6
Nov/06
1

Ronda: son vertigineux ravin, sa plaza de toros, ses églises, boutiques, terrasses, tapas, alléluia!

Texte et photos Jacques Lanciault

Ce texte constitue le onzième d’une série de reportages sur un magnifique voyage en Espagne effectué en septembre 2005

 De la ville de Ronda, en Espagne, une vue incroyable sur la vallée!.

Chacune des villes d’Espagne visitées jusqu'à ce jour nous a livré ses plus beaux secrets : une architecture particulière, un bâtiment ou des bâtiments hors de l’ordinaire, un musée spectaculaire, une cathédrale majestueuse, un paysage enchanteur, une médina ancienne, des jardins hauts en couleur, etc.

Ronda, la haute perchée, elle, ne finit plus de nous présenter ses plus beaux atours! Cette ville coupée en deux par un vertigineux ravin est un véritable nid d’aigle où écloront une foule de surprises. Outre le point de vue exceptionnel d’une ville nichée à près de 750 mètres d’altitude, Ronda nous éblouie par sa plaza de toros, la plus vieille d’Espagne, par ses petites ruelles remplies de boutiques et de terrasses, par son architecture tantôt romaine et tantôt arabe, par ses noms de rues inscrits dans la céramique honorant entre autres des visiteurs célèbres, sans oublier les repas succulents qu’on y sert en pleine rue.

Sur la photo ci-dessus, prise de la terrasse de notre hôtel, le Reina Victoria, la vue sur la vallée tout en bas était tout simplement à couper le souffle. Ceux souffrant de vertige s’abstenir.

N. B. — Pour agrandir les photos, il faut cliquer sur celles-ci.

Nous avons quitté Marbella, sur la Costa del Sol, à destination de Ronda en fin d’après-midi. Ronda étant située en montagne, nous devions faire le trajet « de jour » afin de profiter pleinement des points de vue tout à fait exceptionnels prodigués par cette route tortueuse. Et croyez-moi, ça en valait le coup d’oeil!

Une falaise à Ronda, Espagne.

Lorsque notre car a commencé à gravir la montagne, nous avons pu voir sur le bord de cette route abrupte des chèvres qui broutaient en équilibre sur un ou deux rochers. Nous avons également aperçu de vieux chênes-lièges où l’écorce, le liège, venait d’être prélevée. Impressionnant de voir ces arbres mis à nu. La récolte s’effectue une fois aux 8 à 10 ans.

La ville de Ronda est située à 750 mètres au-dessus du niveau de la mer. La Cité a 3000 ans d’histoire. Elle a été celte, romaine, musulmane pendant 8 siècles avant de devenir catholique, lorsque reconquise par les « Rois Catholiques ».

Le pont Neuf de Ronda, Espagne.

La ville est bâtie sur un plateau rocheux coupé en deux, une faille naturelle de l’écorce terrestre : le nord abrite la nouvelle ville, le sud, la citée ancienne. Un pont relie les deux segments de la ville, le pont Neuf, qui a été construit durant la deuxième moitié du XVIIIe siècle, pour remplacer un pont qui s'était écroulé, d'où son nom. Sous le pont, le ravin est profond de 210 mètres.

Le petit balcon dans le vide de l’Hôtel Reina Victoria à Ronda en Espagne, vu de la maison Jean Bosco.

Nous sommes hébergés à l’Hôtel Reina Victoria, un cottage situé tout au bord du précipice. Notre hôtel possède un petit balcon qui s’avance dans le vide le plus complet. De cette endroit, le coup d’œil à l’horizon est à perte de vue, celui vers le bas, est traumatisant. La photo ci-contre nous montre ce petit balcon perché dans le vide, vu de la maison Saint-Jean-Bosco située à peu de distance sur la falaise.

Les petites rues de Ronda.

Histoire de prendre le pouls de la ville, après un excellent repas à notre hôtel, nous déambulons dans les petites rues étroites de la vieille ville de Ronda. Nous nous sommes rendus jusqu’au gouffre avec notre guide et quelques compagnons. Déjà, nous savions que nos visites du lendemain allaient être palpitantes.

Le lendemain matin, accompagnés d’un guide local, nous avons fait le tour de cette belle ville :

Céline sur le belvédère du jardin de la Casa don Bosco, Ronda, Espagne.

À notre premier arrêt, nous avons été surpris de découvrir, en Espagne, une maison nommée en l’honneur de Saint Jean-Bosco, la Casa don Bosco. Chez nous, il y a eu, jusqu’à la fin des années 1990, « Boscoville », un célèbre centre de réadaptation pour adolescents.

La visite de la Casa don Bosco nous a appris beaucoup sur Jean Bosco, un Italien, né à Turin en 1815, qui a consacré sa vie à l’éducation des jeunes enfants provenant des milieux défavorisés. Pour ce faire, il s’est entouré de prêtres éducateurs avec lesquels, il a fondé un ordre religieux, la Société de Saint François de Sales, communément appelé les salésiens. Il est mort dans sa ville natale en 1815 et a été déclaré « Saint » par l’Église Catholique en 1934.

Par la cour arrière de la maison don Bosco, nous débouchons sur un magnifique jardin et sur un belvédère qui nous permet de voir le gouffre de Ronda en plein soleil. De superbes bancs en céramique sont présents sur le belvédère entourant une belle fontaine.

Une statue représentant un énorme taureau, grandeur nature, tout juste devant la plaza des toros, Ronda, Espagne.

En poursuivant notre visite de la ville, nous nous cognons à une statue grandeur nature d'un énorme taureau. Il faut savoir que Ronda est considérée comme l’un des berceaux de la tauromachie moderne. Pas étonnant qu’on y découvre la plus vieille arène de taureau du monde, elle a été construite en 1760. On y a présenté un premier combat en 1771 mettant en vedette Pedro Romero. Aujourd’hui, une seule corrida y est présentée annuellement, au début du mois de septembre.

Nous avons foulé le sable teinté de rouge, du sang des taureaux, de l’arène. Sous les gradins, nous avons visité un musée où il y avait des accessoires et des habits de toréadors.

Statue de Pedro Romero, plus célèbre toréador de Ronda, en Espagne.

Statue de Pedro Romero, plus célèbre toréador de Ronda. Il a vécu de 1754 à 1836. Au cours de sa carrière, il aurait mis à mort plus de 5,600 taureaux.

Les noms des rues sont inscrits sur de la céramique à Ronda, en Espagne.

Les noms des rues sont inscrits sur de la céramique. Des noms de personnages célèbres ont été donnés à certaines rues. En plus de la rue Ernest Hemmingway, on y retrouve également une rue Orson Welles.

Encore une ville où les fleurs sont magnifiques. Ici un yuka, Ronda, Espagne.

Encore une ville où les fleurs sont magnifiques. Ici un yuka.

Le café Ronda. Ronda, Espagne.

Le café Ronda.

Sur la rue principale de Ronda, les commerces sont colorés. Celui-ci offre des tonnes de jambon « Pata negra Jamón ».

Sur la rue principale de Ronda, les commerces sont colorés. Celui-ci offre des tonnes de jambon « Pata negra Jamón »

Les grilles de fer forgé sont uniques à Ronda, en Espagne.

Les grilles de fer forgé aux fenêtres des maisons de Ronda sont uniques.

Le minaret d’une ancienne mosquée a été converti en clocher. Ronda, Espagne.

Le minaret d’une ancienne mosquée a été converti en clocher d'une église catholique.

Dans les églises de Ronda, lors de notre visite, on sentait une grande fébrilité. Tous les fidèles se préparaient pour une procession devant avoir lieu le soir même dans les rues de la ville.

Statue de la vierge entourée de cierges blancs qui sera la tête d’affiche de la procession du soir, Ronda Espagne.

Voici la statue de la vierge, entourée de cierges blancs, qui sera la tête d’affiche de la procession du soir.

La bannière de la procession, Ronda, Espagne.

Puis, la bannière de la procession.

La vierge de La Paz, la sainte patronne de Ronda, Espagne.

La vierge de La Paz, la sainte patronne de Ronda.

Une autre superbe statue, Ronda, Espagne.

Une autre superbe statue.

Une autre statue, Ronda Espagne..

Et une autre!

Une sculpture de la Sainte Famille et des Rois mages orne les murs de la Cathédrale de Ronda, Espagne.

Une sculpture de la Sainte Famille et des Rois mages orne les murs de la Cathédrale de Ronda.

Le clocher de l’église San Virgen de la Paz, Ronda, Espagne.

Le clocher de l’église San Virgen de la Paz à Ronda.

Superbe repas sur une terrasse. Ronda, Espagne..

Finalement, pour clore notre visite de Ronda, nous avons dîné sur une terrasse où j’ai eu droit à une merveilleuse assiette de « tapas mixtas ». Céline de son côté a savouré une omelette espagnole, le tout arrosé d’une délicieuse bouteille de Rioja. Montant total de la facture : 24 Euros.

À suivre...

Remplis sous: Espagne, Voyages Mots clés:
Commentaires (1) Trackbacks (0)
  1. Bonjour
    J’ai été merveileusement surprise de voir ce site. J’ai fait le même voyage en novembre dernier. J’ai tout simplement adoré Ronda. La route est très tortueuse.

Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant