24
Nov/20
1

L’île de la Cartuja, la fabrique de faïence, le musée d’art contemporain et la tour Schindler!

Texte, recherches et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 64e d’une longue série de reportages relatifs à une étourdissante odyssée en Andalousie et en Algarve, un voyage à quatre que nous avons terminé à Lisbonne au Portugal au printemps 2014

Monasterio de Santa María de las Cuevas, Séville, Andalousie, Espagne

Séville, Espagne, samedi 24 mai 2014 - Nous poursuivons notre exploration de l’île de la Cartuja…

Le site du Monestario de la Cartuja de Santa Maria de las Cuevas, un ancien monastère a été utilisé à toutes les sauces. Aujourd’hui, il a été transformé en musée d’art contemporain, mais au milieu du XIXe siècle, un Anglais en avait fait une fabrique de faïence et de porcelaine… nous profiterons de notre présence au monastère pour admirer les impressionnantes cheminées des fours, elles qui sont toujours présentes.

Puis, après une courte incursion au « Centro Andaluz de Arte Contemporaneo », nous filons vers le Pabellón de la Navegación, un pavillon construit pour l’Exposition universelle de Séville en 1992, qui abrite depuis 2012 un espace muséal racontant l’évolution de la navigation atlantique.

Mais avant d’entreprendre la visite du musée maritime, nous grimpons au sommet de la « Tour panoramique Schindler »… d’où nous avons une vue imprenable sur l’île de la Cartuja… et sur Séville!

Photo ci-dessus : Les impressionnantes cheminées de la fabrique de faïence et de porcelaine installées sur le site du monastère de la Cartuja par Charles Pickman Jones en 1841.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

N. B. : Pour regarder le diaporama des photos présentées sur cette page, cliquez sur n’importe laquelle des photos.

Nous sortons de l’édifice qui abritait jadis le réfectoire du Monestario de la Cartuja de Santa Maria de las Cuevas. À proximité, il y a des fours monumentaux, surmontés d’impressionnantes cheminées, ayant servi à la fabrication de faïence et de porcelaine au milieu du XIXe siècle.

En 1938, alors que le monastère était abandonné, Charles Pickman Jones, un commerçant anglais, loua le site du monastère… puis deux ans plus tard, l’acheta.

Il le transforma dès 1841 en une fabrique de faïence et de porcelaine décorées à la main à la façon anglaise.

Évidemment, il modifia sensiblement l’organisation spatiale du monastère : la porte donnant sur le fleuve devint l’entrée principale et un nouveau chemin fut tracé pour la relier à l’entrée de l’église et à la cellule du prieur, qui devint l’habitation du propriétaire.

Pickman fit construire dix fours munis de cheminées et l’usine s’installa dans les cellules et les salles du couvent avant d’empiéter sur les jardins.

On y fabriqua de la faïence jusqu’en 1982… Puis, le site fut rendu à la Junte d’Andalousie.

Fabrique de faïence et de porcelaine, Monastère de la Cartuja, Séville, Andalousie, Espagne

Fabrique de faïence et de porcelaine, Monastère de la Cartuja, Séville, Andalousie, Espagne

Photos ci-dessus : La plus haute cheminée de l’ancienne fabrique de faïence et de porcelaine est dans un très bon état de conservation.

Fabrique de faïence et de porcelaine, Monastère de la Cartuja, Séville, Andalousie, Espagne

Fabrique de faïence et de porcelaine, Monastère de la Cartuja, Séville, Andalousie, Espagne

Fabrique de faïence et de porcelaine, Monastère de la Cartuja, Séville, Andalousie, Espagne

Photos ci-dessus : Les cheminées typiques de la fabrique de céramique du monastère de la Cartuja.

Fabrique de faïence et de porcelaine, Monastère de la Cartuja, Séville, Andalousie, Espagne

Photo ci-dessus : De l’intérieur du monastère, des parties de murs ont été dégagées pour nous permettre de voir la structure extérieure de four de faïence et de porcelaine.

Fabrique de faïence et de porcelaine, Monastère de la Cartuja, Séville, Andalousie, Espagne

Photo ci-dessus : L’édifice du monastère est monumental.

Exposition Los arrepentimientos de Guillermo Paneque
Nous entrons de nouveau dans le monastère où une section est consacrée à une exposition temporaire intitulée Los arrepentimientos, ce qui signifie « Les regrets ».

Exposition Los arrepentimientos, Monastère de la Cartuja, Séville, Andalousie, Espagne

Photo ci-dessus : L’affiche de l’exposition de Guillermo Panique intitulée « Los arrepentimientos », c’est-à-dire « Les regrets ».

L’exposition présente des œuvres de l’artiste sévillan Guillermo Panique (1963- ). Elle se tient dans le cloître sud depuis le 9 avril et elle prendra fin le 22 juin.

Exposition Los arrepentimientos, Monastère de la Cartuja, Séville, Andalousie, Espagne

Exposition Los arrepentimientos, Monastère de la Cartuja, Séville, Andalousie, Espagne

Exposition Los arrepentimientos, Monastère de la Cartuja, Séville, Andalousie, Espagne

Exposition Los arrepentimientos, Monastère de la Cartuja, Séville, Andalousie, Espagne

Photos ci-dessus : Quelques œuvres que nous avons admirées de l’exposition de Guillermo Panique intitulée « Los arrepentimientos ».

Nous sortons…

Monastère de la Cartuja, Séville, Andalousie, Espagne

Monastère de la Cartuja, Séville, Andalousie, Espagne

Photos ci-dessus : Une énorme pile à l'intérieur et un des superbes corridors du Monastère de la Cartuja.

Exposition Tala Madani
Puis, nous entrons dans une autre salle où sont exposées cette fois-ci des œuvres de Tala Madani (1981- ), une artiste iranienne.

Cette exposition est offerte au public du 15 avril au 24 août 2014.

Il y a 52 œuvres provenant de musées du monde entier (Asie, États-Unis, Europe...) Parmi ces 52 pièces, 41 d’entre elles ont été réalisées au cours des 5 dernières années.

Exposition Tala Madani, Monastère de la Cartuja, Séville, Andalousie, Espagne

Photo ci-dessus : Une toile de Tala Madani intitulée « Smiley »… une œuvre réalisée en 2008.

Exposition Tala Madani, Monastère de la Cartuja, Séville, Andalousie, Espagne

Exposition Tala Madani, Monastère de la Cartuja, Séville, Andalousie, Espagne

Photos ci-dessus : Lors de nos recherches en vue de la rédaction de ce texte, nous avons trouvé sur Internet une photo de l’artiste iranienne Tala Madani posant devant quelques-unes de ses toiles exposées au monastère de la Cartuja.

Nous faisons le tour rapidement, car la température dans les salles est glaciale… et les œuvres sont ordinaires pour des non connaisseurs comme nous.

Avant de sortir, nous voyons une maquette du monastère devenu le « Centre Andalou d’Art Contemporain de Séville ».

Centro Andaluz de Arte Contemporaneo, Séville, Andalousie, Espagne

Photo ci-dessus : La maquette du « Centro Andaluz de Arte Contemporaneo ».

Nous sortons et marchons sur la longue allée permettant d’atteindre une autre bâtisse du monastère… Dans les arbres, il y a des œuvres d’art!

Centro Andaluz de Arte Contemporaneo, Séville, Andalousie, Espagne

Centro Andaluz de Arte Contemporaneo, Séville, Andalousie, Espagne

Photos ci-dessus : C’est comme une « cabane » dans un arbre.

Centro Andaluz de Arte Contemporaneo, Séville, Andalousie, Espagne

Centro Andaluz de Arte Contemporaneo, Séville, Andalousie, Espagne

Centro Andaluz de Arte Contemporaneo, Séville, Andalousie, Espagne

Photos ci-dessus : Et en voici d’autres!

Monastère de la Cartuja, Séville, Andalousie, Espagne

Photo ci-dessus : Nous traversons ce magnifique portail.

Monastère de la Cartuja, Séville, Andalousie, Espagne

Monastère de la Cartuja, Séville, Andalousie, Espagne

Photos ci-dessus : À l’intérieur, nous admirons des carrelages superbes de Fran Piñero.

Nous sortons, il est 12 h 15. Le ciel est d’un bleu céruléen.

Monastère de la Cartuja, Séville, Andalousie, Espagne

Monastère de la Cartuja, Séville, Andalousie, Espagne

Monastère de la Cartuja, Séville, Andalousie, Espagne

Monastère de la Cartuja, Séville, Andalousie, Espagne

Photos ci-dessus : Le ciel qui s’offre à nous au-dessus du Monastère de la Cartuja.

Séville, Andalousie, Espagne

Photo ci-dessus : Nous passons devant ce superbe arbre.

Le Pabellón de la Navegación… et la tour Schindler
Nous entreprenons de nous rendre au Pabellón de la Navegación… tout à côté.

Pabellón de la Navegación, Séville, Andalousie, Espagne

Photo ci-dessus : L’affiche du Pabellón de la Navegación.

Il nous en coûte 4,90 € par personne, ce prix incluant une montée au sommet de la Torre de la Navegación, sise à proximité.

Torre de la Navegación, Séville, Andalousie, Espagne

Photo ci-dessus : Nous suivons les indications.

Torre de la Navegación, Séville, Andalousie, Espagne

Photo ci-dessus : Voilà la tour où nous allons grimper.

Nous décidons de commencer par l’ascension de la tour. Toutefois, les heures de monter au sommet de la tour sont limitées. La prochaine est prévue pour 13 heures. Nous nous approchons de la tour et nous nous installons pour attendre l’ouverture.

Torre Sevilla, Séville, Andalousie, Espagne

Torre Sevilla, Séville, Andalousie, Espagne

Photos ci-dessus : D’ici, nous avons une belle vue sur la Tour « Cajasol »… que nous avons aperçue en début de promenade ce matin.

La « Tour Schindler », aussi appelée Torre de la Navegación, a été érigée pour l’exposition universelle de 1992 par le groupe industriel suisse Schindler, spécialisé dans les escaliers mécaniques, les trottoirs roulants et les ascenseurs.

Elle fut ouverte au public quelques semaines après le début de l'Exposition. Elle mesure 65 mètres de haut. La terrasse supérieure peut être atteinte par des ascenseurs. La montée dure 24 secondes.

En 2011, l’avenir de la tour n’était toujours pas clair. Le Groupe Schindler avait prévu de la transformer en centre d’investigation, mais le projet a été repoussé.

La Tour, qui est dans le fleuve, est dotée d’un plongeoir dans sa partie centrale et celui-ci est utilisé pour les compétitions « RedBull ».

Durant notre attente, nous voyons un grand bateau à aube rempli de touristes qui file sur le fleuve. Nous nous imaginons que nous aurons ce genre de bateau pour la mini-croisière sur le Guadalquivir que nous avons réservée.

Un responsable ouvre la porte et nous fait monter. C’est vrai que l’ascenseur est ultra rapide.

Tour Schindler, Séville, Andalousie, Espagne

Tour Schindler, Séville, Andalousie, Espagne

Photos ci-dessus : Vue sur le fleuve Guadalquivir.

Tour Schindler, Séville, Andalousie, Espagne

Tour Schindler, Séville, Andalousie, Espagne

Tour Schindler, Séville, Andalousie, Espagne

Tour Schindler, Séville, Andalousie, Espagne

Tour Schindler, Séville, Andalousie, Espagne

Photos ci-dessus : Du toit de la tour, la vue est magnifique. Nous voyons les anciens pavillons de l’Expo 1992, le fleuve et ses ponts, la ville de Séville… la moderne et l’ancienne.

Tour Schindler, Séville, Andalousie, Espagne

Photo ci-dessus : Et l'ensemble du monastère de la Cartuja transformé en fabrique de faïence et de porcelaine.

À suivre
Visite du Pabellón de la Navegación, un magnifique musée maritime.

Pabellón de la Navegación, Séville, Andalousie, Espagne

Photo ci-dessus : Céline est à la « barre »… à l’intérieur du « Pabellón de la Navegación ».

Pour lire nos autres textes portant sur notre périple en Andalousie et en Algarve que nous avons terminé à Lisbonne au Portugal, cliquez sur le lien suivant : Douce chaleur andalouse

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
Commentaires (1) Trackbacks (0)
  1. Bonjour,toujours intéressé par votre « blog », je regrette que vous parliez de  » magnifiques plantes, arbres. » pourquoi ne pas se renseigner sur leur nom, il me semble qu’il existe une application -plantes-
    ma boîte courriel est à saturation, et si je pouvais ne pas recevoir les infos « basket ? » deux liste de diffusion

Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant