26
Juin/24
0

Le « Kunsthistorisches Museum »: l’édifice, les collections et le souper gastronomique (2e partie)

Texte, recherches et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 10e d’une série de reportages sur une fantastique semaine à explorer la capitale de l’Autriche, la superbe Vienne. Un magnifique séjour réalisé au printemps 2023… suite à un « Voyage Lambert » de 21 jours tout au long du Danube, d’Innsbruck à la mer Noire.

Kunsthistorisches Museum, Vienne, Autriche

Vienne, Autriche, jeudi 11 mai 2023 - Aujourd’hui, nous consacrons notre journée au Kunsthistorisches Museum, un musée qui prend place non loin du Palais impérial… sur la Ringstraße.

L’édifice du musée fait face à une bâtisse identique qui abrite le Musée d’histoire naturelle. Les deux magnifiques immeubles ont été construits entre 1871 et 1891 selon les plans de Gottfried Semper (1803-1879) et du baron Karl von Hasenauer (1833-1894).

L’empereur François-Joseph Ier d’Autriche-Hongrie voulut ainsi créé un abri approprié pour la formidable collection d’art des Habsbourg et de la rendre accessible au grand public.

L’édifice du musée est une œuvre d’art en soi et ses collections sont époustouflantes.

Au terme de notre visite, nous revenons à l’hôtel pour nous rafraîchir et nous y retournons, car tous les jeudis, le Kunsthistorisches Museum tient une soirée gourmet comprenant un dîner gastronomique et une visite guidée du musée. Le dîner se tient sous l’imposante coupole!

Pour cette expérience hors du commun, nous avions réservé nos places, dès le 12 février… soit exactement trois mois avant de nous y rendre.

Photo ci-dessus : « Sibyl » (1640), une superbe toile qui est une œuvre de Giovanni Andrea Sirani (1610-1670) nous indique l’affichette placée près de la toile. Mais le site Internet du musée mentionne que les experts hésitent entre l’attribution de l’œuvre à Giovanni Andrea Sirani ou à sa fille Elisabetta Sirani (1638-1665).

Nous poursuivons notre visite et arrivons à l’endroit où se trouve le puits de lumière sous la coupole!

Il y a un genre de déambulatoire autour du puits de lumière et par de grandes fenêtres nous pouvons voir la coupole en haut et la salle à manger en bas… tout comme les décorations du puits de lumière à tous les étages. C’est époustouflant!

Kunsthistorisches Museum, Vienne, Autriche

Photo ci-dessus : La coupole… (Photo provenant de Wikipédia)

Kunsthistorisches Museum, Vienne, Autriche

Kunsthistorisches Museum, Vienne, Autriche

Photos ci-dessus : Sous la coupole, la décoration est tout simplement à couper le souffle!

Kunsthistorisches Museum, Vienne, Autriche

Kunsthistorisches Museum, Vienne, Autriche

Photos ci-dessus : Encore de belles décorations, incluant des médaillons représentant quelques-uns des grands collectionneurs de la famille des Habsbourg.

Kunsthistorisches Museum, Vienne, Autriche

Photo ci-dessus : Le restaurant où nous allons souper ce soir… vu de quelques étages au-dessus.

Kunsthistorisches Museum, Vienne, Autriche

Photo ci-dessus : Une très belle sculpture représentant « Apollon et Daphné ». Une œuvre qui nous apparaît très semblable à la sculpture du Bernin sur le même sujet que nous avons pu admirer à la Galerie Borghèse à Rome.

Kunsthistorisches Museum, Vienne, Autriche

Photo ci-dessus : Une très belle « Vierge à l’Enfant », dite Madone de Krumau… dans une cage de verre.

Le site Internet du Musée mentionne ceci quant à cette œuvre : « Vers 1400, un type de représentation de la Vierge s’est répandu dans toute l’Europe.

Cette sculpture est l’un de ses exemples les plus célèbres, combinant une image idéalisée de la “Reine du Ciel” dans celle d’une jeune mère aimante… et avec beaucoup de réalisme dans la représentation du garçon.

Il ne reste que des traces de la polychromie et de la dorure qui rendaient autrefois la statue encore plus ornée. »

Kunsthistorisches Museum, Vienne, Autriche

Photo ci-dessus : Buste d’un prophète… d’une série en sept parties. L’œuvre en marbre est attribuée à Jacobello Masegne, un sculpteur et architecte italien né à la fin du XIVe siècle à Venise.

Il est 11 h 30 et nous prenons une pause et nous nous rendons au restaurant du musée, là où nous souperons ce soir.

Le service est excellent. Nous dégustons un café et un gâteau… à une table placée sous la coupole. C’est un réel plaisir.

Puis, nous poursuivons la visite.

Kunsthistorisches Museum, Vienne, Autriche

Photo ci-dessus : « Madone à l’enfant », une œuvre réalisée vers 1465 par l’artiste italien Antonio Rosselino (1427-1479).

Kunsthistorisches Museum, Vienne, Autriche

Photo ci-dessus : « Alexandre le Grand », une magnifique pièce en terre cuite vernissée polychrome. Une œuvre de l’Italien Andrea della Robbia (1435-1525).

Kunsthistorisches Museum, Vienne, Autriche

Photo ci-dessus : Très beau médaillon peint sur bois affichant un portrait de Marguerite d’Autriche (1480-1530). Une œuvre de l’artiste allemand Conrat Meit (1480-1550).

Kunsthistorisches Museum, Vienne, Autriche
Photo ci-dessus : Tapisserie affichant les armoiries de l’empereur Charles V… réalisée dans un atelier de Bruxelles.

Kunsthistorisches Museum, Vienne, Autriche

Photo ci-dessus : Très belle sculpture que nous n’avons malheureusement pas identifiée.

Kunsthistorisches Museum, Vienne, Autriche

Photo ci-dessus : Buste de l’empereur Rodolphe II (1552-1612). Une œuvre réalisée par Adriaen de Vries, le sculpteur personnel de l’empereur. « L’artiste avait un don unique pour glorifier le timide empereur dans ses portraits. Ce buste est calqué sur un buste de son grand-oncle, l’empereur Charles Quint, que Rodolphe avait acquis, mais il le surpasse en pathétique majestueux. Les symboles sur le socle font référence à la dignité, au pouvoir et à la sagesse de l’empereur », nous apprend l’affichette du musée.

Kunsthistorisches Museum, Vienne, Autriche

Photo ci-dessus : « Vénus et Amours », une œuvre en marbre réalisée en 1838 par le sculpteur autrichien Pompeo Marchesi (1783-1858).

Kunsthistorisches Museum, Vienne, Autriche

Photo ci-dessus : « Portrait d’Élisabeth Hervey, marquise de Bristol » (1778-1779), une toile du peintre autrichien Anton von Maron (1733-1808).

Kunsthistorisches Museum, Vienne, Autriche

Photo ci-dessus : « Portrait de Marie-Antoinette » réalisé en 1778 par Marie Louise Élisabeth Vigée-Lebrun (1755-1842)

Kunsthistorisches Museum, Vienne, Autriche

Photo ci-dessus : « Sainte-Catherine de Sienne », une toile peinte en 1746 par l’artiste italien Giambattista Tiepolo (1696-1770).

Kunsthistorisches Museum, Vienne, Autriche

Photo ci-dessus : « La pénitence de Marie-Madeleine » une œuvre de 1622-1628 de l’Italien Orazio Lomi Gentileschi (1563-1639).

Kunsthistorisches Museum, Vienne, Autriche

Photo ci-dessus : Un tableau peint en 1555-1556 intitulé « Suzanne au bain », une réalisation de Jacopo Tintoretto (1518-1594).

Kunsthistorisches Museum, Vienne, Autriche

Photo ci-dessus : Une toile du maître italien Paolo Veronese (1528-1588) intitulée « Judith et la tête d’Holofernes », une œuvre de 1582.

L’affichette nous indique : « Entre les mains de Véronèse, même cette scène sombre gagne en solennité en se concentrant – dans un premier temps – sur des couleurs austères pour souligner la beauté mondaine de l’héroïne. Ce n’est qu’en y regardant de plus près que l’on aperçoit la tête sombre d’Holoferne et le sac prêt à la contenir, tenu par le serviteur.

C’est précisément ce contraste entre la lumière et l’obscurité, entre la beauté et la terreur, qui donne au tableau son charme maniériste. »

Kunsthistorisches Museum, Vienne, Autriche

Photo ci-dessus : Une autre toile de Veronese. Un œuvre réalisée entre 1580 et 1583 et  intitulée « Lucretia ».

« Lucrèce se suicide parce qu’elle a été violée par le fils du roi Tarquinius.

Véronèse réinterprète le moment du suicide en créant une représentation théâtrale et décorative de la belle héroïne. Seul son visage assombri par le chagrin et le poignard qui ressemble à un bijou trahissent ce qui vient de se passer. »

Kunsthistorisches Museum, Vienne, Autriche

Photo ci-dessus : « Le prophète Élie et la veuve de Sarepta », une œuvre de 1640 de l’artiste italien Bernardo Strozzi (1581-1644).

Kunsthistorisches Museum, Vienne, Autriche
Photo ci-dessus : « Sibyl » (1640), une œuvre de Giovanni Andrea Sirani (1610-1670).

« Ce tableau entra dans les collections impériales comme une œuvre de Guido Reni au XIXe siècle. Cependant, il est maintenant attribué à Giovanni Andrea ou à sa fille Elisabetta Sirani (1638-1665) », nous apprend l’affichette.

Kunsthistorisches Museum, Vienne, Autriche
Photo ci-dessus : « Isabelle d’Este », dont nous avons visité le palais à Mantoue en Italie. L’œuvre est du Titien (1488-1576).

L’affichette du musée mentionne « qu’Isabelle d’Este, la fille du duc de Ferrare et de Modène, épousa Franceso I Gonzaga, de Mantoue en 1490.

En tant que l’une des plus grandes mécènes de l’histoire, elle transforma la cour de Mantoue en un centre des plus éminents érudits et artistes de la Renaissance.

Isabelle a permis à Titien de peindre son portrait à deux reprises dans les années 1530 : à l’âge réel de 60 ans – le tableau n’est conservé que dans une copie de Rubens. Le tableau présenté ici montre une Isabelle idéalisée comme une figure, beaucoup plus jeune et élégante. »

Kunsthistorisches Museum, Vienne, Autriche
Photo ci-dessus : « Lucrèce et son mari vers 1515 », une autre toile du Titien.

Kunsthistorisches Museum, Vienne, Autriche

Photo ci-dessus : « Violante » (dite aussi « La Bella Gatta » en italien) est une peinture à l’huile réalisée par le peintre vénitien Titien, datée de vers 1515.

L’affichette précise ceci : « Nommée d’après la violette dans son décolleté, la “Violante” du Titien est un exemple classique des portraits “belle donne” si populaires à Venise au XVIe siècle.

La beauté physique sensuelle – la peau qui semble respirer, les cheveux soyeux et chatoyants – est mise en valeur par la splendide robe à la matière richement nuancée.

Les caractéristiques du premier style de Titien sont ici évidentes : le travail au pinceau en partie très délicat, les entrelacs des détails, ainsi que les couleurs rendues intensément lumineuses par l’utilisation du bois comme surface du tableau. »

Il y avait de très belles œuvres dans toutes les salles où nous nous sommes arrêtés!

Nous avons traversé plus rapidement la dernière section : l’art antique et égyptien.

Kunsthistorisches Museum, Vienne, Autriche

Photo ci-dessus : Une statue représentant « Isis ».

L’affichette nous indique que « le style, la robe et la coiffure de cette statue sont grecs. Mais nous reconnaissons Isis, l’Égyptienne, au manteau frangé typique de cette déesse et noué sur la poitrine, ainsi qu’à la coiffe empruntée à la déesse. Hathor. »

Kunsthistorisches Museum, Vienne, Autriche
Photo ci-dessus : Relief d’une Ménade (1) dansant.

(1) : Wikipédia nous apprend que dans la mythologie grecque, les Ménades (ou Bacchantes chez les Romains), sont les adoratrices de Dyonysos et de Bacchus.

Nous sortons à 13 h 40 et nous nous mettons à la recherche d’un restaurant.

Nous avons de la difficulté à trouver, car nous souhaitons un resto offrant un dîner léger étant donné notre souper gastronomique de ce soir.

Finalement, nous nous assoyons sur la terrasse du restaurant Müllerbeisl.

Restaurant Müllerbeisl, Vienne, Autriche

Photo ci-dessus : D’une superficie d’environ 70 mètres carrés, le bar jardin du restaurant Müllerbeisl de Vienne est une oasis, loin de l’agitation et du bruit de la ville, mais toujours en centre-ville. (Photo provenant d'Internet)

Nous commandons une pizza que nous nous partageons… accompagnée d’eau pour Céline et d’une bière pour moi.

Au terme de notre repas, nous retournons à notre hôtel. Il est 15 h 30 et malheureusement, le rafraîchissement de notre chambre n’a pas encore été réalisé.

Nous descendons dans le hall pendant que le travail se réalise. Nous remontons à 16 h 20.

Repas gastronomique au Kunsthistorisches Museum
Nous quittons l’hôtel un peu passé 18 heures, sans oublier nos billets d’entrée du Kunsthistorisches Museum… Et nous marchons tranquillement jusqu’au musée, alors que maintenant le trajet nous menant de l’hôtel au quartier des musées n’a plus de secret pour nous!

Nous arrivons 20 minutes plus tard et tentons d’entrer dès maintenant, même si notre réservation est pour 18 h 45.

Une mauvaise surprise nous attendait. Nos billets pour le musée ne nous permettent d’y entrer qu’une seule fois. Nous aurions dû visiter le musée en fin d’après-midi et nous rendre directement au restaurant à l’heure de notre réservation.

Céline explique à la préposée à l’entrée que nous avions mal compris cette règle. La jeune femme nous demande gentiment de patienter, une superviseuse va passer.

Celle-ci arrive, souriante. Céline lui explique notre erreur. Pas de problème, elle nous laisse passer et nous souhaite « bon appétit »! Ouf.

Nous déposons nos manteaux de pluie dans un casier, car les météorologues prévoient de la pluie pour la soirée. Puis nous montons.

Même si nous sommes 15 minutes en avance sur notre réservation, toutes les tables du restaurant, qui sont magnifiques, sont occupées, sauf une, la nôtre. Une très belle place d’ailleurs.

Restaurant du Kunsthistorisches Museum, Vienne, Autriche

Kunsthistorisches Museum, Vienne, Autriche

Photos ci-dessus : Nous voici bien installés à notre table pour le souper gastronomique du Kunsthistorisches Museum!

Nous constatons que plusieurs personnes sont refoulées à l’entrée ne sachant pas qu’une réservation est obligatoire.

Restaurant du Kunsthistorisches Museum, Vienne, Autriche

Photo ci-dessus : Le repas est de cinq services, incluant pain et beurre… qui est déjà sur la table à notre arrivée.

Restaurant du Kunsthistorisches Museum, Vienne, Autriche

Photo ci-dessus : Il y a également sur la table, ce plateau de hors d’œuvres. Wow! Quelle superbe présentation.

Restaurant du Kunsthistorisches Museum, Vienne, Autriche

Photo ci-dessus : Derrière nous il y a le haut de l’escalier d’honneur d’où nous avons amorcé notre visite du musée ce matin.

Nous commandons un verre de vin, prosecco pour Céline, rouge pour moi et une bouteille d’eau minérale.

L’expérience est étonnante! Il y a beaucoup de petites bouchées en entrée, suivi d’un potage.

Nous devons choisir un mets principal parmi trois choix.

Par la suite, il y a le dessert et une assiette de fromage… que nous avons laissé tomber, c’était trop.

C’est vraiment très spécial comme repas, car le menu est uniquement en allemand… nous ne savons donc pas trop trop ce que nous mangeons!

Restaurant du Kunsthistorisches Museum, Vienne, Autriche

Photo ci-dessus : Un de nos bols de soupe!

Restaurant du Kunsthistorisches Museum, Vienne, Autriche

Photo ci-dessus : Mon entrée…

Restaurant du Kunsthistorisches Museum, Vienne, Autriche
Photo ci-dessus : Celle de Céline.

Restaurant du Kunsthistorisches Museum, Vienne, Autriche

Photo ci-dessus : Repas principal de Céline… « Risotto à l’orge »

Nous venons à peine de recevoir notre plat principal lorsque le maître de cérémonie de ce souper indique aux personnes présentes que la visite guidée du musée va commencer dans quelques minutes.

Nous décidons de ne pas y aller, en partie parce qu’elle est en allemand seulement et que nous l'avons déjà visité, mais aussi pour avoir le plaisir de terminer notre repas.

Restaurant du Kunsthistorisches Museum, Vienne, Autriche
Photo ci-dessus : Notre dessert.

Ce fut une expérience exaltante. Le service était hautement stylé.

Nous sommes aux anges et heureux de notre expérience.

À plusieurs reprises au cours de nos voyages précédents, nous avions identifié ce genre d’événement… mais toujours, le moment venu, pour toutes sortes de raison, nous avons laissé tomber. C’est dommage.

Nous sortons, récupérons nos manteaux et revenons à l’hôtel à 21 heures, alors que la pluie vient tout juste de commencer à tomber.

À suivre…
Pour amorcer une autre journée de découvertes à Vienne, visite de la superbe Gemäldegalerie der Akademie der bildenden Künste.

Une collection qui a été constituée au XVIIIe siècle avec les pièces primées chaque année et les œuvres enregistrées par les membres de l’Académie des Beaux-Arts de Vienne. Puis en 1822, Anton Franz von Lamberg-Sprinzenstein (1740-1822) lègue sa célèbre collection de peintures à l’académie. Depuis 1877, la galerie de peintures est située dans le bâtiment de la Schillerplatz construit par Theophil von Hansen pour l’académie des beaux-arts!

Gemäldegalerie der Akademie der bildenden Künste, Vienne, Autriche

Photo ci-dessus : L’œuvre phare de la « Gemäldegalerie der Akademie der bildenden Künste », le « Trytyque du Jugement dernier » de Jérôme Bosch.

Pour lire les autres textes de ce périple, cliquez sur ce lien : Croisière sur le Danube... et un peu plus

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
Commentaires (0) Trackbacks (0)

Aucun commentaire pour l'instant

Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant