11
Sep/11
0

L’homme de marbre des Capitales

Patrick D’Aoust

Patrick D'Aoust dispute sa quatrième saison de baseball professionnel

NDLR : Ce texte a été publié à la mi-juin 2011. Toutefois, ce n’est qu’aujourd’hui que je l’ai retrouvé sur la grande toile. Étant donné qu’il est très intéressant, je le publie maintenant sous la rubrique « Revue de presse ».

Photo ci-dessus : Patrick D'Aoust file le parfait bonheur en jouant au baseball professionnel devant les partisans de Québec.

Revue de presse

Éric Tremblay, Le Soleil de Valleyfield - 18 juin 2011

Après avoir attrapé ses premières balles au baseball mineur de Saint-Zotique, Patrick D'Aoust capte désormais les offrandes d'artilleurs professionnels. Une vie de rêve pour le receveur beaudettois qui s'aligne avec les Capitales de Québec.

«En plus de jouer au baseball professionnel, je joue à Québec devant nos fans, notre peuple. Les spectateurs veulent de l'action, ils suivent la partie avec attention. La famille et les amis peuvent facilement me suivre; juste ça vaut de l'or», mentionne Patrick D'Aoust rejoint par téléphone mercredi avant l'entraînement prévu au stade municipal en prévision du match contre les Federals de New York.

Le Beaudettois a entrepris sa quatrième saison avec les Capitales de Québec, une équipe professionnelle de la Ligue Can-Am, un circuit indépendant. Sept équipes participent au championnat et mercredi matin, les Capitales trônaient allègrement en tête du championnat. «Des journées, les lanceurs sont vraiment bons, d'autres fois ce sont des recrues ou des jeunes, donc l'affrontement peut-être inégal. Mais pour moi, c'est un calibre parfait», reconnaît D'Aoust.

Depuis qu'il s'est joint aux Capitales, il ne cesse de s'améliorer. Avant la rencontre de mercredi, sa moyenne, la cinquième meilleure de l'équipe, se situait à ,277. Ses quatre doubles et deux longues balles lui permettaient de se situer dans le haut du classement.

Mais au-delà de son coup de bâton, le Beaudettois est surtout réputé pour être un as pour diriger les lanceurs derrière le marbre. «Mon rôle est surtout de mettre les lanceurs en confiance. Le plan de match est établi avant la rencontre et on essaie de le respecter. Si le lanceur est confortable sur son monticule, il va connaître une bonne partie», indique D'Aoust.

Le receveur prend continuellement des notes sur les forces et faiblesses de tous les frappeurs de la ligue. Il doit également se souvenir du dernier affrontement contre un frappeur pour savoir comment le menotter. «Honnêtement, il n'y a aucune raison pour qu'un lanceur refuse un lancer», indique le baseballeur-mémorisateur.

L'an dernier, le receveur a aidé le personnel de lanceurs des Capitales à dominer la Ligue Can-Am à plusieurs niveaux, dont pour la moyenne collective de points mérités (4,25) et le nombre de retraits sur trois prises (673).

La présence de Pierre-Luc Laforest, un Québécois qui a évolué dans les Ligues majeures avec les Rays de Tampa Bay et les Padres de San Diego, n'est pas étranger aux succès de D'Aoust.

«N'importe quel joueur va s'améliorer à ses côtés tellement il connaît bien son baseball. Il m'apprend des choses à chaque jour, notamment sur la technique de jeu de pieds pour lancer au deuxième but. Je ne serais pas où je suis sans lui», reconnaît le # 6 des Capitales.

L'an dernier, D'Aoust a disputé 69 des 94 parties des Capitales, un sommet personnel.

La joie de la victoire
Lors des deux dernières saisons, le receveur a eu la chance de soulever le trophée du championnat devant ses partisans. Des souvenirs inoubliables pour le joueur de 25 ans. «On a gagné les deux championnats à Québec. La première fois, Éric Gagné était de la formation et c'était spécial en raison de toute l'attention médiatique. L'an dernier on l'a tellement travaillé. J'étais derrière le marbre pour le dernier match. Ce sont des sensations difficiles à décrire; sabrer le champagne et sauter dans les bras de ses coéquipiers, c'est magique. C'est pour cette raison que je m'entraîne fort tout l'hiver», explique le receveur.

On souhaite goûter à nouveau à la victoire à Québec. L'équipe trônait au sommet du circuit mercredi avec un dossier de 14-4. D'Aoust refuse de comparer l'équipe avec l'une des éditions précédentes. Pour lui, les victoires sont remportées en équipe et les Capitales ont su remporter des gains en l'absence de plusieurs joueurs importants cette saison.

Les blessés étaient de retour dans l'alignement pour la rencontre de mercredi soir au stade municipal. «Les Federals sont forts, mais nous sommes meilleurs», a exprimé sans hésitation D'Aoust.

Revue de presse publiée par Jacques Lanciault.

Commentaires (0) Trackbacks (0)

Aucun commentaire pour l'instant

Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant