12
Oct/13
0

Russell Martin bat un record vieux de 125 ans!

Revue de Web

Traduction libre par Jacques Lanciault d’un texte de Bob Elliott publié sur le site Internet « Canadian Baseball Network », le 10 octobre 2013

Russell Martin Saint Louis – Russell Martin n’était pas avec l’équipe nationale du Canada à Phoenix en Arizona lors de la « Classique mondiale de baseball » du mois de mars dernier, mais un endroit où vous êtes pratiquement certain de le retrouver, c’est sur un terrain de baseball des ligues majeures au mois d’octobre !

Photo ci-dessus : Octobre, un mois très apprécié par Russell Martin pour jouer au baseball.

Mercredi dernier, alors que les Pirates de Pittsburgh et les Cardinals de Saint Louis s’affrontaient dans le cinquième et décisif match de la série de division de la Ligue nationale de baseball, l’athlète québécois était derrière le marbre pour son équipe de la Pennsylvanie !

Et pour l’occasion, Martin en était à son 39e match de séries éliminatoires dans les ligues majeures en carrière. Ce faisant, il établissait ainsi un nouveau record pour un Canadien en match de séries de fin de saison. La marque qu’il a effacée appartenait à Tip O’Neill… depuis 125 ans. Wow !

Malheureusement, en raison de la belle prestation du lanceur partant des Cards, Adam Wainwright, les Pirates ont encaissé la défaite au compte de 6-1.

En raison de ce revers, il faudra attendre à l’an prochain pour voir Martin améliorer encore son nouveau record.

Six participations aux séries en huit ans!
En 2013, l’athlète montréalais en était à sa huitième saison dans les Ligues majeures. Il a pris part aux séries d’après-saison six fois! Avec les Dodgers de Los Angeles en 2006, 2008 et 2009, puis à ses deux saisons avec les Yankees de New York en 2011 et 2012 et cette année avec les Pirates! Ce qui signifie qu’en huit campagnes dans le baseball majeur, Martin a atteint les séries six fois!

Le légendaire Ernie Banks, qui a porté les couleurs des Cubs de Chicago durant 19 saisons, n’a jamais eu la chance de se présenter ne serait-ce qu’une fois dans le rectangle du frappeur en série!

Russell, lui, a disputé ses 39 matchs à titre de receveur partant de son équipe!

Qui plus est, il y a été présent du premier au dernier lancer dans 37 des 39 rencontres. L’application de stratégies offensives a deux fois fait en sorte qu’il a été retiré du match.

En 2012, le gérant des Yankees, Joe Girardi, a envoyé Curtis Granderson frappé à la place de Martin en septième manche, alors que les Yankees tiraient de l’arrière 8-1 sur les Tigers de Detroit en série de championnat de la Ligue américaine. Puis, cette année, dans le quatrième match de la série où les siens affrontaient les Cards, le gérant des Pirates, Clint Hurdle, a utilisé un coureur d’urgence à la place du Québécois qui venait de soutirer un but sur balles en huitième manche et que les Pirates tiraient de l’arrière 2-1 sur la troupe du Missouri.

Russell Martin

Photo ci-dessus : Dans tous les matchs, en raison de la position qu'il occupe sur le losange, Russell Martin est pratiquement impliqué sur tous les jeux

L’homme de fer
Martin est infatigable. L’an dernier, il s’est accroupi derrière le marbre pour des matchs de 12 et de 13 manches que les Yankees ont disputés face aux Orioles de Baltimore et un peu plus tard face aux Tigers de Detroit.

En faisant abstraction des neuvièmes manches des matchs que les siens ont perdus sur la route, Martin a été receveur pour 335 des 338 manches de jeu défensif de ses équipes… soit dans 99,1% des cas!

Une tout autre époque
O’Neill a patrouillé le champ gauche des Brown de Saint Louis lors de quatre séries mondiales auxquelles son équipe a pris part entre 1885 et 1888!

Mais à cette époque, c’est-à-dire avant 1903, nous apprend Neil Munro, le gourou des statistiques, les matchs de Série mondiale étaient considérés comme des rencontres d’exhibition. Il n’y avait pas de calendrier pré-établi, le but n’étant que de faire un peu d'argent. Les équipes s’affrontaient jusqu'à ce que l'intérêt des spectateurs faiblisse.

À titre d’exemple, soulignons qu’en 1887, lors d’une série opposant les Wolverines de Detroit et les Browns, les deux équipes ont disputé 15 matchs, Detroit l’emportant 10 fois et encaissant 5 revers.

Né à Springfield en Ontario, O’Neill a maintenu une moyenne au bâton de 0,240 en 38 matchs de séries éliminatoires. Il a claqué cinq coups de circuit et a maintenu une moyenne de présences sur les buts de 0,693.

Deux Canadiens en série avec les Pirates
Martin n’était pas le seul Canadien à sauter sur le terrain lors du match face aux Cardinals de Saint Louis, mercredi dernier. En effet, son coéquipier Justin Morneau y allait, quant à lui, d’un 13e départ en match de série. Il a d’ailleurs réussi deux coups sûrs lors de cette rencontre.

La seule autre fois de l’histoire du baseball majeur où deux Canadiens étaient d’une série de fin de saison est survenue lorsque Corey Koskie et Morneau ont amorcé les quatre matchs de la série opposant leur équipe, les Twins du Minnesota, au Yankees de New York lors d’une série de division de la Ligue américaine.

Méli-mélo
. Martin a frappé deux de ses quatre coups de circuit en série cette saison, et ce, dans le même match. Les deux face aux Reds de Cincinnati dans le match du meilleur deuxième où les Pirates ont défait la machine rouge au compte de 6-2.

Russell Martin

Photo ci-dessus : Un des élans de Russell Martin qui lui a valu un coup de circuit aux dépens des Reds de Cincinnati.

. Selon Scott Crawford du « Temple de la Renommée du baseball canadien », en série, Martin occupe le deuxième rang pour les apparitions au bâton, pour les coups sûrs et les points produits et la troisième place pour les points comptés, les circuits et le total de buts atteints.

. Après l’élimination de son équipe plus tôt cette semaine, Clint Hurdle, le gérant des Pirates, a salué l’éthique de travail de son receveur… un receveur à qui il a demandé d’amorcer 117 matchs pour les siens en 2013!

. Martin a mentionné que pour lui, il n’y a pas de différence entre se préparer pour un match de saison ou un match de série.

« C'est un peu la même routine qu’en saison», a-t-il précisé. « Sauter sur le terrain, après l’exercice au bâton, tenir une réunion avec le lanceur, réviser l’alignement de l’équipe adverse, que ce soit en saison ou en séries, nous réalisons les mêmes étapes. »

Russell Martin

Photo ci-dessus : «Chaque lanceur de notre équipe est un peu différent. Pour la plupart d’entre eux, nous avons construit notre relation tout au long de l'année. Je me sens à l'aise avec n'importe quel lanceur de notre personnel. La seule chose qui est différente en série, c'est l’importance des matchs que nous disputons. Autrement, c'est la même chose».

Meneurs chez les Canadiens en match d’après-saison

Matchs
Russell Martin 39
Tip O’Neill 38
Larry Walker 28
George Selkirk 21

Doubles
Martin 6
Walker 5
Corey Koskie et Justin Morneau 4.

Buts sur balles
Martin 17
Walker 16
Jason Bay 12

Apparitions officielles au bâton
O’Neill 146
Martin 132
Walker 100
Selkirk 68

Coups sûrs
O’Neill 35
Martin 28
Walker 23
Selkirk 18
Morneau 16

Points produits
O’Neill 21
Martin 16
Walker 15
Selkirk 10

Points comptés
O’Neill 23
Walker 18
Martin 17
Selkirk 11

Circuits
Walker 7
O’Neill 5
Martin 4
Bay 3

Total de buts
O’Neill 59
Walker 51
Martin 46
Selkirk 28

Revue de Web publiée par Jacques Lanciault.

Remplis sous: Baseball Mots clés:
Commentaires (0) Trackbacks (0)

Aucun commentaire pour l'instant

Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant