1
Juil/20
0

Les mots du jour : ontologie, métaphysique et ousiologie

Textes et recherches de Jacques Lanciault

Je consigne ici le fruit de recherches sur le sens, l’étymologie, l’écriture ou encore la prononciation de certains mots ou expressions sur lesquels je bute, ou qui tout simplement suscitent ma curiosité au fil de mes lectures…

Mercredi, 1er juillet 2020

Source de la recherche
Le paragraphe suivant d’un éditorial signé Bryan Miles et publié dans le quotidien Le Devoir du 30 mai 2020 :

« Ces curieux oiseaux créatifs, vous ne les verrez pas au ciné-parc cet été. À moins que la prochaine vague de superhéros américains à déferler sur nos écrans se convertisse à l’ontologie critique et au soliloque existentiel, ce dont il est permis de douter raisonnablement, les préoccupations et la vision du monde des artistes seront reléguées à l’abîme. Vous ne les voyez nulle part depuis le début de la pandémie. Le rideau est tombé sur toutes les scènes, à raison d’ailleurs, pour freiner la propagation de la COVID-19. Les arts vivants sont tombés en état d’hibernation dans un esprit de compréhension et de collaboration de la part du milieu. »
 
Définition
Le dictionnaire du correcteur électronique Antidote définit le nom féminin ontologie, du domaine de la philosophie, comme suit : « Étude de l’être en tant qu’être, indépendamment de ses déterminations particulières. »

Quant au dictionnaire lintern@ute, il y va de la définition suivante : « Domaine philosophique qui se concentre sur l’étude de l’être. Autrement dit, se pencher sur la nature réelle de ce qui nous entoure et du sens de la vie. »

L’encyclopédie libre Wikipédia propose, quant à elle la définition suivante  :

« L’ontologie dans son sens le plus général s’interroge sur la signification du mot “être”. Qu’est-ce que l’être ?, est une question considérée comme inaugurale, c’est-à-dire première dans le temps et première dans l’ordre de la connaissance. Elle est celle des premiers penseurs de la Grèce antique, tels Parménide et Platon. Elle déborde très largement le strict cadre de la métaphysique qui, née chez Aristote, étudie les différentes modalités et propriétés de l’être (ne posant déjà plus de problème en soi), avec quoi on a tendance à la confondre.

Il faut également distinguer l’ontologie en tant que telle de l’ousiologie, laquelle est la science de l’être entendu en tant qu’essence. »

Remplis sous: La folie des mots Mots clés:
30
Juin/20
0

Le mot du jour : vistemboir

Textes et recherches de Jacques Lanciault

Je consigne ici le fruit de recherches sur le sens, l’étymologie, l’écriture ou encore la prononciation de certains mots ou expressions sur lesquels je bute, ou qui tout simplement suscitent ma curiosité au fil de mes lectures…

Mardi, 30 juin 2020

Source de la recherche
La phrase suivante tirée du roman « L’Ombre du vent » de l’écrivain espagnol Carlos Ruiz Zafón (1964- ), une œuvre traduite en français par François Maspero (1932-2015) :

« Quand il ne jouait pas avec moi ou ne travaillait pas avec son père, Tomás passait la plus grande partie de son temps enfermé dans sa chambre, à construire des vistemboirs incompréhensibles. » (p. 126)
 
Définition
Aucun des dictionnaires que j’utilise normalement, Antidote, Larousse, Robert, etc., ne propose de définition pour le mot vistemboir.

Le dictionnaire de l’encyclopédie libre Wikipédia, le Wiktionnaire propose, quant à lui, la définition suivante pour le nom masculin vistemboirs : « Objet banal, mystérieux, essentiellement non identifiable et inutile. »

Comme à son habitude, le Wiktionnaire offre une citation à titre d’exemple… soit la phrase justement que je citais : « Tomas passait la plus grande partie de son temps enfermé dans sa chambre, à construire des vistemboirs incompréhensibles. » — (Carlos Ruiz Zafon, L’ombre du vent, p. 126, traduit par François Maspero, Édition le Livre de Poche, 2004)

Remplis sous: La folie des mots Mots clés:
29
Juin/20
0

Les mots du jour : gnon, apocope et aphérèse

Textes et recherches de Jacques Lanciault

Je consigne ici le fruit de recherches sur le sens, l’étymologie, l’écriture ou encore la prononciation de certains mots ou expressions sur lesquels je bute, ou qui tout simplement suscitent ma curiosité au fil de mes lectures…

Lundi, 29 juin 2020

Source de la recherche
L'échange suivant tiré du roman « L’Ombre du vent » de l’écrivain espagnol Carlos Ruiz Zafón (1964- ), une œuvre traduite en français par François Maspero (1932-2015) :

« - Je croyais que cette fameuse nuit… vous savez celle où vous avez reçu ce gnon

Ce n’est pas une simple gifle qui m’aurait fait tant souffrir… » (p. 121)
 
Définition
Le dictionnaire du correcteur électronique Antidote définit le nom masculin gnon comme suit : « Coup, marque d’un coup. »

Le Larousse du français, un dictionnaire en ligne, propose le même sens… en précisant toutefois qu’il est une « apocope de oignon ».

Le Larousse définit le nom féminin apocope comme suit : « Chute d’un ou de plusieurs phonèmes à la fin du mot par suite d’une évolution phonétique ou d’un abrègement (par exemple cinéma[tographe], métro[politain]). »

Pourtant, Antidote nous indique que «l’élimination d’un ou de plusieurs phonèmes au début d’un mot se nomme aphérèse». Ex. : Bus, pour autobus. Car, pour autocar.

Remplis sous: La folie des mots Mots clés:
28
Juin/20
0

Le mot du jour : morticole

Textes et recherches de Jacques Lanciault

Je consigne ici le fruit de recherches sur le sens, l’étymologie, l’écriture ou encore la prononciation de certains mots ou expressions sur lesquels je bute, ou qui tout simplement suscitent ma curiosité au fil de mes lectures…

Dimanche, 28 juin 2020

Source de la recherche
La phrase suivante tirée du roman « L’Ombre du vent » de l’écrivain espagnol Carlos Ruiz Zafón (1964- ), une œuvre traduite en français par François Maspero (1932-2015) :

« C’était un habitué de la boutique de mon père, et lui-même se qualifiait de morticole de second rang, mais la moitié des docteurs chic tenant cabinet dans la rue Muntaner n’avaient pas son coup d’œil quand il s’agissait de donner un diagnostic. » (p. 116)
 
Définition
Le dictionnaire de l’encyclopédie libre Wikipédia, le Wiktionnaire, propose deux définitions pour l’adjectif morticole, soit :

Sens 1 : « (Péjoratif) Personne incompétente dans son domaine. »

Sens 2 : « (En particulier) Mauvais médecin ; charlatan. »

Le dictionnaire Cordial de l’encyclopédie Universalis propose une définition différente, soit : « argotiquement, vivant de la mort, comme certains médecins, les croque-morts, etc. »

Le dictionnaire du correcteur électronique Antidote ne propose aucune définition pour morticole.

Photo ci-dessus : Un tableau du peintre vénitien Pietro Longhi, une œuvre de 1757 intitulée « Le Charlatan ».

Remplis sous: La folie des mots Mots clés:
27
Juin/20
0

Le mot du jour : hâve

Textes et recherches de Jacques Lanciault

Je consigne ici le fruit de recherches sur le sens, l’étymologie, l’écriture ou encore la prononciation de certains mots ou expressions sur lesquels je bute, ou qui tout simplement suscitent ma curiosité au fil de mes lectures…

Samedi, 27 juin 2020

Source de la recherche
Les phrases suivantes tirées du roman « L’Ombre du vent » de l’écrivain espagnol Carlos Ruiz Zafón (1964- ), une œuvre traduite en français par François Maspero (1932-2015) :

« Venant du fond du couloir, les cris de Fermín Romero de Torres faisaient trembler les cloisons. Aux portes entrouvertes apparaissaient des visages hâves et affolés marqués par les années de pension et de soupe claire. » (p. 115)
 
Définition
Le dictionnaire du correcteur électronique Antidote définit l’adjectif hâve, le qualifiant de « soutenu », comme suit : « Maigre et pâle ».

Le Larousse du français, un dictionnaire en ligne, avance la définition suivante « Qui est pâle et amaigri par la maladie, la faim. »

Le dictionnaire de l’encyclopédie libre Wikipédia va dans le même sens avec la définition suivante : « Qui est pâle, amaigri, défait, souvent sous l’effet d’une épreuve. »

Remplis sous: La folie des mots Mots clés:
26
Juin/20
0

Le mot du jour : suborneur (euse)

Textes et recherches de Jacques Lanciault

Je consigne ici le fruit de recherches sur le sens, l’étymologie, l’écriture ou encore la prononciation de certains mots ou expressions sur lesquels je bute, ou qui tout simplement suscitent ma curiosité au fil de mes lectures…

Vendredi, 26 juin 2020

Source de la recherche
La phrase suivante tirée du roman « L’Ombre du vent » de l’écrivain espagnol Carlos Ruiz Zafón (1964- ), une œuvre traduite en français par François Maspero (1932-2015) :

« Si un jour vous devez avoir une fille, vous commencerez à classer les hommes en deux catégories : ceux que vous soupçonnez de coucher avec elle et les autres… Mois j’avais dans l’idée que Carax faisait partie de la première catégorie, alors vous vous doutez bien que ça m’était égal qu’il soit un génie ou un minable, vu que je l’ai toujours considéré comme un vil suborneur. » (p. 97)
 
Définition
Le dictionnaire du correcteur électronique Antidote définit le nom suborneur, en le qualifiant de « vieilli », comme suit : « Homme qui a séduit une femme en profitant de sa naïveté ».

Le dictionnaire lintern@ute propose deux définitions pour le nom suborneur, soit :

Sens 1 : « Personne qui en fait dévier une autre du droit chemin, l’incite à commettre un acte contraire à son devoir. »

Sens 2 : « Personne qui séduit une jeune femme naïve et sans expérience. »

lintern@ute ajoute qu’au féminin, suborneur devient suborneuse.

Remplis sous: La folie des mots Mots clés:
25
Juin/20
0

Le mot du jour : suaire

Textes et recherches de Jacques Lanciault

Je consigne ici le fruit de recherches sur le sens, l’étymologie, l’écriture ou encore la prononciation de certains mots ou expressions sur lesquels je bute, ou qui tout simplement suscitent ma curiosité au fil de mes lectures…

Jeudi, 25 juin 2020

Source de la recherche
La phrase suivante tirée du roman « L’Ombre du vent » de l’écrivain espagnol Carlos Ruiz Zafón (1964- ), une œuvre traduite en français par François Maspero (1932-2015) :

« La nuit se fit opaque et impénétrable, la pluie devint un suaire de vapeur. » (p. 77)
 
Définition
Le dictionnaire du correcteur électronique Antidote définit le nom masculin suaire, du niveau de langage soutenu, comme suit : « Linceul dont sont recouverts les fantômes. »

L’encyclopédie libre Wikipédia propose plutôt la définition suivante  : « Un suaire, également appelé linceul ou drap mortuaire, est une pièce de tissu s’apparentant à un drap dans laquelle on enveloppe un cadavre. »

Le Larousse du français, un dictionnaire en ligne, avance la définition suivante « Linge dans lequel on ensevelit un mort », et ce, pour le nom suaire utilisé dans un contexte littéraire.

Nous devons nous demander ici si l’auteur désirait signifier que la ville sous la pluie était « fantomatique » ou plutôt « morte ».

Remplis sous: La folie des mots Mots clés:
24
Juin/20
0

L’expression du jour : être de la jaquette

Textes et recherches de Jacques Lanciault

Je consigne ici le fruit de recherches sur le sens, l’étymologie, l’écriture ou encore la prononciation de certains mots ou expressions sur lesquels je bute, ou qui tout simplement suscitent ma curiosité au fil de mes lectures…

Mercredi, 24 juin 2020

Source de la recherche
Les phrases suivantes tirées du roman « L’Ombre du vent » de l’écrivain espagnol Carlos Ruiz Zafón (1964- ), une œuvre traduite en français par François Maspero (1932-2015) :

« … et il l’emmenait au cinéma voir un film de Cary Grant, qui selon elle était l’homme le plus beau de l’Histoire, après José Antonio, le fondateur de la Phalange.

Vous savez qu’on dit que Cary Grant est de la jaquette?… chuchotait-elle, en grignotant des chocolats. Comment est-ce possible? » (p. 60)
 
Définition
Le dictionnaire de l’encyclopédie libre Wikipédia définit être de la jaquette comme suit : « Homosexualité masculine. »

À titre d’exemple, on cite San Antonio : « Henri III […] était de la jaquette flottante ».

Le dictionnaire lintern@ute propose la même définition en précisant de plus la provenance de la locution :

« Expression datant du XIXe siècle. À cette époque, de nombreux clubs étaient uniquement réservés aux hommes fortunés et donc, bien habillés. La mode était à la jaquette (veste dont deux pans distincts se prolongent à l’arrière) et les clubs privés fourmillaient d’hommes ainsi vêtus. L’ordre de la Manchette était un de ces clubs.

L’expression originelle, “être de la Manchette” désignait une personne appartenant à ce groupe. Rapidement, par ironie et après la fermeture du club, “être de la jaquette” fut adopté pour se moquer des hommes riches qui se rendaient à ces réunions interdites aux femmes… »

Remplis sous: La folie des mots Mots clés:
23
Juin/20
0

Le mot du jour : soufflet

Textes et recherches de Jacques Lanciault

Je consigne ici le fruit de recherches sur le sens, l’étymologie, l’écriture ou encore la prononciation de certains mots ou expressions sur lesquels je bute, ou qui tout simplement suscitent ma curiosité au fil de mes lectures…

Mardi, 23 juin 2020

Source de la recherche
La phrase suivante tirée du roman « L’Ombre du vent » de l’écrivain espagnol Carlos Ruiz Zafón (1964- ), une œuvre traduite en français par François Maspero (1932-2015) :

« Le train de Lyon était bondé jusque dans les soufflets… » (p. 35)
 
Définition
Le dictionnaire du correcteur électronique Antidote définit le nom masculin soufflet comme suit : « Partie extensible à plusieurs plis recouvrant un espace entre deux choses. Porte-documents à soufflet. Soufflet d’un agrandisseur, d’un autobus articulé. »

L’encyclopédie libre Wikipédia propose la définition suivante pour le mot soufflet : « Dispositif placé entre deux voitures d’un train, d’un tramway ou d’un autobus articulé, pouvant se replier d’un côté ou de l’autre selon la courbure de la voie, et permettant le passage entre les voitures sans être en contact avec l’extérieur. »

Remplis sous: La folie des mots Mots clés:
22
Juin/20
0

Le mot du jour : énucléer

Textes et recherches de Jacques Lanciault

Je consigne ici le fruit de recherches sur le sens, l’étymologie, l’écriture ou encore la prononciation de certains mots ou expressions sur lesquels je bute, ou qui tout simplement suscitent ma curiosité au fil de mes lectures…

Lundi, 22 juin 2020

Source de la recherche
La phrase suivante tirée du roman « L’Ombre du vent » de l’écrivain espagnol Carlos Ruiz Zafón (1964- ), une œuvre traduite en français par François Maspero (1932-2015) :

« À mesure qu’avançait leur romance tortueuse, truffée de péripéties scabreuses et d’épisodes troubles, l’héroïne pénétrait le mystère qui poussait l’énigmatique personnage, lequel ne révélait jamais son nom, à énucléer les poupées, pour découvrir un horrible secret sur son père et sa collection de figurines en porcelaine et sombrer inévitablement dans un final digne d’une tragédie gothique. » (p. 35)
 
Définition
Le Larousse du français, un dictionnaire en ligne, propose trois définitions pour le verbe énucléer, soit  :

« Ablation chirurgicale du globe oculaire par section du nerf optique. »

« Ablation du noyau d’une cellule. »

« Extraction de l’amande ou du noyau d’un fruit. »

Précision ici, que l’énigmatique personnage qui vole des poupées dans les magasins et leur arrache les yeux!

Remplis sous: La folie des mots Mots clés: