27
Mai/13
0

Ovation pour un arbitre

Revue de presse

Louis-Simon Gauthier, Le Nouvelliste, le 27 mai 2013

Robert Bellerose(Trois-Rivières) À défaut de présenter des matchs des Aigles, on rend hommage à des bâtisseurs du baseball, ces jours-ci au stade Fernand-Bédard! Après la cérémonie visant à souligner l'implication de M. Bédard mercredi dernier, la Ville de Trois-Rivières a reçu hier un autre de ses grands ambassadeurs de la scène sportive, soit l'ancien officiel Robert Bellerose, actif de 1974 à 2000. Une plaque commémorative, posée devant la salle des arbitres portant désormais son nom, rappellera aux amateurs la carrière de ce Trifluvien d'origine, qui a eu la chance de participer à plusieurs rencontres internationales, dont les Jeux olympiques de Sydney.

Photo ci-dessus : La salle des arbitres du stade Fernand-Bédard portera désormais le nom de Robert Bellerose. (Photo: Sylvain Mayer)

Aujourd'hui exilé à Montréal, Robert Bellerose n'a jamais renié ses racines mauriciennes. On en a eu la preuve hier, alors que bon nombre de ses amis prenaient part à la fête. Ému par cette reconnaissance, le principal concerné réservait notamment une mention spéciale pour Émilien Côté, l'une des personnes les plus influentes de sa carrière. «Émilien n'est plus avec nous, mais c'est lui qui m'a donné mon premier cours d'arbitrage, a-t-il mentionné. Il en a fait pas mal pour la cause du baseball en Mauricie, je lui dois beaucoup. Il me disait toujours qu'un bon arbitre, c'est aussi un arbitre chanceux. Il n'avait pas tort! Si j'ai pu exercer ma passion pendant tant d'années, c'est aussi parce que j'étais bien entouré.»

Bellerose n'a pas manqué de citer les noms de Jack Croteau, Jean-Marc Paradis, Daniel Tessier, Albert Dufresne, Jacques Plouffe, Jean-Louis René, René Dufour, Richard Spiek, Jean Denoncourt et Raymond Bérubé. «On vivait une importante période d'expansion chez Baseball Québec et nous, en Mauricie, nous n'avions rien à envier aux autres régions. Dans le domaine de l'arbitrage, on se trouvait parmi les meilleurs!»

En plus de Sydney 2000, Bellerose a officié au Mondial junior de 1989 à Trois-Rivières, au Championnat du monde senior au Nicaragua en 1993 et il était également sur le terrain lors de la Coupe Pearson 1985, une classique annuelle entre les Expos de Montréal et les Blue Jays de Toronto. «Les réseaux de télévision diffusaient le match, mais une année ils ne l'ont pas fait. Or, c'est la fois où Tim Raines a frappé un circuit intérieur! Je me souviens aussi du championnat canadien de 1984, ici à Trois-Rivières. Jacques Plouffe avait failli recevoir une balle tirée en flèche sur la ligne du troisième. Si elle l'avait atteint, il ne serait plus avec nous pour en parler! À Saint-Barnabé, avec Jack Croteau, je me rappelle également d'avoir vu des joueurs boire de la bière dans l'abri. Jack leur avait fait savoir que ça n'avait aucun sens... à sa manière! À 18 ans, j'étais impressionné...»

D'autres anecdotes en lien avec ses nombreux voyages ont été racontées hier, avec la complicité d'Yves Robillard, un autre arbitre bien connu dans la région. «Ce qu'on retient de toi, Robert, c'est ton intégrité, a-t-il soutenu. Tu étais respecté de tous, autant des directeurs généraux que des joueurs et des coachs.»

Ancien receveur, Jean-François Picard affirmait quant à lui que lorsque Bellerose se retrouvait sur le terrain, les joueurs avaient rarement le dernier mot.

«Tu es le seul avec qui ça arrivait, rigolait le président des Aigles. Une fois, tu n'étais vraiment pas content: même mon père ne m'avait jamais engueulé de même dans ma vie! Merci pour tout ce que tu as fait pour le baseball, en espérant que tu inspires des jeunes, car des arbitres, il en manque dans tous les sports au Québec.»

Revue de presse publiée par Jacques Lanciault.

Remplis sous: Baseball Mots clés:
Commentaires (0) Trackbacks (0)

Aucun commentaire pour l'instant

Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant