27
Juil/10
3

Le cœur de Moscou : la place Rouge!

Texte et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 3e d'une série de reportages sur une féerique odyssée en Russie au tout début de l’été 2010.

Musée historique d’État sur la place Rouge, Moscou, Russie.

Moscou, Russie, samedi 19 juin 2010 — Krasnaya Ploshchad, voilà le vrai nom de l’endroit que nous nommons chez nous « place Rouge ». Mais nous pourrions tout aussi bien la baptiser « Belle place », car en russe krasni, l’adjectif dérivé de krasnaya, signifie autant rouge que belle! Et si nous optons pour le nom « belle place », c’est certain que nous ne sommes pas dans l’erreur, car c’est une superbe place qui offre toute une série de bâtiments tout aussi somptueux les uns que les autres: la cathédrale Basile-le-Bienheureux, le Musée historique d’État, le mausolée de Lénine, l’église Notre-Dame de Kazan, la porte de la Résurrection, la muraille du Kremlin et ses tours, même la galerie marchande Goum vaut le coup d’œil!

Notre photo : Un superbe bâtiment de style néo-russe abrite le Musée historique d’État à Moscou. La bâtisse a été construite entre 1875 et 1881 sur ordre de Pierre Le Grand.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Pour regarder le diaporama des photos présentées sur cette page, cliquez sur n'importe laquelle des photos.

Après notre captivante balade sur la place du Manège et dans le jardin d’Alexandre, nous poursuivons notre matinée de visite en nous dirigeant vers la porte de la Résurrection que nous franchirons pour entrer à proprement parler sur la place Rouge.

Des sosies des grands personnages de l’Histoire russe, Moscou, Russie.

Photo ci-dessus : Peut-être des sosies du tzar Alexandre II et de son épouse Maria Alexandrovna, qui ont régné de 1855 à 1881!

Des sosies des grands personnages de l’Histoire russe, Moscou, Russie.

Photos ci-dessus : Tout pour plaire aux touristes. Sur notre photo, nous reconnaissons les sosies de Lénine et de Staline, mais il y a aussi ceux de la Grande Catherine, de Nicolas II et même de Vladimir Poutine qui sont disponibles un peu partout autour de la place Rouge pour ajouter du contenu historique aux photos de voyage…, et ce, moyennant quelques roubles évidemment.

Le kilomètre zéro
Mais, avant de franchir la porte de la Résurrection, nous nous approchons d’un groupe de touristes attroupés autour d’une plaque de bronze au sol. C’est le « kilomètre zéro »! Toutes les distances à Moscou sont établies à partir de ce point. Si on place ses deux pieds sur la plaque et que l’on fait un vœu en lançant une pièce de monnaie par-dessus son épaule… il sera exhaussé, c’est garanti!

La plaque de bronze du kilomètre zéro de Moscou, Russie.

Photo ci-dessus : La plaque de bronze du kilomètre zéro de Moscou. La jeune fille sur la photo se prépare à lancer une pièce de monnaie derrière elle. Remarquez les trois personnes, qui ne sont pas des touristes, qui sont en position pour récupérer l’offrande.

La porte de la Résurrection
Et voilà, nous franchissons la porte de la Résurrection, connue également sous le nom de « Porte Ibère ».

Cette ravissante porte, qui est située entre le musée historique d’État et l'ancienne mairie, marque l'entrée de la place Rouge, dont la superficie est de sept hectares. En longueur, la place s’étend sur 500 mètres. Elle fut, au fil des ans, le théâtre d’exécutions, de proclamations, de fastes défilés militaires, etc.

La porte de la Résurrection originale avait été construite en 1680. Elle a été détruite sous Staline… afin de laisser entrer les tanks sur la place Rouge lors des défilés révolutionnaires. En 1995, elle a été reconstruite identique à l’originale démolie en 1931.

Porte de la Résurrection, place Rouge, Moscou, Russie.

Photo ci-dessus : La superbe porte de la Résurrection, la porte qui nous a livré passage sur la place Rouge.

Porte de la Résurrection, place Rouge, Moscou, Russie.

Photo ci-dessus : Deux magnifiques tours surmontent la porte de la Résurrection.

La porte de la Résurrection est aussi appelée « Porte Ibère », car tout juste devant la porte se trouve une toute petite chapelle abritant une copie de l'icône "Ibère". Cette icône donne son nom à la chapelle et par ricochet à la porte.

Chapelle Ibère, place Rouge, Moscou, Russie.

Chapelle Ibère, place Rouge, Moscou, Russie.

Photos ci-dessus : La petite chapelle dédiée à la Vierge d’Ibérie.

Porte de la Résurrection, place Rouge, Moscou, Russie.

Photo ci-dessus : Une magnifique mosaïque orne le mur central de la porte de la Résurrection.

Le musée historique d’État
À la gauche de la porte de la Résurrection se trouve le musée historique d’État, une superbe bâtisse de briques rouges. Ce musée, dont la visite n’est pas au programme, abrite toute une collection d’objets retraçant l’histoire de la Russie, des origines à aujourd’hui.

Le musée historique d’État, place Rouge, Moscou, Russie.

Le musée historique d’État, place Rouge, Moscou, Russie.

Photos ci-dessus : Le magnifique musée historique d’État.

La place Rouge
Wow! La place Rouge est vraiment immense.

Notre guide Tatiana attire notre attention sur un long édifice qui prend place sur notre gauche, c’est le grand magasin Goum. Même si aujourd’hui le Goum regroupe des magasins de luxe dans sa vaste galerie marchande, il a gardé le nom qu’on lui a donné lors de sa nationalisation en 1921, soit le «Gossoudarstvenny ouniversalny magazine», ce qui signifie magasin universel d’État. Nous y entrerons un peu plus tard.

Le grand magasin Goum sur la place Rouge, Moscou, Russie.

Photo ci-dessus : Le grand magasin Goum.

Derrière nous, tout juste à côté du Musée historique d’État, il y a l’église Notre-Dame de Kazan. Elle fut détruite en 1936 sous l’impulsion de Staline. La ville de Moscou la fit reconstruire au début des années 1990. D’ailleurs, c’est à compter de 1990 qu’on a commencé à reconstruire les églises un peu partout en Russie.

Staline avait l’intention de détruire toutes les églises et tous les monastères du pays, mais la Deuxième Guerre mondiale l’a empêché de réaliser son projet

L’église Notre-Dame de Kazan sur la place Rouge, Moscou, Russie.

Photo ci-dessus : L’église Notre-Dame de Kazan.

Sur le côté, la muraille du Kremlin avec sa tour de l’horloge, la « Tour Spasskaïa » haute de 70 mètres. Et justement lorsque Tatiana nous la présente, l’horloge sonne les onze coups de onze heures, une jolie musique.

À l’autre extrémité de la place Rouge, il y a la fameuse cathédrale Basile-le-Bienheureux!

La cathédrale Basile-le-Bienheureux sur la place Rouge, Moscou, Russie.

Photo ci-dessus : Au moment de notre visite sur la place Rouge, la cathédrale Basile-le-Bienheureux était en plein soleil. Dommage!

Tout au centre, à notre droite, il y a le mausolée de Lénine, l’endroit où est conservé le corps momifié du grand révolutionnaire russe… pour la postérité. Les Russes restaurent régulièrement le corps de Lénine afin qu’il demeure intact…

Lors du décès de Vladimir Ilitch Oulianov, dit Lénine, en 1924, Staline a ordonné de conserver le corps du grand dirigeant de la révolution d’octobre, ce qui, toutefois, ne respectait pas les dernières volontés de « l’homme de la Léna ».

Même si le mausolée est ouvert en permanence, nous n’entrerons pas à l’intérieur, car le temps d’attente est important, une situation qui mettrait en péril nos autres visites de la journée.

Le mausolée de Lénine sur la place Rouge, Moscou, Russie.

Photo ci-dessus : Le mausolée de Lénine!

Ni le président Dmitri Medvedev ni son premier ministre Vladimir Poutine ne font d’apparition publique sur le mausolée de Lénine. Ils utilisent plutôt d’autres tribunes.

L’actuel mausolée a été construit en 1930. Il s’agit du résultat du troisième projet de bâtiment qu’a soumis l’architecte Alexeï Viktorovitch Chtchoussev à Staline.

À la mort de Joseph Staline en 1953, sa dépouille a été placée dans le mausolée tout à côté de Lénine. Toutefois, quand Nikita Khrouchtchev prit le pouvoir en URSS, il fit déplacer le corps de Staline derrière le mausolée.

Les corps ou les cendres de plusieurs autres personnalités russes gisent, tout comme Staline, derrière le mausolée, au pied de la muraille du Kremlin, dont Leonid Brejnev, Iouri Andropov, Iouri Gagarine, la sœur et l’épouse de Lénine, etc.

Le mausolée de Lénine sur la place Rouge, Moscou, Russie.

Photo ci-dessus : L’imposant mausolée de Lénine!

Muraille du Kremlin sur la place Rouge, Moscou, Russie.

Photo ci-dessus : La muraille du Kremlin derrière le mausolée de Lénine!

Tour sur la muraille du Kremlin sur la place Rouge, Moscou, Russie.

Photo ci-dessus : Et une autre superbe tour qui orne la muraille du Kremlin. Il s’agit de la plus petite tour de la muraille, elle se nomme la Tour Tsarskaïa, la tour du tzar! C'est de cet endroit, dit-on, que le tsar Ivan IV regardait les exécutions qui avaient lieu sur la place Rouge.

Notre accompagnatrice profite de l’attente aux guichets de la cathédrale de l’Intercession-de-la-Vierge, en fait le nom officiel de la cathédrale Basile-le-Bienheureux, pour immortaliser notre groupe sur la place Rouge.

Notre groupe sur la place Rouge, Moscou, Russie.

Photo ci-dessus : Nous posons pour la postérité sur la place Rouge! (Photo Roxanne Laberge)

La cathédrale l’Intercession-de-la-Vierge (Basile-le-Bienheureux)
Puis, nous entrons dans la cathédrale. Nous ne prendrons pas de photos, car pour faire clic clic dans ce musée-église, il faut payer 160 roubles. Personne du groupe n’a acheté de permis!

La cathédrale a été érigée de 1555 à 1561 sur l’ordre d’Ivan le Terrible, devenu Ivan IV, et ce, afin de célébrer sa victoire sur les Tatars à Kazan, un triomphe qui mettait fin à un joug de 250 ans.

Tatiana profite de notre visite pour nous raconter ce que dit la légende quant au sort réservé par Ivan le Terrible aux architectes qui ont construit cette merveille. Pour s’assurer que les architectes, Postnik et Yakovlev ne puissent reproduire pareil chef-d’œuvre ailleurs, Ivan leur fit tout simplement crever les yeux!

Cette cathédrale est en fait le regroupement de neuf églises sur une même base. L’ensemble se nomme la cathédrale de l’Intercession-de-la-Vierge. Les reliques de Basile-le-Bienheureux reposent dans une petite chapelle qui porte son nom.

Nous y entrons justement. Elle est très colorée, avec tout plein de dorures. Le sarcophage de Basile y est. Ici, la célébration de la messe n’a lieu qu’une seule fois par année, soit le jour de la Saint-Basile.

Nous accédons à une autre pièce, toute petite et ronde. Il y a des tableaux représentant l’ensemble des églises à différentes époques.

Les murs sont très épais, jusqu’à trois mètres d’épaisseur. Au XVIe et XVIIe siècle, des trésors de richesses étaient conservés dans de petites cellules bien gardées.

Nous grimpons les très hautes marches d’un escalier étroit pour nous rendre dans l’église de l’Intercession-de-la-Vierge, qui est située à 49 mètres de hauteur. C’est le pivot de l’ensemble de neuf églises. Au plafond, il y a une imposante coupole. Les huit autres églises sont situées tout autour et chacune d’elle a sa coupole.

L’iconostase, cette cloison ornée d’icônes qui sépare la nef du sanctuaire dans toutes les églises orthodoxes, est très belle avec en son centre la porte royale.

Les dernières rénovations de la cathédrale ont été réalisées en 1980, pour les Jeux olympiques. Toutefois, le plancher est toujours celui d’origine. Malheureusement, très peu de fresques ont été conservées.

Les églises de la cathédrale sont dédiées à des saints du pays, comme Saint-Serge, Saint-Alexandre-Smyrski, Saint-Nicolas, etc.

La cathédrale Basile-le-Bienheureux sur la place Rouge, Moscou, Russie.

La cathédrale Basile-le-Bienheureux sur la place Rouge, Moscou, Russie.

La cathédrale Basile-le-Bienheureux sur la place Rouge, Moscou, Russie.

La cathédrale Basile-le-Bienheureux sur la place Rouge, Moscou, Russie.

La cathédrale Basile-le-Bienheureux sur la place Rouge, Moscou, Russie.

Photos ci-dessus : Une cathédrale haute en couleur!

La statue de Minine et de Pojarski sur la place Rouge, Moscou, Russie.

La statue de Minine et de Pojarski sur la place Rouge, Moscou, Russie.

Photos ci-dessus : C’est devant la cathédrale de l’Intercession de la Vierge que l’on peut admirer la statue de bronze élevée en 1818 à la mémoire de Kouzma Minine et de Dimitri Pojarski, eux qui en 1612 ont réussi à chasser les envahisseurs polonais du Kremlin.

La visite de la cathédrale se termine à midi trente. Nous sortons à l’extérieur où nous constatons qu’il fait de plus en plus chaud.

Nous marchons quelques pas pour y aller d’une petite incursion dans le centre commercial Goom! Ce magasin a été fondé au XIXe siècle. Il a été fermé après la révolution, pour héberger l’administration des ministères. Toutefois, il a été rouvert en 1953 et c’est à cet endroit que les Moscovites s’approvisionnaient.

Aujourd’hui, le Goum n’est plus un magasin d’État, mais les Russes continent de l’appeler le Goom, même si maintenant il appartient à des intérêts privés anonymes.

Nous y entrons, il y a de belles boutiques sur trois niveaux et de belles fontaines. Nous le traversons sur toute sa longueur et sortons à l'autre extrémité.

La galerie marchande Goum sur la place Rouge, Moscou, Russie.

Photos ci-dessus : L’entrée de la galerie marchande Goum.

La galerie marchande Goum sur la place Rouge, Moscou, Russie.

Photos ci-dessus : La galerie est surmontée d’une verrière.

La galerie marchande Goum sur la place Rouge, Moscou, Russie.

Photos ci-dessus : Un centre commercial fort bien éclairé par la lumière naturelle.

La galerie marchande Goum sur la place Rouge, Moscou, Russie.

Photos ci-dessus : Ils sont de tissus ces petits papillons qui décorent les arbres à l’intérieur de la galerie, malgré tout ont s’attend à tout moment à ce qu’ils prennent leur envol.

La galerie marchande Goum sur la place Rouge, Moscou, Russie.

Photos ci-dessus : Une charmante représentante d’une marque connue de produits beauté.

La galerie marchande Goum sur la place Rouge, Moscou, Russie.

Photos ci-dessus : Et même le kitch est au rendez-vous.

Nous sortons de la galerie vers 12 h 45. Et nous jetons un dernier regard sur la place Rouge…

Souvenir de Russie sur la place Rouge, Moscou, Russie.

Photos ci-dessus : Nos premières et certainement pas nos dernières petites poupées gigognes.

La place Rouge, Moscou, Russie.

Photos ci-dessus : Il y a foule sur la place Rouge au moment où nous la quittons.

Voilà, notre visite de la place Rouge est terminée. Nous retournons vers la place du Manège où notre car nous attend. Nous y grimpons à 12 h 50… en route pour notre repas du midi!

Méli-mélo
La place Rouge est la seule place de Moscou où la circulation est interdite.

Les revues militaires ont repris sur la place Rouge depuis deux ans, soit depuis l’arrivée au pouvoir du duo Dmitri Medvedev et Vladimir Poutine…, ce qui, selon notre guide, n’est pas bon signe.

On retrouve une iconostase dans toute église orthodoxe. La « Porte royale » est toujours située au centre de l’iconostase. Cette porte permet au prêtre d’entrer dans l’église. Il est le seul à pouvoir franchir cette porte.

Quelques mots de russe
Et voici six autres mots ou phrases en russe qui sont fort utiles :

Où… mais sans idée de mouvement : Gdié

Comme dans : Où se trouve le métro? : Gdié mitro?

Ou encore : Où se trouve le théâtre Bolchoï? Gdié Balchoï tiatr?

C’est loin? : Éta daliko?

Oui, c’est loin : Da, daliko

Ce n’est pas loin : Ni daliko

P.-S. : Pour des besoins évidents, la prononciation des mots est écrite dans notre alphabet. Dans la prononciation en russe, lorsqu'une lettre est en caractère gras, c'est sur elle qu'il faut placer l'intonation.

À suivre
Le pont Luzhkova, la galerie Trétiakov et une belle petite balade dans le parc Sokolniki en fin de soirée.

Arbres à cadenas du pont Luzhkova, Moscou, Russie.

Photo ci-dessus : Sur le pont Luzhkova, qui enjambe la Moskova, des arbres métalliques ont été installés pour permettre aux nouveaux mariés d’y cadenasser leur amour.

Bibliographie
Guide Voir, Moscou, Éditions Libre Expression, 2007, 264 pages;

Moscou, Édition d’art Amarante, Moscou, 2009, 136 pages;

Russie, Belarus-Ukraine, Bibliothèque du voyageur Gallimard, 2007, 390 pages.

Le russe avant de partir, Éditions Harrap’s, 2008, 112 pages et trois cédéroms;

Russie, Catherine Zerdoun, Éditions du Chêne, 2008, 272 pages;

Encyclopédie en ligne Wikipédia, Moscou et une foule d’autres pages.

Remplis sous: Russie, Voyages Mots clés: ,
Commentaires (3) Trackbacks (1)
  1. Bravo Jacques et Céline

    Que de travail investi, c’est impressionnant et très intéressant!

    Toutefois, j’ai une question : Pourquoi écrire tzar avec un « z »? J’ai cherché dans le dictionnaire et j’ai seulement lu « tsar » avec un « s »!

    Carole G.

    Réponse :

    Selon le dictionnaire du correcteur électronique « Antidote » (que j’utilise sur mon ordinateur) et selon le Multidictionnaire de la langue française de madame de Villers, le nom jadis donné au souverain de Russie, de Serbie ou de Bulgarie, « tsar », peut s’écrire : tzar, czar ou tsar.

    Le Grand Robert de la langue française, quant à lui ne permet que tzar et tsar.

    J’avais un choix à faire et j’ai choisi tzar avec un « z »!

    Merci pour le gentils commentaire.

    Jacques Lanciault

  2. Quel merveilleux voyage !

  3. Comme d’habitude, c’est une parfaite relation de voyage, très instructive.
    Juste une petite remarque: le musée d’état en haut de la place rouge, construit au XIXème siècle, n’a pas pu l’être par Pierre le Grand, décédé au début du XVIIIe…
    Continuez comme ça. Le grand voyageur que je suis également apprécie vraiment beaucoup votre contribution. Je ne suis sans doute pas le seul dans ce cas.
    Bons voyages !

Laisser un commentaire