28
Sep/00
0

Un arbitre de baseball québécois aux Jeux olympiques

NDLR — Robert Bellerose, le premier Québécois arbitre de baseball invité à officier aux Jeux olympiques, nous fait parvenir, pratiquement tous les jours, quelques nouvelles directement de la 27e édition des Jeux olympiques d’été, ceux de Sydney en Australie. J’ai le plaisir de relayer ses missives, des commentaires d’un de ses meilleurs officiels de baseball au pays. Voici son seizième et dernier courriel!

Les Québécois dans le baseball de haut niveau

Texte de Robert Bellerose

Robert Bellerose Sydney, jeudi le 28 septembre 2000

Bonjour,

Voilà, c'est terminé. Hier, j'ai fait mon match au troisième, le match pour la médaille de bronze. Ce fut un match de lanceurs. Seulement quelques coups sûrs. Très peu de coureurs sur les buts, donc, aucune décision à rendre au troisième sauf quelques "check swings" (3 ou 4).

Le soir, comme tous les autres soirs, j'ai assisté au match de la finale pour la médaille d’or dans la loge corporative de l'IBAF. Comme à chaque jour, des sièges nous étaient réservés. Il y avait Henry Kessinger (l’ancien secrétaire d'État américain) à quelque six ou sept sièges de moi. Inutile de vous dire que la sécurité était là aussi.

Ce matin (jeudi), les marqueuses avaient organisé une petite réception, vin mousseux et jus d'orange, et ce, dans la cour intérieure du collège. L'atmosphère était encore à la fête. L'arbitre japonais a fait rire tout le monde. Il a grimpé dans un arbre pour nous faire son imitation du koala. De temps en temps il se réveillait pour manger quelques feuilles de l'arbre!

Je rentre demain. Il ne me reste qu'à faire mes valises. Ce soir, je termine mon périple au restaurant indien avec deux des arbitres australiens. Soit dit en passant, les quatre arbitres australiens ont été des hôtes fantastiques. Avis à tous les arbitres du Québec en prévision du championnat mondial de 2002 à Sherbrooke, il va falloir leur rendre la pareille.

Je prends l'avion demain (vendredi) matin. J'arrive vendredi soir mais le trajet est long: 15 heures de vol Sydney-Los Angeles, 6 heures d'attente et 6 heures de vol Los Angeles-Montréal. Faites le compte et vous verrez que la journée de vendredi sera longue.

Ce texte constitue donc la dernière de mes chroniques. J'espère que vous pardonnerez les nombreuses fautes d'orthographe que j'ai dû faire. J'écrivais ces textes à toute vitesse souvent, entre deux portes, et je ne relisais que rarement ce que j'écrivais. Voilà, c'est ainsi que cela se termine.

Salutations à tous et à bientôt.

Bob

Remplis sous: Baseball Mots clés:
Commentaires (0) Trackbacks (0)

Aucun commentaire pour l'instant

Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant