4
Août/11
0

Érik Bédard: de l’enfer au paradis

Revue de presse

Danny Vear, Le Journal de Montréal, le 4 août 2011

Érik Bédard BOSTON - Érik Bédard a gagné le gros lot. Dimanche, dans une transaction de dernière minute, le lanceur gaucher de 32 ans a quitté l’uniforme des pauvres Mariners de Seattle pour se retrouver dans l’uniforme des puissants Red Sox de Boston.

Du coup, il a quitté une formation qui se battait pour la dernière place dans l’Ouest pour une des meilleures équipes de la Ligue américaine.

Photo ci-dessus : Érik Bédard lancera dans son stade préféré. (REUTERS)

«C’est incroyable. Je saute de la dernière à la première place en un clin d’oeil. C’est excitant. Il faut maintenant que je contribue aux succès de ma nouvelle équipe», a-t-il dit, hier, lors d’une entrevue, dans le vestiaire des Red Sox, au Fenway Park.

Après quatre saisons ardues à Seattle, l’athlète né dans la région d’Ottawa mesure toute sa chance.

«C’est une belle occasion, pour moi. J’ai une chance de me retrouver dans les séries pour la première fois de ma carrière. Les deux prochains mois risquent d’être pas mal intéressants», a-t-il dit.

Il effectuera son premier départ dans son nouvel uniforme, aujourd’hui ,au Fenway Park, dans le dernier match de la série contre les Indians de Cleveland.

Un pari
Habitué des lieux, cet ancien des Orioles affirme que le Fenway Park est son stade préféré, dans le baseball professionnel.

«C’est un stade incroyable. Tout est si intime. Les fans sont proches de vous. À mes premières saisons dans le baseball, avec les Orioles, j’ai beaucoup joué, ici, et j’ai toujours adoré», a-t-il expliqué.

Bédard sait qu’il doit maintenant répondre au vote de confiance de ses nouveaux patrons. En mettant la main sur lui, les Red Sox ont voulu combler la perte du lanceur partant Clay Buchholz, dont le nom est sur la liste des blessés pour les deux prochains mois.

Ils ont fait le pari que le gaucher franco-ontarien restera en santé et pourra les aider jusqu’à la fin de la saison.

À première vue, c’est un pari risqué.

Après deux grosses saisons avec les Orioles, Érik Bédard s’est montré fragile, pendant ses années avec les Mariners. Le partant n’a pas lancé une seule saison complète à ses cinq dernières campagnes.

Lui-même brosse un bilan plutôt négatif de son passage à Seattle.

«Je ne peux pas être satisfait. Je me suis blessé. J’ai subi trois opérations. Quand je lançais, ça se passait bien, mais je ne lançais pas souvent. J’ai connu une bonne expérience, avec les Mariners, mais j’aurais aimé en donner un peu plus», a-t-il dit.

Après avoir raté toute la saison dernière à la suite d’une opération à l’épaule gauche, il est revenu en forme, au camp d’entraînement.

Depuis le début de la saison, il a bien lancé, avec les Mariners, qui ne l’ont jamais appuyé à l’offensive. En 16 départs, le partant a obtenu une fiche de 4-7 et une moyenne de points mérités de 3,45.

Blessé au genou gauche, il a toutefois raté une partie du mois de juillet. Remis, il doit demeurer prudent. Il ne devrait pas lancer plus de 80 tirs, à sa première sortie avec les Red Sox.

« Je me sens bien. Je n’ai aucune crainte quant à ma santé », a-t-il dit.

La première fois
Bédard est impatient de se retrouver au monticule, dans l’uniforme des Red Sox. Il aborde ce premier match avec calme.

« Je vais garder la même routine. Je ne peux rien changer et me laisser emporter par l’excitation de cette première fois. Penser trop, ce n’est jamais trop bon, pour un lanceur. »

Revue de presse publiée par Jacques Lanciault.

Commentaires (0) Trackbacks (0)

Aucun commentaire pour l'instant

Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant