18
Fév/12
1

Le défilé du Jour de la cravate… tout juste devant nous!

Texte et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 28e d'une série de reportages relatifs à une longue balade en Croatie, à laquelle se sont greffées de trop courtes incursions en Bosnie-Herzégovine et au Monténégro, le tout réalisé à l’automne 2011.

Défilé du jour de la cravate, Zagreb, Croatie.

Zagreb, Croatie, mardi 18 octobre 2011 – Quelle matinée spectaculaire! Après les géniales visites du «Théâtre populaire de Croatie»  et des «Archives nationales croates», voilà que nous poursuivons notre balade de la ville basse de Zagreb, une promenade qui nous amène sur la place du roi Tomislav, celle qui ferme le fer à cheval vert, puis dans un magnifique parc que nous traversons pour finalement arriver sur la place du ban Josip Jelačić… où, par une chance incroyable, nous assisterons à la procession du « Jour de la cravate »!

Photo ci-dessus : Un régiment de soldats vêtus du costume traditionnel croate du XVIIe siècle défile sur la place Josip Jelačić pour commémorer le « Jour de la cravate »! Il faut savoir qu’à l’époque de la guerre de Trente Ans, les soldats croates qui avaient rejoint l’armée royale française portaient un foulard noué autour du cou. Ce mouchoir, retenu par un nœud, se répandit rapidement comme un accessoire de mode et prit le nom de « cravate », mot qui serait dérivé du mot «croate» qui en allemand se dit «Krabatten»!

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Après la visite du bâtiment des archives nationales, notre promenade nous mène à la place du Roi Tomislav 1er, un impressionnant espace vert situé tout juste en face de la gare principale de Zagreb. Une superbe statue équestre du roi orne la place.

Statue équestre du roi Tomislav, Zagreb, Croatie.

Statue équestre du roi Tomislav, Zagreb, Croatie.

Statue équestre du roi Tomislav, Zagreb, Croatie.

Photos ci-dessus : Le roi Tomislav 1er, immortalisé par le sculpteur croate Robert Frangeš-Mihanović, une oeuvre réalisée en 1925. La statue équestre a été installée à cet endroit en 1947, sept ans après la mort de l'artiste.

« Tomislav 1er fut roi de Croatie de 910 jusqu’à sa mort en 928 », nous précise notre guide locale, Jacinta. « Sous son règne, la Croatie a connu son apogée quant à la grandeur de son territoire. Tomislav a en effet étendu son pouvoir à la Croatie centrale, à la Slavonie, à la Dalmatie et à la majeure partie de la Bosnie. »

Derrière la statue, on peut voir un magnifique bâtiment surmonté d’un dôme. Il s’agit du pavillon des arts.

Statue équestre du roi Tomislav, Zagreb, Croatie.

Photo ci-dessus : Derrière la statue du roi Tomislav 1er, le pavillon des Arts.

Cet édifice a été construit en 1895 pour l’exposition universelle de Budapest de 1896, elle qui célébrait le millénaire de la Hongrie.

Le pavillon ayant été préfabriqué, l’édifice de Budapest a été défait et ramené à Zagreb où les architectes viennois Fellner et Hellmer — on se souvient que ce sont eux qui ont dessiné les plans du Théâtre populaire croate que nous avons visité ce matin — l’ont tout simplement reconstruit derrière la statue du roi Tomislav 1er. Depuis, on y accueille des expositions temporaires.

Pavillon des Arts, Zagreb, Croatie.

Photo ci-dessus : Le magnifique pavillon des Arts surmonté d’une superbe coupole.

L’air s’est passablement réchauffé depuis notre départ ce matin. C’est maintenant moins froid, les ardents rayons du soleil nous réchauffant à notre grand plaisir. Nous poursuivons notre promenade. C’est assez surprenant de constater qu’il y a très peu de touristes.

Nous passons devant la galerie des maîtres anciens sur l’avenue Strossmayer. Cette galerie expose des peintures provenant des époques baroque, gothique et renaissance. Nous croisons également des immeubles arborant de superbes sculptures.

Galerie des maîtres anciens, Zagreb, Croatie.

Photo ci-dessus : La galerie des maîtres anciens.

Zagreb, Croatie.

Zagreb, Croatie.

Photos ci-dessus : Un des édifices monumentaux de Zagreb.

La place Nikola Šubić Zrinski
Nous déambulons maintenant dans un parc, sur une longue allée piétonnière bordée de beaux platanes. Sur l’avenue à notre droite, nous voyons l’ambassade de France, le ministère des Affaires étrangères, la Cour Suprême, le musée archéologique, etc.

Il y a beaucoup de musées à Zagreb, et ce, même si la ville ne compte qu’un peu plus d’un million d’habitants.

La place Nikola Šubić Zrinski, Zagreb, Croatie.

Photo ci-dessus : La place Nikola Šubić Zrinski a été transformée en parc en 1866!

La place Nikola Šubić Zrinski, Zagreb, Croatie.

Photo ci-dessus : Une belle fontaine!

La place Nikola Šubić Zrinski, Zagreb, Croatie.

Photo ci-dessus : Évidemment, beaucoup de mamans se promènent avec leurs petits. En voici un tout étonné de mon appareil photo.

La place Nikola Šubić Zrinski, Zagreb, Croatie.

Photo ci-dessus : De l’autre côté du parc, les maisons de la ville affichent encore leur superbe!

La place Nikola Šubić Zrinski, Zagreb, Croatie.

La place Nikola Šubić Zrinski, Zagreb, Croatie.

Photos ci-dessus : Grande fontaine de la place Nikola Šubić Zrinski, une réalisation de Herman Bollé.

La place Nikola Šubić Zrinski, Zagreb, Croatie.

Photo ci-dessus : Une colonne météorologique en pierre d’Istrie… un autre projet d’Herman Bollé. Lors de notre passage, un peu passé midi, le mercure indiquait 12 degrés Celsius. La colonne indique également la position géographique de Zagreb (latitude et longitude).

Une affiche indique l’endroit où une synagogue a été détruite en 1941! Quelque 3 000 juifs vivent aujourd’hui à Zagreb. Ils ont un centre juif, mais pas de synagogue.

La place du ban Josip Jelačić
Nous nous dirigeons vers la place principale de la ville de Zagreb, celle qui marque le début de la ville basse.

Tout en face, il y a une très large artère toute pleine de voies ferrées… Jacinta attire notre attention sur les nouveaux tramways… « Qui sont climatisés », ajoute-t-elle!

Au centre de la place, il y a un puits alimenté par une source souterraine.

Il y a beaucoup d’animation ici. C’est l’endroit où se réunit la population lors d’événements ou de fêtes. La place se nomme la place Josip Jelačić, la place principale ou encore la place de la république. Tous ces noms servent à la désigner. C’est le cœur géographique de Zagreb.

En son milieu, il y a une statue d’un cavalier sur son cheval. L’imposante sculpture repose sur un bloc de granit. Elle date de 1866 et elle est l’œuvre du sculpteur viennois Anton Dominik Fernkorn. Elle représente Josip Jelačić (1801-1859), un général autrichien et homme d'État croate qui fut baron, comte, puis vice-roi de Croatie.

La place du ban Josip Jelačić, Zagreb, Croatie.

Photo ci-dessus : Fermant la place derrière la statue équestre du vice-roi, il y a de superbes bâtiments datant encore une fois de l’époque austro-hongroise.

La place du ban Josip Jelačić, Zagreb, Croatie.

Photo ci-dessus : Nous voyons une dame en costume croate qui joue de l’orgue de Barbarie.

Installée en 1866, la statue équestre de Josip Jelačić est demeurée sur la place jusqu’en 1947, au moment où le maréchal Tito, y voyant un symbole du nationalisme croate, la fit déboulonner. C’est Franjo Tuđman, le premier président de la République de Croatie indépendante, qui la fit réinstallée en 1990!

Statue équestre du ban Josip Jelačić, Zagreb, Croatie.

Statue équestre du ban Josip Jelačić, Zagreb, Croatie.

Statue équestre du ban Josip Jelačić, Zagreb, Croatie.

Photos ci-dessus : Statue équestre du ban Josip Jelačić.

Le défilé du « Jour de la cravate »
Puis soudain, nous voyons apparaître tout près de nous de jeunes gens en costume croate d’époque. Ils émergent sur la place… sur leurs beaux chevaux. Ils portent drapeau et tambours et un régiment de soldats suit à pied!

Défilé du « Jour de la cravate », place Josip Jelačić, Zagreb, Croatie.

Photo ci-dessus : Défilé du « Jour de la cravate », sur la place Josip Jelačić.

Notre guide locale n’en revient pas! « Vous êtes vraiment un groupe chanceux. Ce défilé a lieu une fois par année. Nous aurions planifié y assister, que cela aurait tenu du miracle! »

Une recherche sur Internet nous a appris : « Qu’au XVIIe siècle, lors de la Guerre de Trente Ans, la cavalerie croate faisait partie de l’armée royale française. Les soldats croates étaient décrits comme braves, mais on les remarquait surtout grâce à leur foulard noué autour du cou. Ce foulard est nommé d’après le nom ethnique du peuple croate, soit l’ancien allemand “Krabatten” ou l’ancien français “cravates”. »

« Actuellement, les touristes qui se rendent en Croatie ont la possibilité d’assister dans le vieux quartier de Zagreb à la relève de la garde du régiment Kravat. Douze soldats représentent ainsi leurs prédécesseurs d’il y a 400 ans. La garde se trouve sur la place Saint Marc, la place de ban Josip Jelačić et à proximité de la statue de Notre-Dame à Kaptol. La garde défile dans les rues de Zagreb une fois par année, le “Jour de la cravate”! »

Défilé du « Jour de la cravate », place Josip Jelačić, Zagreb, Croatie.

Défilé du « Jour de la cravate », place Josip Jelačić, Zagreb, Croatie.

Défilé du « Jour de la cravate », place Josip Jelačić, Zagreb, Croatie.

Défilé du « Jour de la cravate », place Josip Jelačić, Zagreb, Croatie.

Défilé du « Jour de la cravate », place Josip Jelačić, Zagreb, Croatie.

Défilé du « Jour de la cravate », place Josip Jelačić, Zagreb, Croatie.

Défilé du « Jour de la cravate », place Josip Jelačić, Zagreb, Croatie.

Défilé du « Jour de la cravate », place Josip Jelačić, Zagreb, Croatie.

Photos ci-dessus : La procession du « Jour de la cravate », sur la place Josip Jelačić, pour notre plus grand bonheur!

Ainsi se termine, à 12 h 30, cette belle matinée de visites dans les rues de la ville basse de Zagreb, un avant-midi où j’ai appuyé sur le déclencheur de mon appareil photographique pas moins de 150 fois!

Le dîner est libre. Céline et moi nous rendons dans un petit resto qui nous semble turc, là où dînent les habitués de la place.

Nous y allons d’un hamburger et d’une mini-brochette de poulet, tous les deux servis sur un pain pita avec une frite, une bière et de l’eau. Dans une ambiance tout à fait turque.

Après le repas, nous retournons à notre chambre à l’Hôtel Dubrovnik, histoire de nous rafraîchir un peu. Il est 13 h 15 et le point de rendez-vous pour les visites de l’après-midi est justement dans le hall de l’hôtel à 14 heures.

À suivre
L’impressionnant cimetière Mirogoj et le musée Mimara!

Le cimetière Mirogoj, Zagreb, Croatie.

Photo ci-dessus : L’entrée du majestueux Le cimetière Mirogoj.

Bibliographie
Encyclopédie libre Wikipédia, Croatie, Istrie, Opatija, Poreč, Rovinj, Dalmatie, Pag, Zadar, Trogir, Šibenik, Split, Hvar, Dubrovnik, Bosnie-Herzégovine, Počitelj, Mostar, Sarajevo, Monténégro, Kotor, Perast et une foule d’autres pages;

Atlas en fiches (La Croatie, l’Istrie, l’économie de la Croatie, la Bosnie-Herzégovine, Sarajevo, l’économie de la Bosnie-Herzégovine) , Éditions Atlas, 2008;

Bosnie-Herzégovine, Turistička Naklada D.O.O. Zagreb, 2008, 160 pages;

Croatie, merveille de l’Adriatique, Éditions Minerva, 2004, 128 pages;

Dalmatie, Histoire, culture, patrimoine artistique, Forum, Zadar, 2008, 156 pages;

Dubrovnik, Histoire, culture, patrimoine artistique, Forum, Zadar, 2011, 128 pages;

Guide Voir, Croatie, Éditions Libre Expression, 2008, 296 pages;

L’agonie yougoslave (1986-2003), Renéo Lukic, Les presses de l’Université Laval, 2003, 613 pages;

Le croate pour les touristes, Extrade, 2007, 159 pages;

L’Istrie, Turistička Naklada D.O.O. Zagreb, 2007, 128 pages;

Lonely planet, Croatie, Lonely Planet Publication, 2011, 352 pages;

Monténégro, Guide touristique, Mapa Crne Gore, Podgorica, 2006, 122 pages;

Patrimoine mondial de l’UNESCO , Éditions UNESCO, 2009, 832 pages.

Venir au monde, Margaret Mazzantini, Robert Laffont, 2010, 460 pages.

Zagreb, Histoire, culture, patrimoine artistique, Forum, Zadar, 2009, 156 pages;

Remplis sous: Croatie, Voyages Mots clés: ,
Commentaires (1) Trackbacks (0)
  1. Toujours aussi captivant !
    Tant de détails et de superbes descriptions.
    Tout y est et rien ne vous échappe.
    On se demande comment vous faites pour capter tant de clichés et si bien réussis en plus.
    Vous êtes de vrais pros.
    Félicitations. !

Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant