12
Juil/10
0

Le choc est encaissé et on travaille! – Philippe Aumont

Revue de presse

Propos de Phillippe Aumont recueillis par Éric Leblanc, RDS.CA, le 11 juillet 2010

Phillippe AumontJe n’avais pas eu la chance de vous donner des nouvelles depuis que j’ai été cédé au niveau A au début juin. La poussière est maintenant retombée et les choses vont bien parce que je me concentre à travailler sur ce qui ne fonctionnait pas dans mon jeu. En fait, on aborde la suite une étape à la fois parce qu’on ne veut pas aller trop vite.

Pour être plus précis, on met surtout l’accent sur ma mécanique comme la séparation de mes mains lors de mes lancers, mon transfert de poids pendant ma motion et je m’attarde à bien diriger mon mouvement vers le marbre. Tous ces éléments me procurent plus de chances de finir mes lancers.

Les dirigeants des Phillies ont décidé de me céder au niveau A après quelques sorties pénibles au niveau AA.

Je l’avoue, cette décision a été difficile à encaisser et j’aurais bien aimé faire connaître mon mécontentement aux entraîneurs, mais je n’ai pas eu l’occasion de le faire parce que je n’ai parlé à personne.

À bien y penser, c’est bien que les choses se soient déroulées ainsi parce que je vivais des émotions fortes et j’aurais pu parler un peu trop.

C’est évident que j’ai réfléchi à plusieurs aspects en apprenant la nouvelle dont le fait que c’était leur choix de me faire jouer au niveau AA… Par contre, tout cela appartient au passé.

Pour le moment, je n’ai pas parlé à aucun dirigeant de l’organisation des Phillies outre mes nouveaux entraîneurs et ce sont eux qui doivent m’aider dans mon développement.

Mon passage dans le AA n’a pas toujours été facile parce qu’on tentait de me faire effectuer plusieurs changements dans mes lancers. En fait, je devais souvent écouter les conseils de cinq ou six personnes différentes et chacune d’elles me suggéraient des modifications spécifiques. Je ne veux surtout pas critiquer l’organisation, mais il y a probablement eu un manque de communication.

Même si je sais comment lancer, je ne connais pas tout et on me suggérait plusieurs changements tout en oubliant le résultat. J’essayais donc de travailler sur ces aspects en oubliant le pointage, mais ce n’est pas évident quand tu lances pendant quatre manches et que tu accordes quatre points et quelques buts sur balles.

Pendant trois à quatre semaines, les entraîneurs me disaient d’essayer des choses différentes et je ne savais plus quoi faire; ça ne marchait plus du tout…

Je tiens à être clair à ce sujet, la plus grande partie du blâme me revient, c’est moi qui lance la balle, mais ça devenait compliqué d’écouter plusieurs personnes.

Une dernière sortie encourageante
Après cinq sorties en relève avec ma nouvelle équipe (les Threshers de Clearwater), j’ai effectué mon premier départ jeudi et ça s’est très bien déroulé.

En six manches de travail, j’ai amassé 13 retraits au bâton en concédant deux points mérités pour obtenir la victoire.

Bien sûr, ça fait du bien d’avoir du succès et ça m’indique que je suis sur le bon chemin. C’était une journée durant laquelle tout fonctionnait bien pour moi et j’avais un bon contrôle sur tous mes lancers. Je pouvais sentir que les joueurs adverses ne causeraient pas beaucoup de dommage. J’ai obtenu cinq retraits avec ma balle rapide et huit avec ma courbe.

Grâce au travail qu’on effectue, l’amélioration est au rendez-vous et je me sens mieux à chaque fois que je lance. D’ailleurs, les séances vidéo sont très utiles et je peux vous assurer qu’on remarque un gros changement entre mes dernières sorties et celles du début de saison. On voit facilement que je suis plus confortable.

Il s’agissait de mon premier départ au niveau A et le plan c’est de continuer dans ce rôle. J’ai commencé avec des présences en relève pour contrôler la durée de mes sorties. Les entraîneurs voulaient que je retrouve mon aplomb graduellement avec des apparitions de trois ou quatre manches.

Leur objectif était que j’obtienne du succès avant de me confier la balle pendant plusieurs manches. J’avais l’occasion de contrôler un peu plus mon rendement en relève. Maintenant, je possède mon rôle de partant et mes départs aux cinq jours en espérant que ça demeure ainsi et que je puisse aider mon équipe en lançant pendant cinq à sept manches.

J’ignore ce qui m’attend
Pour le moment, je ne sais pas si je vais compléter la saison au niveau A. Je n’ai aucune idée de ce qui m’attend d’ici la fin de la saison et je dirais même que ça n’a aucune importance présentement.

Ça ne me passe pas vraiment par la tête et je ne veux pas me préoccuper de cela.

Je suis conscient que je n’ai pas connu un bon début d’année et que je dois travailler sur plusieurs choses. Je me dis donc c’est une année d’amélioration et que je pourrai miser sur cette expérience l’année prochaine pour me concentrer à pousser un peu plus la machine.

Revue de presse publiée par Jacques Lanciault.

Commentaires (0) Trackbacks (0)

Aucun commentaire pour l'instant

Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant