27
Oct/17
0

La relève a fait la force des 50 ans de la Ligue de baseball Montréal junior élite

Revue de presse

Texte intégral d'un texte de François Ferland publié le 2 mai 1996 dans le Journal de Montréal.

Neuvième président de l'histoire de la Ligue Montréal junior de Baseball Élite, Denis Lévesque a confirmé, hier, en conférence de presse, qu'il tirera sa révérence au terme de la saison 1996.

«Quand j'ai pris la présidence il y a six ans, je me suis fixé trois objectifs : amener la ligue à son 50e anniversaire ; lui faire prendre une dimension provinciale ; veiller à ce qu'elle garde son vocable», a-il énuméré un peu plus tard.

«J'ai réalisé ces objectifs, alors le temps est venu de céder ma place, et je ne suis pas inquiet, il y aura quelqu'un pour prendre la relève», a enchaîné Lévesque d'un ton sûr.

Le mot relève était de circonstance car la conférence de presse soulignait effectivement le 50e anniversaire du circuit et que presque tous les hommes qui ont bénévolement assuré la continuité à la présidence de la ligue depuis sa création en 1947 étaient présents.

Quand son fondateur, monsieur Gérard Thibeault, qui a encore bon pied bon oeil à l'âge vénérable de 90 ans, a pris la parole, l'auditoire a pu comprendre pourquoi cette ligue franchit avec succès des décennies au service de la jeunesse sportive de chez nous.

Monsieur Thibeault s'est dit fier et heureux pour les jeunes que le travail qu'il a accompli jusqu'en 1962 ait été poursuivi avec autant d'ardeur par ses successeurs.

D'abord l'idole du peuple québécois, l'unique Maurice Richard, en 1963, puis Fernand Dubois (1964), Alfred Spada (1965 et 1966), Me Yves Mayrand (1967 à 1971), Euclide Laliberté (1972 à 1974), feu Jean-Guy Racine (1975), Richard Bélec (1976 à 1990) et Denis Lévesque (1991-).

Talent d'hier et d'aujourd'hui
Claude Raymond et Ron Piché, qui ont ouvert le chemin du baseball majeur aux Québécois, ont aussi applaudi le président fondateur et goûté ses propos stimulants et rafraîchissants, au même titre que l'un des plus brillants lanceurs de l'histoire du circuit, Gaétan Groleau, et le doyen des entraîneurs en chef, Bernard Héneault, aujourd'hui à la barre des Athlétiques de Rosemont.

Rappelons que Groleau a remporté 26 gains en 30 décisions avec les Ducs de Longueuil, en 1968, avant de se voir accorder un essai par les Expos.

Dans la salle se trouvait également un témoin contemporain de la relève de qualité qui a toujours existé chez les joueurs, le receveur André Garlarneau, des Associés de Laval.

Âgé de 21 ans, il revient d'une fructueuse saison hivernale passée au Miami-Dade Community College et il passera une cinquième et dernière année avec les Associés.

Avec la formation floridienne qui appartient à la division II de la NCAA, Galarneau a participé à plus de trente matchs, surtout comme frappeur de choix, et maintenu une moyenne de .333. Il a notamment obtenu huit doubles et trois triples.

L'an dernier, Galarneau a largement aidé l'équipe du Québec junior élite, bâtie de joueurs de la Montréal junior, à remporter haut la main le championnat canadien à Kitchener.

En 1994, il avait été proclamé le meilleur joueur défensif au championnat national tenu à Terre-Neuve.

«La Ligue Montréal Junior est excellente pour le développement, a-t-il souligné, et ses dirigeants tiennent à des principes de discipline très stricts».

Galarneau espère obtenir une bourse d'étude de l'université Barry (sud de la Floride) où il poursuivrait des études en médecine. «J'ambitionne de me spécialiser en pathologie», a précisé ce jeune homme qui sait ce qu'il veut.

Revue de presse publié par Jacques Lanciault.

Remplis sous: Baseball Mots clés:
Commentaires (0) Trackbacks (0)

Aucun commentaire pour l'instant

Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant