10
Déc/11
2

Split : l’immense palais de Dioclétien!

Texte et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 13e d'une série de reportages relatifs à une longue balade en Croatie, à laquelle se sont greffées de trop courtes incursions en Bosnie-Herzégovine et au Monténégro, le tout réalisé à l’automne 2011.

Palais de Dioclétien, Split, Dalmatie centrale, Croatie.

Split, Dalmatie centrale, Croatie, dimanche 9 octobre 2011 – Un après-midi presque complet consacré à la visite du palais de Dioclétien! Normal, il est immense. En fait, c’est une ville ancienne aménagée à l’intérieur d’un palais. Nous y verrons de nombreux trésors architecturaux de l’époque romaine de la ville de Split, tout comme des chefs-d'œuvre plus modernes du célèbre sculpteur croate Ivan Meštrović. Pour terminer cette grande journée de visites, nous y allons d’un souper de spécialités croates dans un restaurant du bord de mer!

Photo ci-dessus : Les arcades impressionnantes de la place principale du palais de Dioclétien, le péristyle!

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Après une matinée passée au grand vent à déambuler sur le site archéologique de Salona, notre petit dîner sur une terrasse face à la mer Adriatique nous a rapidement revigorés. C’est donc dans une forme splendide que nous emboîtons le pas à notre guide locale, Ivana, pour la visite du palais de Dioclétien, lui qui est situé en bordure de mer au pied du mont Marjan.

Split, face à la mer Adriatique, Dalmatie centrale, Croatie.

Photo ci-dessus : Pour nous rendre à l’entrée du palais de Dioclétien, nous longeons la mer en empruntant la magnifique promenade construite en 2007, un endroit où, comme nous l’avons déjà mentionné dans un texte précédent, la publicité lumineuse a été interdite. Face à la mer, sur les terrasses des hôtels, nombreux sont ceux qui profitent du soleil du midi en sirotant un verre de vin ou encore une bière locale!

Split, Dalmatie centrale, Croatie.

Photo ci-dessus : De beaux édifices brillent sous les rayons du soleil.

Le palais de Dioclétien
« Le palais de Dioclétien est immense, nous mentionne Ivana, il fait environ 31 000 mètres carrés, et ce, dans une forme s’apparentant à un carré. »

P.-S. Dans certaines de nos lectures, on mentionne des superficies de 38 000 et de 39 000 mètres carrés pour le palais.

Il a été construit en utilisant la pierre blanche de Brač. Sa construction nécessita dix années et elle s’est échelonnée de 295 à 305. Pas moins de 10 000 esclaves furent mis à contribution pour le réaliser.

Du marbre d’Italie, de Grèce, des colonnes et des sphinx d’Égypte, rien n’a été négligé par Dioclétien pour rendre l’endroit unique.

Le palais est construit sur des rochers. Fortifié, il était, lors de sa construction, protégé par 16 tours. Aujourd’hui, il n’en reste plus que trois. Les murs de fortification atteignaient par endroits des épaisseurs allant de 2 à 4 mètres et ils s’élevaient parfois à 26 mètres de hauteur.

Après avoir abdiqué comme empereur le 1er mai 305, devenant ainsi le seul empereur romain à avoir abdiqué volontairement, Dioclétien passa les onze dernières années de sa vie dans son palais. C’est alors qu’il fit construire, à l’intérieur même des murs du palais, son propre mausolée.

Depuis, de nombreuses modifications ont été apportées au palais, accentuant toujours l’impression de puissance des lieux, et ce, même si la façade ouest n’existe plus et que le mausolée est devenu cathédrale.

Aujourd’hui, c’est une véritable ville intérieure où quelque 3 000 personnes vivent, travaillent et s’y amusent.

Reconstitution du palais de Dioclétien, Split, Dalmatie centrale, Croatie.

Photo ci-dessus : Comme le démontre cette reconstitution du palais de Dioclétien, à l’époque la mer arrivait jusqu’au palais.

Nous amorçons notre visite par la façade sud, celle qui fait face à la mer! Nous entrons par une petite porte toute simple au milieu de la façade, c’est la « Porte de bronze ». Il est 14 h 55.

C’est en 1956 que les autorités locales ont commencé à déblayer et nettoyer les salles du rez-de-chaussée que nous visitons actuellement. Ces salles étaient à l’époque des chambres pour les invités. Nous passons de salle en salle… dont la plupart sont pratiquement vides.

Aujourd’hui, il s’y tient des expositions et des concerts.

Palais de Dioclétien, Split, Dalmatie centrale, Croatie.

Photo ci-dessus : Dans une des salles, nous rencontrons un des invités!

Buste de Dioclétien, Split, Dalmatie centrale, Croatie.

Photo ci-dessus : Dans une autre nous voyons un buste du maître des lieux.

Palais de Dioclétien, Split, Dalmatie centrale, Croatie.

Photo ci-dessus : La pierre est omniprésente.

Nous voyons des poutres de chênes d’origine et un sphinx décapité.

« Des 250 colonnes qu’il y avait à l’époque, il n’en reste que 88, tout comme il n’y a plus que 4 Sphinx, pourtant quand l’Empereur arpentait les pièces du palais, il y en avait 13 », précise Ivana

Dans une des salles, nous voyons une partie des canalisations de l’époque.

Palais de Dioclétien, Split, Dalmatie centrale, Croatie.

Palais de Dioclétien, Split, Dalmatie centrale, Croatie.

Palais de Dioclétien, Split, Dalmatie centrale, Croatie.

Photos ci-dessus : Mais, de partout la lumière du jour est absente, rendant l’endroit tout de même lugubre!

Nous sortons à 15 h 40.

Nous arrivons sur une place centrale du palais, dite « le péristyle ». C’est une cour à ciel ouvert qui est bordée d’arcades de trois côtés. Cet espace a été érigé pour rendre hommage à Dioclétien. Aujourd’hui, c’est un endroit où se rassemblent les touristes et les fidèles.

Cette place a longtemps été nommée « Cour de la cathédrale ».

Il y a des appartements et deux chapelles, dont celle de Saint Roch dédiée à la peste.

Péristyle du palais de Dioclétien, Split, Dalmatie centrale, Croatie.

Péristyle du palais de Dioclétien, Split, Dalmatie centrale, Croatie.

Photos ci-dessus : Une impressionnante colonnade.

Le mausolée de Dioclétien est aujourd’hui une cathédrale dédiée à Saint-Domnius, le saint patron de la ville de Split. La cathédrale a été construite au VIIe siècle à même le mausolée.

Nous y entrons et pouvons enfin nous asseoir! C’est tout petit, car cet espace avait été pensé, au départ, pour un simple mausolée.

Les murs sont d’origine, tout comme les 24 colonnes tout autour. La coupole est également d’origine. Les fenêtres ont été ajoutées au XVe siècle.

Il y a aussi un autel dédié à la Vierge Marie datant du XVIIe. Jean-Paul II y est venu le 14 octobre 1998.

La chaire est hexagonale avec de chapiteaux magnifiques en porphyre rouge et vert. Encore aujourd’hui des services religieux y sont célébrés quotidiennement.

Toutefois, ne se marient pas ici qui veut! Pour que son mariage soit célébré en ces lieux, il faut obligatoirement que l’un des conjoints ait reçu les sacrements du baptême, de première communion, de confirmation dans cette église.

La porte ciselée est en noyer. Selon nous, c’est la plus belle cathédrale que nous ayons vue depuis notre arrivée en Croatie.

Nous sortons de la cathédrale à 16 heures.

Tout à côté, il y a un superbe campanile qui, sur cinq étages, fait 58 mètres de hauteur. Originalement, érigé aux XIIIe et XIVe siècles, il a été entièrement reconstruit au XVIIIe siècle.

Campanile de la cathédrale de Split, Dalmatie centrale, Croatie.

Photo ci-dessus : Campanile de la cathédrale de Split.

Nous voyons le temple de Jupiter, dans lequel nous entrons. Il a été transformé en baptistère. Il y une statue de Saint-Jean Baptiste réalisée en 1958, par le célèbre sculpteur croate Ivan Meštrović.

On peut également y voir le sarcophage de Jean de Ravenne, le premier archevêque de Split.

Statue de Saint-Jean-Baptiste, baptistère de la cathédrale de Split, Dalmatie centrale, Croatie.

Photo ci-dessus : Statue de Saint-Jean-Baptiste dans le baptistère de la cathédrale Saint-Domnius, une œuvre d’Ivan Meštrović.

Baptistère de la cathédrale de Split, Dalmatie centrale, Croatie.

Photo ci-dessus : Les caissons au plafond ont été copiés sur ceux de l’église Jean-le-Bienheureux, que nous avons visitée à Trogir!

Nous sortons.

Nous voyons une muraille antique qui semble entrer dans un appartement tout là-haut. « En fait, nous mentionne notre guide, une partie de la frise datant de l’antiquité est à l’intérieur de l’appartement. Il y a d'ailleurs plusieurs stations de télévision qui ont fait des reportages sur cet appartement. »

Péristyle du palais de Dioclétien, Split, Dalmatie centrale, Croatie.

Photo ci-dessus : De magnifiques arcades, dont la frise continue à l’intérieur d’un appartement privé!

Outre la porte de bronze par laquelle nous sommes entrés dans le palais, il y a trois autres portes, celles de fer, d’or et d’argent!

Ivana attire notre attention sur le nom d’une petite ruelle que nous empruntons, « Laisse-moi passer ». C’est joli comme nom!

Plus loin, elle nous indique un clocher où les femmes enceintes venaient prier pour avoir un bébé en santé.

Nous poursuivons notre promenade en passant devant des maisons et des jardins. Nous sommes toujours à l’intérieur du palais.

Nous voyons une immense statue de Grégoire de Nin réalisée en 1929 par Meštrović, une statue creuse en bronze. Sise auparavant sur la place du péristyle, elle a été découpée et rassemblée ici en 1960.

Statue de Grégoire de Nin réalisée en 1929 par Ivan Meštrović, Split, Dalmatie centrale, Croatie.

Photo ci-dessus : Une statue qui honore la mémoire de Grégoire de Nin qui fut le grand défenseur de la langue croate.

Mentionnons qu’elle est identique à une autre que nous avons vue à Nin il y a quelques jours. Et comme à Nin, frotter le gros orteil de l’évêque Grégoire de Nin est gage de bonheur.

Statue de Grégoire de Nin réalisée en 1929 par Ivan Meštrović, Split, Dalmatie centrale, Croatie.

Photo ci-dessus : Ce que je n’ai pas hésité à faire, comme le démontre très bien cette photo réalisée par un des membres de notre groupe!

Tout juste à la sortie du palais, nous voyons un autre campanile, c’est celui du monastère détruit des Bénédictins! Le campanile est le seul vestige qu’il reste du monastère.

Campanile de l’ancien monastère des Bénédictins, Split, Dalmatie centrale, Croatie.

Photo ci-dessus : Campanile de l’ancien monastère des Bénédictins.

Nous arrivons sur la place nationale, aujourd’hui lieu d’exposition. Il y a une tour avec une horloge datant du XVIe siècle.

Une maison tour romane, un clocher gothique et une horloge Renaissance, Split, Dalmatie centrale, Croatie.

Photo ci-dessus : Une maison tour romane, un clocher gothique et une horloge Renaissance.

Puis finalement, nous nous retrouvons sur la dernière place prévue à nos visites pour aujourd’hui, il s’agit de la place aux fruits, où il s’y vendait autrefois fruits et légumes. Sur cette place, il y a également une autre statue du sculpteur Ivan Meštrović, celle du poète croate Marko Marulić.

Statue du poète croate Marko Marulić, une œuvre du sculpteur Ivan Meštrović, Split, Dalmatie centrale, Croatie.

Photo ci-dessus : Statue du poète croate Marko Marulić, une œuvre du sculpteur Ivan Meštrović.

Tour de guet, Split, Dalmatie centrale, Croatie.

Photo ci-dessus : Tout juste avant de quitter le palais, nous croisons cet antique tour de guet!

Nous revenons sur la promenade au bord de mer. Il est 16 h 45 et nous reprenons la superbe rue piétonne Marmontova qui nous mènera à notre hôtel au terme d’une quinzaine de minutes de marche.

Superbe édifice sur la rue Marmontova, Split, Dalmatie centrale, Croatie.

Superbe édifice sur la rue Marmontova, Split, Dalmatie centrale, Croatie.

Photos ci-dessus : Superbe édifice sur la rue Marmontova.

Théâtre dans le quartier historique de Split, Dalmatie centrale, Croatie.

Photo ci-dessus : Magnifique façade d’un théâtre qui prend place dans le quartier historique de Split

Souper de spécialités splitoises!
Au programme pour notre souper de ce soir, un repas de spécialités croates dans un magnifique restaurant en bordure de mer, le Restoran Adriatic Grašo.

Nous quittons l’hôtel en car à 19 h 15 pour le repas prévu à 20 heures.

Nous avons droit à un excellent souper cinq services… composé uniquement de poissons et de fruits de mer, sauf évidemment pour le dessert. Au menu, carpaccio de pieuvre, crevettes, bisques de homard, gnocchis à l’encre de seiche et poisson avec sauce aux épinards. Pour dessert un succulent mascarpone décoré de mini-branches d’on ne sait trop quoi, avec des morceaux d’ananas. C’est excellent.

Céline, qui ne mange ni poisson ni fruits de mer, n’est pas en reste. On lui sert un carpaccio de bœuf, malheureusement la viande était encore gelée, un potage aux épinards, des gnocchis sauce à la viande, des mini-boulettes de bœuf haché avec jambon et fromage, le tout couronné d’un œuf au miroir accompagné de frites!

Notre table au Restoran Adriatic Grašo, Split, Dalmatie centrale, Croatie.

Photo ci-dessus : Notre table au Restoran Adriatic Grašo, une photo prise par notre accompagnatrice de Voyages Lambert.

Finalement, nous rentrons à notre chambre un peu après 23 heures… vous l’aurez deviné, épuisés!

Méli-mélo
La ville de Split est la deuxième plus populeuse de Croatie après Zagreb et devant Rijeka.

Après la Deuxième Guerre mondiale, il y avait 43 000 habitants à Split. Aujourd’hui, c’est 210,000 personnes qui y vivent!

Split est le centre culturel de la Croatie.

Le nom de Split vient du grec ancien Aspálathos, qui se dit en latin Spalatum, en italien Spalato et en dalmate Spalatro !

La ville a été construite à l’intérieur du palais de Dioclétien, puis par la suite tout autour.

L’empereur Dioclétien était originaire de la ville de Salona et il régnait sur douze diocèses. Il est décédé en 313.

À la chute de l'Empire romain, Split devient byzantine.

En 1420, la ville de Split fut intégrée à la République de Venise, et ce, jusqu'à la disparition de cette république en 1797.

Comme pour les autres villes de la Dalmatie, Split connut une courte période française soit de 1805 à 1813. Les Français y construisirent la première rue moderne de la ville, la rue Marmontova, nommée ainsi en l’honneur du maréchal Marmont.

Par la suite, Split fut autrichienne, austro-hongroise, yougoslave et finalement depuis 1991 croate.

Comme nous l’avait déjà mentionné notre guide locale en Istrie, les Dalmates sont très grands physiquement. Ivana ajoute que certaines femmes chaussent parfois des souliers de grandeur 45 (du 15 pour nous)!

Pendant le « Festival d’été de Split », un événement important dans l’actualité culturelle croate, on peut assister à des spectacles d’opéra, de théâtre, de danse, etc.. En 2009, il en était à sa 55e édition. Des pièces de théâtre sont d’ailleurs présentées sur le site archéologique de Salona.

La cravate, créée en Croatie, est un symbole d’amour et de fidélité.

À suivre
Le musée archéologique de Split et la forteresse de Klis!

Sarcophage du Musée archéologique, Split, Dalmatie centrale, Croatie.

Photo ci-dessus : Un des superbes sarcophages que l'on peut admirer au Musée archéologique de Split. Les grandes pièces, comme celle de notre photo, sont exposées dans une galerie extérieure. Le musée a été fondé en 1820 ! C'est le plus ancien en son genre dans cette partie de l'Europe

Bibliographie
Encyclopédie libre Wikipédia, Croatie, Istrie, Opatija, Poreč, Rovinj, Dalmatie, Pag, Zadar, Trogir, Šibenik, Split et une foule d’autres pages;

Atlas en fiches (La Croatie, l’Istrie, l’économie de la Croatie) , Éditions Atlas, 2008;

Croatie, merveille de l’Adriatique, Éditions Minerva, 2004, 128 pages;

Dalmatie, Histoire, culture, patrimoine artistique, Forum, Zadar, 2008, 156 pages;

Guide Voir, Croatie, Éditions Libre Expression, 2008, 296 pages;

L’agonie yougoslave (1986-2003), Renéo Lukic, Les presses de l’Université Laval, 2003, 613 pages;

Le croate pour les touristes, Extrade, 2007, 159 pages;

L’Istrie, Turistička Naklada D.O.O., 2007, 128 pages;

Lonely planet, Croatie, Lonely Planet Publication, 2011, 352 pages;

Patrimoine mondial de l’UNESCO , Éditions UNESCO, 2009, 832 pages.

Remplis sous: Croatie, L'Adriatique, Voyages Mots clés:
Commentaires (2) Trackbacks (0)
  1. Comme c’est agréable de revivre de si bons moments incluant ceux que nous avions oubliés.
    Grâce à vous deux, nous pouvons rattrapper ces belles découvertes.
    Nous en sommes réjouis…

  2. Nous étions encore à Split ce jour à 13h. Merci de nous avoir permis de revivre notre parcours enchanteur en découvrant votre site. Ivana nous en a appris quelques détails inédits.
    Patrick et Catherine de Suisse

Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant