1
Juin/20
1

Les mots du jour : éventaire et étal

Textes et recherches de Jacques Lanciault

Je consigne ici le fruit de recherches sur le sens, l’étymologie, l’écriture ou encore la prononciation de certains mots ou expressions sur lesquels je bute, ou qui tout simplement suscitent ma curiosité au fil de mes lectures…

Lundi, 1er juin 2020

Source de la recherche
La phrase suivante tirée du roman « Blanc mortel » de l’écrivaine britannique J. K. Rowlings (1965- ), une œuvre signée sous le pseudonyme de Robert Gallbraith et traduite en français par Florianne Vidal (1959- ) :

« Mon copain Eddie passera de temps en temps, ajouta-t-elle en désignant le marchand de vieux vinyles dont l’éventaire se trouvait juste devant la vitrine. » (p. 841)

Définition
Le dictionnaire du correcteur électronique Antidote définit le nom masculin éventaire comme suit : « Étalage de marchandises en plein air. »

Le Larousse du français, un dictionnaire en ligne, propose la définition suivante du mot éventaire : « Étalage de marchandises à vendre, disposé à l’extérieur du magasin, sur la voie publique, sur un marché. »

Personnellement, j’avais l’habitude d’utiliser le mot étal, or celui-ci désigne, selon le dictionnaire Antidote, « la table sur laquelle on expose les denrées dans un marché. »

Remplis sous: La folie des mots Mots clés:
Commentaires (1) Trackbacks (0)
  1. Bonjour, je reviens sur ATTIFER. Le dic. hist. de la langue française le dit disparu après le XVIe siècle sauf dans certaines régions, toutefois le dic. de Trévoux (éd. de 1762) le donne encore au sens de coiffer, parer la tête des femmes (style familier).
    Attifet : ornement parure (du « vieux » français tiffer lui-même encore employé en 1762 voir ci-dessous) = orner.
    Tuffe : synonyme de hupe. Tiffé : ajusté. Tiffer ou tipher : orner.
    De l’argot des XIX-XXe siècles Tiffeur (coiffeur) et tifs (cheveux) ont pratiquement disparu. Les vieux langages beauceron et berrichon avaient attifiaux pour parures, bijoux, rubans. Enfin au Moyen-âge le p. pas. et l’adj. Tife, avaient aussi le sens de trompeur tandis que l’expression tifer entour une chose signifiait y besogner avec soin (dic. de l’ancien français de Godefroy)
    Cordialement. P. Chardon

Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant