19
Jan/17
0

Un dépisteur québécois se joint aux Blue Jays

Revue de presse

Benoît Rioux, Canoe.ca 19 janvier 2017

Jasmin Roy, Blue Jays de Toronto.Grand passionné de baseball, le Québécois Jasmin Roy vient de faire le saut comme dépisteur chez les Blue Jays de Toronto.

Il s'agit d'une nouvelle étape pour celui qui, au cours des 14 dernières années, occupait un rôle similaire pour la Centrale de recrutement du baseball majeur. Celle-ci offre, à titre de référence neutre, un regard sur les espoirs disponibles.

«Avant, j'allais scruter les joueurs et mes rapports allaient aux 30 équipes, maintenant, mes rapports profiteront uniquement aux Blue Jays, a résumé Roy. Ça va être différent lors de la journée du repêchage. Je vais encore espérer que des Québécois soient repêchés, mais par les Jays.»

Photo ci-dessus : Jasmin Roy.

La nouvelle peut effectivement sembler intéressante pour les jeunes joueurs du Québec puisque cette embauche s'inscrit dans une démarche des Blue Jays visant à être beaucoup plus à l'affût des différents espoirs aux quatre coins du Canada.

En plus de Roy, la formation torontoise a embauché l'Ontarien Adam Arnold, plus tôt ce mois-ci. Les deux dépisteurs viennent augmenter considérablement les effectifs visant le recrutement au Canada. L'an dernier, Jamie Lehman supervisait le marché canadien pour les Jays, aidé par Dan Cowan, dans l'Ouest du pays. En ajoutant Roy et Arnold, rien ne semble laissé au hasard.

UN ANCIEN ENTRAÎNEUR
Comme il le faisait pour la Centrale de recrutement, Roy risque de se concentrer davantage sur le Québec et l'Est de l'Ontario. Il travaillera également en collégialité avec le reste de l'équipe, notamment durant le tournoi «T12» qui rassemble chaque année, en septembre, les meilleurs espoirs canadiens au Rogers Centre, à Toronto.

Au-delà de son nouveau rôle avec les Blue Jays, qui demeure un emploi à temps partiel, le Québécois de 39 ans occupe toujours son poste de directeur des affaires étudiantes et communautaires au Cégep Édouard-Montpetit, à Longueuil. Il travaille ainsi auprès des clubs sportifs de l'institution.

«Le baseball a toujours été ma passion, a ajouté Roy, qui a d'abord été entraîneur, notamment à la belle époque des Ailes du Québec, de 2001 à 2004. J'ai toujours aimé aider les jeunes et leur donner des conseils. Mais être entraîneur et dépisteur, c'est très différent. Aujourd'hui, en les côtoyant, j'essaie quand même de les guider dans leur développement.»

- En passant à une organisation du baseball majeur, Jasmin Roy suit un certain courant. De moins en moins de recruteurs sont effectivement présents en Amérique du Nord pour la Centrale de recrutement du baseball majeur. Les différentes équipes préfèrent ainsi se fier à leurs propres dépisteurs. La pertinence de la Centrale se veut même remise en question.

Revue de presse publiée par Jacques Lanciault.

Remplis sous: Baseball Mots clés:
Commentaires (0) Trackbacks (0)

Aucun commentaire pour l'instant

Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant