24
Jan/16
1

Le mot du jour : vanité

Textes et recherches de Jacques Lanciault

Je consigne ici le fruit de recherches sur le sens, l’étymologie, l’écriture ou encore la prononciation de certains mots ou expressions sur lesquels je bute, ou qui tout simplement suscitent ma curiosité au fil de mes lectures...

image007Dimanche 24 janvier 2016

Source de la recherche
Une question posée lors de l’émission quotidienne, Questions pour un champion, diffusée sur les ondes de TV5 Monde en janvier 2016 :

Comment se nomme, en art, une composition représentant une nature morte évoquant les fins dernières de l'homme?

Réponse : une vanité

Définition
Le dictionnaire électronique USITO propose trois définitions pour le nom féminin vanité, soit:

Une première qu’il qualifie de vieillie ou de littéraire : «Caractère de ce qui est vide de sens; chose futile». USITO propose les synonymes suivants : frivolité et futilité. Ex. : La vanité des apparences. Dire des vanités.

Puis, il ajoute : «Caractère de ce qui est vain, infructueux, dont les synonymes sont : impuissance et inefficacité.» Ex. : «l'inutilité de nos efforts, [...] la vanité de nos espoirs passés» (P.-É. Borduas, 1948).

USITO propose également cette définition : «Défaut d'une personne qui manifeste complaisamment une grande satisfaction d'elle-même».

Mais aucune des définitions proposées n’est relative au domaine de l’art.

Le dictionnaire du correcteur électronique Antidote propose des définitions semblables en plus d’en ajouter une traitant du domaine des beaux-arts : «Composition artistique évoquant la destinée mortelle de l’être humain.»

Le Grand Robert de la langue française va dans le même sens côté artistique avec la définition suivante : «Image, le plus souvent picturale, évoquant la vanité (le caractère de ce qui est vain) des occupations humaines et la précarité de l'existence, très en vogue au XVIIe siècle.»

Pour retrouver une référence aux « natures mortes », il faut se référer au Grand Larousse en 10 volumes où l’on peut lire : «Composition, nature morte le plus souvent, évoquant les fins dernières de l'homme. Rappelant par l’association d’objets symboliques (crânes, sablier, bougies, fleurs et fruits, etc.) que la mort est inéluctable. La peinture des vanités se développa au XVIIe siècle en Hollande, en France, et en Espagne.

Soulignons une remarque intéressante du dictionnaire USITO, une remarque qui m’a rappelé ma mère qui nommait le comptoir de la salle de bain une vanité!

«L'emploi de vanité (de l'anglais vanity) est critiqué comme synonyme non standard de meuble-lavabo.

L'emploi de meuble-lavabo a été officialisé par l’Office québécois de la langue française.

USITO : dictionnaire général de la langue française sous la direction d’Hélène Cajolet Laganière, de Pierre Martel et de Chantal Édith Masson.

Photo ci-dessus : «Vanité aux portraits», est un autoportrait de l’artiste David Bailly réalisée en 1651 qui mêle les genres du portrait et de la nature morte. Elle est conservée au Stedelijk Museum de Leyde aux Pays-Bas.

Remplis sous: La folie des mots Mots clés:
Commentaires (1) Trackbacks (0)
  1. M’étant questionné sur le sens de ce mot et après lecture de sa définition sur USITO, mon œil a été attiré par la « Vanité aux portraits » et me voici donc sur votre site.
    Je vous remercie donc pour votre recherche concise et éclairante sur le sens de ce mot!
    Si j’avais été interpellée par l’affirmation introduisant le livre de l’Ecclésiaste « Vanité des vanités, tout est vanité », aujourd’hui, ma mère a demandé au Créateur de nous garder des pensées vaines, c’est donc avec joie que je me joins à sa prière maintenant que j’en comprends mieux le sens.
    Pour finir je rajouterai la dernière assertion de l’Ecclésiaste « Crains Dieu et observe ses commandements. C’est là ce que doit faire tout homme. Car Dieu amènera toute œuvre en jugement, au sujet de tout ce qui est caché, soit bien, soit mal. » Ainsi la Sagesse règne bien au-dessus des vanités 😉 Belle journée à vous!

Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant