15
Août/22
0

Art public – « Nos racines » (Mélanie Arcand)

Texte, recherches et photos de Jacques Lanciault

Au fil de nos voyages, nous avons admiré très souvent des œuvres d’art dans les rues, sur les murs, devant les édifices, dans les parcs, etc.! Curieusement lorsque nous sommes chez nous, au Québec, nous prêtons moins attention et souvent ne les remarquons pas. Pourtant, l’art public est en pleine effervescence au pays!

Depuis déjà quelques années, nous partagerons avec vous les œuvres de chez nous que nous avons découvertes au fil de nos déplacements! Voici le 268e de notre série de reportages sur nos trouvailles…

Nos racines, Mélanie Arcand, Inverness, Québec

Inverness, Québec, 6 juillet 2022 - La place St Andrew’s, au cœur du village d’Inverness, présente quatre sculptures de la « Galerie à ciel ouvert d’Inverness ». Déjà nous avons présenté « Le motocycliste », de Marie-Claude Demers. Voici maintenant « Nos racines » de Mélanie Arcand.

La sculpture montre un arbre majestueux… à l’ombre duquel jouent deux fillettes.

L’affiche nous indique que pour l’artiste, cet arbre représente la nature très présente à Inverness où ses deux filles grandissent et prennent racine.

Photo ci-dessus : Ce qui a attiré notre regard dans la sculpture « Nos racines », ce sont vraiment les deux petites filles, plus que l’arbre.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
14
Août/22
0

Art public – « Le motocycliste » (Marie-Claude Demers)

Texte, recherches et photos de Jacques Lanciault

Au fil de nos voyages, nous avons admiré très souvent des œuvres d’art dans les rues, sur les murs, devant les édifices, dans les parcs, etc.! Curieusement lorsque nous sommes chez nous, au Québec, nous prêtons moins attention et souvent ne les remarquons pas. Pourtant, l’art public est en pleine effervescence au pays!

Depuis déjà quelques années, nous partagerons avec vous les œuvres de chez nous que nous avons découvertes au fil de nos déplacements! Voici le 267e de notre série de reportages sur nos trouvailles…

Le motocycliste, Marie-Claude Demers, Inverness, Québec

Inverness, Québec, 6 juillet 2022 - Comme mentionné précédemment, quatre sculptures de la « Galerie à ciel ouvert d’Inverness » sont exposées sur la place St Andrew’s, au cœur du village, et ce, depuis leur inauguration, le 12 septembre 2015.

Celle de l’artiste Marie-Claude Demers, « Le motocycliste », semble être un format réduit de la sculpture phare du Musée du bronze que nous avons visité dès notre arrivée à Inverness.

Nos recherches sur Internet nous ont appris que la sculpteure Marie-Claude Demers a choisi de demeurer dans son créneau habituel, qui est celui de l’humour, en caricaturant des scènes du quotidien.

« Son œuvre représente un jeune homme sur sa petite moto de type vespa qui se donne des airs de matamore avec ses habits signés Ducati. Quant à sa compagne, assise en amazone derrière lui, elle fait davantage preuve de coquetterie avec son petit sac et ses bijoux que d’une mordue de la moto. »

Nous avions grandement apprécié l’œuvre au musée et il est fort agréable de la retrouver au cœur de la « Galerie à ciel ouvert d’Inverness »

Photo ci-dessus : « Le motocycliste », une pièce vraiment magnifique de l’artiste Marie-Claude Demers.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
13
Août/22
0

Art public – « Canarderie » (Denis Gagnon et Maude Lauzière-Dumas)

Texte, recherches et photos de Jacques Lanciault

Au fil de nos voyages, nous avons admiré très souvent des œuvres d’art dans les rues, sur les murs, devant les édifices, dans les parcs, etc.! Curieusement lorsque nous sommes chez nous, au Québec, nous prêtons moins attention et souvent ne les remarquons pas. Pourtant, l’art public est en pleine effervescence au pays!

Depuis déjà quelques années, nous partagerons avec vous les œuvres de chez nous que nous avons découvertes au fil de nos déplacements! Voici le 266e de notre série de reportages sur nos trouvailles…

Canarderie, Denis Gagnon et Maude Lauzière-Dumas, Inverness, Québec

Inverness, Québec, 6 juillet 2022 - À quelques pas du « Parc du 175e » à Inverness se trouve une petite placette… décorée de plusieurs sculptures qui sont partie intégrante de la « Galerie à ciel ouvert d’Inverness ». Il s’agit de la place St-Andrew’s, elle qui est située à l’angle des rues Dublin et Gosford.

Cette place et les quatre œuvres de bronze qui en font une place remarquable ont été inaugurées le 12 septembre 2015.

Une des œuvres est particulièrement spectaculaire. Il s’agit d’un amoncellement de petits canards jaune de baignoire!

La sculpture, nous indique l’affichette, est en bronze! Elle est une réalisation des artistes Denis Gagnon et Maude Lauzière-Dumas et se nomme « Canarderie ». Elle est constituée d’un assemblage de 95 petits canards jaunes!

Nos recherches sur Internet nous ont appris que les deux artistes ont souhaité présenter une œuvre colorée qui évoque quelque chose de rassembleur et de familial. « Les canards rappellent l’enfance et parlent à chacun de nous ».

Et ce qui rend l’œuvre encore plus intéressante est qu’elle est appelée à se colorer davantage avec le temps.

En effet, un des auteurs, Denis Gagnon, a profité de l’inauguration de l’installation pour annoncer son projet de vendre des exemplaires de petits canards et qu’une partie des revenus iront au soutien de la jeunesse d’Inverness.

Bref, pour chaque vente de canard individuel, un de ceux qui font partie de l’assemblage de la place St Andrew’s verra son bec changer de couleur.

Wow! Une idée originale et généreuse

Photo ci-dessus : « Canarderie », une sculpture spectaculaire des artistes Denis Gagnon et Maude Lauzière-Dumas.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
12
Août/22
0

Art public – « Mégalithe » (Mario Carrier)

Texte, recherches et photos de Jacques Lanciault

Au fil de nos voyages, nous avons admiré très souvent des œuvres d’art dans les rues, sur les murs, devant les édifices, dans les parcs, etc.! Curieusement lorsque nous sommes chez nous, au Québec, nous prêtons moins attention et souvent ne les remarquons pas. Pourtant, l’art public est en pleine effervescence au pays!

Depuis déjà quelques années, nous partagerons avec vous les œuvres de chez nous que nous avons découvertes au fil de nos déplacements! Voici le 265e de notre série de reportages sur nos trouvailles…

Mégalithe, Mario Carrier, Inverness, Québec

Inverness, Québec, 6 juillet 2022 - Nous sommes toujours en pause dans le beau « Parc du 175e », au cœur du village d'Inverness!

Après avoir admiré la murale commémorant le 175e anniversaire de la fondation du village d’Inverness, une œuvre de l’artiste Annie St-Jean qui ne fait pas partie de la « Galerie à ciel ouvert d’Inverness », nous retrouvons les œuvres de la « galerie » avec la sculpture intitulée « Mégalithe ».

L’œuvre, en verre et en pierre, est du sculpteur Mario Carrier.

L’affichette présentant la sculpture mentionne ce qui suit : « Puisant dans une variété de techniques, l’artiste allie divers médiums tel que le travail de la pierre et du métal fusionnés à son médium de prédilection, le verre. C’est cette fusion de matières et d’éléments contrastants qui personnifie l’univers unique de se sculpteur.

Son œuvre est un doux passage d’une certaine rigidité à la fluidité pure, de la transparence à l’opacité et du satiné au texturé. Son œuvre se définit par un continuel croisement de médiums et de techniques caractérisé de contrastes, de couleurs, de formes et de textures. »

Photo ci-dessus : « Mégalithe », une sculpture en verre et en pierre de l’artiste Mario Carrier.

Pour lire nos textes sur l’art public, vous pouvez accéder à nos pages web en cliquant sur le lien suivant : Art public au Québec... murales, sculptures, monuments, installations, etc.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
10
Août/22
0

Art public – « 175e anniversaire d’Inverness » (Annie St-Jean)

Texte, recherches et photos de Jacques Lanciault

Au fil de nos voyages, nous avons admiré très souvent des œuvres d’art dans les rues, sur les murs, devant les édifices, dans les parcs, etc.! Curieusement lorsque nous sommes chez nous, au Québec, nous prêtons moins attention et souvent ne les remarquons pas. Pourtant, l’art public est en pleine effervescence au pays!

Depuis déjà quelques années, nous partagerons avec vous les œuvres de chez nous que nous avons découvertes au fil de nos déplacements! Voici le 264e de notre série de reportages sur nos trouvailles…

175e anniversaire d’Inverness, Annie St-Jean, Inverness, Québec

Inverness, Québec, 6 juillet 2022 - Poursuivant notre quête des œuvres constituant la « Galerie à ciel ouvert d’Inverness », nous arrivons dans un petit parc situé tout à côté du cimetière de la ville sur le chemin Gosford.

Ce parc a été aménagé par la communauté d’Inverness pour souligner, le 175e anniversaire de fondation de la municipalité

Bien nommé « Parc du 175e », il est installé au cœur du village. Il a été réalisé grâce aux efforts et à la collaboration de bénévoles du Comité de développement économique d’Inverness et de la Municipalité.

Initialement prévu pour 2020, les festivités du 175e se sont déroulées sur deux années, COVID-19 oblige, et le parc, tout comme la magnifique murale qu’on y retrouve, a été inauguré le 19 septembre 2021.

Tout près de la murale, nous pouvons lire ce qui suit sur une plaque informative : « La population d’Inverness, tout particulièrement les enfants, a été invitée à participer à des ateliers de création en utilisant des photos d’archive et une technique appelée “cyanotype”; un procédé pour le moins original qui fait appel à la lumière du soleil, exploré par la botaniste Anna Atkins en 1843, soit deux ans avant la constitution d’Inverness en 1845. Les œuvres réalisées lors de ces ateliers furent utilisées pour créer la murale pour un assemblage réalisé par l’artiste Annie St-Jean ».

Annie St-Jean est une artiste multidisciplinaire originaire de Montréal qui habite Inverness depuis un peu plus d’une douzaine d’années.

Photo ci-dessus : L’impressionnante murale commémorant le 175e anniversaire de la fondation du village d’Inverness, une œuvre de l’artiste Annie St-Jean, ne fait pas partie de la « Galerie à ciel ouvert d’Inverness »… mais elle est un incontournable dans le village.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
8
Août/22
0

Art public – « Picolo rencontre Dali » (Hélène Coulombe)

Texte, recherches et photos de Jacques Lanciault

Au fil de nos voyages, nous avons admiré très souvent des œuvres d’art dans les rues, sur les murs, devant les édifices, dans les parcs, etc.! Curieusement lorsque nous sommes chez nous, au Québec, nous prêtons moins attention et souvent ne les remarquons pas. Pourtant, l’art public est en pleine effervescence au pays!

Depuis déjà quelques années, nous partagerons avec vous les œuvres de chez nous que nous avons découvertes au fil de nos déplacements! Voici le 263e de notre série de reportages sur nos trouvailles…

Picolo rencontre Dali, Hélène Coulombe, Inverness, Québec

Inverness, Québec, 6 juillet 2022 - Notre promenade dans le cœur de la ville d’Inverness nous amène sur la rue Gosford où devant le numéro civique 330 nous pouvons admirer une autre sculpture, celle-ci intitulée « Picolo rencontre Dali »!

Soulignons qu’il y a très peu d’informations relatives aux œuvres que nous retrouvons sur la « Galerie à ciel ouvert d’Inverness ». L’affiche accompagnant l’œuvre présente le titre, le nom de l’artiste et une citation, qui dans le cas présent, offre l’explication de l’origine du titre de la sculpture… point! Et sur Internet, avouons que nous ne retrouvons pas vraiment plus.

La citation inscrite sur l’affiche est la suivante : « Cette œuvre fut créée au printemps 2016; ses formes assemblées ont été récupérées de la découpe d’une œuvre précédente. Elle était sans titre, bien que fort harmonieuse, jusqu’au jour où une amie, d’une grande sensibilité, s’exclama “mais c’est Picolo qui a rencontré Dali”. L’œuvre a alors pris tout son sens et nous sommes tombés sous le charme ».

C’est le 15 juillet 2028 que l’œuvre de l’artiste Hélène Coulombe a été ajoutée à la « Galerie à ciel ouvert d’Inverness ». Ce jour-là, outre « Picolo rencontre Dali », les sculptures « Photo de famille », « L’ange gardien » et « La coulée et le parapluie » ont porté à 22 le nombre d’œuvres à admirer.

Photo ci-dessus : Même si le titre n’est pas aussi évocateur pour nous que pour l’artiste Hélène Coulombe, avouons que « Picolo rencontre Dali » est une des belles sculptures de la « Galerie à ciel ouvert d’Inverness ».

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
7
Août/22
0

Félix et ses coéquipiers de l’Arsenic remportent le tournoi d’Ultimate Frisbee de Repentigny!

Texte et photos de Jacques Lanciault

Félix Lanciault, Club d'Ultimate Arsenic de Montréal

Repentigny, Québec, le 6 août 2022 - Nous l’avons déjà écrit en ces pages, notre petit-fils Félix est un adepte de l’Ultimate frisbee, un sport que nous ne connaissions aucunement avant qu’il n’en amorce la pratique… il y a quelques années.

À notre premier match comme spectateurs, Céline et moi avions été très impressionnés. Et depuis, à toutes les occasions où nous nous retrouvons sur les lignes de côté pour suivre une rencontre, nous sommes de nouveau impressionnés, non seulement par le spectaculaire du jeu, car s’est un sport hautement spectaculaire, mais aussi, voire surtout, par la discipline, le respect et la camaraderie que tous les joueurs affichent!

Ce sport offre des rencontres amicales… dans le sens littéral du mot. Oui, il y a deux équipes qui disputent un match sur le terrain, mais c’est avant tout un groupe de jeunes garçons et filles qui s’amusent!

Hier, le tournoi avait lieu à Repentigny, au parc Maurice-Richard, tout juste derrière l’école secondaire Félix-Leclerc. Pour l’occasion quatre équipes y prenaient part, des formations provenant de Gatineau, de Sherbrooke, de Québec et de Montréal, cette dernière étant l’équipe pour laquelle s’aligne Félix.

Comme par le passé, les athlètes nous ont impressionnés par leurs exploits et leur détermination à gagner… dans le respect des règles et de l’adversaire.

La troupe de Montréal, l’Arsenic a remporté le tournoi, défaisant tour à tour Sherbrooke et Gatineau en première ronde et Québec en grande finale.

J’ai profité de ces rencontres, le mot rencontre prenant ici tout son sens, pour réaliser quelques photos… les voici.

Photo ci-dessus : Félix en pleine extension au-dessus du sol pour tenter de mettre la main sur le disque... tout juste un peut trop haut!

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
4
Août/22
0

Art public – « Ours Polaire » ou encore « Chasseur de banquises » (Denis Douville)

Texte, recherches et photos de Jacques Lanciault

Au fil de nos voyages, nous avons admiré très souvent des œuvres d’art dans les rues, sur les murs, devant les édifices, dans les parcs, etc.! Curieusement lorsque nous sommes chez nous, au Québec, nous prêtons moins attention et souvent ne les remarquons pas. Pourtant, l’art public est en pleine effervescence au pays!

Depuis déjà quelques années, nous partagerons avec vous les œuvres de chez nous que nous avons découvertes au fil de nos déplacements! Voici le 262e de notre série de reportages sur nos trouvailles…

L’ours Polaire, Denis Douville, Inverness, Québec

Inverness, Québec, 6 juillet 2022 - Après avoir admiré « L’ange gardien », un bronze de Jacques Lisée, nous y allons de quelques pas de plus sur la rue des Érables et nous nous retrouvons devant la sculpture d’un « ours polaire »!

Le feuillet publicitaire du circuit de la « Galerie à ciel ouvert d’Inverness » nous indique que nous sommes devant l’œuvre « Chasseurs de banquises » de l’artiste Denis Douville. Pourtant, la plaque d’identification nous indique plutôt comme titre pour l’œuvre : « Ours Polaire ».

Sur le site Internet de l’artiste, nous retrouvons la sculpture sous le nom de « Chasseur de banquises ».

On peut également y lire : « Denis Douville est sculpteur animalier autodidacte. Élevé sur une ferme, il a toujours été près de la nature et des animaux. Ils sont pour lui une grande source d’inspiration. Leur comportement, leur expression et leur mode de vie l’ont toujours fasciné. Il s’est donc mis à dessiner et à sculpter des animaux avec de l’argile pour en faire des bronzes. »

La sculpture de bronze « L’ours Polaire » est un don de la Fonderie d’art d’Inverness.

Douville, qui est né à St-Casimir dans le comté de Portneuf, a déjà vu ses œuvres exposées à Toronto, Las Vegas, New York et Paris… entre autres!

La sculpture est impressionnante.

Photo ci-dessus : « L’ange gardien », de l’artiste Jacques Lisée, une des 25 œuvres et plus de la « Galerie à ciel ouvert d’Inverness ».

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
2
Août/22
0

Art public – « L’ange gardien » (Jacques Lisée)

Texte, recherches et photos de Jacques Lanciault

Au fil de nos voyages, nous avons admiré très souvent des œuvres d’art dans les rues, sur les murs, devant les édifices, dans les parcs, etc.! Curieusement lorsque nous sommes chez nous, au Québec, nous prêtons moins attention et souvent ne les remarquons pas. Pourtant, l’art public est en pleine effervescence au pays!

Depuis déjà quelques années, nous partagerons avec vous les œuvres de chez nous que nous avons découvertes au fil de nos déplacements! Voici le 261e de notre série de reportages sur nos trouvailles…

L’ange gardien, Jacques Lisée, Inverness, Québec

Inverness, Québec, 6 juillet 2022 - Nous poursuivons notre déambulation sur la rue principale d’Inverness, la rue Dublin, à découvrir une après l’autre les sculptures de « Galerie à ciel ouvert d’Inverness ».

Puis nous bifurquons sur une artère perpendiculaire à la rue Dublin, la rue des Érables. Un arrêt devant le numéro 333 nous permet d’admirer une sculpture de Jacques Lisée, un artiste, peintre et sculpteur, dont l’atelier est situé à Thetford Mines.

L’œuvre en bronze affiche un personnage ailé… tenant une personne dans ses bras. Pas étonnant que l’œuvre s’intitule « L’ange gardien ».

Photo ci-dessus : « L’ange gardien », de l’artiste Jacques Lisée, une des 25 œuvres et plus de la « Galerie à ciel ouvert d’Inverness ».

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
30
Juil/22
0

Jeux du Québec – Une médaille de bronze bien méritée en soccer féminin pour les Lavalloises!

Tournoi de soccer féminin des Jeux du Québec « Laval 2022 »

Texte et photos de Jacques Lanciault

Mirabel, Québec, le 30 juillet 2022 - Malgré une défaite crève-cœur de 1-0 hier au terme d’une neuvième ronde de tir de barrage, les représentantes U14 de Laval aux Jeux du Québec ont sauté sur le terrain ce matin avec une seule idée en tête : repartir du Centre sportif Bois-de-Boulogne de Laval aujourd’hui une médaille de bronze pendante au cou de chacune des joueuses!

Et c’est ce qu’elles ont réussi, l’emportant au compte de 2-0 sur leurs rivales de la région Chaudière-Appalaches.

Les protégées de l’entraîneur-chef Alex Gasparello ont marqué leurs deux buts dès la première demie…

Dans un premier temps, c’est Mélina Alexis qui a donné l’avance aux siennes en milieu de première demie. Puis, Angelica Rossi a trouvé le fond du filet, y allant du but d’assurance.

Par la suite, les jeunes filles de 14 ans représentant la ville hôtesse des Jeux ont offert à leur gardienne de but, KellyAnne Dumas, un mur sans faille pour le reste de la rencontre.

Cette défensive, rappelons-le n’a cédé qu’un seul point en temps réglementaire lors des quatre rencontres disputées dans le cadre du tournoi des Jeux du Québec Laval 2022!

Après avoir vaincu les troupières du Centre-du-Québec 10-0, les Lavalloises ont infligé un revers de 6-1 aux porte-couleurs de l’Estrie, puis elles ont tenu en échec les joueuses de soccer de la région Lac Saint-Louis durant tout le temps réglementaire de la rencontre de demi-finale. Finalement, elles ont ajouté un autre blanchissage aujourd’hui!

Chacune des 16 joueuses de l’équipe, Melyna Alexis, Charlotte Bilotto, Clodie Cousineau, Melia Covone, Hailey Di Spirito, KellyAnne Dumas, Lily Fauteux, Alyssa Garreaud, Constandina Mia Koukis, Chloé Lanciault, Romane Lanni, Amy Medley, Olivia Miranda, Angelica Rossi, Chloé Scicchitano et Isabella Zagakos peuvent être très fières de ce qu’elles ont accompli.

Félicitations.

Soulignons que dans le match de la médaille d'or, les représentantes de la région Rive-Sud l'ont emporté au compte de 2-0 sur leurs rivales du Lac Saint-Louis.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés: