11
Juin/19
0

Saint-Jérôme : beaux édifices, parcs verdoyants, rivière tumultueuse, grande place et cathédrale!

Texte, recherches et photos de Jacques Lanciault

Hôtel de ville de Saint-Jérôme, Québec

Mirabel, Québec, 22 mai 2019 – Étant maintenant Mirabellois et Mirabelloise depuis presque une année, nous avons profité d’une des premières belles journées du printemps pour partir à la découverte de la plus grande ville des Laurentides, Saint-Jérôme!

Pour notre première balade dans cette cité que certains nomment la « capitale des Laurentides », nous nous sommes rendus au centre-ville.

Wow! Nous y avons admiré de nombreux édifices patrimoniaux, dont entre autres l’Hôtel de Ville, construit en 1874, nous avons marché dans un très beau parc, le parc Labelle, situé tout en face de l’impressionnante cathédrale de Saint-Jérôme, un édifice datant de la fin du XIXe siècle.

Notre balade nous a également menés sur une promenade longeant la rivière du Nord, une rivière dont le courant au moment de notre visite était impétueux. Finalement, nous terminons notre périple sur la place de l’ancienne gare du Canadien Pacifique, elle qui a subi une cure de rajeunissement récemment. L’endroit est fort agréable, en plus d’être le point de départ de la piste linéaire du « P’Tit Train du Nord »!

Vraiment, une belle promenade!

Photo ci-dessus : L’ancien hôtel de ville de Saint-Jérôme, construit en 1874, est un bâtiment d’inspiration néoclassique. L’édifice en brique rouge de plan rectangulaire est coiffé d’un toit à croupes surmonté d’un lanternon.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
10
Juin/19
0

Le nouveau sport de Félix… l’Ultimate Frisbee!

Texte et photo de Jacques Lanciault

Ultimate Frisbee, Ottawa, Ontario

Ottawa, Ontario, le 9 juin 2019 - Ce week-end, nous nous sommes rendus à Ottawa pour assister à deux matchs de l'équipe d'Ultimate Frisbee de notre petit fils Félix. Un tout nouveau sport pour nous, un sport qui donne lieu à du jeu enlevant et souvent spectaculaire.

Étant donné que nous ne connaissions rien à ce sport, nous avons posé de nombreuses questions aux parents assistant à la rencontre.

Premièrement, mentionnons que Félix ne s'adonne à l'ultimate frisbee, ou tout simplement à l'Ultimate, que depuis quelques mois, donc même lui en apprend quotidiennement sur son nouveau sport.

Le jeu est somme toute assez simple. Deux équipes de sept joueurs s'affrontent sur un terrain s'assimilant à un terrain de football, sans les poteaux des buts toutefois.

L'objectif de chaque équipe est de marquer des points en amenant le disque, le frisbee, dans la zone des buts de l'autre équipe, et ce, en progressant sur le terrain par des passes successives.

Lorsque le disque est attrapé par un joueur, celui-ci s'arrête et tente de le passer à un de ses coéquipiers. Il a dix secondes pour le faire, le joueur adverse le couvrant ayant la responsabilité d'y aller du décompte à haute voix.

Ce qui nous frappe au premier abord… est l'absence d'arbitre. En effet, ce sport se pratique sans arbitre, chacun des joueurs ayant la responsabilité de veiller au respect des règles concernant les fautes et les lignes délimitant le terrain!

C'est également un sport sans contact, et lors de collisions accidentelles, les joueurs se relèvent et s'excusent en se serrant la main.

Par ailleurs, sans savoir si c'est une habitude ou une exception, au terme de chacune des rencontres à Ottawa les joueurs des deux équipes ont fraternisé en y allant de jeux collectifs durant une bonne dizaine de minutes!

J'ai profité des rencontres pour réaliser quelques photos… les voici.

Photo ci-dessus : Félix sur le point d'attraper le disque!

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
9
Juin/19
0

Un musée exceptionnel : la National Gallery of Art de Washington (4e partie)

Textes et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 9e d’une série de reportages relatifs à notre exploration de la ville de Washington, la capitale américaine, un beau périple de douze jours réalisé au printemps 2019!

The National Gallery of Art, Washington D.C., États-Unis

Washington D.C., États-Unis, mardi 26 mars 2019 - La National Gallery of Art de Washington a ouvert ses portes en 1941. Par rapport aux autres grands musées du monde, c’est une jeune institution… Mais en quelques 78 ans d’existence, le musée a réuni une des plus importantes collections de chefs d’œuvres d’artistes européens et américains au monde!

Lors de son ouverture, 126 toiles et 26 sculptures constituaient la collection… Aujourd’hui, elle en compte plus de 140 000 œuvres!

Le musée est immense. Il compte deux très grands bâtiments reliés par une magnifique galerie souterraine. De plus, un parc attenant au musée a été aménagé en jardin de sculptures!

Nous nous y sommes régalés pendant de très nombreuses heures, y allant d’une journée de visite pour le bâtiment Ouest, d’une autre journée pour le bâtiment Est, tout en passant également quelques heures dans le jardin des sculptures, et ce, tout à fait gratuitement, car l’entrée à la National Gallery of Art de Washington est libre… comme dans presque tous les musées de la capitale américaine!

Nous vous présentons ici le compte-rendu et les photos de notre deuxième journée de visite à Washington.

Photo ci-dessus : Une « Pietà » faite de terre cuite émaillée, une œuvre de 1510 du sculpteur et céramiste italien Giovanni Della Robbia (1469-1529).

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
7
Juin/19
0

Un musée exceptionnel : la National Gallery of Art de Washington (3e partie)

Textes et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 8e d’une série de reportages relatifs à notre exploration de la ville de Washington, la capitale américaine, un beau périple de douze jours réalisé au printemps 2019!

The National Gallery of Art, Washington D.C., États-Unis

Washington D.C., États-Unis, mardi 26 mars 2019 - La National Gallery of Art de Washington a ouvert ses portes en 1941. Par rapport aux autres grands musées du monde, c’est une jeune institution… Mais en quelques 78 ans d’existence, le musée a réuni une des plus importantes collections de chefs d’œuvres d’artistes européens et américains au monde!

Lors de son ouverture, 126 toiles et 26 sculptures constituaient la collection… Aujourd’hui, elle en compte plus de 140 000 œuvres!

Le musée est immense. Il compte deux très grands bâtiments reliés par une magnifique galerie souterraine. De plus, un parc attenant au musée a été aménagé en jardin de sculptures!

Nous nous y sommes régalés pendant de très nombreuses heures, y allant d’une journée de visite pour le bâtiment Ouest, d’une autre journée pour le bâtiment Est, tout en passant également quelques heures dans le jardin des sculptures, et ce, tout à fait gratuitement, car l’entrée à la National Gallery of Art de Washington est libre… comme dans presque tous les musées de la capitale américaine!

Nous vous présentons ici le compte-rendu et les photos de notre deuxième journée de visite à Washington.

Photo ci-dessus : Magnifique portrait de « Mrs Davies Davenport » réalisé entre 1782 et 1784 par l'artiste-peintre britannique George Romney (1734-1802).

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
6
Juin/19
0

Un musée exceptionnel : la National Gallery of Art de Washington (2e partie)

Textes et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 7e d’une série de reportages relatifs à notre exploration de la ville de Washington, la capitale américaine, un beau périple de douze jours réalisé au printemps 2019!

The National Gallery of Art, Washington D.C., États-Unis

Washington D.C., États-Unis, mardi 26 mars 2019 - La National Gallery of Art de Washington a ouvert ses portes en 1941. Par rapport aux autres grands musées du monde, c’est une jeune institution… Mais en quelques 78 ans d’existence, le musée a réuni une des plus importantes collections de chefs d’œuvres d’artistes européens et américains au monde!

Lors de son ouverture, 126 toiles et 26 sculptures constituaient la collection… Aujourd’hui, elle en compte plus de 140 000 œuvres!

Le musée est immense. Il compte deux très grands bâtiments reliés par une magnifique galerie souterraine. De plus, un parc attenant au musée a été aménagé en jardin de sculptures!

Nous nous y sommes régalés pendant de très nombreuses heures, y allant d’une journée de visite pour le bâtiment Ouest, d’une autre journée pour le bâtiment Est, tout en passant également quelques heures dans le jardin des sculptures, et ce, tout à fait gratuitement, car l’entrée à la National Gallery of Art de Washington est libre… comme dans presque tous les musées de la capitale américaine!

Nous vous présentons ici le compte-rendu et les photos de notre deuxième journée de visite à Washington.

Photo ci-dessus : Un mémorial à la mémoire de Robert Gould Shaw prend place dans une des salles de la National Gallery of Art de Washington. Une œuvre datant de 1900 réalisée par l’artiste Augustus Saint-Gaudens (1848-1907).

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
2
Juin/19
0

Art public – « Donner c’est recevoir, recevoir c’est donner » (Kevin Ledo)

Texte, recherches et photos de Jacques Lanciault

Au fil de nos voyages, nous avons admiré très souvent des œuvres d’art dans les rues, sur les murs, devant les édifices, dans les parcs, etc.! Curieusement lorsque nous sommes chez nous, au Québec, nous prêtons moins attention et souvent ne les remarquons pas. Pourtant, l’art public est en pleine effervescence au pays!

Au cours des prochains jours, des prochaines semaines, voire des prochains mois, nous partagerons avec vous ces œuvres de chez nous que nous avons découvertes au fil de nos déplacements! Voici le 170e de notre série de reportages sur nos trouvailles…

Donner c’est recevoir, recevoir c’est donner, Kevin Ledo, Saint-Jérôme, Québec

Mirabel, Québec, 2 juin 2019 – La « Place des festivités » de Saint-Jérôme, située entre la Vieille-Gare de la ville et le Théâtre Gilles-Vigneault, affiche quelques belles murales. Déjà nous avons parlé de l’œuvre de l’artiste montréalais Benny Wilding inspirée du « Train du Nord », maintenant nous admirons celle de Kevin Ledo…

La murale, toute en hauteur - elle est haute de 22 pieds et large de 16 -, est titrée en anglais To Give is to Receive, To Receive is to Give, ce qui peut se traduire par « Donner c’est recevoir, recevoir c’est donner »!

Cette œuvre d’art de rue a été réalisée en 2017, lors de la première édition du « P’tit Fest du Nord » qui s’est tenue sur la place des Festivités les 25 et 26 août 2018.

Kevin Ledo est un artiste montréalais reconnu dans le milieu du street art pour la qualité de ses portraits. Les œuvres de Kevin Ledo sont exposées et collectionnées à travers le monde. Ses installations de feuilles d’or ainsi que ses installations artistiques ornent les murs de plusieurs établissements à travers les Amériques ainsi que certaines parties de l’Asie.

Il est, entre autres, l’auteur de l’immense murale de Leonard Cohen que l’ont peut admirée de la rue Napoléon à Montréal sur le mur d’un grand édifice… ou encore sur notre page : Art public – « Leonard Cohen » (Kevin Ledo).

Photo ci-dessus : Deux mains prêtes à offrir… une magnifique murale qui décore admirablement bien un mur de la « Place des festivités » de la ville de Saint-Jérôme.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
1
Juin/19
0

Un musée exceptionnel : la National Gallery of Art de Washington (1re partie)

Textes et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 6e d’une série de reportages relatifs à notre exploration de la ville de Washington, la capitale américaine, un beau périple de douze jours réalisé au printemps 2019!

National Gallery of Art, Washington D. C, États-Unis

Washington D.C., États-Unis, mardi 26 mars 2019 - La National Gallery of Art de Washington a ouvert ses portes en 1941. Par rapport aux autres grands musées du monde, c’est une jeune institution… Mais en quelque 78 ans d’existence, le musée a réuni une des plus importantes collections de chefs d’œuvres d’artistes européens et américains au monde!

Lors de son ouverture, 126 toiles et 26 sculptures constituaient la collection… Aujourd’hui, elle est riche de plus de 140 000 œuvres!

Le musée est immense. Il compte deux très grands bâtiments reliés par une magnifique galerie souterraine. De plus, un parc attenant au musée a été aménagé en jardin de sculptures!

Nous nous y sommes régalés pendant de très nombreuses heures, y allant d’une journée de visite pour le bâtiment Ouest, d’une autre journée pour le bâtiment Est, tout en passant également quelques heures dans le jardin des sculptures, et ce, tout à fait gratuitement, car l’entrée à la National Gallery of Art de Washington est libre… comme dans presque tous les musées de la capitale américaine!

Nous vous présentons ici le compte-rendu et les photos de notre deuxième journée de visite à Washington.

Photo ci-dessus : « Diana et un chien », une magnifique sculpture en bronze de l’artiste américain Paul Manship (1885-1966) réalisée en 1925.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
30
Mai/19
0

Art public – « Le p’tit train du Nord et le cinéma Rex » (Benny Wilding)

Texte, recherches et photos de Jacques Lanciault

Au fil de nos voyages, nous avons admiré très souvent des œuvres d’art dans les rues, sur les murs, devant les édifices, dans les parcs, etc.! Curieusement lorsque nous sommes chez nous, au Québec, nous prêtons moins attention et souvent ne les remarquons pas. Pourtant, l’art public est en pleine effervescence au pays!

Au cours des prochains jours, des prochaines semaines, voire des prochains mois, nous partagerons avec vous ces œuvres de chez nous que nous avons découvertes au fil de nos déplacements! Voici le 169e de notre série de reportages sur nos trouvailles…

Le p’tit train du Nord et le cinéma Rex, Benny Wilding, Saint-Jérôme, Québec

Mirabel, Québec, 30 mai 2019 – Toujours lors de notre belle promenade dans le centre-ville historique de Saint-Jérôme, nous avons découvert la « Place des festivités », elle qui est située entre la Vieille-Gare de Saint-Jérôme et le Théâtre Gilles-Vigneault.

La place est impressionnante par sa grandeur, par les bâtiments magnifiquement restaurés qui s’y trouvent et par les œuvres d’art que l’on peut y admirer, entre autres des murales, dont une réalisée par l’artiste montréalais Benny Wilding en 2018.

« L’œuvre non titrée est largement inspirée du “Train du Nord” et possiblement du cinéma Rex », peut-on lire sur le site Internet de la ville de Saint-Jérôme.

La murale de grande envergure a été réalisée dans le cadre de la deuxième édition du « P’tit fest du Nord », un événement artistique original qui s’est tenu les 14 et 15 septembre 2018. « Le P’tit fest du Nord » est un rassemblement culturel de musique et d’art qui est proposé gratuitement au public. L’événement se tient sur la Place des festivités de Saint-Jérôme

Lors de ce festival, le public a pu assister, en direct, à la création de l’œuvre murale de Benny Wilding. 

Une recherche sur Internet nous apprend ceci de l’artiste : « C’est à New York que Benny Wilding découvre l’art de rue graffiti à l’âge de 12 ans, au milieu des années 90. Fortement impressionné par tous les murs peints à l’aérosol qui sillonnent cette ville qui ne dort jamais, il revient à Montréal avec le désir de s’illustrer dans cette nouvelle culture du graffiti. Après avoir réalisé pendant quinze ans des graffitis, il s’aventure dorénavant dans la réalisation de grandes murales.

Le travail de Benny Wilding s’apparente au pop art américain, unissant des références à la bande dessinée, à la publicité et au lettrage commercial. La murale ou le tableau est construit par contrastes et associations surprenantes. »

Photo ci-dessus : La grande murale réalisée par l’artiste montréalais Benny Wilding donne de belles couleurs à la « Place des festivités » de la ville de Saint-Jérôme.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
29
Mai/19
0

Washington… en se dirigeant vers les mémoriaux de l’Esplanade nationale! (4e partie)

Textes et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 5e d’une série de reportages relatifs à notre exploration de la ville de Washington, la capitale américaine, un beau périple de douze jours réalisé au printemps 2019!

World War II Memorial, Washington D.C., États-Unis

Washington D.C., États-Unis, lundi 25 mars 2019 - Voilà, nous sommes bien installés à Alexandria… une petite ville tranquille sise à un jet de pierre de la capitale américaine, Washington D.C., elle dont nous partons à la découverte aujourd’hui!

Pour notre première journée de visite, nous prenons la direction de The Mall’s Memorials, une locution anglaise qui peut se traduire en français par « L’Esplanade nationale ». Il s’agit d’un très grand parc du centre-ville de Washington bordé de monuments et de mémoriaux, tous plus impressionnants les uns que les autres.

Nous y admirerons les mémoriaux d’Abraham Lincoln, des vétérans de la guerre de Corée, de Franklin Delano Roosevelt, de Martin Luther King, de la Deuxième Guerre mondiale et de la Guerre du Vietnam, sans oublier évidemment le monument à George Washington!

Photo ci-dessus : Le mémorial de la Deuxième Guerre mondiale est composé de 56 piliers et de deux petits arcs de triomphe entourant une place où deux très belles fontaines agrémentent les lieux.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
28
Mai/19
0

Art public – « Détente » (Rouks One)

Texte, recherches et photos de Jacques Lanciault

Au fil de nos voyages, nous avons admiré très souvent des œuvres d’art dans les rues, sur les murs, devant les édifices, dans les parcs, etc.! Curieusement lorsque nous sommes chez nous, au Québec, nous prêtons moins attention et souvent ne les remarquons pas. Pourtant, l’art public est en pleine effervescence au pays!

Au cours des prochains jours, des prochaines semaines, voire des prochains mois, nous partagerons avec vous ces œuvres de chez nous que nous avons découvertes au fil de nos déplacements! Voici le 168e de notre série de reportages sur nos trouvailles…

Détente, Rouks One, Saint-Jérôme, Québec

Mirabel, Québec, 28 mai 2019 – Comme mentionné dans notre dernier texte, nous avons profité d’une belle journée de printemps pour y aller d’une belle promenade dans le centre-ville historique de Saint-Jérôme. L’endroit compte plusieurs œuvres d’art, dont de magnifiques murales peintes sur un assemblage de conteneurs!

L’œuvre, d’une grande douceur, peut être admirée à l’angle des rues Labelle et Castonguay, à deux pas de l’entrée de la « Promenade de la rivière du Nord », sur un terrain où la ville de Saint-Jérôme envisage aménager, un jour, un « Jardin des Arts ». Mais pour l’heure, seuls les conteneurs peints dominent les lieux.

Les murales ont été réalisées par l’artiste Rouks One, et ce, sous la coupe du collectif d’artistes « A'shop », dont plusieurs des murales ont déjà agrémenté nos pages.

Rouks, un artiste originaire de Saint-Jérôme habitant aujourd’hui Mirabel, a terminé ses murales, entièrement réalisées avec des canettes de peinture en aérosol, au cours de l’automne 2018. Elles ont été inaugurées le 28 septembre 2018

Du côté de l’entrée de la « Promenade de la rivière du Nord », la murale présente un musicien, tandis que du côté de la rue Labelle on y trouve une lectrice et un lion couché dans l’herbe.

L’ensemble n’est pas titré… Du coup nous l’avons baptisé « Détente », car c’est bien l’état d’âme que l’œuvre nous inspire.

Photo ci-dessus : Dans un bel espace de verdure à l’angle des rues Labelle et Castonguay à Saint-Jérôme se dresse un assemblage de conteneurs peint de scènes de « Détente ».

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés: