11
Jan/19
0

La locution du jour : main courante

Textes et recherches de Jacques Lanciault

Je consigne ici le fruit de recherches sur le sens, l’étymologie, l’écriture ou encore la prononciation de certains mots ou expressions sur lesquels je bute, ou qui tout simplement suscitent ma curiosité au fil de mes lectures...

Vendredi 11 janvier 2019

Source de la recherche
Les phrases suivantes tirées du roman de l’auteur américain Kevin Guifoile « Le poids des ombres » :

« - Bon Dieu murmura Davis. Il va revenir non? Êtes-vous en sécurité?

J’ai déposé une main courante à son encontre.

Cela ne sert pas à grand-chose. »

Elle le savait. » (page 413).

Définition
Le dictionnaire du correcteur électronique Antidote propose deux définitions de la locution main courante mais aucune ne semble convenir au contexte… sauf peut-être en extrapolant celle-ci : « Registre sur lequel sont inscrits rapidement, au fur et à mesure, des faits tels que les opérations commerciales dans un magasin, les arrivées et départs dans un hôtel, les événements notables dans un commissariat. »

Mais, le site Internet « servicepublic.fr », un site officiel du gouvernement français, définit très bien ce qu’est une main courante dans le contexte de la citation.

« Vous pouvez déposer une main courante si vous souhaitez simplement dénoncer certains faits dont vous avez été victime ou témoin à la police ou à la gendarmerie.

Ces faits ne constituent pas forcément une infraction. Ces faits peuvent être :

. un départ de votre époux (se) du domicile,
. une non-présentation d’enfant malgré une décision de justice,
. des bruits du voisinage.

Contrairement à une plainte, vous ne souhaitez pas poursuivre l’auteur des faits. Il ne sera pas forcément prévenu du dépôt de la main courante. Aucune enquête ne sera déclenchée.

La main courante permet surtout de dater officiellement les faits en question en vue de toute procédure judiciaire ultérieure. Par exemple, dater le départ de votre époux (se) du domicile peut servir en cas de divorce. Toutefois, une main courante ne suffit pas et vous aurez besoin d’autres preuves pour agir en justice (témoignages, constat d’huissier....).

Mais si les policiers ou les gendarmes estiment que les faits en question constituent une infraction, ils doivent prévenir le procureur qui pourra déclencher des poursuites.

Vous pouvez déposer votre main courante dans un commissariat de police ou dans une brigade de gendarmerie. »

Commentaire : Au Québec ce genre d'appel à la police est plutôt consigné sur un "rapport d'incident". À Chicago toutefois, je n'ai aucune idée du nom donné au rapport ou au registre pour de telles plaintes.

Au Québec, une main courante, comme le définit Antidote est : "Pièce d’une rampe d’escalier, d’un ascenseur, d’un bateau qu’on peut saisir de la main pour avoir un point d’appui."

Remplis sous: La folie des mots Mots clés:
10
Jan/19
0

Le mot du jour : créneaux

Textes et recherches de Jacques Lanciault

Je consigne ici le fruit de recherches sur le sens, l’étymologie, l’écriture ou encore la prononciation de certains mots ou expressions sur lesquels je bute, ou qui tout simplement suscitent ma curiosité au fil de mes lectures...

Jeudi 10 janvier 2019

Source de la recherche
Les phrases suivantes tirée du roman de l’auteur américain Kevin Guifoile « Le poids des ombres » : « Coyne gara la BM sur Aberdeen Avenue, et Justin pila net avant de reculer à un peu plus d’un bloc. Coyne sortit de sa voiture dont il fit clignoter les feux en actionnant sa clef à distance.

Merde! fit Justin.

Quoi?

Je ne sais pas faire les créneaux. »

La vraie Sally, derrière l’ordinateur de sa chambre, sourit.

« Prends ton temps. » (page 382).

Définition
Le dictionnaire du correcteur électronique Antidote propose plusieurs définitions du nom créneaux dont celle-ci : « Intervalle, espace libre entre deux espaces occupés. Exemple : Chercher un créneau pour garer sa voiture ».

Le dictionnaire Usito (1) est encore plus précis : « Espace disponible entre deux espaces occupés, particulièrement entre deux véhicules stationnés. »

Usito précise que le mot peut signifier « la manœuvre faite en marche arrière pour se stationner le long du trottoir entre deux autres véhicules ».

Il propose également se synonyme suivant : « stationnement en parallèle ».

(1) : Usito, dictionnaire général de la langue française sous la direction d’Hélène Cajolet‑Laganière, de Pierre Martel et de Chantal‑Édith Masson, et avec le concours de Louis Mercier [site Web]. Les Éditions Delisme. Consulté le 10 janvier 2019.

Remplis sous: La folie des mots Mots clés:
9
Jan/19
0

Le mot du jour : piler

Textes et recherches de Jacques Lanciault

Je consigne ici le fruit de recherches sur le sens, l’étymologie, l’écriture ou encore la prononciation de certains mots ou expressions sur lesquels je bute, ou qui tout simplement suscitent ma curiosité au fil de mes lectures...

Mercredi 9 janvier 2019

Source de la recherche
La phrase suivante tirée du roman de l’auteur américain Kevin Guifoile « Le poids des ombres » : « Coyne gara la BM sur Aberdeen Avenue, et Justin pila net avant de reculer à un peu plus d’un bloc. » (page 382).

Définition
Le dictionnaire du correcteur électronique Antidote propose plusieurs définitions du verbe piler, dont celle-ci : « Freiner brusquement ».

Même chose d’ailleurs pour le dictionnaire Usito (1) qui lui utilise ces mots « S’arrêter brutalement sur place ».

Personnellement, je n’avais jamais été confronté à ce sens du verbe piler.

(1) : Usito, dictionnaire général de la langue française sous la direction d’Hélène Cajolet‑Laganière, de Pierre Martel et de Chantal‑Édith Masson, et avec le concours de Louis Mercier [site Web]. Les Éditions Delisme. Consulté le 9 janvier 2019.

Remplis sous: La folie des mots Mots clés:
8
Jan/19
0

Le mot du jour : panégyrique

Textes et recherches de Jacques Lanciault

Je consigne ici le fruit de recherches sur le sens, l’étymologie, l’écriture ou encore la prononciation de certains mots ou expressions sur lesquels je bute, ou qui tout simplement suscitent ma curiosité au fil de mes lectures...

Mardi 8 janvier 2019

Source de la recherche
La phrase suivante tirée du roman de l’auteur américain Kevin Guifoile « Le poids des ombres » : « Les carnets de notes des inspecteurs n’étaient remplis que de panégyriques larmoyants et d’anecdotes à la gloire d’AK. » (page 373).

Définition
Le dictionnaire Le Grand Robert de la langue française définit le nom masculin panégyrique comme suit : « Parole, écrit, ouvrage à la louange de quelqu’un. »

Le dictionnaire du correcteur électronique Antidote propose une définition similaire, soit « Éloge sans réserve, emphatique. »

Usito (1) y va quant à lui de cette définition : « Éloge oral ou écrit de quelqu’un, de quelque chose »

(1) : Usito, dictionnaire général de la langue française sous la direction d’Hélène Cajolet‑Laganière, de Pierre Martel et de Chantal‑Édith Masson, et avec le concours de Louis Mercier [site Web]. Les Éditions Delisme. Consulté le 8 janvier 2019.

Remplis sous: La folie des mots Mots clés:
7
Jan/19
0

Le mot du jour : chambrer

Textes et recherches de Jacques Lanciault

Je consigne ici le fruit de recherches sur le sens, l’étymologie, l’écriture ou encore la prononciation de certains mots ou expressions sur lesquels je bute, ou qui tout simplement suscitent ma curiosité au fil de mes lectures...

ChambrerLundi 7 janvier 2019

Source de la recherche
Les phrases suivantes tirées du roman de l’auteur américain Kevin Guifoile « Le poids des ombres » :

« … Sally, toutefois, en tant qu’ancien détective privé, l’avait convaincu de sa passion pour les histoires policières et criminelles, et les salles d’audience. Et Malik avait également pour principe de contenter ses meilleurs journalistes.

Il avait entendu parler de son péché mignon. On l’avait chambrée à ce sujet en conférence de rédaction, pratiquement dès le premier jour de son embauche, et Dreyfus y faisait même une allusion narquoise dans son papier du Reader, sans toutefois mentionner son nom. » (page 305).

Définition
Le dictionnaire du correcteur électronique Antidote propose trois définitions pour le verbe chambrer, soit :

. Mettre le vin dans une pièce tempérée pour le réchauffer légèrement.

. Abuser de la crédulité de. Exemple : Elles chambrent leur professeur à tout bout de champ.

. Se moquer de.

Dans le contexte de la citation, c’est la troisième définition qui s’applique.

Usito (1) propose aussi trois définitions, celle relative au vin, et deux autres qui sont intéressantes, même si elles ne s’appliquent pas au contexte de la citation.

« Chambrer avec quelqu’un, soit partager une chambre avec quelqu’un. Synonyme : cohabiter »

Exemple : « on force encore les joueurs à chambrer avec un coéquipier lors de tous les voyages » (La Presse, 2002).

« Chambrer à, chez, dans, etc. (+ lieu), c’est-à-dire être locataire d’une chambre dans une pension, chez un particulier.

Exemple : “ce matin-là, monsieur Gariépy, chez qui il chambrait, s’était levé avec une rage de dents” (M. Tremblay, 1978).

(1) : Usito, dictionnaire général de la langue française sous la direction d’Hélène Cajolet‑Laganière, de Pierre Martel et de Chantal‑Édith Masson, et avec le concours de Louis Mercier [site Web]. Les Éditions Delisme. Consulté le 7 janvier 2019. https://www.usito.com/dictio

Remplis sous: La folie des mots Mots clés:
6
Jan/19
0

Le mot du jour : commissarier

Textes et recherches de Jacques Lanciault

Je consigne ici le fruit de recherches sur le sens, l’étymologie, l’écriture ou encore la prononciation de certains mots ou expressions sur lesquels je bute, ou qui tout simplement suscitent ma curiosité au fil de mes lectures...

Dimanche 6 janvier 2019

Source de la recherche
Les phrases suivantes tirées d’un texte de Nicolas Mavrikakis publié dans le quotidien Le Devoir du 5 janvier 2019 :

« Est-ce si simple ? Depuis le début des années 1990, d’autres théoriciens, comme l’artiste Joan Fontcuberta — qui commissaria entre autres le “Mois de la photo” à Montréal en 2015 —, parlent d’une ère post-photographique. L’image numérique serait débarrassée de sa fonction d’empreinte par rapport au réel — tout au moins dans l’imaginaire collectif… Mais ne s’agit-il pas d’une réduction de la notion d’empreinte à un mimétisme des apparences ? »

Définition
L’auteur utilise ici le verbe commissarier, qui signifie probablement « agir en tant que commissaire d’une exposition ».

Toutefois, aucun des dictionnaires que j’ai consultés ne présente ce verbe, ni même le Wiktionnaire, le dictionnaire de l’encyclopédie libre Wikipédia.

Cependant, j’ai retrouvé son utilisation sur quelques sites Internet, comme :

Club des collectionneurs en Arts Visuels de Québec :

« “Commissarier” une foire de vente n’est pas chose évidente, il n’y a pas de thématique précise, pas de fil conducteur apparent entre chacune des œuvres. Toutefois, le travail de commissaire s’opère en sélectionnant les œuvres que nous pensons percutantes, de qualité formelle et représentant au mieux la démarche de l’artiste. »

Page Facebook de « Regart », centre d’artistes en art actuel :

« Vous aimeriez commissarier l’exposition d’automne pour le 30e de Regart? » 

Photo ci-dessus : « Le (la) commissaire d’exposition se charge de la conception et de la réalisation d’une exposition temporaire, qu’elle soit artistique, scientifique ou bien historique », voici la définition proposée par le site Internet Studyrama, d'où provient la photo, pour commissaire d'exposition.

Remplis sous: La folie des mots Mots clés:
5
Jan/19
0

Le mot du jour : blaireau

Textes et recherches de Jacques Lanciault

Je consigne ici le fruit de recherches sur le sens, l’étymologie, l’écriture ou encore la prononciation de certains mots ou expressions sur lesquels je bute, ou qui tout simplement suscitent ma curiosité au fil de mes lectures...

Blaireau, blaireau... et blaireauSamedi 5 janvier 2019

Source de la recherche
La phrase suivante tirée du roman de l’auteur américain Kevin Guifoile « Le poids des ombres » : « Son fils attirait systématiquement, allez savoir pourquoi, les polars, les blaireaux, les adeptes de la fumette, les batteurs de groupes rock et autres marginaux. » (page 300).

Définition
Le dictionnaire du correcteur électronique Antidote propose plusieurs définitions pour le nom blaireau, soit :

« Mammifère carnivore, bas sur pattes, qui se creuse un terrier et vit dans les bois.

Gros pinceau destiné à savonner la barbe avant le rasage.

Pinceau en poils de ce mammifère, utilisé par les peintres.

Personne qui n’appartient pas à un milieu donné ; naïf. Parvenu qui tente de démontrer qu’il est au courant. »

À la question "Blaireau en tant que personne" posée sur Internet, le site Stack Exchange Network nous présente la définition suivante : " En langage militaire, un blaireau désignait un bleu (une jeune recrue, à cause de leur uniforme bleu), puis par extension une personne insignifiante, ridicule. C’est donc une insulte, comme un naze, un nul.

Assez curieusement, le dictionnaire Usito (1), ne propose pas de définition pour blaireau en tant qu’être humain.

(1) : Usito, dictionnaire général de la langue française sous la direction d’Hélène Cajolet‑Laganière, de Pierre Martel et de Chantal‑Édith Masson, et avec le concours de Louis Mercier [site Web]. Les Éditions Delisme. Consulté le 5 janvier 2019. https://www.usito.com/dictio

Remplis sous: La folie des mots Mots clés:
4
Jan/19
0

Le mot du jour : croquemitaine ou croque-mitaine

Textes et recherches de Jacques Lanciault

Je consigne ici le fruit de recherches sur le sens, l’étymologie, l’écriture ou encore la prononciation de certains mots ou expressions sur lesquels je bute, ou qui tout simplement suscitent ma curiosité au fil de mes lectures...

Vendredi 4 janvier 2019

Source de la recherche
La phrase suivante tirée du roman de l’auteur américain Kevin Guifoile « Le poids des ombres » : « L'homme de Wicker est un véritable croquemitaine. » (page 282).

Définition
L’encyclopédie libre Wikipédia définit le nom croque-mitaine et sa variante croquemitaine comme un personnage maléfique présenté aux enfants pour leur faire peur et ainsi les rendre plus sages.

Il sert souvent à marquer les interdits vis-à-vis de moments ou de lieux considérés comme dangereux, en particulier par rapport à la nuit. Un croque-mitaine peut se dissimuler aux abords d'un cours d'eau ou d'un étang, afin de noyer les imprudents. Dans les régions où l'hiver peut être rigoureux, un croque-mitaine mange le nez et les doigts de l'enfant. La crainte provoquée par la menace de tels personnages crée une peur qui n'a plus besoin d'être motivée.

Les croque-mitaines existent dans l'imaginaire de tous les pays. Leurs noms sont extrêmement variables et, sauf quelques particularités qui permettent de les identifier, leur aspect est assez mal défini, ce qui, dans une transmission orale, permet à chacun de s'imaginer un être d'autant plus effrayant : homme, femme, animal, ou même créature fantasmatique."

Remplis sous: La folie des mots Mots clés:
3
Jan/19
0

Les mots du jour : micro-trottoir, vox pop et vox populi

Textes et recherches de Jacques Lanciault

Je consigne ici le fruit de recherches sur le sens, l’étymologie, l’écriture ou encore la prononciation de certains mots ou expressions sur lesquels je bute, ou qui tout simplement suscitent ma curiosité au fil de mes lectures...

micro-trottoirJeudi 3 janvier 2019

Source de la recherche
Une question posée lors de l’émission quotidienne « Questions pour champion » diffusée sur les ondes de TV5 Monde le 3 janvier 2019 : « Comment se nomme la technique journalistique qui consiste à interroger des personnes ciblées, le plus souvent dans la rue, pour leur poser une question et collecter leur opinion spontanée sur un sujet? »

Réponse : un micro-trottoir

Définition
Si le nom micro-trottoir est celui utilisé en France, au Québec, les expressions vox pop et vox populi sont plutôt celle utilisées.

D’ailleurs, l’Office québécois de la langue française définit vox pop, vox populi et micro-trottoir comme suit : « Sondage d’opinion portant généralement sur un sujet d’actualité, effectué dans la rue, pour recueillir les réactions et commentaires spontanés des gens, et dont les résultats sont présentés le plus souvent sous forme de courtes séquences (sonores ou vidéo), par exemple lors d’un journal radiodiffusé ou télévisé ».

L’OQLF note également que : « Le sens des termes vox pop et vox populi semble s’étendre, car ils sont parfois utilisés pour désigner des sondages rapides (effectués le plus souvent avec une question à choix multiples), plutôt officieux, véhiculés dans des journaux ou dans Internet; et même des sections de sites Internet destinées à recueillir les commentaires de toute nature ». 

Qui plus est l’OQLF précise ce qui suit : « Vox pop est la forme abrégée de vox populi, mots latins signifiant “voix du peuple”. Ces deux termes sont invariables : des vox pop, des vox populi, alors que micro-trottoir s’accorde : des micros-trottoirs.

Même si vox pop est l’abréviation de vox populi, qui est de genre féminin, il s’utilise au masculin : un vox pop. »
 

Remplis sous: La folie des mots Mots clés:
2
Jan/19
0

Les mots du jour : Chicagoan, Chicagoain ou Chicagolais

Textes et recherches de Jacques Lanciault

Je consigne ici le fruit de recherches sur le sens, l’étymologie, l’écriture ou encore la prononciation de certains mots ou expressions sur lesquels je bute, ou qui tout simplement suscitent ma curiosité au fil de mes lectures...

Mercredi 2 janvier 2019

Source de la recherche
La phrase suivante tirée du roman de l’auteur américain Kevin Guifoile « Le poids des ombres » : « Comme des milliers d’autres jeunes Chicagoans. » (page 281).

Définition
L’encyclopédie libre Wikipédia définit le nom Chicagoans comme étant le gentilé pour la ville de Chicago. « Les habitants de la ville de Chicago sont appelés les Chicagoans (au masculin) et Chicagoanes (au féminin), et plus rarement Chicagolais (au masculin) et Chicagolaises (au féminin).

Toutefois le dictionnaire du correcteur électronique Antidote mentionne qu’une personne qui est née ou qui habite à Chicago est un Chicagoain… Tandis qu’Usito (1) propose, quant à lui, »Chicagolais et Chicagolaise ».

Alors… je ne suis pas plus avancé!

(1) : Usito, dictionnaire général de la langue française sous la direction d’Hélène Cajolet‑Laganière, de Pierre Martel et de Chantal‑Édith Masson, et avec le concours de Louis Mercier [site Web]. Les Éditions Delisme. Consulté le 2 janvier 2019. https://www.usito.com/dictio

Photo ci-dessus : Personnage mythique de la ville de Chicago, le Chicagoan ou le Chicagoain ou encore le Chicagolais Al Capone.

Remplis sous: La folie des mots Mots clés: