17
Juil/21
0

Conor Angel : un talent brut qui « saute aux yeux »

Revue de presse

Jonathan Gagnon, La Voix de l'Est, le 17 juillet 2021

Conor Angel

Conor Angel a fait la fierté des Cards de LaSalle, mais aussi celle de toute la Ligue de baseball junior élite du Québec, en étant repêché en 15e ronde par les Rays de Tampa Bay mardi. Le grand droitier de 21 ans espère que ce n’est que le début d’un long et fructueux parcours chez les professionnels.
Après des discussions avec plusieurs organisations du baseball majeur, Angel s’attendait à être sélectionné cette semaine. Ça n’enlève toutefois rien à l’ampleur de l’exploit qu’il vient d’accomplir.

« Je viens d’un coin où personne ne perce vraiment dans le milieu du baseball. Les grandes ligues, tu y crois plus ou moins quand tu es jeune. Mais avec le bon encadrement, tout devient possible. J’ai eu la chance de croiser de très bons entraîneurs sur ma route », a souligné l’athlète originaire de Lachine lors d’une entrevue accordée aux Coops de l’information.

« Quand j’ai vu mon nom apparaître sur le tableau mardi, c’était un peu surréaliste. Mais en même temps, ça vient récompenser des années de travail. »

Photo ci-dessus : L’artilleur de Lachine, Conor Angel. (Photo : Kevin J. Rafterry, LBJÉQ)

Même s’il a notamment lancé une trentaine de manches avec les Ragin’ Cajuns de l’Université de Louisiane à Lafayette, en division 1 dans la prestigieuse NCAA, Conor Angel demeure un produit du système québécois.

Il dit d’ailleurs avoir beaucoup appris dans la LBJEQ, de 2017 à 2020.

« Je ne cacherai pas que j’ai parfois connu des moments difficiles au niveau juco (junior college). Mes séjours au Québec m’ont permis de reprendre confiance quand j’en avais besoin. J’ai pu travaillé sur certains lancers, sans composer avec trop de pression », a expliqué l’ancien as des Cards.

Les frappeurs québécois n’oublieront pas son passage de sitôt. En 170 manches dans le circuit Brulotte, Angel a cumulé une spectaculaire moyenne de points mérités de 2,31.

L’artilleur de 6 pieds et 5 pouces quittera bientôt pour la Floride avant de faire ses débuts dans l’organisation des Rays. Il devrait d’abord évoluer dans la Florida Complex League, un niveau légèrement inférieur au A faible.

« J’ai déjà de la vélocité et un bon mouvement sur ma balle rapide, donc un des objectifs sera de peaufiner mes autres tirs. J’aimerais aussi atteindre la zone des prises avec plus de constance. »

Si le projet de garde partagée entre Montréal et Tampa se concrétise, Angel pourrait ultimement suivre les traces de l’ex-lanceur des Expos Denis Boucher, un mentor qui a d’ailleurs grandement contribué à son développement jusqu’ici.

« Un vrai passionné »

Associé aux Cards de LaSalle depuis le début des années 2000, Milton Lopez en a vu passer des bons joueurs. N’empêche que Conor Angel est assurément un des meilleurs depuis l’époque de Russell Martin.

« Dès le départ, son talent brut saute aux yeux. Et le plus beau dans son cas, c’est qu’il est encore en train de coordonner sa mécanique avec son gabarit hors du commun », a résumé le directeur général de la formation montréalaise.

« C’est aussi un vrai passionné de baseball dévoué et très fidèle. Même quand il était aux États-Unis, il s’informait pour savoir comment allait notre équipe. »

Le seul regret de Lopez est de ne pas avoir pu utiliser son jeune protégé en séries, ne serait-ce que pour un seul match.

« C’est la réalité avec laquelle on doit composer. C’est tentant de surcharger ces athlètes exceptionnels, mais il faut penser à leur développement à long terme », a-t-il fait valoir.

N’empêche que les succès du jeune Angel rejaillissent forcément sur la LBJEQ cette semaine.

« Avec des gars comme Zachary Gagnon à Granby, Mathieu Deneault-Gauthier à Longueuil et William Sierra chez nous, la ligue a accueilli plusieurs excellents lanceurs au cours des dernières années. Sans rien enlever aux autres, ces joueurs-là amènent le produit à un autre niveau. »

Conor Angel n’est pas le seul athlète né au Québec à avoir été repêché par une équipe de baseball cette semaine. Les Royals de Kansas City ont réclamé Eric Cerantola, un autre lanceur droitier, dès la cinquième ronde. Précisons toutefois que ce dernier a déménagé en Ontario dès l’âge de 7 ans.

Originaire de Dixville, en Estrie, Anthony Quirion a quant à lui signé avec les Phillies de Philadelphie à titre de joueur autonome.

Revue de presse publiée par Jacques Lanciault.

Remplis sous: Baseball Mots clés:
Commentaires (0) Trackbacks (0)

Aucun commentaire pour l'instant

Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant