peut-être même du monde.

Notre dégustation, nous l’avons réalisée dans un parc… face à la très longue façade de l’édifice du parlement d’Andalousie.

Photo ci-dessus : La « Virgen de la Esperanza Macarena » possède une garde-robe digne d’une « rock star ». Lors de notre passage, à quelques jours de son jubilé, elle portait cette belle robe couleur chair.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
11
Déc/20
0

Carmona : un joyaux méconnus de l’Andalousie! (troisième partie)

Texte, recherches et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 68e d’une longue série de reportages relatifs à une étourdissante odyssée en Andalousie et en Algarve, un voyage à quatre que nous avons terminé à Lisbonne au Portugal au printemps 2014

Tumba del elefante, Carmona, Andalousie, Espagne

Séville-Carmona-Séville, Espagne, dimanche 25 mai 2014 - Autre expédition aujourd’hui. Nous partons de la station d’autobus de San Bernardo de Séville pour nous rendre à Carmona, une toute petite ville sise à moins de 40 kilomètres de la capitale de la communauté autonome d’Andalousie, Séville.

Nous y découvrons une cité médiévale superbe, en commençant par l’église San Pedro et sa Giraldilla, un véritable copier-coller de la Giralda de Séville, puis son Alcazar et deux de ses portes antiques, celle de Séville et celle de Cordoue.

Comme partout en Andalousie, Carmona regorge d’églises. Lors de notre passage, outre celle de San Pedro, nous admirerons celle de San Bartolomé, celle de San Felipe, celle de Santa Maria et quelques autres… en plus d’un couvent, celui de Santa Clara.

Nous aurons également la chance de rêver en pénétrant dans le « Parador » de la ville! Soulignons qu’en Espagne, les « Paradores » sont des hôtels de luxe fondés par le roi Alphonse XIII en 1928 pour promouvoir le tourisme dans le pays! Généralement, ceux-ci prennent place dans des châteaux, des forteresses, des couvents, des monastères et d’autres édifices historiques.

Finalement, nous terminerons notre journée en visitant la nécropole romaine de Carmona, un des vestiges, avec la porte de Séville et l’amphithéâtre romain, de la période romaine glorieuse de cette cité.

Photo ci-dessus : Une sculpture d’éléphant sculptée dans la roche calcaire locale a été retrouvée en 1905 lors des fouilles archéologiques réalisées dans la « Nécropole romaine de Carmona ». La sculpture présentée au petit musée du site archéologique de la nécropole… a depuis donné son nom à la tombe : la « Tumba del elefante ».

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés: