3
Août/19
0

Washington : l’intéressant musée Dumbarton Oaks!

Textes et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 24e d’une série de reportages relatifs à notre exploration de la ville de Washington, la capitale américaine, un beau périple de douze jours réalisé au printemps 2019!

Dumbarton Oaks, Washington D.C., États-Unis

Washington D.C., États-Unis, vendredi 29 mars 2019 - Le sixième jour de notre périple à Washington nous a déjà permis de découvrir le magnifique quartier de Georgetown et le campus de sa célèbre université éponyme.

Après avoir dîné sur les berges du fleuve Potomac, nous avons poursuivi notre promenade, ce qui nous a menés cette fois-ci, aux portes d’un très beau et très intéressant musée, le Musée Dumbarton Oaks.

Ce musée a pour objet, l’art des civilisations byzantine et précolombienne, deux sujets qui ne nous sont pas particulièrement familiers.

Photo ci-dessus : Un très beau vase en céramique. Le Musée décrit son œuvre comme suit : « Sur le vase, une tête humaine est représentée avec les yeux grands ouverts. Elle affiche des sourcils proéminents, des joues peintes et des lèvres scellées avec des épines de cactus. Elle porte un bandeau avec des motifs géométriques surmontés d’une série de colibris colorés qui semblent percer la bande avec leur bec. Les colibris sont généralement associés aux plantes et à la fertilité et, dans certaines parties du Pérou moderne, on pense qu’ils incarnent l’esprit des morts qui viennent revisiter ceux qu’ils ont connus dans la vie. »

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
31
Juil/19
0

Du quartier de Georgetown à celui de Glover Park!

Textes et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 23e d’une série de reportages relatifs à notre exploration de la ville de Washington, la capitale américaine, un beau périple de douze jours réalisé au printemps 2019!

Quartier de Georgetown, Washington D.C., États-Unis

Washington D.C., États-Unis, vendredi 29 mars 2019 - Après avoir déambulé sur les larges avenues piétonnes du campus de la Georgetown University, nous avons poursuivi notre promenade dans quelques-unes des belles rues du quartier Georgetown… ce qui nous a menés sur les berges du fleuve Potomac… où nous avons dîné.

Partout nos regards ont été attirés par les charmantes maisons en rangée toutes colorées.

Puis, nous avons repris notre balade… jusqu’aux limites de Georgetown, arrivant, sans vraiment nous en rendre compte, dans le quartier Glover Park… !

La traversée de ce quartier nous mènera finalement à la cathédrale nationale de Washington!

Photos ci-dessus : Les maisons du quartier de Georgetown sont superbes. Il y a des maisons en rangée affichant toutes des couleurs variées… et aussi de véritables petits châteaux comme celui-ci!

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
29
Juil/19
0

La chapelle Dahlgren du Sacré-Cœur et le Healy Hall de l’Université Georgetown… superbes!

Textes et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 22e d’une série de reportages relatifs à notre exploration de la ville de Washington, la capitale américaine, un beau périple de douze jours réalisé au printemps 2019!

Heally Hall, Georgetown University, Washington D.C., États-Unis

Washington D.C., États-Unis, vendredi 29 mars 2019 - Notre promenade dans le quartier de Georgetown nous a menés sur le campus de la Georgetown University, elle qui a été fondée en 1789 par les Jésuites.

Nos premiers pas sur le campus nous ont permis de constater qu’il était immense… et magnifique. Nous avons pris la direction du pavillon principal de l’institution d’enseignement, le Healy Hall.

Mais tout juste avant d’y arriver, nous sommes entrés dans une magnifique chapelle, la Dahlgren Chapel of the Sacred Heart. Wow!

Photos ci-dessus : Le « Healy Hall » abrite l’administration de l’Université… Il a été construit entre 1877 et 1879. Sa flèche culmine à 200 pieds… ce qui en fait le sixième édifice le plus haut de Washington.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
28
Juil/19
0

Washington D. C. : à la découverte du quartier Georgetown… et de son université!

Textes et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 21e d’une série de reportages relatifs à notre exploration de la ville de Washington, la capitale américaine, un beau périple de douze jours réalisé au printemps 2019!

Georgetown Cupcake, Washington D.C., États-Unis

Washington D.C., États-Unis, vendredi 29 mars 2019 - Nous consacrons la sixième journée de notre périple dans la capitale nationale américaine à découvrir un quartier tout à fait différent du centre touristique de Washington… le quartier de Georgetown, lui qui abrite, entre autres, l’Université éponyme!

Outre d’y aller d’une longue promenade sur l’immense et superbe campus de l’université, la première université catholique du pays, fondée en 1789, nous déambulerons tranquillement dans ses petites rues bordées de superbes maisons colorées, une balade qui nous mènera sur les rives du Potomac où nous dînerons dans le Georgetown Waterfront Park!

Puis, nous poursuivrons nos découvertes du quartier y allant notamment de la visite d’un très beau musée, le Dumbarton Oaks, puis de celle de la cathédrale nationale de Washington… avant de filer vers une station de métro, celle de Dupont Circle, en empruntant la très longue avenue des ambassades!

Mais pour commencer, parlons de notre longue marche sur la rue « M » qui nous mènera sur le campus de l’Université.

Photos ci-dessus : En route pour le campus de l’Université de Georgetown, nous nous sommes arrêtés au « Georgetown Cupcake ». Nous n’avons jamais mangé des « cupcake » aussi moelleux et aussi frais que ceux-là. Ce fut vraiment un délice.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
25
Juil/19
0

Des musées des plus dépaysants : les galeries Arthur M. Sackler et Freer of Art

Textes et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 20e d’une série de reportages relatifs à notre exploration de la ville de Washington, la capitale américaine, un beau périple de douze jours réalisé au printemps 2019!

Galerie Arthur M. Sackler, Washington D.C., États-Unis

Washington D.C., États-Unis, jeudi 28 mars 2019 - Nous nous retrouvons maintenant dans deux musées consacrés à l’art asiatique, soit la « Galerie Arthur M. Sackler » et la « Galerie d’art Freer ». Toutes deux sont des musées nationaux d’art asiatique de la Smithsonian Institution.

Outre leurs musées, les galeries Freer et Sackler abritent la plus grande bibliothèque de recherche sur l’art asiatique aux États-Unis.

C’est en 1987 qu’a été fondée la « Galerie Arthur M. Sackler », suite au don d’environ 1 000 objets, et de 4 millions de dollars, de monsieur Sackler pour la construction du musée.

La Galerie Freer, pour sa part, a été fondée en 1923 par le magnat de la locomotive, Charles Lang Freer. Environ 18 000 pièces de collection se sont ajoutées aux 8 000 de la collection initiale du musée depuis la mort en 1919 de Charles Freer. Le musée abrite l’une des plus importantes collections d’art asiatique, avec des objets datant du néolithique au début du XXe siècle, ainsi que la plus importante collection d’œuvres de James McNeill Whistler au monde.

La « Galerie Arthur M. Sackler » est reliée physiquement à la « Galerie d’art Freer ». Pratiquement toutes les collections des deux musées prennent place sous le « jardin Enid A. Haup »… où nous venons de déambuler.

Photo ci-dessus : Notre visite à la « Galerie Arthur M. Sackler » nous a permis d’admirer un très grand nombre de représentations de Bouddha… dont celle-ci où son premier sermon a été immortalisé dans la pierre.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
23
Juil/19
0

Le jardin des sculptures de la National Gallery of Art et l’impressionnant château Smithsonian!

Textes et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 19e d’une série de reportages relatifs à notre exploration de la ville de Washington, la capitale américaine, un beau périple de douze jours réalisé au printemps 2019!

Jardin des sculptures, National Gallery of Art, Washington D.C., États-Unis

Washington D.C., États-Unis, jeudi 28 mars 2019 - Après avoir déambulé dans le jardin des sculptures du Hirshhorn Museum… nous nous rendons dans un autre jardin de sculptures, celui de la National Gallery of Art.

Si ce superbe musée a ouvert ses portes en 1941, le Jardin des sculptures lui a été inauguré en 1999. On y retrouve des œuvres de grande envergure réalisées aux XXe et XXIe siècles par des artistes américains et européens.

Puis, au terme de notre belle promenade dans ce parc, nous nous rendrons au Castle. Cet édifice impressionnant a été le premier bâtiment de l’institution Smithsonian. Sa construction s’est achevée en 1855. Aujourd’hui, il abrite le « Centre des visiteurs du Smithsonian »… et lors de notre passage, sa terrasse arborait de magnifiques magnolias en fleurs!

Photo ci-dessus : « House » de Roy Lichtenstein (1923-1997), certes l’artiste est mieux connu pour ses peintures « pop art » des années 1960 basées sur des publicités et des bandes dessinées, mais il a également produit un important corpus de sculptures, dont celle-ci.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
22
Juil/19
0

Art public – « Hommage à Clémence DesRochers » (Dominique Desbiens et Bruno Rouyère)

Texte, recherches et photos de Jacques Lanciault

Au fil de nos voyages, nous avons admiré très souvent des œuvres d’art dans les rues, sur les murs, devant les édifices, dans les parcs, etc.! Curieusement lorsque nous sommes chez nous, au Québec, nous prêtons moins attention et souvent ne les remarquons pas. Pourtant, l’art public est en pleine effervescence au pays!

Au cours des prochains jours, des prochaines semaines, voire des prochains mois, nous partagerons avec vous ces œuvres de chez nous que nous avons découvertes au fil de nos déplacements! Voici le 173e de notre série de reportages sur nos trouvailles…

Hommage à Clémence DesRochers, Montréal, Québec

Mirabel, Québec, 22 juillet 2019 – Lors de notre promenade en juin dernier à la recherche de la dernière mosaïque de Laurent Gascon, celle sur Diane Dufresne, nous avons croisé une murale rendant hommage à Clémence DesRochers.

L’œuvre qui prend place sur le mur sud d’une maison d’habitations située au 1793 de la rue Wolfe à Montréal est une réalisation des artistes Dominique Desbiens et Bruno Rouyère. Ceux-ci ont réalisé cette murale en 2017 à l’occasion des 60 ans de carrière de l’actrice.

La murale est composée d’un portrait de « Clémence » et d’un poème écrit par madame DesRochers.

Cette œuvre d’art public a été réalisée sous l’égide de l’organisme « MU » dans le cadre de leur collection « Hommage aux bâtisseurs culturels montréalais », une série qui vise à reconnaître l’inestimable contribution des créateurs de la métropole de différentes disciplines artistiques.

Photo ci-dessus : Une murale rendant hommage à l’artiste Clémence DesRochers que l’on peut admirer sur un mur d’une maison sise au 1793 de la rue Wolfe à Montréal. L’œuvre est en deux parties. Premièrement, il y a l’artiste devant un microphone, et tout à côté le texte d’un des poèmes dont elle est l’auteure.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
19
Juil/19
0

La plaza et le jardin de sculptures du Hirshhorn Museum… Wow!

Textes et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 18e d’une série de reportages relatifs à notre exploration de la ville de Washington, la capitale américaine, un beau périple de douze jours réalisé au printemps 2019!

Kiepenkerl, Jeff Koons, Hirshhorn Museum, Washington D.C., États-Unis

Washington D.C., États-Unis, jeudi 28 mars 2019 - Au terme de notre belle visite du Hirshhorn Museum, un musée regroupant des œuvres d’art contemporain et d’art moderne, nous y allons d’une promenade autour de l’édifice et dans son superbe jardin où prennent place plusieurs autres œuvres d’art.

En fait, le site Internet du Musée mentionne ceci : « Avec plus de soixante œuvres d’art exposées toute l’année, le jardin de sculptures du musée Hirshhorn offre aux visiteurs un havre de recueillement au cœur de la capitale de notre pays. »

L’exposition extérieure se compose du « Jardin », inauguré en 1974 en même temps que le musée, et de la « Plaza » entourant le bâtiment du musée, un lieu réservé pour exposer des acquisitions plus récentes.

Ensemble, les deux sites forment un lieu paysager où sont présentées des œuvres chères au Musée.

Photo ci-dessus : « Kiepenkerl », est une réplique réalisée par l’artiste américain Jeff Koons d’une œuvre créée par August Schmiemann à Münster, en Allemagne, en 1896. Elle dépeint justement un « Kiepenkerl », c’est-à-dire un marchand ambulant, un colporteur.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
18
Juil/19
0

Art public – « Lilia » (Fluke)

Texte, recherches et photos de Jacques Lanciault

Au fil de nos voyages, nous avons admiré très souvent des œuvres d’art dans les rues, sur les murs, devant les édifices, dans les parcs, etc.! Curieusement lorsque nous sommes chez nous, au Québec, nous prêtons moins attention et souvent ne les remarquons pas. Pourtant, l’art public est en pleine effervescence au pays!

Au cours des prochains jours, des prochaines semaines, voire des prochains mois, nous partagerons avec vous ces œuvres de chez nous que nous avons découvertes au fil de nos déplacements! Voici le 172e de notre série de reportages sur nos trouvailles…

Lilia, Fluke, Montréal, Québec

Mirabel, Québec, 18 juillet 2019 – En juin, quelques jours avant de quitter le Québec pour notre périple en Italie, nous nous sommes rendu sur la rue Ontario à la recherche de la dernière mosaïque de Laurent Gascon, Diane Dufresne. En cours de route, en fait à notre sortie de la station de métro Frontenac, nous avons aperçu une magnifique murale!

L’œuvre est intitulée « Lilia » et est une réalisation de l’artiste « Fluke » du collectif d’artistes Ashop. Elle vise à mettre en lumière l’intégration de la communauté polonaise de Montréal au sein de la culture québécoise. 

La murale prend place sur le mur de l’édifice situé au 1956 Frontenac et occupé par la Société Polonaise de l’Aigle Blanc (Dom Polski). L’œuvre embellit la ruelle verte Les Fins Filou.

La ville de Montréal décrit longuement la murale sur le communiqué annonçant son inauguration, qui a eu lieu le 30 octobre 2018 :

« Lilia, qui signifie “lis” en polonais, est une œuvre exposant l’héritage culturel des Polonais en terres québécoises.

Les rubans, propres au style de Fluke, enrobent l’œuvre, lui donnant une continuité fluide et dynamique. Du côté gauche, ils portent les couleurs du drapeau polonais, le rouge et le blanc, pour graduellement prendre des tons de vert et de brun, faisant ressortir les éléments de la flore québécoise à la droite.

Au premier plan, on aperçoit une jeune fille habillée en costume folklorique polonais, la Krakowianka. Derrière elle, un aigle blanc couronné, emblème de la Pologne, vole au sein des rubans, lui rappelant ses origines.

À sa droite viennent se poser des lis blancs et des iris versicolores, ramenant à son héritage culturel québécois.

En arrière-plan, une forêt est peinte sous des tons de vert, jaune et orange, lui donnant un aspect tout aussi naturel que surréel. La nature ici présente fait référence à la ruelle verte Les Fins Filous, qui témoigne d’une forte implication des citoyens au verdissement de leur environnement à travers la plantation.

Cet esprit d’entraide et de coopération se traduit également par le symbole de Fin Filou, chat errant adopté par tous les résidents de la ruelle. Il est à son tour devenu l’emblème d’une communauté en santé. Finalement, l’œuvre contient certains symboles cachés, tels que des motifs folkloriques polonais dans les rubans qui incarnent la coexistence des deux cultures sur le même territoire. »

Photo ci-dessus : « Lilia », une superbe murale réalisée par l’artiste Fluke peut être admirée sur le mur de l’édifice situé au 1956 Frontenac. L’œuvre embellit la ruelle verte « Les Fins Filou ».

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
17
Juil/19
0

Un musée d’arts contemporain et moderne fort intéressant : le Hirshhorn Museum!

Textes et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 17e d’une série de reportages relatifs à notre exploration de la ville de Washington, la capitale américaine, un beau périple de douze jours réalisé au printemps 2019!

Big Man, Ron Mueck, Hirshhorn Museum, Washington D.C., États-Unis

Washington D.C., États-Unis, jeudi 28 mars 2019 - Nous en sommes maintenant au « Jour 5 » de notre périple à Washington!

Après une journée de transport pour nous rendre dans la capitale américaine, nous avons consacré un jour complet à déambuler sur « l’Esplanade nationale des mémoriaux », puis un autre à visiter un des deux édifices de la National Gallery of Art, avant de nous extasier devant le Capitole et les superbes bâtisses qui l’entourent à notre « Jour 4 »!

Aujourd’hui, trois musées sont à notre programme de visites, le Hirshhorn Museum, un musée regroupant des œuvres d’art contemporain et d’art moderne, ainsi que la Freer Gallery of Art et la Arthur M. Sackler Gallery, deux musées d’art asiatique.

De plus, nous profiterons de la belle température pour déambuler dans le jardin de sculptures du Hirshhorn Museum et dans celui de la National Gallery of Art!

Mais allons-y tout d’abord avec nos découvertes au Hirshhorn Museum.

Photo ci-dessus : Une œuvre spectaculaire! Mais pourtant, il nous semble qu’elle n’est pas vraiment mise en valeur au « Hirshhorn Museum ». Elle s’intitule « Untitled (Big Man) » et est de l’artiste australien Ron Mueck.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés: