13
Juin/20
1

Le mot du jour : débâter

Textes et recherches de Jacques Lanciault

Je consigne ici le fruit de recherches sur le sens, l’étymologie, l’écriture ou encore la prononciation de certains mots ou expressions sur lesquels je bute, ou qui tout simplement suscitent ma curiosité au fil de mes lectures…

Samedi, 13 juin 2020

Source de la recherche
La phrase suivante tirée du roman « Blanc mortel » de l’écrivaine britannique J. K. Rowlings (1965- ), une œuvre signée sous le pseudonyme de Robert Gallbraith et traduite en français par Florianne Vidal (1959- ) :

« Puis le ton est monté, elle est descendue de cheval et elle m’a crié de venir débâter Brandy - lui retirer sa selle et sa bride, ajouta-t-elle obligeamment, à l’intention de Strike. » (p. 1184)

Définition
Dans la citation même, l’auteur précise ce qu’est l’action de débâter, soit de retirer la selle et la bride du cheval, toutefois, la définition proposer par les dictionnaires est plus large.

Le dictionnaire du correcteur électronique Antidote propose la définition suivante pour le verbe débâter : « Débarrasser (une bête de somme) d’un bât. Exemple : Débâter un âne. »

Remplis sous: La folie des mots Mots clés:
Commentaires (1) Trackbacks (0)
  1. Bonjour L’auteur(e) du roman cité emploie « débâter » pour un cheval. S’agissant d’un cheval de selle, le terme est impropre, même employé sous l’effet de la colère (et ici pour humilier, semble-t-il, celui auquel cela est demandé), et aucun cavalier respectant sa monture n’en ferait l’usage même en expliquant à une autre personne la substitution passagère à desseller… Ceci étant, n’aurait-il pas été judicieux de faire le procès de cet écart de langage que s’autorise une écrivaine qui n’est sans doute pas « à cheval » sur le langage traditionnel des équitants, à moins de faire du « remplissage » comme jadis les auteurs de feuilletons ? Il est vrai que cela ne choque que les personnes qui ont « l’esprit cavalier » au bon sens de l’expression. Toutefois pourquoi renoncer à élever un peu la culture de vos lecteurs, en particulier en n’indiquant jamais (d’après ma brève expérience de votre site) l’étymologie des mots expliqués ? Cordialement. P. Chardon

Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant