4
Juin/12
0

La chance sourit à Luke Carlin

Revue de presse

Marc Brassard, Le Droit, le 4 juin 2012

Luke Carlin Athlète qui s'affiche ouvertement comme chrétien, Luke Carlin n'est pas du genre à vouloir du mal à son prochain.

Le receveur originaire d'Aylmer ne se plaint cependant pas du mauvais sort qui a frappé les deux receveurs des Indians de Cleveland, ce qui lui a valu d'être rappelé de Columbus, au niveau AAA, il y a une semaine.

Photo ci-dessus : Après avoir été rappelé, Carlin a obtenu un double à sa première présence au bâton contre les White Sox de Chicago.

D'abord, le partant Carlos Santana a subi une commotion cérébrale lorsque sonné par une fausse balle qui l'a atteint en plein masque. Ensuite, son substitut Lou Marson a dû quitter la rencontre deux jours plus tard parce qu'il a été coupé à la lèvre lorsqu'atteint par un tir et que ça n'arrêtait pas de saigner, ce qui a nécessité trois points de suture.

Intervention divine? Probablement pas. Toujours est-il que Carlin a obtenu un double à sa première présence au bâton contre les White Sox de Chicago, puis il a été inséré derrière le marbre lors des trois matches suivants des Indians cette semaine, avant celui d'hier contre les Twins.

«Les blessures font partie de la game et lorsqu'elles arrivent et que ça vous ouvre une porte, un gars dans ma situation doit tenter d'en profiter. C'est ce que je tente de faire et j'étais bien parti avant d'être blanchi en quatre présences lors de deux matches consécutifs. Je me sens plus confortable en débarquant dans les majeures cette fois-ci, beaucoup moins nerveux. Je sais que je peux jouer à ce niveau-ci», m'a raconté Carlin alors qu'il profitait d'une journée de congé jeudi.

Un «gars dans sa situation», c'est un vétéran des mineures du baseball âgé de 31 ans qui est rappelé dans les majeures pour la quatrième fois de sa carrière.

Carlin a obtenu des tasses de café à San Diego en 2008, en Arizona en 2009, ainsi qu'à Cleveland en 2010, participant à un total de 52 parties. En carrière, il frappe pour une moyenne de ,179, avec ses 25 coups sûrs en 140 présences à la plaque. En guise de comparaison, il totalise 677 matches dans les mineures, avec 522 coups sûrs en 2108 apparitions au bâton (une moyenne de ,248).

Marié et père de deux petites filles âgées de 6 ans et 4 mois, l'ancien des Diamants de Québec n'a pas eu le goût d'accrocher ses crampons après une difficile campagne l'an dernier, alors qu'il n'a frappé que pour ,213 et que les Indians ne lui ont jamais fait signe.

«Ils m'ont fait signer un contrat avant même que la saison finisse, il faut croire qu'ils aiment m'avoir comme police d'assurance. J'aurais pu aller voir ailleurs comme agent libre des mineures, mais après la saison que j'avais connue, je pensais qu'il valait mieux rester dans une organisation qui m'appréciait et me connaissait. En plus, le contrat que j'ai négocié moi-même était meilleur que celui de l'année précédente», mentionne-t-il.

Ironiquement, l'appel des Indians est venu alors que les Clippers, un club qu'il a aidé à gagner le championnat de la Ligue internationale en 2010, s'amenaient à Syracuse et que des amis d'Aylmer devaient descendre le voir jouer. «Ils ont dû rebrousser chemin parce que je n'étais plus là. J'espère qu'ils pourront se reprendre plus tard cet été et venir me voir dans les majeures à la place», dit celui qui demeure en contact avec des amis de son école secondaire, Philemon Wright, ainsi qu'avec une tante et des cousins habitant toujours dans le secteur Aylmer de Gatineau.

Carlin, qui passe ses saisons mortes à Dallas, ne demanderait pas mieux que de rester à Cleveland pour encore un bout de temps, assez pour croiser l'autre receveur ayant des racines outaouaises, Russell Martin, dont la mère habite à Chelsea. Les Indians visiteront ses Yankees du 25 au 27 juin.

«Je n'ai aucune idée de ce qui m'attend et je ne pose pas trop de questions. On verra quand les deux autres receveurs seront de retour en santé, Santana est présentement sur la liste des blessés pour sept jours. On ne sait jamais, peut-être que l'autre (Marson) pourrait descendre dans les mineures à ma place, il a cinq coups sûrs depuis le début de la saison, alors que j'en ai trois en quatre jours ici. Je n'ai pas de contrôle là-dessus, alors ça ne donne rien de m'en faire», ajoutait-il.

C'est le genre d'attitude qui rendrait Crash Davis, le personnage du film Bull Durham rendu célèbre par Kevin Costner, bien fier.

Revue de presse publiée par Jacques Lanciault.

Commentaires (0) Trackbacks (0)

Aucun commentaire pour l'instant

Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant