1
Fév/12
3

Un véritable coup de cœur : la vieille ville de Kotor!

Texte et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 22e d'une série de reportages relatifs à une longue balade en Croatie, à laquelle se sont greffées de trop courtes incursions en Bosnie-Herzégovine et au Monténégro, le tout réalisé à l’automne 2011.

Cathédrale Saint-Tryphon, Kotor, Monténégro.

Kotor, Monténégro, samedi 15 octobre 2011 –De toute beauté! Difficile de ne pas tomber sous le charme de la ville médiévale de Kotor! Et surtout si, comme nous, vous avez la grande chance de la visiter sous un ciel exempt de nuages. En ce samedi, la vieille ville de Kotor, à l’intérieur des fortifications, est prise d’assaut par les locaux qui veulent profiter du soleil sur ses superbes terrasses et par la foule de touristes qui souhaite tout voir des vieux palais de la cité. Nous y serons moins de trois heures, mais malgré tout, Kotor et tout ce que nous verrons au Monténégro resteront gravés dans nos cœurs pour très longtemps.

Photo ci-dessus : La cathédrale Saint-Tryphon a été consacrée en 1166. Elle porte le nom d’un martyr canonisé par les Églises catholique et orthodoxe, un saint qui est le patron de la ville.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Finalement, nous arrivons au terme de notre trajet de la matinée, c’est-à-dire à l’extrême sud-est de la baie de Kotor. Nous descendons de l’autocar à un jet de pierre de la porte principale de la ville historique de Kotor, tout près des remparts de l’époque vénitienne. Tout autour, nous pouvons admirer les magnifiques monts Lovćen… des plus imposants!

Montagnes et remparts Kotor, Monténégro.

Photo ci-dessus : Comparés aux montagnes qui surplombent la ville de Kotor, les remparts vénitiens, qui atteignent tout de même 20 mètres de hauteur par endroits, semblent minuscules

Il est 11 h 45. À notre gauche, il y a le cimetière et la vieille ville de Kotor. A droite, c’est le port. Plusieurs luxueux yachts privés sont amarrés à la marina, dont la «Belle de l’Adriatique» que nous avons croisé lors de notre incursion à l’île Hvar. Face à nous, il y a un grand marché public.

La Belle de l’Adriatique, Kotor, Monténégro.

Photo ci-dessus : La Belle de l’Adriatique suit le même trajet que nous… mais en voguant sur les eaux turquoise de la mer Adriatique, alors que nous, nous avalons des kilomètres de bitume!

Ici, notre guide locale sera Jelina. Elle nous attendait patiemment devant la porte principale de la vieille ville, celle où l’on aperçoit le lion de Venise, le blason de la République fédérale de la Yougoslavie et le drapeau rouge avec bordure jaune du Monténégro. La présence du fameux lion vénitien est toute naturelle, car Kotor, comme ses environs, a relevé de la « Cité des Doges », et ce, de 1420 à 1797.

Notre guide locale à Kotor, Kotor, Monténégro.

Photo ci-dessus : Notre guide locale à Kotor, Jelina.

Porte principale, Kotor, Monténégro.

Photo ci-dessus : La porte principale de la vieille ville de Kotor date du milieu du XVe siècle. Le lion de Venise, le blason de la République fédérale de la Yougoslavie et le drapeau rouge du Monténégro souhaitent la bienvenue aux très nombreux touristes.

Jelina nous souhaite elle aussi la bienvenue dans son pays, « un pays de contrastes », ajoute-t-elle. « Et ce, tant sur les plans historique, géographique que climatique. »

« Les gorges de Kotor existent depuis plus de 2000 ans », précise-t-elle. « Elles sont d’une hauteur de 1 300 mètres. »

« La ville de Kotor est ceinturée de remparts qui s’allongent sur quelque 4,5 km. Dans la montagne, les murailles rejoignent la forteresse Saint-Ivan. » Toujours selon notre guide locale, ils seraient les remparts les plus longs et les mieux conservés de la Méditerranée.

« Elle nous prévient toutefois que nous n’irons pas jusqu’à la forteresse qui est située à 280 mètres d’altitudes…, car pour l’atteindre, il faut gravir 1 426 marches! »

La forteresse St-Ivan, Kotor, Monténégro.

Photo ci-dessus : Au cœur de la montagne, nous apercevons la forteresse Saint-Ivan.

Nous entrons et croisons un groupe de jeunes marins russes en uniforme. À notre arrivée, nous avions remarqué un navire de guerre dans le port. Nous voyons maintenant quelques-uns de leurs occupants.

Contingent de marins russes, Kotor, Monténégro.

Photo ci-dessus : J’ai profité de la rencontre de ces marins russes pour vérifier si mon bonjour en russe, « zdrastvouïtié », avait toujours la bonne prononciation dans ma bouche. À la réponse enthousiaste que j’ai obtenue, j’en déduis que je suis mûr pour un retour en Russie!

À l’intérieur des remparts, il y a foule, sur la place, dans les magasins, sur les terrasses, partout. C’est très beau. Nous sommes en plein soleil et à l’abri du vent.

Ville médiévale de Kotor, Monténégro.

Photo ci-dessus : Il y a foule sur les terrasses de la place d’Armes!

La grande place où nous nous trouvons se nomme « La place d’Armes ». Elle est en forme de « L » et date du XVIe siècle.

D’un seul coup d’œil, nous voyons un théâtre, l’ancien arsenal de l’époque vénitienne, cinq banques, la tour de l’horloge, l’édifice de la poste, la place de la farine et de nombreuses terrasses! C’est un endroit très animé.

Jelina attire notre attention sur la tour de l’horloge. « Elle s’est légèrement inclinée vers l’est lors d’un tremblement de terre », affirme-t-elle. Il faut savoir qu’au fil des siècles, la région a été victime de quatre séismes majeurs, le dernier ayant eu lieu en 1979.

Lors de nos lectures sur cette ville, nous apprendrons que c’est justement à la suite du tremblement de terre survenu le 15 avril 1979, que l’UNESCO a décidé d’ajouter la vieille ville de Kotor à sa liste du patrimoine de l’humanité.

Tour de l’horloge, Kotor, Monténégro.

Photo ci-dessus : La tour de l’horloge!

Tour de l’horloge, Kotor, Monténégro.

Photo ci-dessus : Il s’agit en fait d’une tour à deux horloges!

Nous voyons le palais du Prince, une bâtisse où logeait l’état-major de Napoléon durant la période où la France gouvernait le pays. Ce palais date du XIVe siècle. Il est de style gothique et appartient à une famille noble.

Le palais du Prince, Kotor, Monténégro.

Photo ci-dessus : Le palais du Prince!

En face, il y a un autre palais, le « palais Pima », qui lui a été érigé au XVIe siècle. Il est doté d’un portail gothique. Évidemment, il appartient à la famille Pima, celle du plus célèbre poète de Kotor, Bernard Pima.

Palais, Kotor, Monténégro.

Photo ci-dessus : Le palais Pima!

Palais, Kotor, Monténégro.

Photo ci-dessus : Certains palais arborent de magnifiques œuvres en pierre!

Palais, Kotor, Monténégro.

Photo ci-dessus : D’autres, une végétation abondante!

Nous quittons la place d’armes pour nous diriger vers la cathédrale de la ville. Les petites ruelles que nous empruntons sont superbes et souvent nous offrent des vues impressionnantes sur les monts Lovćen.

Kotor, Monténégro.

Photo ci-dessus : Ouf!

Kotor, Monténégro.

Photo ci-dessus : Des fenêtres tout usage!

La cathédrale Saint-Tryphon
Nous voilà sur la place Saint-Tryphon, la place de la cathédrale où l’église abrite des reliques du saint qui ont été ramenées de Constantinople. Sur une banderole, nous pouvons lire «Cathédrale Saint-Tryphon : 809-2009». Ouf!

 Cathédrale Saint-Tryphon, Kotor, Monténégro.

Photos ci-dessus : La cathédrale Saint Tryphon a été consacrée en 1166. Elle porte le nom d’un martyr canonisé par les Églises catholique et orthodoxe, qui est le saint patron de la ville.

Nous entrons dans la cathédrale.

À l’avant, il y a un magnifique ciborium, qui date du XIVe. Il est en marbre avec quatre colonnes octogonales.

Cathédrale Saint-Tryphon, Kotor, Monténégro.

Cathédrale Saint-Tryphon, Kotor, Monténégro.

Photos ci-dessus : La cathédrale Saint Tryphon est toute rose.

Cathédrale Saint-Tryphon, Kotor, Monténégro.

Photo ci-dessus : Les colonnes de la cathédrale Saint Tryphon sont impressionnantes.

Sur le mur de l’abside, il y a un retable en or avec des statues de Jésus, de la Vierge Marie, de Saint-Jean-Baptiste et de Saint Tryphon.

À l’autel principal s’ajoutent quatre autels latéraux.

Cathédrale Saint-Tryphon, Kotor, Monténégro.

Photo ci-dessus : Une toile représentant Saint Tryphon.

Les peintures qui décorent la cathédrale ont été réalisées par des artistes italiens.

Nous avons la chance de voir le sarcophage du citoyen monténégrin qui fit construire l’église Saint-Tryphon.

L’anniversaire du saint patron de Kotor est célébré en février.

Notre guide nous mène dans la salle du trésor de la cathédrale. C’est l’endroit où l’on y conserve les reliques.

En haut, il y a une grande croix du Christ. Elle est en bois et date du XVIIe siècle. Il y a des icônes orthodoxes, démontrant les bonnes relations entre les deux communautés.

Cathédrale Saint-Tryphon, Kotor, Monténégro.

Photo ci-dessus : Assez curieusement, il y a cette icône orthodoxe sur un des autels de la cathédrale.

Derrière une grille se trouvent les reliques de Saint-Tryphon, dans un coffre en argent.

Cathédrale Saint-Tryphon, Kotor, Monténégro.

Photo ci-dessus : Les reliques de Saint-Tryphon.

Nous sortons de la cathédrale alors que le ciel affiche un bleu immaculé.

À gauche de la cathédrale, il y a le palais de la famille Drago, avec son blason. Un palais du XIVe siècle. En face, un édifice construit dans un ancien palais où l'on retrouve les archives du Monténégro, la mairie et la place du musée.

Palais Drago, Kotor, Monténégro.

Photo ci-dessus : Le palais de la famille Drago.

Kotor, Monténégro.

Kotor, Monténégro.

Kotor, Monténégro.

Kotor, Monténégro.

Kotor, Monténégro.

Kotor, Monténégro.

Kotor, Monténégro.

Kotor, Monténégro.

Kotor, Monténégro.

Kotor, Monténégro.

Photos ci-dessus : La beauté de cette ville ne cesse de nous impressionner!

Nous voyons une fontaine datant du XVIIe siècle, la fontaine de Karapan.

Nous continuons de déambuler dans la ville. Nous nous engageons dans une mini ruelle qui s’appelle « Laisse-moi passer ». Elle a à peine un mètre de large. « C’est la ruelle la plus étroite du monde! », laisse tomber notre guide.

Nous voyons plusieurs chats, ce qui incite Jelina à nous préciser qu’ils servent de moyen naturel de dératisation!

Nous passons devant l’église de Sainte Marie-du-Fleuve qui date de 1221. On la surnomme l’église de Sainte Osana, en l’honneur de la sainte patronne de la ville. La porte de l’église est tout simplement superbe.

Église Sainte Marie-du-Fleuve, Kotor, Monténégro.

Photo ci-dessus : La porte d’entrée principale de l’église Sainte Marie-du-Fleuve!

Puis, nous passons devant la plus vieille pharmacie d’Europe, ce qui créé un certain émoi au sein de notre groupe qui compte plusieurs pharmaciens et pharmaciennes.

Nous arrivons sur la place Saint-Luc où il y a deux églises orthodoxes.

L’église Saint-Luc date du XIIe siècle. Avant de devenir orthodoxe, elle était catholique.

Église Saint-Luc, Kotor, Monténégro.

Photo ci-dessus : La petite église Saint-Luc.

L’autre est l’église Saint-Nicolas datant de 1902. Cette dernière a été construite sur le site de l’ancien monastère de Saint-Nicolas, lui qui avait été érigé au XVIIe siècle. Notre guide nous rappelle que Saint-Nicolas est le protecteur des marins.

Église Saint-Nicolas, Kotor, Monténégro.

Photo ci-dessus : L’église Saint-Nicolas.

Église Saint-Nicolas, Kotor, Monténégro.

Photo ci-dessus : Le drapeau de l’Église Serbe-Orthodoxe.

Nous entrons dans l’église Saint-Nicolas, où des chanteurs interprètent des chants religieux a capella. Il y avait une superbe iconostase réalisée par un artiste tchèque.

Église Saint-Nicolas, Kotor, Monténégro.

Photo ci-dessus : L’iconostase de l’Église Saint-Nicolas.

Église Saint-Nicolas, Kotor, Monténégro.

Photo ci-dessus : Dans l’église Saint-Nicolas, nous pouvions admirer cette superbe réplique en or et argent.

Nous sortons et nous retrouvons la grande place où nous sommes arrivés ce midi, la place d’Armes.

Notre accompagnatrice de Voyages Lambert, Johanne Duhamel, nous annonce que nous avons temps libre pour le dîner.

Céline et moi nous mettons à la recherche d’un petit restaurant pour le dîner. Finalement, à 13 h 40, nous nous installons sur la terrasse extérieure du « Cesare restaurant ». Nous prenons une pizza, une salade, une bière et de l’eau. Nous partageons notre repas avec deux voyageuses du groupe, Jocelyne et Bibiane. Un dîner fort agréable.

Kotor, Monténégro.

Photo ci-dessus : Et une petite « gelato » pour dessert?

À 14 h 30, rassasiés et bien reposés, nous reprenons notre balade dans la ville. Nous sortons de la vieille ville et nous nous rendons sur le bord de la mer, là où il y a la « Belle de l’Adriatique » et un immense bateau de guerre russe.

La promenade près du bord de mer est très bien aménagée. Il y a tout plein de palmiers.

 Kotor, Monténégro.

Photo ci-dessus : Une magnifique allée de palmiers nous mène à la mer.

 Kotor, Monténégro.

 Kotor, Monténégro.

Photos ci-dessus : Un bateau de guerre russe.

Nous retrouvons l’autocar garé sur une petite rue tout près de la vieille ville. Tout autour de nous, il y a des montagnes et la muraille des fortifications.

 Kotor, Monténégro.

Photo ci-dessus : Une tour de guet au sein des fortifications de la ville.

 Kotor, Monténégro.

Photo ci-dessus : Vue de la ville de l’extérieur des murailles.

 Kotor, Monténégro.

Photo ci-dessus : Pierres, murailles, forteresse et cyprès!

 Kotor, Monténégro.

 Kotor, Monténégro.

Photo ci-dessus : Les monts Lovćen.

Nous repartons en car à 15 h 05, en direction de la cathédrale Notre-Dame-du-Rocher.

Méli-mélo
Les premiers habitants de Kotor ont été les Illyriens.

Au cours de son histoire, Kotor fut tour à tour romaine, bulgare, serbe, ville libre, vénitienne durant plusieurs siècles, autrichienne, italienne, française, yougoslave et finalement monténégrine!

Elle porta d’abord le nom grec de Akurion, puis romain de Akruvium avant de finalement prendre le nom slave de Kotor.

La ville de Kotor eut sa première pharmacie en 1326 et son premier hôpital en 1350!

Au Monténégro, 70 % de la population est orthodoxe, 10 % catholique et 20 % musulmane. Selon notre guide locale, les relations entre les trois groupes sont excellentes.

À suivre
Une île avec un seul bâtiment, une église!

 L’église Notre-Dame du Rocher, Perast, Monténégro.

Photo ci-dessus : L'îlot de l'Abbaye Saint-Georges, situé tout à côté de celui abritant l’église Notre-Dame du Rocher, le seul bâtiment sur l’île.

Bibliographie
Encyclopédie libre Wikipédia, Croatie, Istrie, Opatija, Poreč, Rovinj, Dalmatie, Pag, Zadar, Trogir, Šibenik, Split, Hvar, Bosnie-Herzégovine, Počitelj, Mostar, Sarajevo et une foule d’autres pages;

Atlas en fiches (La Croatie, l’Istrie, l’économie de la Croatie, la Bosnie-Herzégovine, Sarajevo, l’économie de la Bosnie-Herzégovine) , Éditions Atlas, 2008;

Bosnie-Herzégovine, Turistička Naklada D.O.O. Zagreb, 2008, 160 pages;

Croatie, merveille de l’Adriatique, Éditions Minerva, 2004, 128 pages;

Dalmatie, Histoire, culture, patrimoine artistique, Forum, Zadar, 2008, 156 pages;

Dubrovnik, Histoire, culture, patrimoine artistique, Forum, Zadar, 2011, 128 pages;

Guide Voir, Croatie, Éditions Libre Expression, 2008, 296 pages;

L’agonie yougoslave (1986-2003), Renéo Lukic, Les presses de l’Université Laval, 2003, 613 pages;

Le croate pour les touristes, Extrade, 2007, 159 pages;

L’Istrie, Turistička Naklada D.O.O. Zagreb, 2007, 128 pages;

Lonely planet, Croatie, Lonely Planet Publication, 2011, 352 pages;

Monténégro, Guide touristique, Mapa Crne Gore, Podgorica, 2006, 122 pages;

Patrimoine mondial de l’UNESCO , Éditions UNESCO, 2009, 832 pages.

Venir au monde, Margaret Mazzantini, Robert Laffont, 2010, 460 pages.

Commentaires (3) Trackbacks (0)
  1. je suis passé par Kotor plusieurs fois, mais je viens seulement de visiter la ville car je m’arrête pour manger et suis trop paresseux pour monter le chemin du fort.

    Grace à vous je connais enfin l’histoire de cette ville et la hauteur du fort que j’estimais à 300m

  2. j’ai fait un voyage similaire, et grâce à vos photos et commentaires, j’ai pu mettre parfois un nom sur des photos que j’avais prises sans noter ce que c’était. Bravo pour vos commentaires, évidemment pas le temps d’aller au fort ! Avez vous remarqué sur les plaques du bas de la porte Ste Marie du fleuve, que les écclésiastiques accompagnent le corps de St Tryphon vers sa cathédrale eponyme (il me semble bien que c’est la représentation de la cathédrale et que le cercueil ne peut être que celui du saint…

  3. Merci pour ces photos et textes qui m’ont permis de finaliser mon album de voyage car, tout comme Anne Marie, je n’ avais pas tout noté !… Vos commentaires sont précis sans être compliqués. Bon voyage à venir ?….

Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant