30
Mai/20
1

Le mot du jour : dégoiser

Textes et recherches de Jacques Lanciault

Je consigne ici le fruit de recherches sur le sens, l’étymologie, l’écriture ou encore la prononciation de certains mots ou expressions sur lesquels je bute, ou qui tout simplement suscitent ma curiosité au fil de mes lectures…

Samedi, 30 mai 2020

Source de la recherche
La phrase suivante tirée du roman « Blanc mortel » de l’écrivaine britannique J. K. Rowlings (1965- ), une œuvre signée sous le pseudonyme de Robert Gallbraith et traduite en français par Florianne Vidal (1959- ) :

« Durant le pseudo-entretien qui avait débouché sur cette journée d’essai, elle lui avait posé très peu de questions, préférant dégoiser à n’en plus finir sur son mari qui venait de la quitter… » (p. 839)

Définition
Le dictionnaire du correcteur électronique Antidote définit le verbe dégoiser, en le qualifiant de péjoratif, comme suit : « Parler avec volubilité ; débiter. »

Le dictionnaire lintern@ute propose, pour sa part, la définition suivante : « Qualifie le discours d’une personne qui parle abondamment, sans s’arrêter. Se dit de quelqu’un qui raconte en donnant beaucoup, voire trop, de détails une histoire ou un événement. »

lintern@ute suggère les synonymes : parler, dire, bavarder.

Remplis sous: La folie des mots Mots clés:
Commentaires (1) Trackbacks (0)
  1. Bonjour, je compléterais volontiers le commentaire au sujet de ATTIFER (français du Moyen-âge et du XVIIIe siècle entre autres) toutefois ici la place est trop restreinte.
    En style télégraphique (!) Dégoiser: ses ancêtres du Moyen-âge (XIIIe siècle) = degois, degoisier, goissement (dic. de l’ancien français de Godefroy, en ligne). Il apparaît chez Molière : l’Ecole des femmes ; il est au dic. Comique de Leroux (éd. de 1750) et dans le dic. de Trévoux (1762). Inconnu de l’Académie (1762) il est dans le Dic. Hist. de la Langue Française (2011). Fin de mes recherches. La question du sens ne peut être abordée ici, à moins de m’indiquer un autre moyen de communiquer avec vous. D’ailleurs le manque de place rendant les recherches approfondies intéressantes inutiles, je pense m’abstenir désormais. Cordialement. P. Chardon. Orléans 45000

Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant