20
Jan/21
1

La corrida à Séville… ou le grand « art » de maltraiter les taureaux!

Texte, recherches et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 84e d’une longue série de reportages relatifs à une étourdissante odyssée en Andalousie et en Algarve, un voyage à quatre que nous avons terminé à Lisbonne au Portugal au printemps 2014

Plaza de Toros de la Real Maestranza de Caballería de Sevilla, Séville, Andalousie, Espagne

Séville, Espagne, dimanche 1er juin 2014 - Nous assistions ce soir à notre première corrida à vie… et nous n’avons pas mis beaucoup de temps à être convaincus, tant Céline que moi, qu’il s’agirait également de notre dernière.

Une corrida est à la fois un très beau spectacle — élégance des costumes des très nombreux participants, grâce et courage des toréadors et impressionnante carrure des énormes taureaux qui sont jetés en pâture aux hommes — et à la fois une véritable boucherie… qui, nous semble-t-il, n’a pas sa place dans une société dite civilisée!

Nous présentons ci-dessous quelques-uns des clichés que nous avons réalisés.

Une grande majorité des photos nous montrent la grâce et le courage des toréadors… mais d’autres, malheureusement, présentent des hommes s’acharnant avec violence sur des taureaux que l’on voit souffrants dans leurs difficiles derniers moments de vie… juste avant de rendre les armes, et ce, sous les applaudissements de la foule!

Photo ci-dessus : Une image de gestes gracieux du toréador face à une bête impressionnante.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

N. B. : Pour regarder le diaporama des photos présentées sur cette page, cliquez sur n’importe laquelle des photos.

Il est 19 heures lorsque nous arrivons à la Plaza de Toros de la Real Maestranza de Caballería de Sevilla, les arènes de Séville, que nous avons visitées plus tôt cette semaine.

Le spectacle doit commencer à 19 h 30. Les portes viennent tout juste d’ouvrir. Nous sommes des centaines qui attendaient l’ouverture des portes.

Nous nous rendons à nos sièges. En fait, nous devrions plutôt écrire « à nos places », car il n’y a pas de siège… sur chacune des rangées, les places sont numérotées en blanc sur de longs bancs de brique.

La numérotation ne laisse pas beaucoup de place à chaque spectateur…

Toutefois, nous détenons d’excellents billets, nous sommes au centre de la piste, à l’ombre, avec une vue directe sur l’entrée des taureaux.

Plaza de Toros de la Real Maestranza de Caballería de Sevilla, Séville, Andalousie, Espagne

Photo ci-dessus : Nous nous installons à nos places alors que des employés de la "Plaza de Toros" sont à arroser le sable de l’arène afin d’éviter que les participants ne soulèvent la poussière lors de leurs nombreux déplacements.

Plaza de Toros de la Real Maestranza de Caballería de Sevilla, Séville, Andalousie, Espagne

Photo ci-dessus : Peu à peu, les spectateurs rejoignent leurs places. Les gradins se remplissent… surtout de notre côté, à l’ombre!

Plaza de Toros de la Real Maestranza de Caballería de Sevilla, Séville, Andalousie, Espagne

Photo ci-dessus : Nos places sont situées tout près de l’estrade des juges!

S’asseoir sur des briques ultras chaudes, car elles ont été cuites par le soleil durant toute la journée, est très inconfortable. En entrant dans le stade, nous avons remarqué des jeunes qui vendaient des coussins aux couleurs du drapeau espagnol. Je file en acheter un pour Céline (2 €).

Maintenant que tous les détenteurs de billets de notre rangée se sont installés, nous sommes tassés les uns sur les autres… comme des sardines! Changer l’objectif de mon appareil photo durant le spectacle ne sera pas une sinécure!

Un début tout en grâce
Il y a un orchestre sur place! Il y va de ses premières mesures… le spectacle commence.

La première étape est « le Paseo », le défilé de tous les participants de la corrida. Le défilé est mené par deux cavaliers superbement vêtus montés sur de très beaux chevaux.

Plaza de Toros de la Real Maestranza de Caballería de Sevilla, Séville, Andalousie, Espagne

Plaza de Toros de la Real Maestranza de Caballería de Sevilla, Séville, Andalousie, Espagne

Plaza de Toros de la Real Maestranza de Caballería de Sevilla, Séville, Andalousie, Espagne

Photos ci-dessus : Le défilé, « le Paseo » prend son envol.

Les matadors sont ceux qui mâtent les taureaux pour les fatiguer, les picadors, quant à eux, piquent les bêtes avec une mini lance, tandis que les toréadors, qui sont les grandes vedettes du spectacle, sont ceux qui tuent les taureaux.

Plaza de Toros de la Real Maestranza de Caballería de Sevilla, Séville, Andalousie, Espagne

Photo ci-dessus : Un toréador vedette, un Sévillan, est pris en photo par un groupe de photographes des médias.

Plaza de Toros de la Real Maestranza de Caballería de Sevilla, Séville, Andalousie, Espagne

Plaza de Toros de la Real Maestranza de Caballería de Sevilla, Séville, Andalousie, Espagne

Photos ci-dessus : Les toréadors dans leurs habits de lumière, les grandes vedettes du spectacle, se tiennent tout juste devant nous avant de joindre les rangs du défilé. Il y en a plusieurs, car six taureaux sont appelés à mourir ce soir.

Plaza de Toros de la Real Maestranza de Caballería de Sevilla, Séville, Andalousie, Espagne

Plaza de Toros de la Real Maestranza de Caballería de Sevilla, Séville, Andalousie, Espagne

Photos ci-dessus : Les « picadors », porteurs de lances, sur leurs chevaux bien protégés… Ce sont eux qui vont affaiblir l’animal pour permettre au toréador de l’achever!

Plaza de Toros de la Real Maestranza de Caballería de Sevilla, Séville, Andalousie, Espagne

Plaza de Toros de la Real Maestranza de Caballería de Sevilla, Séville, Andalousie, Espagne

Photos ci-dessus : Les responsables de « l’arrastre », c’est-à-dire l’enlèvement hors de la piste du taureau mort, traîné par des chevaux filant au galop!

Plaza de Toros de la Real Maestranza de Caballería de Sevilla, Séville, Andalousie, Espagne

Photo ci-dessus : Les toréadors de la soirée… s’échauffent!

Plaza de Toros de la Real Maestranza de Caballería de Sevilla, Séville, Andalousie, Espagne

Photo ci-dessus : La porte d’où sortent les taureaux. Un tableau donne le « pedigree » de l’animal!

Tout au long de la soirée, nous constaterons que les bêtes qui s’amènent dans l’arène pèsent entre 450 et 500 kilos… et qu’elles sont âgées de 3 et 4 ans.

La première corrida de la soirée
Et voilà, la porte s’ouvre et un premier taureau s’avance dans l’arène.

Plaza de Toros de la Real Maestranza de Caballería de Sevilla, Séville, Andalousie, Espagne

Plaza de Toros de la Real Maestranza de Caballería de Sevilla, Séville, Andalousie, Espagne

Plaza de Toros de la Real Maestranza de Caballería de Sevilla, Séville, Andalousie, Espagne

Plaza de Toros de la Real Maestranza de Caballería de Sevilla, Séville, Andalousie, Espagne

Plaza de Toros de la Real Maestranza de Caballería de Sevilla, Séville, Andalousie, Espagne

Photos ci-dessus : La porte s’est ouverte, un premier taureau s’amène dans l’arène.

Plaza de Toros de la Real Maestranza de Caballería de Sevilla, Séville, Andalousie, Espagne

Photo ci-dessus : Dès que le taureau aperçoit un mouvement… il se met à la poursuite ce celui-ci!

Plaza de Toros de la Real Maestranza de Caballería de Sevilla, Séville, Andalousie, Espagne

Photo ci-dessus : Un « picador » sur son cheval est prêt à intervenir.

Plaza de Toros de la Real Maestranza de Caballería de Sevilla, Séville, Andalousie, Espagne

Plaza de Toros de la Real Maestranza de Caballería de Sevilla, Séville, Andalousie, Espagne

Plaza de Toros de la Real Maestranza de Caballería de Sevilla, Séville, Andalousie, Espagne

Plaza de Toros de la Real Maestranza de Caballería de Sevilla, Séville, Andalousie, Espagne

Plaza de Toros de la Real Maestranza de Caballería de Sevilla, Séville, Andalousie, Espagne

Plaza de Toros de la Real Maestranza de Caballería de Sevilla, Séville, Andalousie, Espagne

Plaza de Toros de la Real Maestranza de Caballería de Sevilla, Séville, Andalousie, Espagne

Plaza de Toros de la Real Maestranza de Caballería de Sevilla, Séville, Andalousie, Espagne

Plaza de Toros de la Real Maestranza de Caballería de Sevilla, Séville, Andalousie, Espagne

Photos ci-dessus : Le premier affrontement entre le toréador et le taureau est tout en grâce.

Plaza de Toros de la Real Maestranza de Caballería de Sevilla, Séville, Andalousie, Espagne

Plaza de Toros de la Real Maestranza de Caballería de Sevilla, Séville, Andalousie, Espagne

Plaza de Toros de la Real Maestranza de Caballería de Sevilla, Séville, Andalousie, Espagne

Plaza de Toros de la Real Maestranza de Caballería de Sevilla, Séville, Andalousie, Espagne

Photos ci-dessus : Et tout se gâche avec l’entrée en scène d’un picador.

C’est spectaculaire, mais difficile émotionnellement de regarder les taureaux se faire blesser et tuer!

Nous assistons à la première mise à mort tellement surpris de tant de cruauté que je n’ose appuyer sur le déclencheur de mon appareil photo!

Et il y a six mises à mort au programme… c’est beaucoup. Pour Céline, après deux c’était déjà trop. D’ailleurs, plusieurs personnes, certainement des touristes, quittent au fur et à mesure que la soirée avance.

Par contre les Sévillans, les plus adeptes des corridas s’en donnent à cœur joie. Ils applaudissent, crient et encouragent les toréadors.

Pour poursuivre le visionnement des photos de la corrida, cliquer sur la page 2

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
Commentaires (1) Trackbacks (0)
  1. boucherie , c’est le bon terme !

Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant