16
Jan/21
0

Le superbe monument à Colomb des jardins de Murillo et une mini-croisière sur le Guadalquivir

Texte, recherches et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 82e d’une longue série de reportages relatifs à une étourdissante odyssée en Andalousie et en Algarve, un voyage à quatre que nous avons terminé à Lisbonne au Portugal au printemps 2014

Monumento a Colón, Séville, Andalousie, Espagne

Séville, Espagne, samedi 31 mai 2014 - Au terme de notre impressionnante première visite de la journée, notre promenade sur le toit du Metropol Parasol, nous poursuivons notre balade dans les petites calle de Séville, passant de place en place!

Et nous arrivons sur le Paseo de Catalina de Ribera, lui qui doit nous mener aux magnifiques Jardines de Murillo où nous pourrons admirer entre autres un étonnant monument érigé en l’honneur de Christophe Colomb.

Puis, après notre dîner, et malgré un mercure indiquant 32 degrés Celsius, nous nous rendons, à pied, à la gare ferroviaire de Santa Justa pour y acheter nos billets de train pour nous rendre à Cadiz, notre prochaine destination.

En soirée, nous y allons d’une mini-croisière sur le fleuve Guadalquivir… sur un bateau qui lève l’ancre devant la Torre del Oro.

Photo ci-dessus : Le monument à Christophe Colomb est impressionnant. Il est formé d’une base supportant deux imposantes et hautes colonnes en pierre au sommet desquelles trône un lion, alors qu’au milieu, les deux colonnes sont reliées par une caravelle, une réplique d’un des bateaux à bord duquel Colomb s’est amené en Amérique!

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
14
Jan/21
0

L’impressionnant Metropol Parasol et promenade de place en place dans Séville!

Texte, recherches et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 81e d’une longue série de reportages relatifs à une étourdissante odyssée en Andalousie et en Algarve, un voyage à quatre que nous avons terminé à Lisbonne au Portugal au printemps 2014

Metropol Parasol, Séville, Andalousie, Espagne

Séville, Espagne, samedi 31 mai 2014 - Pour notre première visite de la journée aujourd’hui, nous nous rendons à la plaza de la Encarnación où prend place un très curieux bâtiment, le Metropol Parasol!

Cette immense structure de bois haute de 28 mètres a été inaugurée en 2011! Sa longue passerelle soutenue par six piliers s’étire sur quelque 150 mètres. Son nom officiel, Metropol Parasol cède aujourd’hui place à Setas de la Encarnación ou encore Setas de Sevilla, ce qui signifie « Champignons de la Encarnación », ou encore « Champignons de Séville ».

Nous profitons de l’occasion pour grimper à son sommet, ou plutôt sur sa plate-forme supérieure, d’où nous avons une très belle vue sur la ville de Séville.

Par la suite, nous filons de place en place jusqu’aux magnifiques Jardines de Murillo.

Photo ci-dessus : Une vue impressionnante sur l’ensemble du « Metropol Parasol ».

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
12
Jan/21
0

Séville : balade dans le parc de María Luisa et visite du Musée des arts et des traditions populaires

Texte, recherches et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 80e d’une longue série de reportages relatifs à une étourdissante odyssée en Andalousie et en Algarve, un voyage à quatre que nous avons terminé à Lisbonne au Portugal au printemps 2014

Parque de María Luisa, Séville, Andalousie, Espagne

Séville, Espagne, vendredi 30 mai 2014 - Si notre première visite du jour aura été décevante en raison du travail des employés municipaux de Séville à préparer la Plaza de España pour un spectacle en soirée, notre longue promenade dans le Parque de María Luisa aura certes comblé nos attentes… de touristes!

Nous en profitons pour vagabonder dans ce grand, même très grand parc, croisant ici de superbes fleurs ou des arbres gigantesques, là des bassins d’eau accueillant de beaux oiseaux et ailleurs de belles places décorées de monuments!

Le parc a été construit initialement en 1893 par l’infante María Luisa, duchesse de Montpensier, mais il fut entièrement réaménagé à l’occasion de l’Exposition ibéro-américaine de 1929 par le paysagiste français Jean Claude Nicolas Forestier (1861-1930).

En cours de balade, nous nous arrêtons au Museo de artes y costumbres populares, situé dans le parc, plus précisément dans le pavillon mudéjar… lui aussi construit à l’occasion de l’exposition Ibéro-américaine.

Nous aurons la chance d’y admirer des broderies, de la céramique, des costumes, des ustensiles de travail, de l’orfèvrerie, des instruments de musique, et bien d’autres choses.

Photo ci-dessus : La « Plaza de América » du « Parque de María Luisa » est connue des locaux comme « la plaza de las palomas », la « place des pigeons ». Des centaines de pigeons y voltigent et s’y promènent. En 1964, cette superbe statue de jeune femme assise devant une assiette a été placée à cet endroit. Elle est en céramique émaillée, une réalisation de l’artiste Juan Ramón Lafita Seva… Mais, il s’agit d’une copie, puisque l’originale a été à de nombreuses occasions victime de vandalisme.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
10
Jan/21
0

La superbe Plaza de España… de Séville!

Texte, recherches et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 79e d’une longue série de reportages relatifs à une étourdissante odyssée en Andalousie et en Algarve, un voyage à quatre que nous avons terminé à Lisbonne au Portugal au printemps 2014

Plaza de Espana, Séville, Andalousie, Espagne

Séville, Espagne, vendredi 30 mai 2014 - Deux belles visites étaient au programme de la 32e journée de notre périple en Andalousie : la Plaza de España et le Parque de María Luisa, deux hauts lieux du tourisme à Séville!

Notre déception fut toutefois grande lorsqu’en arrivant à la Plaza de España, nous constatons que de très nombreux employés municipaux de Séville étaient à préparer l’endroit pour un spectacle qui aura lieu en soirée dans le cadre des festivités de la San Fernando, la fête du saint patron de Séville!

Et qui plus est, plusieurs des 48 cubicules en azulejos dédiés aux provinces espagnoles sont en restauration.

Impossible également de s’approcher de la magnifique fontaine qui décore la place centrale… qui de toute façon est à l’arrêt! Il ne nous reste plus qu’à déambuler sur le grand hémicycle de 200 mètres, entre d’un côté les travaux de restauration et de l’autre les travaux préparatoires au spectacle de la soirée.

Allons-y donc quand même de notre redécouverte de la Plaza de España!

Photo ci-dessus : Céline pose sur un des petits ponts décorés de céramique d’azulejos de la « Plaza de España », un lieu mythique que nous avions découvert lors de notre voyage en Espagne en 2005, avec un groupe de « Voyages Lambert ».

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
8
Jan/21
0

Jerez de la Frontera : de beaux palais, des monuments impressionnants et des cigognes!

Texte, recherches et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 78e d’une longue série de reportages relatifs à une étourdissante odyssée en Andalousie et en Algarve, un voyage à quatre que nous avons terminé à Lisbonne au Portugal au printemps 2014

Cigognes, Jerez de la Frontera, Andalousie, Espagne

Jerez de la Frontera - Séville, Espagne, jeudi 29 mai 2014 — Notre matinée à Jerez de la Frontera nous a permis de découvrir une belle cathédrale, d’assister à un superbe spectacle d’art équestre et à déguster la spécialité locale, le xérès!

Il est plus de 15 heures lorsque nous sortons de la Bodega Sandeman, nous mettant à la recherche d’un restaurant… encore tout émoustillés par les effluves du xérès.

Le dîner est agréable sous le chaud soleil de Jerez. Il nous revigore et nous permet de reprendre notre promenade dans la vieille ville.

La lumière, radieuse à ce point du jour, et les rues désertes, les touristes ayant quitté les lieux et les locaux étant à leur sieste, nous permettent de découvrir, à notre rythme, cette ville fort riche en superbes bâtisses et en monuments impressionnants.

Photo ci-dessus : Une famille de cigognes s’est installée au sommet du clocher de cette église! Papa cigogne revient au nid avec un peu de nourriture, tandis que maman cigogne, elle, monte la garde!

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
4
Jan/21
0

Jerez de la Frontera : spectacle d’art équestre fascinant et dégustation de vin de xérès!

Texte, recherches et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 77e d’une longue série de reportages relatifs à une étourdissante odyssée en Andalousie et en Algarve, un voyage à quatre que nous avons terminé à Lisbonne au Portugal au printemps 2014

Monumento al Enganche, Plaza del Mamelón, Jerez de la Frontera, Andalousie, Espagne

Séville-Jerez de la Frontera, Espagne, jeudi 29 mai 2014 — Dernière expédition de notre séjour à Séville aujourd’hui. Pour l’occasion, nous nous rendons, en autobus, à Jerez de la Frontera, une ville située à quelque 100 km de la capitale de l’Andalousie.

Jerez de la Frontera est mondialement reconnue, entre autres, pour ses chevaux de la Real Escuela Andaluza, son école royale d’art équestre, et pour son xérès, un vin que nous appelons chez nous « le sherry », mais qui est pourtant du xérès!

C’est donc au terme d’une courte visite de la cathédrale, que nous nous rendrons à la Real Escuela Andaluza del arte ecuestre, là où, à midi, Céline, Carole et Claude vont assister à un grandiose spectacle de chevaux dressés. Pour ma part, asthme oblige, je me promènerai dans les petites rues avoisinantes en attente de la fin de la représentation!

Puis, nous nous rendons dans les locaux de la firme « Sandeman », pour une visite guidée de leurs caves… et, évidemment, pour une dégustation de leurs différents types de vin de xérès!

Photo ci-dessus : Jerez de la Frontera est une ville de chevaux! Un monument en bronze, avec cavaliers, chevaux et calèche, presque grandeur nature, sont à l’honneur sur une des grandes places de la ville, la « Plaza del Mamelón ».

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
2
Jan/21
0

Rituel du réveillon du Nouvel An… virtuel en 2020

Texte de Jacques Lanciault, photos Marc-André Lanciault

Réveillon du 31 décembre 2020

Blainville-Mirabel, Québec, le 2 janvier 2020 - Chaque année, à l’occasion du réveillon du 31 décembre, nous y allons de quelques photos pour immortaliser l’avancement en âge de notre famille!

Disons que maintenir cette tradition pour le réveillon de 2020 a été un peu plus compliqué qu’à l’habitude, et ce, étant donné les interdits de rassemblement.

Notre fils Marc-André, sa conjointe Valérie et leurs enfants Lexie, Chloé, Eliott et Félix étaient chez eux à Blainville, tandis que nous les accompagnions virtuellement… avec la complicité de Zoom.

Année après année nous sommes toujours ébahis de la progression des petits-enfants, en fait à compter de maintenant il serait plus approprié de parler de nos quatre jeunes gens…

Ils vieillissent vraiment à vitesse grand V!

Photo ci-dessus : Toute la famille : Eliott, Lexie, Chloé et Félix sur la rangée du haut, Marc-André et Valérie devant et nous, Céline et moi, sur l’écran!

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
1
Jan/21
0

Bonne et heureuse année 2021!

Nous profitons de ce premier jour de la nouvelle année pour offrir à tous nos amis et amies ainsi qu’à nos fidèles lecteurs nos souhaits de bonne année pour 2021; bonheur, santé, prospérité et surtout liberté… et nous espérons de tout cœur le retour du baseball et des voyages !

Un grand merci de me suivre avec une telle fidélité.

Céline et Jacques

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
30
Déc/20
0

Des « ho » et des « ha » devant les œuvres sublimes au Musée des beaux-arts de Séville!

Texte, recherches et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 76e d’une longue série de reportages relatifs à une étourdissante odyssée en Andalousie et en Algarve, un voyage à quatre que nous avons terminé à Lisbonne au Portugal au printemps 2014

Museo de bellas artes de Sevilla, Séville, Andalousie, Espagne

Séville, Espagne, mercredi 28 mai 2014 - Journée riche en découvertes aujourd’hui à Séville!

Tout d’abord la plaza de Toros de la Real Maestranza de Caballería de Sevilla et de son petit, mais très intéressant musée. Puis la Torre del Oro et la vue sur Séville de son sommet et pour terminer la matinée, le somptueux édifice de l’Hospital de la Caridad.

Finalement, nous terminons notre journée de visites par une longue déambulation dans le magnifique « Musée des beaux-arts de Séville », lui qui cache ses innombrables chefs-d’œuvre dans l’ancien couvent de la Merced, un édifice bâti entre 1603 et 1672. Le musée n’y prend place toutefois que depuis 1841.

Photo ci-dessus : Bartolomé Esteban Murillo a réalisé un grand nombre d’Immaculée-Conception durant sa carrière. Ici il en a représenté une dans un tableau octogonal. L’œuvre intitulée « Inmaculada » date de 1670.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
28
Déc/20
0

La superbe Torre del Oro et l’Hospital de la Caridad, un véritable musée des beaux-arts!

Texte, recherches et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 75e d’une longue série de reportages relatifs à une étourdissante odyssée en Andalousie et en Algarve, un voyage à quatre que nous avons terminé à Lisbonne au Portugal au printemps 2014

Proue de la Giralda, Torre del Oro, Séville, Andalousie, Espagne

Séville, Espagne, mercredi 28 mai 2014 - Notre visite guidée de la plaza de Toros de la Real Maestranza de Caballería de Sevilla et de son musée a été très intéressante.

Après cette courte immersion dans la culture taurine, nous nous dirigeons vers la Torre del Oro, où nous grimpons les 91 marches qui nous mènent à son sommet. La vue sur le fleuve Guadalquivir, sur la cathédrale et sur la Giralda y est imprenable.

Cette tour fut construite au début du XIIIe siècle afin de contrôler l’accès à la ville depuis le fleuve Guadalquivir. Mais elle ne prit son nom de « Tour de l’Or » qu’au XVIe siècle… lorsqu’elle est devenue le lieu d’entreposage de l’or ramené de l’Amérique!

Au terme ne notre visite, nous entrons dans l’édifice de l’Hospital de la Caridad, situé à un jet de pierre. Cette institution fut fondée par le chevalier don Miguel de Manàra au XVIIe siècle pour soigner les indigents. Aussi surprenant que cela paraisse, une partie de l’hôpital est encore en exploitation aujourd’hui.

Dans la partie que nous visitons, un véritable musée, il y a une très belle église… où le retable du maître-autel est tout simplement une grande œuvre d’art. Normal, car ce sont Bartolomé Esteban Murillo et Pedro Roldán qui ont conjugué leurs talents dans l’élaboration de ce retable.

Photo ci-dessus : Lors de notre ascension de la « Torre del Oro », nous avons croisé deux espaces muséaux où nous avons admiré, entre autres, la figure de proue du yacht baptisé « La Giralda »!

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés: