20
Mai/19
0

Washington… en se dirigeant vers les superbes mémoriaux de l’Esplanade nationale! (1re partie)

Textes et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 2e d’une série de reportages relatifs à notre exploration de la ville de Washington, la capitale américaine, un beau périple de douze jours réalisé au printemps 2019!

Lincoln Memorial, Washington D.C., États-Unis

Mirabel, Québec - Washington D.C., États-Unis, dimanche et lundi 24 et 25 mars 2019 - Voilà, nous partons à la découverte de la capitale américaine, Washington D.C.

Nous quittons le Québec alors que le mercure est toujours sous zéro… et après dix heures de route sous un magnifique ciel bleu, nous arrivons à Alexandria, une petite ville de l’État de Virginie sise au sud de Washington, tout près de la capitale américaine. La chambre d’hôtel que nous avons réservée est située dans cette cité de moins de 150 000 habitants. À notre arrivée, le mercure n’indique rien de moins que 18 beaux degrés Celsius.

Puis, comme première journée de visites, direction The Mall’s Memorials, une locution anglaise qui peut se traduire en français par « L’Esplanade nationale ». Il s’agit d’un très grand parc du centre-ville de Washington bordé de monuments et de mémoriaux, tous plus impressionnants les uns que les autres.

Photo ci-dessus : Le « Lincoln Memorial », on dirait un immense temple grec, affiche 36 colonnes doriques qui composent son péristyle. Ces colonnes symbolisent les 36 États membres de l’Union à la fin du deuxième mandat du président Abraham Lincoln.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

N.-B. : Pour regarder le diaporama des photos présentées sur cette page, cliquez sur n’importe laquelle des photos.

Lorsque nous quittons Mirabel à 7 heures en ce beau dimanche matin, le thermomètre de notre véhicule indique « moins » quatre degrés Celsius. C’est froid, mais le soleil brille de tous ses feux dans un ciel sans nuages. Une journée idéale pour le long périple qui nous attend.

Nous prenons la route en suivant religieusement les indications de notre GPS, car une multitude de chantiers de construction rendent la sortie de la métropole des plus compliquée.

Déjà, nous savions que le pont Champlain était fermé. Notre guide nous mène donc en direction du pont Mercier. Heureusement, nous sommes dimanche matin et presque les seuls sur la route.

La sortie de Montréal s’effectue bon train, si bien que nous arrivons aux douanes américaines, sises à exactement 103 km de notre domicile, à 8 h 12. Trois guichets sont ouverts.

Après quelques minutes d’attente, nous arrivons au douanier. Surprise, il est souriant et nous pose même quelques questions sur nos visites prévues à Washington! Et il nous souhaite bon séjour.

Il y a très peu de circulation et nous roulons gaiement sous le soleil. Nous nous arrêtons pour dîner à 11 h 45 au Ulster Service Area, situé sur la route 87 dans l’État de New York. Nous y prenons un léger dîner. Nous en profitons surtout pour nous dégourdir les jambes.

Nous reprenons la route au terme d’un arrêt d’une trentaine de minutes et à 13 heures et soudain nous constatons qu’il n’y a plus de traces de neige… et que le mercure a déjà grimpé à 14 degrés Celsius.

Lorsque nous nous arrêterons pour une pause vers 15 heures au Walt Whitman Service Area à Cherry Hill au New Jersey, le mercure aura atteint 17 degrés!

À un des nombreux postes de péage, nous payons en menue monnaie avec, entre autres, une pièce de 50 cents américains. La guichetière est surprise et nous dit qu’il y a très très longtemps qu’elle n’en a pas vu.

Nous traversons Delaware Memorial Bridge et nous passons ainsi du New Jersey au Delaware… Puis nous entrons dans le Maryland en franchissant le très long Baltimore Harbour Tunnel, 2,2 kilomètres… Ici, la circulation est beaucoup plus dense.

Nous entrons finalement dans l’État de Virginie à 17 h 30. Moins de 15 minutes plus tard, nous arrivons à Alexandria où nous trouvons sans aucune difficulté notre hôtel, le Marriott Spring Hill Suites Hotel.

Il est 17 h 45… et nous avons franchi 1 004 km depuis notre départ ce matin.

L’hôtel est situé dans un secteur résidentiel composé de constructions récentes… en fait, plusieurs édifices d’habitation sont toujours en construction.

Après les formalités à la réception de l’hôtel, nous montons nos bagages à la chambre et nous repartons pour le souper.

Après avoir roulé entre 4 et 5 kilomètres, nous nous retrouvons sur le boulevard Van Dorn où prennent place de nombreux restaurants.

Nous entrons dans un restaurant italien, « Savios »… L’endroit nous est curieusement familier. Puis, la mémoire nous revient, c’est ici que nous avons soupé lors de notre court arrêt à Washington en 2011, alors que nous étions avec notre petit-fils Félix. Un bien curieux hasard.

Nous y prenons un excellent souper, partageant une pizza et une salade bien nommée « cœurs de palmier et avocats ». Nous accompagnons notre repas d’un verre de vin (48 $ USA).

Il est 20 h 30 lorsque nous revenons à notre chambre… après avoir garé notre véhicule dans le stationnement intérieur de l’hôtel.

Nous révisions notre plan de visites pour demain. Les météorologues américains prévoient de la pluie. S’il y a effectivement de la pluie, nous inverserons le programme de visites de lundi et de mardi… pour nous retrouver en musée plutôt qu’en promenade.

Lundi, 25 mars 2019
Le soleil brille de tous ses feux à notre réveil à 6 h 40.

Nous descendons pour le petit-déjeuner qui est inclus à notre forfait. C’est minimaliste, voire pas mal décevant!

Puis, nous nous rendons à la réception de l’hôtel pour obtenir des informations sur la navette qui mène les clients de l’hôtel à la station de métro Eisenhower.

On nous informe que nous n’avons qu’à signaler notre besoin de transport à la réception de l’hôtel… et ils communiqueront avec le chauffeur qui s’amènera à l’hôtel rapidement.

À l’usage, nous constaterons que la navette dessert deux hôtels de la chaîne Marriot situés l’un près de l’autre et jamais nous n’attendrons plus de 15 minutes pour ce service.

Nous remontons à la chambre, prenons nos outils de touristes et redescendons à 9 h 05… Nous attendons quelques minutes et grimpons dans la navette qui nous amène à la station de métro en moins de cinq minutes.

Il nous apparaît évident que nous pourrons marcher facilement ce trajet au cours des prochains jours… si Dame nature collabore évidemment.

Premier trajet en métro
Nous entrons dans la station… qui est à l’air libre, à la hauteur de la rue. Les quais et les voies ferrées sont à l’étage.

Tout autour de nous se trouvent différentes distributrices de cartes et de billets. Ça semble passablement compliqué.

Nous requérons l’aide d’un préposé pour l’achat de « passes » de métro. Il nous conseille très gentiment.

Il y a plusieurs options selon les heures de départ et d’arrivée et selon la distance à parcourir. Finalement, nous arrêtons notre choix sur un laissez-passer d’une semaine, la Short Pass, qui nous permet de voyager aller-retour jusqu’au centre de Washington autant de fois par jour que nous le désirons.

Comme première étape, nous devons acheter une carte, un peu comme la carte Opus chez nous, à la différence qu’ici elle ne coûte qu’un dollar.

Puis, il faut ajouter les titres, la Short Pass. Ce n’est pas vraiment simple la première fois… mais on s’y habitue rapidement. Coût total de l’opération pour nos deux « passes » : 81 $, américains, il va de soi.

Nos cartes sont très belles. Elles ont été spécialement conçues pour la période actuelle des « cerisiers en fleurs », en fait pour le National Cherry Blossom Festival.

Smartrip Card, National Cherry Blossom Festival, Washington D.C., États-Unis

Photo ci-dessus : Notre « Short Pass » arbore les couleurs du « National Cherry Blossom Festival », le festival national des cerisiers en fleurs!

À l’hôtel, plus tôt ce matin, nous avons pris connaissance d’une brochure publicitaire annonçant les activités du festival qui se déroule du 20 mars au 14 avril. Il y a des activités prévues tous les jours. Nous en croiserons certainement une ou deux!

Nous montons un long escalier menant aux quais, un train arrive rapidement et nous entrons dans des wagons. La station Eisenhower n’est desservie que par les trains de la ligne jaune, or notre destination est sur la ligne bleue.

Mais, nous avions fait nos devoirs… et nous savions déjà que nous devions descendre à la station suivante, King Street Old Town, elle qui accueille des trains des lignes bleue et jaune.

Nous descendons et grimpons dans un wagon de la ligne bleue qui nous mène à la station Foggy Bottom, tantôt filant à l’extérieur, tantôt en se faufilant dans des tunnels sous terre et sous le fleuve Potomac, et ce, en quelque 30 minutes.

L’Université George Washington
En sortant à l’air libre nous constatons que nous sommes au cœur du campus de l’Université George Washington. Fondée en 1821, elle est une des plus anciennes universités des États-Unis.

En fait, la station de métro Foggy Bottom est adossée à l’hôpital universitaire George Washington. Le département de médecine de l’Université a été fondé en 1824, toutefois, l’hôpital actuel date lui de 2002!

Statue de George Washington, Washington D.C., États-Unis

Photo ci-dessus : Pour bien encadrer le campus de l’Université George Washington des statues du premier président des États-Unis se retrouvent aux quatre coins du campus. Rappelons que George Washington (1732-1799) a été président de son pays de 1789 à 1797.

Le premier arrêt prévu à notre programme de visites est le Lincoln Memorial. Pour nous y rendre, il faut marcher sur la 23e rue en direction nord-ouest (23 rd Street, NW)

Mais de quel côté faut-il nous diriger ? Nous interrogeons un passant qui confirme que nous sommes dans la bonne direction. C’est vraiment une exception!

St. Mary’s Episcopal Church
En marchant, nous passons devant une vieille et belle église. Il s’agit de la St. Mary’s Episcopal Church, aussi appelée St. Mary’s Chapel.

Elle fut, lors de son édification en 1886, la première église épiscopale à Washington.

St. Mary’s Episcopal Church, Washington D.C., États-Unis

St. Mary’s Episcopal Church, Washington D.C., États-Unis

Photos ci-dessus : Une vieille église en briques rouges… dont le nom est gravé dans la brique.

St. Mary’s Episcopal Church, Washington D.C., États-Unis

St. Mary’s Episcopal Church, Washington D.C., États-Unis

Photos ci-dessus : De belles décorations sur la façade et une statue qui tient lieu de flèche.

St. Mary’s Episcopal Church, Washington D.C., États-Unis
Photo ci-dessus : Une cheminée à la forme particulière.

St. Mary’s Episcopal Church, Washington D.C., États-Unis

Photo ci-dessus : Une plaque commémorative rappelle la date de la création de la paroisse.

St. Mary’s Episcopal Church, Washington D.C., États-Unis

St. Mary’s Episcopal Church, Washington D.C., États-Unis

Photos ci-dessus : Un lampadaire, don des paroissiens à l’église en 1962.

L’église est fermée, nous aurions bien aimé visiter l’intérieur.

Autour de nous, la végétation est déjà bien colorée. Il y a de la verdure, des jonquilles, des cerisiers en bourgeon et des magnolias en fleurs.

Washington D.C., États-Unis

Photo ci-dessus : De belles jonquilles dans un jardin privé.

Les trottoirs et les rues sont propres.

Pan American Health Organization (PAHO)
Nous continuons notre marche et croisons un beau bâtiment. Une affiche nous indique qu’il s’agit de l’immeuble de la Pan American Health Organization. Nous ne connaissons pas cet organisme.

Mais nos recherches sur Internet effectuées pour la rédaction de ce texte nous ont permis d’apprendre que l’Organisation panaméricaine de la santé (PAHO) était une organisation de santé publique dont la mission est d’améliorer le système de santé, la santé et le niveau de vie des peuples du continent américain.

Pan American Health Organization, Washington D.C., États-Unis

Pan American Health Organization, Washington D.C., États-Unis

Pan American Health Organization, Washington D.C., États-Unis

Photos ci-dessus : Le siège social de l’Organisation panaméricaine de la santé prend place dans un bâtiment qui a été conçu dans un style moderniste par l’architecte uruguayen Román Fresnedo Siri, en partie pour rendre hommage à Le Corbusier, une influence majeure de l’œuvre de Fresnedo Siri. Il a été construit en 1965 sur un terrain donné par le gouvernement américain suite à une loi proposée en mars 1960 par le président Eisenhower.

Les « Bixis » de Washington : Capital Bike Share
Il y a plusieurs supports à vélos installés à diverses intersections. Les vélos sont offerts en location libre-service. Ce sont les « Bixis » de Washington. Le service se nomme Capital Bike Share.

« Ce service existe depuis le 20 septembre 2010 », nous apprend l’encyclopédie libre Wikipédia. « Capital Bikeshare est fondé sur la technologie BIXI mise au point à Montréal », peut-on également lire!

« Le service, géré dans le cadre d’un partenariat public-privé par la société Motivate, propose plus de 3 000 vélos répartis sur 400 stations. »

« Capital Bikeshare est considéré comme le système de vélos en libre-service aux États-Unis avec le plus grand succès. »

Capital Bikeshare, Washington D.C., États-Unis

Capital Bikeshare, Washington D.C., États-Unis

Capital Bikeshare, Washington D.C., États-Unis

Photos ci-dessus : Le service BIXI de Washington se nomme « Capital Bikeshare ».

Et on offre également des trottinettes électriques! Tout au long de notre périple à Washington, nous en verrons partout. Elles sont laissées un peu n’importe où… et souvent n’importe comment, par terre, debout au centre du trottoir, adossées à un banc!

Capital Bikeshare, Washington D.C., États-Unis

Photo ci-dessus : « Capital Bikeshare » offre aussi la location de trottinettes électriques… On peut les rendre fonctionnelles avec un téléphone cellulaire. Un montant fixe pour démarrer, puis quelques sous la minute par la suite.

Malgré les prévisions des météorologues, il fait magnifiquement beau. Le soleil brille dans un ciel bleu… et un léger vent souffle. Il y a des gens qui se promènent en short et en t-shirt. La météorologie semble être une science aussi inexacte à Washington qu’au Québec!

United States Institute of Peace
Nous passons devant l’édifice du Departement of State… sous bonne garde à en juger la présence de nombreux militaires qui déambulent devant l’édifice, puis devant le United States Institute of Peace.

Lors de nos recherches en vue de la rédaction de ce texte, nous avons appris que : « L’Institut des États-Unis pour la paix » était une institution fondée par le Congrès des États-Unis en 1984 pour prévenir et résoudre les conflits violents internationaux, promouvoir la stabilité après les conflits et les transformations démocratiques et pour consolider la paix ». (Wikipédia)

United States Institute of Peace, Washington D.C., États-Unis

United States Institute of Peace, Washington D.C., États-Unis

United States Institute of Peace, Washington D.C., États-Unis

United States Institute of Peace, Washington D.C., États-Unis

Photos ci-dessus : L’Institut des États-Unis pour la paix a emménagé dans cet édifice conçu par les architectes Moshe Safdie (le concepteur d’Habitat 67 chez nous) et Buro Happold en mars 2011. Il est situé au nord-ouest du « National Mall ». Le bâtiment abrite des bureaux et des installations de soutien du personnel, une bibliothèque, un centre de conférence, un auditorium, des salles de classe et un centre d’éducation publique.

Washington D.C., États-Unis

Photo ci-dessus : Au-dessus de nos têtes, c’est un tintamarre continuel. De gros hélicoptères, souvent en couple, volent si bas dans le ciel… que nous pourrions presque identifier les passagers!

American Pharmacists Association
Nous approchons de l’endroit de notre première visite. Déjà, au loin, nous apercevons l’immense temple grec du Lincoln Memorial!

Mais, à notre gauche, dans un beau parc, se dresse une superbe bâtisse, toute blanche, en marbre!

Nous nous approchons. Il s’agit de l’édifice de l’American Pharmacists Association, une organisation fondée en 1852.

L’édifice est situé entre le Lincoln Memorial et le département d’État des États-Unis et il est adjacent à l’Académie nationale des sciences. Sa construction a été autorisée par un acte du Congrès en 1932. Il est le seul bâtiment privé à prendre place sur le National Mall of Memorials.

American Pharmacists Association, Washington D.C., États-Unis

American Pharmacists Association, Washington D.C., États-Unis

American Pharmacists Association, Washington D.C., États-Unis

Photos ci-dessus : La structure originelle de l’édifice de l’American Pharmacists Association est connue sous le nom de bâtiment Pope, du nom de l’architecte John Russell Pope qui l’a réalisée. L’édifice a été inauguré le 9 mai 1934.

American Pharmacists Association, Washington D.C., États-Unis

American Pharmacists Association, Washington D.C., États-Unis

Photos ci-dessus : Le bâtiment est décoré de magnifiques bas-reliefs.

Dans le parc qui jouxte le siège social de l’American Institute of Pharmacy prend place un « mémorial ». « Il est dédié à tous les pharmaciens qui ont servi dans les guerres de notre pays », peut-on lire sur le monument.

The Pharmacists'War Memorial, Washington D.C., États-Unis

The Pharmacists'War Memorial, Washington D.C., États-Unis

The Pharmacists'War Memorial, Washington D.C., États-Unis

Photos ci-dessus : Le mémorial, surmonté d’un très haut mat, a été commandité par l’American Pharmacists Association.

The Pharmacists'War Memorial, Washington D.C., États-Unis

The Pharmacists'War Memorial, Washington D.C., États-Unis

Photos ci-dessus : Des bas-reliefs font référence à des conflits armés ayant impliqué les États-Unis.

The Pharmacists'War Memorial, Washington D.C., États-Unis

Photo ci-dessus : Tout autour du mémorial, les visiteurs peuvent se reposer sur de superbes bancs en marbre blanc.

L’impressionnant Lincoln Memorial
Nous poursuivons notre déambulation sur la 23 rd Street, NW, nous traversons Constitution Avenue et arrivons devant le Lincoln Memorial. Wow!

C’est une immense bâtisse blanche, un véritable temple grec affichant pas moins de 36 colonnes doriques tout le tour de l’édifice. Toutefois, des travaux sont en cours.

Lincoln Memorial, Washington D.C., États-Unis

Photo ci-dessus : Le « Lincoln Memorial » prend la forme d’un temple grec. Pas moins de 36 colonnes doriques composent son péristyle. Ces colonnes symbolisent le nombre d’États membres de l’Union à l’époque d’Abraham Lincoln.

Lincoln Memorial, Washington D.C., États-Unis

Photo ci-dessus : L’extérieur est très bien décoré.

Le mémorial a été construit en l’honneur d’Abraham Lincoln (1809-1865) qui a été le 16e président des États-Unis, le premier président Républicain. Sa construction, selon les plans de l’architecte Henry Bacon, a commencé le 12 février 1914. Il a été inauguré le 30 mai 1922.

Il y a de nombreuses marches à monter pour arriver à la hauteur des immenses colonnes.

Lincoln Memorial, Washington D.C., États-Unis

Lincoln Memorial, Washington D.C., États-Unis

Photos ci-dessus : Céline pose au pied des colonnes du « Lincoln Memorial ». Chacune d’entre elles mesure 44 pieds de hauteur et elles ont un diamètre de base de 7,5 pieds.

Nous entrons… Le mémorial abrite une gigantesque statue d’Abraham Lincoln. Il est assis, l’air pensif, regardant au loin.

Lincoln Memorial, Washington D.C., États-Unis

Lincoln Memorial, Washington D.C., États-Unis

Lincoln Memorial, Washington D.C., États-Unis

Photos ci-dessus : La statue d’Abraham Lincoln est l’œuvre du sculpteur américain Daniel Chester French. Elle mesure 6 mètres de haut sur 6 mètres de large. Elle a été taillée dans 28 blocs de marbre de Géorgie.

Lincoln Memorial, Washington D.C., États-Unis

Photo ci-dessus : Devant la statue d’Abraham Lincoln… une statue immense, Céline est toute petite.

La statue de Lincoln domine la pièce centrale de l’édifice. Des deux côtés de cette pièce prennent place deux plus petites salles décorées de fresques. Dans l’une on peut lire, inscrit sur le mur, le discours de Gettysburg prononcé au terme de la Guerre civile américaine, dans l’autre le discours inaugural de la seconde investiture de Lincoln.

Lincoln Memorial, Washington D.C., États-Unis

Photo ci-dessus : Au-dessus du discours de Gettysburg, les fresques montrent, entre autres, un ange, symbole de la vérité.

Nous sortons… devant nous il y a un bassin rectangulaire, c’est « Reflecting pool »… dominé, au loin, par le monument à George Washington, un obélisque haut d’un peu plus de 554 pieds qui a été inauguré en 1885.

C’est d’ici que Martin Luther King a livré son fameux discours " I have a dream", devant 200 000 personnes, le 28 août 1963.

Reflecting Pool, Washington D.C., États-Unis

Photo ci-dessus : En fait le nom officiel du bassin est le Lincoln Memorial Reflecting Pool. Le bassin réfléchissant a été conçu par l’architecte Henry Bacon (le même qui a conçu le mémorial) et il a été construit en 1922 et 1923. Il mesure 2 029 pieds de long par 167 pieds de large. Il a une profondeur d’environ 18 pouces sur les côtés et 30 pouces au centre.

À suivre…
Poursuite de notre longue promenade dans The Mall’s Memorials où nous admirerons les mémoriaux aux vétérans de la guerre de Corée, à Franklin Delano Roosevelt, à Martin Luther King, à la Deuxième Guerre mondiale et à la Guerre du Vietnam.

Korean War Veterans Memorial, Washington D.C., États-Unis

Photo ci-dessus : Une des composantes du mémorial aux vétérans de la Guerre de Corée est la reconstitution d’un terrain accidenté de la Corée où prennent place 19 statues en acier inoxydable conçues par Frank Gaylord qui représentent un peloton des forces armées en patrouille.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
Commentaires (0) Trackbacks (0)

Aucun commentaire pour l'instant

Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant