18
Août/18
0

Grandir chez les professionnels

Benjamin Pelletier a été le plus jeune joueur repêché dans l’histoire de la MLB en 2015

Revue de presse

Kevin Dubé, Le Journal de Montréal, le 18 août 2018

Benjamin Pelletier

Les joueurs québécois dans le baseball majeur n’ont jamais été légion et Russell Martin est actuellement le seul athlète du Québec à évoluer au plus haut niveau. Sans être excellente, la relève québécoise est tout de même bien présente dans les rangs mineurs. Le Journal vous fait découvrir le parcours de cinq joueurs développés au Québec et qui tentent d’atteindre leur rêve ultime d’un jour devenir le prochain baseballeur québécois à atteindre les majeures.

Benjamin Pelletier n’a certainement pas vécu une adolescence à l’image de celle de la majorité des jeunes de son âge. Plus jeune joueur jamais repêché dans le baseball majeur, à l’âge de 16 ans et 292 jours, le voltigeur de Varennes a été plongé dans l’univers du baseball professionnel beaucoup plus tôt que beaucoup d’autres espoirs québécois.

Photo ci-dessus : Repêché à 16 ans, Benjamin Pelletier continue d’apprendre les rudiments du baseball professionnel dans la filiale des Phillies de Philadelphie.

Lorsque les Phillies de Philadelphie l’ont sélectionné en 34e ronde du repêchage de 2015, Pelletier était sur le point de conclure son année de quatrième secondaire à l’école secondaire De Mortagne, à Boucherville. Peu de temps après sa sélection, les Phillies lui ont fait signer un contrat n’entrant en vigueur que l’été suivant, question de lui permettre de terminer son secondaire.

Il a donc fait ses débuts dans la Ligue du Golfe à l’été 2016 et y a disputé la totalité de la saison suivante, terminant avec une moyenne au bâton de ,333 en 2017. Cette année, il a été promu au niveau A avec les Crosscutters de Williamsport où il a l’occasion de frapper au cœur de l’alignement de l’équipe à presque tous les matchs.

« Frapper quatrième c’est un nouveau rôle pour moi et c’est un peu plus difficile, a-t-il reconnu. Il y a un peu plus de pression de produire lorsque des joueurs sont sur les buts. Je tente de m’ajuster le plus rapidement possible à tous les lancers et ça devient un peu plus facile pour moi chaque jour. »

Pour le recruteur des Phillies, Alex Agostino, il n’y a pas de surprises dans le cas de Benjamin Pelletier. Lorsqu’ils l’ont repêché à 16 ans, il faisait déjà 6 pi 2 po et 190 lb. Aujourd’hui, à 19 ans, il n’a pas grandi, mais pèse maintenant 210 lb.

« Ben, c’est un frappeur, c’est aussi simple que ça la définition de Ben Pelletier. Pat Borders [le gérant des Crosscutters] m’a dit qu’il y avait un son différent quand il frappe. Il sait faire ce qui est le plus dur dans le baseball d’aujourd’hui, c’est-à-dire frapper la balle. »

Un rang qui importe peu
Pour Agostino, que Pelletier soit un choix de 34e ronde n’a pas d’importance pour les Phillies et le fait qu’ils l’utilisent parmi les meneurs offensifs au niveau A cette année en témoigne grandement.

« En le faisant jouer à tous les jours au cœur de l’alignement, les Phillies prouvent qu’ils s’en foutent qu’il soit un choix de 34e ronde en 2015. C’est un gars que personne ne connaissait, mais qu’on a choisi pour une raison. Sa progression est bonne et il frappe avec puissance. Comme tout jeune joueur, il doit développer sa constance. »

D’ailleurs, Agostino tente le plus possible d’être en contact avec l’espoir québécois, ce qu’apprécie grandement Pelletier.

« On est proche. Il m’appelle pour savoir comment je vais. Je trouve ça ben le fun », mentionne-t-il.

Les conseils de Therrien
En plus d’Agostino, Pelletier a également pu compter sur les conseils d’une autre figure importante du baseball québécois lorsque Jesen Therrien faisait toujours partie de l’organisation de Philadelphie.

« J’ai eu plusieurs contacts avec lui. On est allé manger à quelques reprises ensemble et on a eu de bonnes conversations. Il a atteint les majeurs, mais ç’a été long pour lui aussi. Il me répétait souvent que ça valait la peine d’attendre et de continuer à travailler », se souvient Pelletier.

Therrien a paraphé une entente d’une saison avec les Dodgers de Los Angeles en novembre dernier. Il est toujours en rééducation après avoir subi une intervention chirurgicale du type Tommy John.

Revue de presse publiée par Jacques Lanciault.

Remplis sous: Baseball Mots clés:
Commentaires (0) Trackbacks (0)

Aucun commentaire pour l'instant

Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant