9
Mai/13
0

Blaquière convaincu de retrouver le plaisir de jouer

Revue de presse

Carl Tardif, Le Soleil, 9 mai 2013

Jean-Luc Blaquière(Québec) Libéré au terme d'une saison où il a carrément été ignoré par les Mets de New York, Jean-Luc Blaquière a déjà retrouvé le plaisir de jouer au baseball avec les Capitales de Québec. Et la saison n'est même pas encore commencée!

Photo ci-dessus : Libéré par les Mets de New York au terme de la dernière saison, Jean-Luc Blaquière traîne sa bonne humeur sur le terrain depuis son arrivée à Québec, où il a la chance de renouer avec ses vieux potes. (Le Soleil, Erick Labbé)

En fait, le receveur et frappeur droitier de Repentigny a l'impression de rentrer à la maison, ou à tout le moins, de revoir ses vieux potes. Josué Peley, Jonathan Malo, Patrick D'Aoust, Sébastien Boucher, Jeff Kaplan, voilà autant de noms qui lui sont familiers depuis de nombreuses années.

«Pat [D'Aoust] était mon receveur avec les Ailes du Québec. Il était derrière le marbre quand j'ai lancé le match pour la médaille d'or au Championnat canadien», se souvient le joueur de 27 ans.

Le langage corporel dévoile souvent l'attitude d'un athlète professionnel. Depuis son arrivée, Blaquière traîne sa bonne humeur sur le terrain et dans le vestiaire. Sans être oubliée, l'amertume de la saison dernière ne l'affectera pas dans sa nouvelle expérience.

«Je n'ai pas joué beaucoup, l'an passé, à cause de certaines décisions de l'organisation. Même si j'avais frappé cinq en cinq dans un match, je sais qu'on ne m'aurait pas plus utilisé le lendemain. Après la saison, les Mets m'ont libéré, mais même s'ils m'avaient fait une offre, je ne sais même pas si je l'aurais acceptée», confiait-il, hier matin, tout juste avant la quatrième journée du camp d'entraînement.

Pourtant, Blaquière était au niveau AAA avec les Bisons de Buffalo. Un dernier arrêt d'une longue randonnée, puisque les Mets l'avaient trimbalé de Binghamton (AA) à Brooklyn (A), l'envoyant même au camp prolongé de Port St. Lucie. Il n'a pas joué nulle part, à l'exception de ses 14 matchs et 34 présences au bâton dans le AAA.

«Ici, je me retrouve avec un bon groupe de gars, je vais avoir du plaisir. En plus, la tradition gagnante des Capitales est intéressante, je sais que les succès de l'équipe passe avant l'individu, ce sera différent des ligues mineures où c'est souvent chacun pour soi, où tu te demandes pourquoi lui et pas toi. J'arrive avec l'esprit ouvert», disait celui qui a déjà assisté à un match des Capitales au Stade municipal.

Il a aussi joué ici contre les Diamants lorsqu'il s'alignait avec le Royal de Repentigny, dans la Ligue de baseball junior élite du Québec. Les premiers contacts entre lui et les Capitales ont eu lieu au gala de Baseball Québec, à Québec, l'automne dernier.

Utilisé à toutes les sauces
«Je voulais voir mes options, mais il ne s'est rien passé. Avec l'année plate que j'ai passée, j'étais mélangé mentalement. Ça va me faire du bien de jouer ici. Pour la suite, on verra comment ça va aller», ajoutait-il à propos d'un éventuel retour dans le baseball affilié.

Chose certaine, Blaquière obtiendra plus de présences au bâton qu'à Buffalo. Mais pour ce faire, il se promènera d'une position à l'autre. Déjà, il s'est entraîné derrière le marbre, au troisième but, au premier coussin et au champ extérieur depuis l'ouverture du camp.

«Comme receveur, j'avais l'habitude de dire aux gars où se placer en défensive. À l'avant-champ, je devrai m'habituer aux déplacements... et me fier à D'Aoust», disait en riant celui qui pourrait, sait-on jamais, être utilisé aux neuf positions sur le terrain au cours de la saison comme l'a été son bon ami Peley en 2012.

Revue de presse publiée par Jacques Lanciault.

Commentaires (0) Trackbacks (0)

Aucun commentaire pour l'instant

Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant