25
Juin/13
0

Des Aigles sans complexe

Revue de presse

Olivier Bossé, Le Soleil, le 25 juin 2013

Josué Peley et Karl Gélinas(Trois-Rivières) Pour les premières, les Aigles de Trois-Rivières savent faire. À leur première visite au stade Fernand-Bédard à titre d'équipe ennemie, les Capitales de Québec ont été corrigés 8-2, lundi soir.

Photo ci-dessus : Les Aigles de Trois-Rivières ont fait la vie dure au lanceur partant des Capitales, Karl Gélinas, qui a accordé six points, cinq mérités, sur huit coups sûrs en cinq manches. (Le Nouvelliste, Olivier Croteau)

Duel tout québécois, en ce soir de fête nationale. Devant 2030 spectateurs et un raton-laveur, deuxième meilleure foule de leur saison inaugurale, les Trifluviens se sont présentés sans complexe face à leurs grands frères de Québec. Un peu comme lors de l'ouverture locale, où les Aigles avaient pulvérisé Saint Paul 10-1 devant 3784 personnes.

«Nos joueurs commencent à avoir plus de confiance», a constaté le gérant des vainqueurs, Pierre-Luc Laforest, avant de quitter le terrain. «Le baseball est un sport contagieux. Quand ça va bien, ça va bien, alors on espère que ça va continuer.» Les Aigles l'ont emporté à 5 de leurs 10 dernières sorties.

Ce matin, ils sont à égalité au quatrième rang du classement de la ligue Can-Am avec les Bears de Newark, qui essuient une raclée après l'autre. Les Aigles ne sont plus seuls derniers pour la première fois.

Rien ne fonctionne
Mais n'oublions pas que Saint Paul avait gagné la série 2-1. Jusqu'à jeudi, Capitales (23-13) et Aigles (11-22) ont rendez-vous trois autres fois. En mai, à Québec, les Capitales avaient balayé la série de quatre matchs.

Les visiteurs n'ont pas offert leur meilleur baseball. Le lanceur partant Karl Gélinas n'était pas à son mieux et ses coéquipiers ne l'ont soutenu ni en défensive, ni à l'attaque. «On n'était pas affuté dès le départ. C'est difficile de mettre le doigt sur le bobo, sur un jeu en particulier, mais on a été brouillon du début à la fin», a commenté le gérant des perdants, Patrick Scalabrini.

N'empêche que la victoire des Trifluviens a été sans bavure. Ils ont fait la vie dure à Gélinas, pourtant jusque-là le plus solide des cinq piliers de la rotation des quadruples champions en titre. Gélinas a accordé six points, cinq mérités, sur huit coups sûrs, dont un circuit solo à Jon Smith, en cinq manches.

Le troisième-but Jean-Luc Blaquière relaie par-dessus la tête de Gélinas pour permettre aux Aigles de marquer, en deuxième manche; Maxime Lefèvre frappe dans un double jeu avec les buts remplis et un seul retrait, en septième ; le releveur Eduardo Nunez atteint Josh Colafemina à la tête avec les coussins tous occupés, en huitième. Rien ne fonctionnait pour la bande de Québec.

Tout le contraire de l'autre côté, avec des coups sûrs à profusion, une solide performance du lanceur partant Jeff Shields (7 ml, 1 pm, 5 cs), de l'attente d'une manche au comptoir alimentaire et même pas de pluie !

«Espérons que c'est parce que nos gars n'avaient jamais vu le stade ici et que ça va se replacer dans les prochains jours», a fait valoir Scalabrini. Il compare ce revers à celui du premier match à Winnipeg, défaite de 6-0 du 14 juin, où ses hommes «avaient semblé très mal à l'aise. Mais ç'avait mieux été par la suite».

Malgré le pire de ses six départs cette saison, le patron a réitéré toute sa confiance envers Gélinas. «Dans un match important, il reste mon premier lanceur de confiance», a conclu Scalabrini. Asif Shah a produit les deux points des Capitales.

Dormir à la maison
Première la première fois de l'histoire de l'équipe, les joueurs des Capitales dorment à la maison entre chaque match d'une série disputée à l'extérieur du Stade municipal de Québec. Ils effectuent l'aller-retour en autocar.

Jeudi, ils rouleront en multicar TNG, véhicule muni de couchettes, pour prendre la route de Rockland à partir de Trois-Rivières, en début de nuit. Les duels de lanceurs annoncés entre Québec et Trois-Rivières sont : Jeff Duda (3-1, 3,23) contre Garrett Bullock (0-2, 1,80), mardi, Dustin Crenshaw (5-1, 3,95) contre Tyler Wilson (2-1, 3,85), mercredi, et Bryan Rembisz (2-1, 4,91) contre Alexander Burkard (1-2, 2,40), jeudi.

Boucher joueur de la semaine
Sébastien Boucher a été nommé frappeur par excellence de la dernière semaine dans la ligue Can-Am. Le voltigeur de centre et troisième frappeur du rôle a cogné 12 coups sûrs en 24 apparitions (moy. ,500), dont ses trois premiers circuits de la saison.

Il a fait marquer 10 points. Durant la même période, son coéquipier Rene Leveret a produit 12 points, a frappé 12 en 30 (,400) et a claqué deux circuits. Le choix des joueurs de la semaine est réalisé par un logiciel informatique.

Boucher n'a même pas disputé la seconde moitié du match de dimanche. Avec une avance de 9-2, un frappeur des Capitales atteint après deux circuits et un début de dispute dans l'abri adverse, le gérant préférait ne pas exposer son joueur étoile au danger.

Comme dans le temps du junior
La volée de 14-3 infligée par les Capitales aux Bears de Newark, dimanche, a rappelé au gérant des vainqueurs son époque junior. La chicane était prise dans l'abri des Bears!

Patrick Scalabrini, alors joueur des Bombardiers de Sherbrooke, se souvient d'une bagarre sur le banc des Alouettes de Charlesbourg. «Carl Boissonneault avait sacré une droite dans la face de Philippe Genest. Je m'en souviens clairement!» Milieu des années 1990, période des six championnats d'affilée des Alouettes.

Ce qui ne risque pas d'arriver aux Bears à court terme. Brian Parker a toutefois fait une esclandre digne des ligues majeures. Expulsé pour avoir atteint délibérément un frappeur après avoir accordé deux circuits, dont un grand chelem à Asif Shah, le lanceur des Bears a enterré le marbre de sable.

Puis il est allé quérir un verre d'eau dans l'abri et l'a versé sur la plaque pour faire une belle tarte de boue à l'officiel Guillaume Paradis. Les Capitales ont les cinq matchs face aux Bears, dominant les points 43-8.

Revue de presse publiée par Jacques Lanciault.

Commentaires (0) Trackbacks (0)

Aucun commentaire pour l'instant

Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant