29
Juin/10
0

Un autre Québécois chez les Capitales de Québec : Un rêve réalisé pour Steeve Dubé

Revue de presse

Frédéric Champagne, Le Nouvelliste, le 29 juin 2010

Steeve Dubé

(Trois-Rivières) À 36 ans, Steeve Dubé ne croyait plus avoir la chance de jouer chez les professionnels. Il songeait même à se retirer du monde du baseball lorsqu'il a reçu, jeudi, un coup de téléphone de Patrick Scalabrini, l'entraîneur des Capitales de Québec. L'équipe de la ligue Can-Am a eu besoin de ses services pour venir en renfort à sa relève amochée par les blessures.
Le lanceur droitier n'a pas eu la chance de jouer samedi, mais il a pu monter sur le monticule dimanche, alors que les Capitales affrontaient les Colonials de Pittsfield.

Photo ci-dessus : Steeve Dubé dans l'uniforme des Capitales de Québec, un rêve que le principal concerné chérissait depuis longtemps. (Photo: Le Soleil)

«Lorsque Patrick Scalabrini m'a fait signe d'aller me réchauffer, j'ai passé par toute une gamme d'émotions. Je voyais ma famille dans les gradins et j'étais fin prêt à lancer!», confiait l'artilleur de Saint-Georges-de-Champlain.

Dubé s'est amené avec un retrait en banque en sixième. Il a connu des débuts fracassants, retirant les deux premiers frappeurs à lui faire face. Ses deux premiers retraits chez les professionnels l'ont secoué, si bien qu'il a pris quelques minutes pour évacuer le stress entre la sixième et la septième manche.

«C'est comme si ces deux retraits-là avaient fait tomber toute la pression de la fin de semaine. Je n'avais jamais rien ressenti d'aussi intense que ça comme «feeling». Après la sixième, je me suis retiré pour relaxer un peu, surtout que Patrick (Scalabrini) m'avait annoncé que je serais de retour en septième», disait Dubé.

Malheureusement, les choses n'ont pas tourné en sa faveur à la septième reprise. Il a accordé deux circuits, quatre points et un but sur balles en plus d'atteindre un frappeur.

«J'ai fait une erreur sur un lancer et le frappeur me l'a fait payer. Mes coéquipiers me l'ont dit, chez les pros tu ne peux pas faire des erreurs, tu n'as pas le droit», a mentionné le releveur.

Expérience inoubliable
Malgré une septième manche en dents de scie, Steeve Dubé affirme qu'il n'oubliera jamais ce week-end. «J'ai profité pleinement de mon expérience. Les joueurs et l'entraîneur m'ont très bien accueilli. J'ai même signé des autographes comme jamais dans ma vie, c'était vraiment touchant et agréable.»

Dubé estime que sa performance n'a pas laissé les dirigeants de glace, eux qui lui ont dit qu'ils n'hésiteraient pas à le rappeler si jamais l'occasion se présentait de nouveau.

Le joueur du Vertdure est fier de ce qu'il vient d'accomplir. Il reconnaît la chance qu'il a eue, même si les Capitales n'ont pas remporté le match.

«Même si on a perdu, je n'ai pas le droit d'être déçu. J'ai signé mon premier contrat professionnel et j'ai lancé dans la grande ligue pour la première fois de ma vie à 36 ans. Je suis allé au bout de mes rêves et j'ai donné tout ce que j'avais», a raconté Steeve Dubé.

L'artilleur droitier pourra même conserver un souvenir impérissable de cette expérience puisque l'équipe a accepté qu'il conserve l'uniforme qu'il a fièrement endossé pendant la fin de semaine.

Revue de presse publiée par Jacques Lanciault.

Commentaires (0) Trackbacks (0)

Aucun commentaire pour l'instant

Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant