1
Juin/14
0

Autre belle promenade dans le quartier Triana… et notre première corrida!

Textes et photos de Céline et Jacques Lanciault

Plaza de Toros de la Maestranza, Séville, Espagne

Séville, Espagne, dimanche 1er juin 2014 - Journée particulièrement tranquille quant à nos visites aujourd'hui. Normal, après dix jours à se balader dans Séville, nous avons pas mal fait le tour du propriétaire!

Donc, ce matin, nous commençons par une petite promenade tout en face de notre appartement où, sur la « plaza del Museo », des artistes locaux offrent de leurs œuvres à la vente... et il y en a de superbes!

Nous poursuivons en nous rendant, une autre fois, dans le quartier de Triana, cette fois-ci pour visiter le « Castillo San Jorge », ou du moins ce qu'il en reste... et il en reste peu. Pourtant, l'endroit a été le siège du tribunal de la Sainte Inquisition durant quelque 300 ans.

Les ruines du château sont situées à une des extrémités du pont de Triana, aussi nommé le pont Isabel II. Tout à côté du château, sur une des piles du pont, prend place la « Capilla del Carmen », une toute petite chapelle où les passants peuvent se recueillir... sans y pénétrer toutefois.

Nous poursuivons notre balade sur la rue San Jacinto, une voie piétonne fort achalandée, surtout aujourd'hui dimanche. Sur cette avenue, nous croisons la « Capilla de la Estrella », dans laquelle prend place une belle statue de la Vierge.

Finalement, un peu plus loin, nous entrons dans l'église de San Jacinto qui est ouverte, jour du Seigneur oblige. Elle est très grande et possède un dôme au-dessus du choeur.

Nous revenons tôt à l'appartement... pour nous préparer mentalement à notre soirée à la corrida! Mais rien ne pouvait vraiment nous préparer à ce que nous allions vivre!

Une corrida est à la fois un très beau spectacle - élégance des costumes des très nombreux participants, grâce et courage des toréadors et impressionnante carrure des énormes taureaux qui sont jetés en pâture aux hommes - et à la fois une véritable boucherie qui, nous semble-t-il, n'a pas sa place dans une société civilisée!

Nous présentons ci-dessous quelques-uns des clichés que nous avons réalisés. Pour ceux de la corrida, nous nous limitons à la publication de photos où l'ont peut apprécier la grâce et le courage des toréadors. Nous ne présentons aucune photo des six taureaux souffrants ou de leurs difficiles derniers moments de vie... juste avant de rendre les armes aux applaudissements de la foule!

Évidemment, des textes détaillés suivront à notre retour au pays :

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Photo ci-dessus : Un énorme taureau de plus de 470 kilogrammes fonce en direction du toréador... qui saura l'éviter y allant d'élégants mouvements de sa cape!

Remplis sous: Espagne, Voyages Mots clés: , ,
31
Mai/14
0

Séville: Metropol Parasol, monument à Christophe Colomb et mini-croisière sur le Guadalquivir

Textes et photos de Céline et Jacques Lanciault

Metropol Parasol, Séville, Espagne

Séville, Espagne, samedi 31 mai 2014 - Nous amorçons cette autre journée à Séville en nous rendant, Céline et moi, à la plaza de Toros de la Maestranza... pour acheter nos billets pour la corrida de dimanche soir! Ce sera une première expérience du genre pour nous.

Puis, nous rejoignons nos compagnons de voyage et nous nous rendons à la « plaza de la Encarnación » pour notre première visite de la journée.

Wow! Que dire d'autre? Une véritable « Tour Eiffel » moderne! Voilà, l'impression que nous avons en arrivant devant le « Metropol Parasol », un immense bâtiment, à l'architecture très curieuse, qui a été inauguré très récemment, en mars 2011!

Nous profitons de l'occasion pour grimper à son sommet, ou plutôt sur sa plate-forme supérieure, d'où nous avons une très belle vue sur la ville de Séville.

Après cette impressionnante visite, nous reprenons notre balade, vagabondant dans les petites rues de la capitale de l'Andalousie en direction des « Jardines de Murillo » et du « paseo de Catalina de Ribera » où nous souhaitons admirer le monument à Christophe Colomb.

Après notre dîner et malgré que le mercure indique 32 degrés Celsius, nous nous rendons, à pied, à la gare ferroviaire de Santa Justa pour y acheter nos billets de train pour nous rendre à Cadiz, notre prochaine destination.

En soirée, nous y allons d'une mini-croisière sur le fleuve Guadalquivir... sur un bateau qui lève l'ancre devant la Torre del Oro.

Nous présentons ci-dessous quelques-uns des clichés que nous avons réalisés. Évidemment, des textes détaillés suivront à notre retour au pays :

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Photo ci-dessus : Le Metropol parasol, que les Sévillans nomment par dérision « La gaufre volante », est une superstructure en bois, la plus grande au monde!

Remplis sous: Espagne, Voyages Mots clés: , ,
30
Mai/14
0

La « plaza de España », au jour de la San Fernando, et le superbe « Parque de Maria Luisa »!

Textes et photos de Céline et Jacques Lanciault

Parque de Maria Luisa, Séville, Espagne

Séville, Espagne, vendredi 30 mai 2014 - Deux belles visites étaient à notre programme pour aujourd'hui... la « plaza de Espana » et « Parque de Maria Luisa », deux hauts lieux du tourisme à Séville!

Notre déception fut toutefois grande lorsqu'en arrivant à la plaza de Espana, nous constatons que de très nombreux employés municipaux de Séville sont à préparer l'endroit pour un spectacle qui aura lieu en soirée dans le cadre des festivités de la San Fernando, la fête du saint patron de Séville! Qui plus est, plusieurs des 48 cubicules en azulejos dédiés à des villes espagnoles sont en restauration.

Impossible également de s'approcher de la magnifique fontaine qui décore la place centrale! Il ne nous reste plus qu'à déambuler sur le grand hémicycle de 200 mètres, entre d'un côté les travaux de restauration et de l'autre les travaux préparatoires au spectacle de la soirée.

La deuxième visite sera plus agréable! Nous vagabonderons dans le « Parque de Maria Luisa », croisant ici de superbes fleurs ou des arbres gigantesques et là des bassins d'eau accueillant de beaux oiseaux! Le parc a été construit initialement en 1893 par l'infante María Luisa, duchesse de Montpensier, mais il fut entièrement réaménagé à l'occasion de l'Exposition ibéro-américaine de 1929.

Nous nous arrêterons également au « Museo de artes y costumbres populares », qui est situé dans le pavillon mudéjar construit à l'occasion de la même exposition Ibéro-américaine.

Nous aurons la chance d'y admirer des broderies, de la céramique, des costumes, des ustensiles de travail, de l’orfèvrerie, des instruments de musique, et bien d'autres choses.

Nous présentons ci-dessous quelques-uns des clichés que nous avons réalisés. Évidemment, des textes détaillés suivront à notre retour au pays :

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Photo ci-dessus : Un des magnifiques cygnes qui prennent place dans un des bassins du « Parque de Maria Luisa »

Remplis sous: Espagne, Voyages Mots clés: , ,
29
Mai/14
0

Jerez de la Frontera : l’art équestre, le doux vin de Xerez, de beaux monuments… et les cigognes!

Textes et photos de Céline et Jacques Lanciault

Jerez de la Frontera, Espagne

Jerez de la Frontera, Espagne, jeudi 29 mai 2014 - Dernière expédition de notre séjour à Séville aujourd'hui. Pour l'occasion, nous nous rendons, en autobus, à Jerez de la Frontera, une ville située à presque 100 km de la capitale de l'Andalousie.

Jerez de la Frontera est mondialement reconnue, entre autres, pour ses chevaux de la « Real Escuela Andaluza », son école royale d'art équestre, et pour son xerez, un vin que nous appelons chez nous « le sherry », mais que nous devrions nommer le xérès!

De la gare d'autobus de Jerez, nous devons marcher 1,3 kilomètre pour arriver au centre historique de la ville. Premier arrêt, la cathédrale San Salvador, une immense église qui n'est plus utilisée pour la célébration du culte, et ce, puisqu'elle a été transformée en musée.

Au terme d'une visite plutôt décevante de la cathédrale, nous nous rendons à l'Alcazar de Jerez, situé tout près de la cathédrale. Autre déception : il est fermé jusqu'au 4 juin, sans que nous réussissions à savoir pourquoi.

C'est donc un peu déçus que nous amorçons notre promenade en direction du site de la « Real Escuela Andaluza del arte ecuestre », là où, à midi, Céline, Carole et Claude pourront assister à un grandiose spectacle des chevaux dressés. Pour ma part, asthme oblige, je me promènerai dans les petites rues avoisinantes en attente de la fin de la représentation!

C'est en écoutant mes compagnons de voyage me raconter la splendeur du spectacle auquel ils ont assisté que nous nous rendons dans les locaux de la firme « Sandeman », pour une visite guidée de leurs caves... et, évidemment, pour une dégustation de leurs différents types de vin de xérès!

Il est plus de 15 heures, encore tout émoustillés par les effluves du xérès, lorsque nous quittons les locaux de la Bodega Sandeman... pour nous trouver un petit resto pour prendre une bouchée!

Le dîner, qui est agréable sous le chaud soleil de Jerez, nous revigore et nous permet de continuer, ou plutôt de reprendre notre promenade dans la vieille ville. La lumière, qui est radieuse à ce point du jour, et les rues désertes, les touristes ayant quitté les lieux et les locaux étant à leur sieste, nous permettent de découvrir, à notre rythme, une ville fort intéressante.

Nous présentons ci-dessous quelques-uns des clichés que nous avons réalisés. Évidemment, des textes détaillés suivront à notre retour au pays :

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Photo ci-dessus : Sur notre trajet Séville-Jerez de la Frontera, au sommet de pratiquement tous les poteaux supportant des fils électrices prend place un, et même souvent plusieurs, énorme nid de cigogne!

28
Mai/14
0

La plaza des Toros de la Maestranza, la Torre del Oro et le superbe Musée des Beaux-Arts de Séville

Textes et photos de Céline et Jacques Lanciault

Torre del Oro, Séville, Espagne

Séville, Espagne, mercredi 28 mai 2014 - Nous amorçons notre journée de visites par un tour guidé des arènes de Séville... où nous reviendrons pour assister à une corrida dimanche soir! La plaza de Toros de la Maestranza de Seville, une des rares encore en activité dans le monde, est la deuxième plus vieille plaza de Toros d'Espagne, et ce, après celle Ronda, que nous avons visitée plus tôt dans notre périple. Pas moins de 12,000 aficionados peuvent y prendre place.

Après cette courte immersion dans la culture taurine, nous nous dirigeons vers la Torre del Oro, où nous grimpons les 91 marches qui nous mènent à son sommet. La vue sur le fleuve Guadalquivir et sur les environs est fort agréable.

Tout près, nous entrons dans l'édifice de « l'Hospital de la Caridad », une institution fondée par le chevalier don Miguel de Manàra au XVIIe siècle pour soigner les indigents. L'hôpital est encore en opération. Dans la partie que nous visitons, un véritable musée, il y a une très belle église où le retable du maître-autel est tout simplement une œuvre d'art. Un retable où les artistes Murillo et Roldan ont conjugué leurs talents!

En route pour le Musée des Beaux Arts de la ville, nous croisons l'Iglésia de la Magdelena... qui malheureusement est fermée au moment de notre passage.

Nous terminons notre journée de découvertes par une longue visite du magnifique Musée des beaux arts de Séville. Il est situé dans l'ancien couvent de la Merced bâti en 1248. Le musée y prend place depuis 1841.

Nous présentons ci-dessous quelques-uns des clichés que nous avons réalisés. Évidemment, des textes détaillés suivront à notre retour au pays :

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Photo ci-dessus : Une magnifique proue de navire est exposée à l'intérieur du très petit musée de la navigation situé à l'intérieur de la Torre del Oro de Séville.

Remplis sous: Espagne, Voyages Mots clés: , ,
27
Mai/14
0

Une chapelle, un musée, un hôtel, une ancienne fabrique de tabac, etc… et un repas inoubliable

Textes et photos de Céline et Jacques Lanciault

Nuestra Señora de la Esperanza de Triana, Séville, Espagne

Séville, Espagne, mardi 27 mai 2014 - Même si nous en sommes à notre sixième journée de visites à Séville, la capitale de l'Andalousie nous réserve encore de très belles surprises.

Nous amorçons notre journée par un court retour dans le quartier de Triana. Nous nous rendons à l'église Santa Ana, elle qui fut la première cathédrale de Séville. Mais, comme c'est pratiquement toujours le cas pour les églises depuis notre arrivée à Séville, elle est fermée.

Nous rebroussons chemin et croisons la « Capilla de Los Marineros », qui, elle, est ouverte! On a donc la chance d'admirer une statue de la « Virgen de la Esperanza de Triana », une œuvre qui, malgré qu'elle soit d'un sculpteur anonyme, est pourtant une des Vierges les plus vénérées par les Sévillans, avec celle de la Macarena.

Avant de retraverser le pont de Triana, nous entrons au « Museo de Carruajes », où nous visitons une toute petite exposition de carrioles datant du temps où les véhicules automobiles n'avaient pas encore leurs lettres de noblesse! Le musée prend place dans l'édifice de l'Institut hispano-cubain de Séville.

Puis, nous retraversons le pont de Triana en direction du quartier du parque Maria Luisa, nous passons devant le palacio de San Telmo, un palais bâti en 1682 qui abrite aujourd'hui la « Junta de Andalucía », le gouvernement autonome d'Andalousie.

À un jet de pierre de ce palais se trouve le superbe « Hôtel Alfonso XIII », le plus célèbre palace de Séville, édifié pour l'Exposition ibéro-américaine de 1929.

Tout à côté prend place un des pavillons de l'Université de Séville... dans une ancienne fabrique de tabac, un immense bâtiment de 30,000 mètres carrés édifié en 1725. Une sculpture dans la pierre de l'édifice présente un Indien d'Amérique fumant le tabac.

Finalement, nous terminons nos visites par un court passage au « Casino de la Exposicion »... de 1929. où, pour l'heure, se tient une exposition temporaire sur le centenaire du parc Maria Luisa.

En soirée, nous avons fait bombance dans un restaurant servant des plats succulents et surtout des plats de toute beauté : le « Mechela Restaurante ». C'est un endroit où il faut absolument réserver, car dès l'ouverture des portes à 20h30, soir après soir, on affiche complet!

Nous présentons ci-dessous quelques-uns des clichés que nous avons réalisés. Évidemment, des textes détaillés suivront à notre retour au pays :

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Photo ci-dessus : Depuis le début de notre périple en Andalousie, nous ne comptons plus les statues de la Vierge Marie que nous avons admirées. Ce matin, nous en avons admiré une autre, cette fois-ci dans le quartier Triana où la « Nuestra Señora de la Esperanza » est vénérée dans la capilla de los Marineros. Cette statue a reçu le couronnement canonique papal en 1984.

Remplis sous: Espagne, Voyages Mots clés: , ,
26
Mai/14
0

Séville… la Macarena, les murailles, le quartier Santa Cruz et l’Alameda de Hércules!

Textes et photos de Céline et Jacques Lanciault

Basilique de la Macarena, Séville, Espagne

Séville, Espagne, lundi 26 mai 2014 - De retour à Séville aujourd'hui, nous y allons d'une belle balade qui nous mène, dans un premier temps, à la basilique de la Macarena, une église qui est en pleine festivité de son jubilé, soit ses 50 ans d'existence. Nous comptions y visiter son musée, mais, à notre grande surprise, il n'est ouvert qu'une journée par année.

Tout en face de la basilique, nous nous arrêtons pour déguster des « churros » au « Kiosco de calentitos Macarena », un endroit mythique pour déguster des churros à Séville.

Puis, après avoir admiré la très longue façade du parlement d'Andalousie, nous continuons notre balade en longeant les impressionnantes anciennes murailles de la ville, elles qui sont dans un très bon état de conservation.

Durant notre flânerie dans les rues étroites du quartier de Santa Cruz, nous croisons un petit restaurant, le « El Rinconcillo », le premier bar à tapas du pays, un établissement qui a pignon sur rue ici... depuis 1670. Malheureusement, il est beaucoup trop tôt en matinée et il n'est pas ouvert.

Finalement, nous arrivons sur la jolie « promenade de l'Alameda de Hércules », nommée ainsi en raison de deux colonnes qui décorent son entrée, une surmontée d'une statue d'Hercule, l'autre de celle de César.

Nous présentons ci-dessous quelques-uns des clichés que nous avons réalisés. Évidemment, des textes détaillés suivront à notre retour au pays :

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Photo ci-dessus : Toute la population du quartier participe aux festivités du jubilé de la basilique de la Macarena, comme en fait foi cette maison superbement décorée sise tout à côté de la basilique.

Remplis sous: Espagne, Voyages Mots clés: , ,
25
Mai/14
0

Carmona : un des joyaux méconnus de l’Andalousie!

Textes et photos de Céline et Jacques Lanciault

Iglésia San Pedro, Carmona, Espagne

Carmona, Espagne, dimanche 25 mai 2014 - Autre expédition aujourd'hui. Nous partons de la station d'autobus de San Bernardo de Séville pour nous rendre à Carmona, une toute petite ville sise à moins de 40 kilomètres de la capitale de la communauté autonome d'Andalousie, Séville.

Nous y découvrirons une cité médiévale superbe, en commençant par son Alcazar et deux de ses portes antiques, celle de Séville et celle de Cordoue.

Comme partout en Andalousie, Carmona regorge d'églises. Lors de notre passage, nous admirerons celle de San Pedro... et sa Giraldilla, celle de San Bartolome, celle de San Felipe, celle de Santa Maria et quelques autres... en plus d'un couvent, celui de Santa Clara.

Nous aurons également la chance de rêver en pénétrant dans le « Parador » de la ville! Soulignons que les « Paradores » sont des hôtels de luxe fondés par le roi Alphonse XIII en 1928 pour promouvoir le tourisme en Espagne! Généralement, ils prennent place dans des châteaux, des forteresses, des couvents, des monastères et d'autres édifices historiques.

Finalement, nous terminerons notre journée en visitant la nécropole romaine de Carmona, un des vestiges, avec la porte de Séville et l'amphithéâtre romain, de la période romaine glorieuse de cette cité.

Nous présentons ci-dessous quelques-uns des clichés que nous avons réalisés. Évidemment, des textes détaillés suivront à notre retour au pays :

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Photo ci-dessus : Vue de l'Iglésia de San Pedro de Carmona, une église du XVe siècle, du haut des fortifications de la ville... où nous accédons par l'Alcazar!

Remplis sous: Espagne, Voyages Mots clés: , ,
24
Mai/14
0

Le Musée de la navigation, pour en terminer avec la Cartuja, et une 1re incursion dans le quartier Triana

Textes et photos de Céline et Jacques Lanciault

Séville, Espagne

Séville, Espagne, samedi 24 mai 2014 - Comme pratiquement tous les jours depuis que nous sommes en Andalousie, le ciel du matin est entièrement dépourvu de nuages, il est d'un bleu céruléen! Parfois, quelques nuages apparaissent en après-midi, mais personne ou presque ne les voit, car les rues se vident de pratiquement toute présence humaine à compter de 14 heures... La raison : la sieste, qui ici n'est vraiment pas un mythe!

Au terme de notre visite du « Monastario de la Cartuja de Santa Maria de las Cuevas », nous continuons notre expédition sur l'île de la Cartuja pour nous rendre au « Pabellon de la Navegacion », en fait un musée maritime ultra-moderne, puisque'ouvert il y a peu, en 2012.

Par la suite, nous marchons jusqu'au pont Isabelle II, un pont aussi appelé le « Puente de Triana », car il donne accès au quartier du même nom.

Nous présentons ci-dessous quelques-uns des clichés que nous avons réalisés. Évidemment, des textes détaillés suivront à notre retour au pays :

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Photo ci-dessus : Une journée nuageuse à Séville!

Remplis sous: Espagne, Voyages Mots clés: , ,
24
Mai/14
0

Séville : l’île de la Cartuja et son ancien monastère… utilisé à toutes les sauces au fil du temps!

Textes et photos de Céline et Jacques Lanciault

Anciens fours de la fabrique de céramiques de Charles Pickman, Séville, Espagne

Séville, Espagne, samedi 24 mai 2014 - Autant nos visites ont été décevantes hier, autant Séville nous réservait de belles surprises aujourd'hui.

Tout d'abord, nous y allons d'une longue marche de quelque 2,5 kilomètres sur les berges magnifiquement aménagées du fleuve Guadalquivir, nous rendant jusqu'au pont de la Barqueta, que nous traversons pour arriver sur l'île de la Cartuja, le site de l'Exposition universelle de 1992. Toutefois, notons que la Cartuja n'est pas vraiment une île, c'est en fait une presqu'île qui a pris le nom d'île lors de l'Exposition de 1992.

Sur la Cartuja, nous nous rendons dans un premier temps au « Monestario de la Cartuja de Santa Maria de las Cuevas », un ancien monastère aujourd'hui transformé en musée, le « Centro Andaluz de Arte Contemporaneo »! Soulignons également que le site a abrité, par le passé, les anciens fours de la fabrique de céramiques de Charles Pickman. Des fours d'ailleurs qui sont encore sur place et qui sont très impressionnants!

Nous présentons ci-dessous quelques-uns des clichés que nous avons réalisés. Évidemment, des textes détaillés suivront à notre retour au pays :

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Photo ci-dessus : Les anciens fours de la fabrique de céramiques de Charles Pickman sont dans un superbe état de conservation.

Remplis sous: Espagne, Voyages Mots clés: , ,