7
Juin/12
0

Repêchage 2012 : Jonathan Paquet ignoré

Revue de presse

Mario Morissette, Le Journal de Québec, le 7 juin 2012

Jonathan PaquetQUÉBEC - Sélection de 47e ronde par les Angels de Los Angeles en 2010, réclamé au 17e tour en juin dernier par les Phillies de Philadelphie, Le Lorettain Jonathan Paquet a été ignoré, mercredi, lors de la dernière journée de la séance de repêchage des Ligues majeures de baseball.

Un seul Québécois a d’ailleurs été appelé par MLB, le lanceur gaucher Fernando Fernandez-Beltran. Âgé de 17 ans, Fernandez-Beltran a oeuvré à l’ABC durant la dernière saison.

Photo ci-dessus : Jonathan Paquet en 2011, alors qu'il portait les couleurs des Diamants de Québec de la Ligue de baseball junior élite du Québec (Les archives Daniel Mallard)

« Nous devons encore travailler fort afin d’améliorer notre structure de développement », plaide le lanceur Guillaume Leduc, un choix de 6e ronde des Mets de New York en 2007. La même année, les Mariners de Seattle avaient réclamé Phillip Aumont, au premier tour.

« Je ne suis pas étonné de la faible récolte au Québec. On se doutait tous que ce ne serait pas une grosse année », a mentionné Jean-Philipe Roy, l’entraineur-chef du programme sport-études de Cardinal-Roy et recruteur pour les Brewers de Milwaukee.

Baromètre
Roy estime que Marc-Antoine Bérubé, un lanceur originaire du Bas-Saint-Laurent qui défendait les couleurs de l’ABC cet hiver, aurait pu être repêché.

« L’équipe nationale junior s’avère un bon baromètre pour le repêchage. Cette année, nous comptions seulement deux Québécois avec Team Canada : Fernandez et Guillaume Gingras, un joueur de position de Québec », précise Roy.

Autre tendinite
Paquet, membre en règle des Capitales Junior de Québec, a connu une saison en dents de scie au collège Chipola (Floride).

« Jonathan a connu des hauts et des bas et une tendinite a saboté sa fin de campagne. Il a effectué un retour pour la ronde des éliminatoires, mais les résultats ne furent pas convaincants ».

Hier soir, Paquet était le lanceur partant des Caps Junior à Trois-Rivières. Son séjour sur le monticule devait être limité à deux manches. « C’était sa première présence sur la butte qu’il est rétabli de sa blessure. »

Encore de l’espoir
Roy estime que le géant de 6’5’’ de L’Ancienne-Lorette ne doit pas faire une croix sur le baseball pro.

« Il lui reste deux ans d’admissibilité dans les rangs collégiaux. Par ailleurs, puisqu’il est joueur autonome, une organisation des majeures pourrait toujours le mettre sous contrat au cours des prochains jours.

«Comme ce fut le cas avec le voltigeur Marc Bourgeois qui a signé un contrat (avec le Colorado) au lendemain du repêchage l’an dernier.»

Cap vers le sud
Leduc estime que l’avenue des collèges américains s’avère presque inévitable pour percer dans le baseball affilié.

«Tu prends une chance en restant au Québec. Mais si tu possèdes du talent, les dépisteurs actifs dans la province viendront te voir.»

Le changement des règles (40 rondes au lieu de 50) et la mise sous contrat accéléré handicapent les baseballeurs de la Belle province.

«L’abandon du « draft and follow » n’aide pas nos joueurs qui terminent leur cours secondaire un an plus jeune que les Américains, poursuit Roy.

«Autrefois, un club pouvait surveiller un espoir repêché pendant presqu’un an avant de lui soumettre une offre de contrat. Maintenant, les gars doivent être signés avant le 13 juillet, sinon ils redeviennent autonomes», précise Roy.

Revue de presse publiée par Jacques Lanciault.

Remplis sous: Baseball et softball Mots clés:
Commentaires (0) Trackbacks (0)

Aucun commentaire pour l'instant

Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant