5
Jan/13
1

La locution du jour : dont acte

Textes et recherches de Jacques Lanciault

Je consigne ici le fruit de recherches sur le sens, l’étymologie, l’écriture ou encore la prononciation de certains mots ou expressions sur lesquels je bute, ou qui tout simplement suscitent ma curiosité au fil de mes lectures...

Dont acte

Samedi, 5 janvier 2013

Source de la recherche :
Le paragraphe suivant, tiré d’un texte de Stéphane Baillargeon, publié dans le quotidien Le Devoir du 3 janvier 2013 :

« Comme elle est, avec ses caractéristiques intrinsèques, cette mouture semble déjà encensée et très appréciée par ceux qui aiment le genre. Dont acte. Plusieurs commentaires des réseaux sociaux ne se gênent pas pour passer la pommade. Les collègues critiques et d’autres préposés au sens plus ou moins officieux ont aussi sorti le plumeau. Alors, à quoi bon cracher dans la soupe ? »

Définition :
Le dictionnaire du correcteur électronique Antidote propose deux définitions pour la locution adverbiale dont acte, soit :

« Formule utilisée pour officialiser un acte. »

« Je tiens compte d’une rectification, une explication, une instruction qui a été énoncée. »

Le Grand Robert de la langue française définit, quant à lui, dont acte comme suit : « formule finale d'un acte » et par extension « Bonne note est prise de la chose. »

Le dictionnaire en ligne, http://www.mon-expression.info/ précise ce qui suit, qui me semble-t-il, cadre on ne peut mieux avec le contexte de la citation :

Dont acte : Ce dont il est donné acte. Ce dont il est pris acte.

Alain Rey précise dans son Dictionnaire historique de la langue française que le terme acte est attesté dès le XIVe siècle, il est emprunté au latin actum (au pluriel acta) tiré du verbe agere (faire). Il précise, en outre, que le terme acta deviendra, en latin médiéval, l’équivalent de charta (pièce juridique).

L’expression “dont acte”, utilisée de plus en plus actuellement, trouve donc son origine dans le vocabulaire du droit. En effet, la locution “dont acte” est la formule finale consacrée, avant les signatures officielles, d’un acte juridique et se trouve être l’ellipse de “ce dont il est pris acte” (l’acte étant un écrit officiel certifiant la validité d’un fait ou d’une situation comme par exemple un acte de mariage ou de naissance).

Par extension, la formule s’est invitée dans nos conversations quotidiennes pour clore une discussion en sous entendant que l’on a pris bonne note de la chose et qu’elle ne sera pas oubliée. Certaines personnes utilisent aussi l’expression “dont acte” pour mettre un terme à une discussion ou une situation difficiles en soulignant ainsi qu’ils ont pris acte des faits et qu’ils s’en rappelleront bien à propos pour se venger.

Remplis sous: La folie des mots Mots clés:
Commentaires (1) Trackbacks (0)
  1. On ne dit pas « ils s’en rappelleront » mais
    Ils s’en souviendront ou bien ils se le rappelleront
    Surtout quand on donne des explications
    sur la langue française !..

Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant