3
Août/12
0

L’expression du jour : volée de bois vert

Textes et recherches de Jacques Lanciault

Je consigne ici le fruit de recherches sur le sens, l’étymologie, l’écriture ou encore la prononciation de certains mots ou expressions sur lesquels je bute, ou qui tout simplement suscitent ma curiosité au fil de mes lectures...

Une volée de bois vert.

Vendredi, 3 août 2012

Source de la recherche :
Le titre suivant coiffant un texte de l’Agence France-Presse publié dans le quotidien Le Devoir du 27 juillet 2012 : « Après sa gaffe sur les JO de Londres, Romney reçoit une volée de bois vert ».

Définition :
Le dictionnaire Le Grand Robert de la langue française définit la locution Donner à quelqu’un, recevoir une volée de bois vert comme suit : « Une sévère réprimande.»

Quant au dictionnaire du correcteur électronique Antidote, il propose la définition suivante : «Série de critiques violentes.»

Toutefois, c’est encore le dictionnaire Expressio, les expressions françaises décortiquées qui nous offre en plus de la définition de l’expression, toutes les précisions requises quant à l’origine de celle-ci :

Sens
Infliger / recevoir une sévère réprimande ou correction
Émettre / subir des critiques violentes

Origine
Si la « volée » désigne d'abord, au XIIe siècle et assez logiquement vu la signification du verbe « voler », le fait de s'élever en l'air, c'est un siècle plus tard que le mot prend aussi le sens de « mouvement rapide et violent » par allusion à la rapidité de l'envol des oiseaux effarouchés.

Il faudra toutefois attendre le XVIIe pour que, toujours avec la signification de « mouvement vif », mais répété, cette fois, apparaisse la locution « une volée de coups » qui, raccourcie, a donné « donner / recevoir une volée », les coups étant implicites.

C'est à la fin du XVIIIe qu'on y rajoute parfois « de bois vert », toujours au sens propre, la volée de coups pouvant être assénés avec un bâton de bois vert, histoire de faire bien mal, car ce bois est souple et non cassant comme le serait du bois sec.

Enfin, au XIXe siècle, une forte réprimande ou des critiques violentes pouvant aussi faire moralement très mal, l'expression a pris le sens figuré qu'on lui connaît aujourd'hui.

Remplis sous: La folie des mots Mots clés:
Commentaires (0) Trackbacks (0)

Aucun commentaire pour l'instant

Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant