22
Sep/18
0

45 baseballeurs québécois dans les universités et collèges américains en vue de la saison 2019!

Les nôtres dans les universités et collèges américains

Texte et recherches de Jacques Lanciault

Marcel-Maxime Lacasse

Laval, Québec, le 23 novembre 2018 - La saison de baseball d’automne bat son plein actuellement dans les universités et les collèges américains. Déjà nous avons identifié quelque 45 athlètes de chez nous qui y sont et qui tentent de se mériter une place au sein de l’alignement de leur équipe en vue de la saison hiver-printemps 2019 (derniers ajouts : Conor Angel, University of Louisiana at Lafayette et Marc-Antoine Lebreux, University of Virginia... tous deux en vue de la saison 2020).

Nous avons également constaté que 17 des 45 joueurs qui y étaient en 2018 ne sont pas de retour. Plusieurs ont terminé leur stage de quatre ans, d’autres se sont arrêtés après leurs deux années de « junior college », un est en réadaptation suite à une intervention chirurgicale, tandis que quelques-uns ont tout simplement décidé de poursuivre leurs études aux Québec.

De plus, un joueur qui s’était entendu avec un collège américain a préféré ne pas tenter sa chance cet automne.

Soulignons que le nombre de Québécois évoluant au sein du réseau collégial et universitaire américain est assez stable depuis quelques années, se situant entre 40 et 45 annuellement. Les chiffres sont d’ailleurs les suivants depuis le tournant du millénaire :

2019 - ?
2018 - 45
2017 - 45
2016 - 44
2015 - 40
2014 - 42
2013 - 41
2012 - 35
2011 - 41
2010 - 38
2009 - 40
2008 - 34
2007 - 33
2006 - 29
2005 - 26
2004 - 19
2003 - 25
2002 - 22
2001 - 22
2000 - 23

Encore une fois lors de la prochaine saison, pour mon plaisir personnel et surtout pour donner un peu de visibilité aux baseballeurs québécois qui évoluent au sein des institutions américaines, j’assurerai une couverture presque quotidienne des activités des nôtres au pays de l’Oncle Sam. Tout comme en 2018, nous serons deux à suivre les exploits des nôtres, puisque Sophy-Anne Brière, une jeune fille qui a beaucoup de talent, collaborera de nouveau avec moi.

Nous présentons sur les pages suivantes la liste des Québécois que nous avons identifiés au 23 novembre 2018, ainsi que la liste de ceux qui y étaient en 2018, mais qui ne seront pas de retour en 2019. Nous ajoutons également une liste de ceux qui ont signé des ententes en vue de la saison 2020!

Évidemment, s’il y a des erreurs, des joueurs qui manquent ou qui n’y sont plus, S.V.P. avisez-moi à l’adresse courriel suivante : jacques.lanciault@gmail.com

Photo ci-dessus : Après avoir dominé pratiquement toutes les catégories de statistiques offensives chez les Québécois évoluant dans le réseau du baseball collégial et universitaire américain en 2018, Marcel-Maxime Lacasse amorcera en février prochain sa deuxième saison avec la troupe du collège Western Texas!

27
Jan/18
0

The Post : les demi-vérités de Steven Spielberg

NDLR — Il y a quelques jours, nous avons visionné le film The Post, un film brillant. Au terme de la projection, nous nous demandions s’il était tiré d’événement véridique. Et bien, Lysiane Gagnon dans le quotidien La Presse répond à toutes nos questions!

Revue de presse

Lysiane Gagnon, La Presse, le 27 janvier 2018

Un bon film, oui, et un superbe portrait de femme, incarnée par la grande Meryl Streep. Il reste que The Post, l’épopée journalistique de Steven Spielberg, égratigne la vérité historique à deux égards.

D’une part, en plaçant le Washington Post au centre du dévoilement des « Pentagon Papers », le réalisateur attribue au Post ce qui revient au New York Times.

D’autre part, il transforme Katharine Graham, la propriétaire du Washington Post, en icône féministe, ce qu’elle n’était pas du tout à l’époque de ces événements.

La réalité est quelque peu différente.

Photo ci-dessus : Meryl Streep dans le film "The Post". (Photo : Niko Tavernise/Twentieth Century Fox)

Remplis sous: Arts et spectacles - Critique Mots clés:
25
Nov/17
0

Exposition au Musée des beaux-arts de Montréal : « Il était une fois… le western »!

Texte, photos et recherches de Jacques Lanciault

Il était une fois… le western (2017), Musée des beaux-arts de Montréal.

Laval, Québec, le 25 novembre 2017 - Pour une deuxième fois de suite, nous revenons du Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM) déçus. Cet été, l’exposition « Revolution » n’avait pas éveillé en nous la fascination, l’éblouissement et l’émotion que nous nous attendions.

Cette fois-ci, pour l’exposition « Il était une fois… le western », malheureusement il en fut de même.

Il faut dire que nous n’avons jamais été de grands amateurs de ce genre cinématographique, peut-être à l’exception des quelques chefs-d’œuvre de Sergio Leone… En fait, les quelques séquences que nous avons pu voir du film « Il était une fois dans l’Ouest » sur un des grands écrans aménagés au MBAM ont probablement été le point d’orgue de notre visite.

D’entrée de jeu, l’exposition présente des toiles grand format aux paysages assez impressionnants. Toutefois, nous ne pouvons les présenter, les photos de ces toiles étant interdites.

Par la suite, par contre, nous avons eu l’occasion d’admirer quelques œuvres que nous ne nous attendions pas à trouver dans une exposition sur le « western », dont des toiles de Jakson Pollock, Roy Lichtenstein et Andy Warhol.

Voici quelques-unes des photos que nous avons rapportées de cette exposition!

Photo ci-dessus : « L’Indien américain », en l’occurence Russell Means, est une œuvre datant de 1976 de l’artiste américain Andy Warhol. La superbe toile est un prêt du « Denver Art Museum »

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

4
Juil/17
0

Love is love… Wow! Wow! Wow!

Texte, recherches et photos de Jacques Lanciault

« Love is Love », Jean Paul Gaultier, MBAM

Laval, Québec, le 4 juillet 2017 - Les plus belles robes de mariées haute couture de Jean Paul Gaultier sont exposées dans une seule salle du Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM), mais quelle magnifique salle à voir!

Même si personne n’a probablement jamais enfilé de telles robes pour un mariage, puisqu’en fait il s’agit beaucoup plus d’œuvres d’art que de vêtements, elles valent plus que le coup d’œil!

Au MBAM, les mannequins portant les robes, toutes plus excentriques les unes que les autres, sont placés sur une scène prenant la forme d’un énorme gâteau de mariage…

Et on peut facilement croire, du moins durant quelques secondes, que les mannequins arborant ces robes sont humains! Certaines et certains affichent de superbes yeux, qui bougent, et vous lancent leurs plus beaux sourires!

La fascination, l’éblouissement et l’émotion étaient bien au rendez-vous pour cette exposition!

Voici quelques photos de cette exposition!

Photo ci-dessus : Les visages de certains mannequins ont tout du visage humain! C’est ahurissant! Les mannequins animés sont de Denis Marleau et Stéphanie Jasmin.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

3
Juil/17
0

Revolution au Musée des beaux-arts de Montréal… pour nous, ça n’a pas cliqué!

Texte, recherches et photos de Jacques Lanciault

Affiche de l’exposition « Revolution », MBAM

Laval, Québec, le 3 juillet 2017 - « Revivez l’effervescence de la fin des années 1960 avec “Révolution” », voilà ce que lance la publicité du Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM) pour son exposition estivale. Eh bien pour nous, Céline et moi, l’exposition est tombée à plat. L’effervescence n’était vraiment pas au rendez-vous.

Nous aurions bien aimé connaître l’opinion de Louise Forestier, d’Yvon Deschamps et de Judi Richards qui étaient au nombre des visiteurs en même temps que nous.

La trame sonore de l’exposition est bonne, il faut le dire, mais ce que nous aimons d’une exposition au MBAM, c’est la fascination, l’éblouissement et l’émotion qu’elle provoque. Ce qui ne fut pas le cas avec Revolution.

De voir (ou plutôt revoir) la pochette de de l’album des Beatles Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band, que nous avons à la maison, ou encore le 45 tours « La Manic » de Georges Dor, également dans notre discothèque, étaient agréables, certes, mais loin d’être exaltant.

Finalement, nous en avons fait le tour assez rapidement. Puis nous avons constaté avec bonheur que la fascination, l’éblouissement et l’émotion nous attendaient en fait dans la salle de l’exposition « Love is love » (texte à venir)!

Voici tout de même quelques-un des clichés que j’y ai réalisés de l’exposition « Revolution »!

Photo ci-dessus : Voici la vue sur l’affiche de l’exposition du grand escalier du pavillon Michal et Renata Hornstein du Musée des beaux-arts de Montréal.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

5
Avr/17
0

Chagall : le sacre de la couleur en musique!

Texte et photos de Jacques Lanciault

Costumes pour l’Oiseau de feu, Marc Chagall, 1949, MBAM

Laval, Québec, le 23 février 2017 — Par une journée tristounette de février, nous nous sommes rendus au Musée des beaux-arts de Montréal faire le plein de beauté, de couleurs et de lumière, et ce, en visitant l’exposition consacrée au peintre et graveur russe naturalisé français Marc Chagall! L’exposition titrée « Chagall : couleur et musique se termine le 11 juin prochain.

Wow! Des couleurs magnifiques, des formes plus souvent inhabituelles, des compositions spectaculaires et des costumes féeriques! C’est à voir, et à revoir.

Nous en ramenons quelques photos nous ayant particulièrement émerveillées.

Photo ci-dessus : Chagall a conçu les décors et les costumes de pièces de théâtre, dont “L’Oiseau de feu”, présentée à New York en 1945.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

29
Déc/16
0

William Notman au Musée McCord… décevant!

Texte et photos de Céline et Jacques Lanciault

William Notman, Musée McCord, Montréal, Québec

Montréal, Québec, 29 décembre 2016 – Les textes publiés dans les journaux montréalais relativement à l’exposition « Notman, photographe visionnaire » présentée au Musée McCord de Montréal jusqu’au 26 mars prochain promettait beaucoup! Malheureusement trop, me semble-t-il.

Le 21 décembre dernier, nous nous sommes rendus au Musée McCord, qui a pignon sur rue au cœur d’un vaste chantier de travaux de voiries sur la rue Sherbrooke, pour voir les œuvres sélectionnées de ce grand photographe du XIXe siècle qu’est William Notman… et nous avons été très déçus.

Malheureusement, la majorité des photos sont de petits formats (3X5 ou 5X7) et surtout, elles sont placées dans des présentoirs vitrés où les reflets de la lumière nous permettent difficilement d’apprécier la qualité des œuvres.

Il y a très peu d’agrandissements, sauf pour une magnifique grande fresque éclairée de l’intérieur qui présente une cinquantaine de photos vraiment superbes.

Voici quelques-unes des photos de photos que nous avons rapportées des chefs-d’œuvre de William Notman (1826-1891), ce photographe montréalais né en Écosse.

Photo ci-dessus : Spécialiste du portrait, William Notman révèle ici toute la grâce et la beauté de madame G. F. Murray… une photographie réalisée en 1886!

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Arts et spectacles - Critique Mots clés:
24
Nov/16
0

Les bien belles photos de Robert Mapplethorpe!

Texte et photos de Jacques Lanciault

Robert Mapplethorpe, MBAM, 2016

Laval, Québec, le 24 novembre 2016 - La semaine dernière, nous nous sommes rendus au Musée des beaux-arts de Montréal pour voir l’exposition consacrée au photographe américain Robert Mapplethorpe (1946-1989), un artiste reconnu pour ses magnifiques portraits en noir et blanc… et pour ses photos de nus masculins, dont plusieurs ont été figés sur la pellicule dans des poses sadomasochistes !

Ma conjointe a carrément détesté l’exposition ! Personnellement, j’ai adoré les « portraits »… qui sont d’une grande sensualité et d’un esthétisme pratiquement parfait !

Soulignons que les œuvres à caractère érotique, voire pornographique, sont présentées dans une section des salles où sont affichés moult avertissements concernant la crudité de l’exposition. J’ai beaucoup moins apprécié ces œuvres. Si techniquement elles satisfont sans doute les même hauts critères de perfection de l’artiste, il me semble qu’elles étaient loin de véhiculer la même sensualité que les autres clichés de Mapplethorpe.

Nous présentons ci-dessous quelques-unes des photos qui nous ont le plus touchées.

Photo ci-dessous : De la série intitulée « Lisa Lyon » réalisée en 1981, une jambe, celle de Lisa Lyon qui, en 1979, a remporté le championnat mondial féminin de culturisme. Sur une période de six années, Mapplethorpe a réalisé pas moins de 200 photographies d’elle !

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Remplis sous: Arts et spectacles - Critique Mots clés:
22
Oct/16
0

Les magnifiques couleurs de Pierre Bonnard !

Texte et photos de Céline et Jacques Lanciault

Pierre Bonnard, Musée national des beaux-arts du Québec, Québec, Québec

Québec, Québec, mercredi 19 octobre 2016 – Pour notre première visite au Musée national des beaux-arts du Québec, nous ne pouvions profiter de plus belle opportunité pour découvrir ce musée et le tout nouveau pavillon Lassonde que l'exposition consacrée à Pierre Bonnard… En effet, l'institution muséale québécoise accueillait pour la première fois de son histoire une exposition internationale, celle-ci intitulée « Pierre Bonnard, la couleur radieuse ».

Pour l'occasion, nous profitons d'une visite guidée de l'exposition. Les explications et la guide nous auront permis de situer l'artiste dans son époque et de mieux comprendre son évolution au fil de sa carrière… et d'admirer son oeuvre!

Évidemment, nous profiterons de notre présence au Musée national des beaux-arts de Québec pour nous rendre dans chacun des trois autres bâtiments constituant le musée et d'y découvrir des artistes québécois que nous connaissions moins. D'autres textes suivront sur eux.

Nous présentons ci-dessous quelques-unes les toiles qui nous ont le plus touchées.

Photo ci-dessus : Une des superbes oeuvres de Pierre Bonnard exposée au Musée national des beaux-arts du Québec, « Le déjeuner », une toile réalisée par l'artiste français en 1932.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

9
Oct/16
1

Pierre Bonnard, le peintre lyrique

Revue de presse

Éric Clément, La Presse, le 9 octobre 2016

Pierre Bonnard au MNBAQ, Québec

Le pavillon Lassonde du Musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ) accueille sa première exposition internationale avec les oeuvres du peintre français Pierre Bonnard (1867-1947). Une exposition préparée par la commissaire Jacqueline Munck, conservatrice du patrimoine au Musée d'art moderne de la Ville de Paris.

Quelque 70 ans après sa mort, Pierre Bonnard est à la mode. Le musée d'Orsay de Paris lui consacrait une rétrospective fort courue l'an dernier (plus de 500 000 visiteurs), moins de dix ans après celle du Musée d'art moderne de la Ville de Paris et trois ans après l'exposition Bonnard à Bâle, en Suisse. Un musée Bonnard a été créé en 2011 au Cannet, sur la Côte d'Azur, où l'artiste a vécu les 20 dernières années de sa vie. Et ce mois-ci, le musée d'Orsay expose plus de 100 oeuvres de Pierre Bonnard et d'Édouard Vuillard grâce à un don du collectionneur Jean-Pierre Marcie-Rivière.

Photo ci-dessus : Pont du Carrousel, 1903, Pierre Bonnard, huile sur toile, 72,39 cm x 99,38 cm. Los Angeles County Museum of Art, don de M. et Mme Sidney F. Brody. (PHOTO FOURNIE PAR LE MNBAQ)

Remplis sous: Arts et spectacles - Critique Mots clés: