8
Nov/10
1

Le pape consacre la Sagrada Família, symbole de la famille traditionnelle

Revue de presse

Texte de Françoise Kadri, Le Devoir, le 8 novembre 2010, photos Jacques Lanciault

La Sagrada Família en 2005, Barcelone, Espagne.Barcelone, Espagne — Le pape Benoît XVI a consacré hier la basilique de la Sagrada Família à Barcelone, le chef-d'œuvre de Gaudí, symbole des valeurs traditionnelles de la famille qu'il a défendues en dénonçant le mariage homosexuel et l'avortement.

Sur le chemin de la Sagrada Família, Benoît XVI a été accueilli aux cris de «pédophile», «va-t-en!», par 200 homosexuels s'embrassant à pleine bouche pour dénoncer les «discriminations» dont ils se disent victimes.

Au deuxième jour de sa visite en Espagne, un pays qui a légalisé le mariage homosexuel et libéralisé l'avortement, où la laïcité gagne du terrain, le pape, dans son homélie, a défendu la famille comme union «indissoluble d'un homme et d'une femme».

Notre photo : Le portique principal de la Sagrada Família, tel qu’il était en 2005 lors de notre visite à Barcelone.

Il a dénoncé l'avortement, dont la libéralisation cette année est l'une des réformes phare du gouvernement socialiste de José Luis Rodríguez Zapatero, en rappelant que l'Église «s'oppose à toute forme de négation de la vie».

Benoît XVI a quitté hier soir Barcelone pour Rome, après avoir souhaité, comme la veille dans la ville de pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle, que la foi chrétienne «retrouve une nouvelle vigueur» en Europe.

Ses fidèles, qui toute la journée se sont massés par dizaines de milliers sur son parcours, l'ont accompagné jusqu'à l'aéroport, où 1500 jeunes l'ont acclamé aux cris de «Vive le pape», agitant des drapeaux jaune et blanc, aux couleurs du Vatican.

Il avait auparavant visité un centre pour enfants handicapés soutenu par l'Église catholique, renouvelant son appel au «respect de la vie».

Samedi, à Saint-Jacques-de-Compostelle, le pape avait, dans des termes très incisifs, dénoncé les dangers du retour à un anticléricalisme «agressif» en Espagne, rappelant les années 30 et la Guerre civile.

Traditionnel bastion de l'Église catholique, en particulier sous la dictature franquiste, l'Espagne connaît actuellement un recul de la religion, et 73 % de ses habitants se disent catholiques, contre 80 % en 2002.

La libéralisation de la société amorcée après la fin de la dictature en 1975 s'est amplifiée depuis 2005, avec le vote de lois simplifiant le divorce, légalisant le mariage homosexuel — 20 000 unions célébrées depuis 2005 — et libéralisant l'avortement.

La Sagrada Família en 2005, Barcelone, Espagne.

La Sagrada Família en 2005, Barcelone, Espagne.

Photos ci-dessus : Après Gaudí, six architectes se sont succédé. Le dernier d'entre eux, Jordi Bonet, est en charge des travaux depuis 1985. Sa mission : couvrir les nefs. La période d'achèvement commence.

Hier matin, lors d'une messe, le pape a élevé au rang de basilique la Sagrada Família, oeuvre emblématique de l'Art nouveau catalan signée de l'architecte Antoni Gaudí, qui devient ainsi un lieu de culte où sera célébrée la messe, plus important qu'une église dans la hiérarchie catholique.

Toujours en chantier 128 ans après la pose de la première pierre en 1882, la Sagrada Família, symbole de la Sainte Famille, domine Barcelone de ses huit clochers.

Après le rituel de la consécration — l'autel et les murs aspergés d'eau bénite et d'huile sainte —, la messe s'est ouverte sur quelques phrases en catalan de Benoît XVI, vêtu d'une mitre et d'une chasuble or et d'une étole blanche ornée de croix rouges.

Un orgue flambant neuf aux 1492 tuyaux l'accompagnait, ainsi que 800 choristes.

Près de 6500 invités avaient pris place dans l'église, et 51 000 chaises étaient disposées à l'extérieur, tandis que les rues avoisinantes étaient noires de monde.

La Sagrada Família en 2005, Barcelone, Espagne.

Photo ci-dessus : Le travail artistique réalisé sur les murs de la basilique est tout simplement phénoménal.

Selon le Vatican, près de 60 000 personnes au total ont participé à cette cérémonie. Les autorités locales ont estimé que 250 000 personnes avaient envahi les rues de Barcelone pendant cette journée.

Le pape a renouvelé son hommage au «génial» Gaudí, qui a été «capable de créer dans cette ville un espace de beauté, de foi et d'espérance».

Selon le porte-parole du Vatican, le père Federico Lombardi, le pape a eu une «impression extraordinaire» lorsque les portes de la Sagrada Família se sont ouvertes, découvrant la nef bordée de colonnes se terminant en ramifications, selon les formes inspirées de la nature chères à Gaudí.

La Sagrada Família en 2005, Barcelone, Espagne.

Photo ci-dessus : Le baiser de Judas et le carré magique (une œuvre du sculpteur Subirachs).

Revue de presse publiée par Jacques Lanciault.

Remplis sous: Espagne, Voyages Mots clés:
Commentaires (1) Trackbacks (0)
  1. Quelle merveille de voir sa Sainteté Benoit 23 béatifié GAUDI, grâce à son oeuvre la SAGRADA FAMILIA ce temple est magnifique, il sera terminé, mais pour cela l’Eglise a besoin de l’aide des croyants, des touristes; En visitant le Sagrada, nous donnons une petite part, pour terminer cette Merveilluse Sagrada.

Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant