30
Sep/13
1

Il faut que ça change! – Jean-Philippe Lemay

Revue de presse

Jean-Philippe Lemay, Trois-Rivières, Le Nouvelliste, le 28 septembre 2013

Jean-Philippe Lemay a évolué avec les Associés de Laval de 2003 à 2005 et les Aigles Plante Sports de Trois-Rivières de 2005 à 2007.

Les Aigles Plante Sports de Trois-Rivières se sont inclinés en six rencontres en grande finale de la Ligue de baseball junior élite du Québec (LBJEQ) contre les Castors CDE de Charlesbourg. Malgré tout le crédit qui revient aux vainqueurs, cette défaite me laisse un goût amer en bouche…

Au cours des dernières années, l’exode des joueurs de baseball québécois d’âge junior (18 à 22 ans) vers les Collèges américains s’est amplifié. Non seulement ces Collèges leur offrent la possibilité de jouer au baseball à l’année, mais ils leur permettent également de se faire voir davantage par les recruteurs du baseball majeur. On peut donc difficilement leur reprocher de vouloir saisir cette chance.

Cependant, le problème est que ces joueurs, qui reviennent pour la plupart l’été suivant, doivent quitter avant même le début des séries éliminatoires de la LBJEQ en raison du début des cours. Les équipes se retrouvent donc décimées pour le dernier droit, ce qui a pour effet d’amoindrir considérablement la qualité du jeu sur le terrain ainsi que les chances de plusieurs d’aspirer aux grands honneurs.

Bien malgré elles, ces équipes sont forcées de présenter des alignements qui ne sont aucunement représentatifs de la saison régulière et du classement général en demandant à des jeunes joueurs de 17 ans de faire la différence… Pendant ce temps, dans les bureaux de la Ligue, on continue de maintenir un calendrier de 50 parties débutant dans la deuxième semaine de mai.

C’est anormal de voir une équipe se présenter en séries éliminatoires avec quatre joueurs partants sur neuf en moins dans son alignement. C’est anormal d’avoir une foule de plus ou moins 300 spectateurs dans les gradins pour une finale de championnat. C’est anormal d’avoir un site Internet de si piètre qualité qui nuit à la crédibilité de la Ligue. C’est anormal que le président de la LBJEQ ne soit pas présent pour remettre le trophée du championnat à l’équipe gagnante, et ce, peu importe les raisons. En aucun cas je ne tiens à manquer de respect aux dirigeants de la LBJEQ. Je souhaite seulement qu’ils prennent action afin de redonner à la ligue ses lettres de noblesse.

Et plusieurs solutions concrètes existent. Par exemple, commencer la saison deux semaines plus tôt, ne pas attendre deux semaines avant de débuter les séries de fin de saison, avoir une formule 3 de 5 pour la série quart de finale plutôt qu’une formule 4 de 7, envisager un calendrier de 42 parties… Bref, les dirigeants se doivent de réagir afin d’offrir la meilleure qualité de baseball possible sur le terrain.

En tant qu’ancien joueur et entraîneur au sein de l’organisation des Aigles Plante Sports, je sais à quel point les dirigeants, le directeur général et les entraîneurs s’investissent afin de mettre sur pied des équipes compétitives, année après année, et j’ai beaucoup trop de respect envers le travail qu’ils accomplissent pour continuer de me taire. Il faut que ça change!

Revue de presse publiée par Jacques Lanciault.

Remplis sous: Baseball Mots clés:
Commentaires (1) Trackbacks (0)
  1. Bien dit M. Lanciault

Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant