31
Juil/20
0

Grenade : la chapelle royale, la cathédrale et un « tour de ville » en bus!

Texte, recherches et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 32e d’une longue série de reportages relatifs à une étourdissante odyssée en Andalousie et en Algarve, un voyage à quatre que nous avons terminé à Lisbonne au Portugal au printemps 2014

Cathédrale, Grenade, Andalousie, Espagne

Grenade, dimanche 11 mai 2014 — Même si nous sommes à Grenade depuis plusieurs jours, ce n’est qu’aujourd’hui que nos visites nous amènent au cœur du quartier historique!

Nous découvrons, tour à tour, le Monasterio de San Jerónimo, une des églises les plus spectaculaires de la ville, le Palacio de la Madraza, une ancienne école coranique aux salles d’une beauté incomparable, le corral del Carbón, un ancien caravansérail, la Capilla Real, la chapelle royale, et la Catedral Metropolitana de la Encarnación, la cathédrale de Grenade!

Et pour terminer cette superbe journée, un tour de ville du deuxième étage d’un autobus, une gracieuseté de nos cartes touristiques Bono Turistico!

Après avoir raconté nos visites du monastère de San Jerónimo, du Palacio de la Madraza, du corral del Carbón et de la Casa de los Tiros dans nos textes précédents, allons-y maintenant des nos belles découvertes à la Capilla Real, à la Catedral Metropolitana de la Encarnación et lors de notre « tour de ville » en autobus!

Photo ci-dessus : La façade de la cathédrale de l’Incarnation de Grenade est de style baroque et se trouve sur la « plaza de las pasiegas ». Pour cette cathédrale, une seule des deux tours prévues a été construite, elle mesure 57 m de haut… alors que selon les plans originaux elle devait atteindre 82 mètres.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

N.-B. : Pour regarder le diaporama des photos présentées sur cette page, cliquez sur n’importe laquelle des photos.

Après une pause à notre appartement pour nous rafraîchir, nous repartons vers 15 h 45 pour la poursuite de notre programme de visites de la journée.

Nous prenons la direction de la cathédrale de Grenade et de la chapelle royale où nous arrivons quelques minutes plus tard.

Il est 16 heures lorsque nous entrons dans la Capilla Real, la chapelle royale. Son accès est possible par l’extérieur, mais aussi par un portail ouvert sur la chapelle dans la cathédrale. C’est ce deuxième accès que nous utilisons.

Chapelle royale, Grenade, Andalousie, Espagne

Chapelle royale, Grenade, Andalousie, Espagne

Photos ci-dessus : En entrant dans la « Chapelle royale » par l’intérieur de la cathédrale, nous avons raté sa façade extérieure. (Photos provenant du site Internet de la Chapelle royale)

Nous entrons dans la cathédrale. C’est gratuit avec nos cartes touristiques Bono Turistico. Toutefois, nous prenons les audioguides au coût de 3 € chacun.

La documentation qui nous est remise en entrant nous apprend que : « La chapelle royale de Grenade est un mausolée. Elle se trouve au niveau du portail sud du transept de la cathédrale de Grenade.

Elle fut construite sur l’ordre de Ferdinand d’Aragon et d’Isabelle de Castille, les Rois Catholiques, car ils voulaient être enterrés dans la ville où avait eu lieu leur plus grande victoire sur les musulmans. En effet, la prise de Grenade en 1492 a mis fin à la présence musulmane en Espagne.

C’est l’architecte espagnol Enrique de Egas (1455-1534) qui se voit confier la construction de la chapelle. Celle-ci fut édifiée entre 1506 et 1521.

On y trouve deux sarcophages des Rois Catholiques… qui ne sont que des cénotaphes puisque les cercueils se trouvent dans une crypte située juste sous la chapelle. »

Dans la Chapelle royale, les photos sont interdites!

Chapelle royale, Grenade, Andalousie, Espagne

Photo ci-dessus : Les cénotaphes des Rois Catholiques, Ferdinand d’Aragon et d’Isabelle de Castille, sont des œuvres de l’artiste italien Domenico Fancelli (1469-1519). (Photos provenant du site Internet de la Chapelle royale)

Les salles sont climatisées et c’est très bien, car à l’extérieur la température est très très chaude, voire suffocante.

Après notre déambulation dans la chapelle, nous revenons vers l’intérieur de la cathédrale.

Chapelle royale, Grenade, Andalousie, Espagne

Photo ci-dessus : À l’intérieur de la cathédrale, voici le portail à franchir pour entrer dans la Chapelle royale. (Photos provenant du site Internet de la Chapelle royale)

Catedral Metropolitana de la Encarnación, Grenade, Andalousie, Espagne

Catedral Metropolitana de la Encarnación, Grenade, Andalousie, Espagne

Catedral Metropolitana de la Encarnación, Grenade, Andalousie, Espagne

Photos ci-dessus : La cathédrale de Grenade mesure 115 mètres de long sur 65 mètres de large. Les colonnes de pierre, qui sont partout à l’intérieur, sont des plus imposantes.

Notre audioguide nous informe « que la cathédrale de l’Incarnation de Grenade a été érigée à compter de 1523… pour n’être achevée qu’en 1704!

Elle est considérée comme la toute première église construite en style “Renaissance” en Espagne.

Sa construction fut envisagée par les Rois Catholiques, mais c’est plutôt sous Charles Quint que les travaux furent lancés.

Dans leurs plans, les architectes se sont inspirés de l’église du Saint Sépulcre de Jérusalem.

Étant donné la longue période nécessaire à sa construction, le lieu de prière affiche plusieurs styles d’architecture.

La cathédrale a été construite sur le site de la “Grande mosquée” de Grenade. »

Nous entrons dans la sacristie où sont exposés des habits sacrés.

La pièce est décorée de plusieurs peintures sur les murs et de belles sculptures en bois polychrome sont exposées. Une d’entre elles représente l’Immaculée-Conception. Elle est haute de 49 cm. Il s’agit d’une œuvre majeure de l’art baroque de Grenade réalisée en 1656 par Alonso Cano (1601-1667)… celui que l’on surnomme le « Michel Ange andalou ».

Cette très belle statue est conservée dans une armoire vitrée.

« C’est en 1655 que le chapitre de la cathédrale de Grenade confie à Alonso Cano la réalisation d’une petite sculpture de la Vierge Marie pour décorer une des chapelles de la cathédrale. Mais, l’œuvre livrée l’année suivante a tellement impressionné qu’il a été décidé de la placer dans la sacristie afin de mieux l’apprécier. »

Catedral Metropolitana de la Encarnación, Grenade, Andalousie, Espagne

Catedral Metropolitana de la Encarnación, Grenade, Andalousie, Espagne

Catedral Metropolitana de la Encarnación, Grenade, Andalousie, Espagne

Catedral Metropolitana de la Encarnación, Grenade, Andalousie, Espagne

Photos ci-dessus : L’Immaculé-Conception d’Alonso Cano est une petite sculpture d’un peu plus d’un demi-mètre de hauteur, sculptée dans du bois de cèdre polychrome. L’œuvre est posée sur un petit piédestal qui prend la forme d’un nuage avec trois visages d’anges. La Vierge a les mains jointes, son visage incliné vers le bas et le manteau marquant une diagonale qui donne du mouvement à l’ensemble. L’artiste n’a pas dessiné l’image d’une femme mûre, mais plutôt celle d’une jeune femme innocente tout à fait en phase avec l’idée de Marie Immaculée née sans péché originel.

Et notre audioguide continu : « Rarement une œuvre d’une taille aussi petite que cette sculpture de la Vierge de l’Immaculée-Conception n’a suscité autant d’intérêt et de dévotion. »

« C’est peut-être simplement la simplicité avec laquelle l’artiste a esquissé la sculpture d’une Vierge qui ressemble à une femme normale, cette fois sans être la mère de Dieu, sans être réellement une Vierge, mais juste une jeune femme qui accepte des desseins divins. »

Nous revenons dans l’église.

Catedral Metropolitana de la Encarnación, Grenade, Andalousie, Espagne

Photo ci-dessus : Un des portails intérieurs de la cathédrale de Grenade.

La chapelle principale, dite la Capilla Mayor, est circulaire. Elle a 22 mètres de diamètre et 46 mètres de hauteur. Elle est surmontée d’une grande coupole.

« Il fut un temps, précise notre audioguide, où cette grande chapelle servait de panthéon impérial. Ce panthéon a toutefois été transféré à l’Escurial de Madrid par le roi Philippe II. »

Il y a beaucoup de tableaux sur les murs qui entourent la chapelle principale.

De très nombreuses chapelles ont été aménagées tout le tour de la cathédrale.

La première que nous croisons est dédiée à San Miguel, c’est-à-dire Saint Michel Archange.

Catedral Metropolitana de la Encarnación, Grenade, Andalousie, Espagne

Catedral Metropolitana de la Encarnación, Grenade, Andalousie, Espagne

Photos ci-dessus : La disposition du retable de la Capilla San Miguel est de l’architecte Francisco Romero de Aragón. Le relief central montrant Saint-Michel Archange dans la lutte contre les dragons et les démons, est du sculpteur Juan Adán Morlán (1741-1816), tandis que la couronne supérieure de la Sainte Trinité parmi les anges est de Manuel González.

Nous entrons dans un petit musée contenant les trésors de la cathédrale.

« Celui-ci a ouvert ses portes en 1928. Avant cela, cette pièce servait de salle capitulaire. Il y a de belles tapisseries des Gobelins, des accessoires de messe. »

Nous ressortons et passons devant la chapelle Nuestra señora de El Antigua. Elle est de style baroque, avec un retable osé et original datant de 1716-1718.

Puis, nous passons à une chapelle où le retable est dédié à Apostol Santiago, Saint-Jacques apôtre. Il est l’un des trois grands autels baroques du temple réalisés dans le premier quart du XVIIIe siècle.

Catedral Metropolitana de la Encarnación, Grenade, Andalousie, Espagne

Catedral Metropolitana de la Encarnación, Grenade, Andalousie, Espagne

Catedral Metropolitana de la Encarnación, Grenade, Andalousie, Espagne

Photos ci-dessus : Ce retable de la cathédrale de Grenade est connu sous le nom de « Triunfo de Santiago ». Il a été réalisé entre 1707 et 1708 par Francisco Hurtado Izquierdo (1669-1725). Il a été doré à la feuille d’or entre 1712 et 1713. La sculpture du retable a été réalisée par Juan de la Torre.

Catedral Metropolitana de la Encarnación, Grenade, Andalousie, Espagne

Photo ci-dessus : Un très beau reliquaire.

Catedral Metropolitana de la Encarnación, Grenade, Andalousie, Espagne

Photo ci-dessus : Du pontificat du premier archevêque Fray Hernando de Talavera (1493-1507), un seul manuscrit a survécu à ce jour, il s’agit d’un livre de chants choraux.

Nous passons devant la chapelle de Sainte-Lucie, la Capilla de Santa Lucia. Le retable date de 1624.

Catedral Metropolitana de la Encarnación, Grenade, Andalousie, Espagne

Catedral Metropolitana de la Encarnación, Grenade, Andalousie, Espagne

Photos ci-dessus : La chapelle de Sainte-Lucie est dotée de trois retables. Celui du centre est présidé par Sainte-Lucie, accompagnée de Saint-François de Borja et de Saint-Louis-de-Gonzague. Ce retable est l’œuvre de Gaspar Guerrero qui le réalisa entre 1620 et 1624.

Catedral Metropolitana de la Encarnación, Grenade, Andalousie, Espagne

Photo ci-dessus : Une autre vue des colonnes de la cathédrale de Grenade.

Une autre chapelle époustouflante est dédiée à la Nuestra Señora de las Angustias, Notre-Dame des sept Douleurs, la sainte patronne de la ville de Grenade.

Catedral Metropolitana de la Encarnación, Grenade, Andalousie, Espagne

Catedral Metropolitana de la Encarnación, Grenade, Andalousie, Espagne

Catedral Metropolitana de la Encarnación, Grenade, Andalousie, Espagne

Photos ci-dessus : Dans la chapelle de la Nuestra Señora de las Angustias se trouvent trois sépultures d’archevêques qui ont régné sur le diocèse de Grenade aux XIXe et XXe siècles : José Moreno Mazón (1885-1905), Balbino Santos Olivera (1946-1953) et Rafael García et García de Castro (1953-1968).

Catedral Metropolitana de la Encarnación, Grenade, Andalousie, Espagne
Photo ci-dessus : L’orgue de la cathédrale de Grenade.

Catedral Metropolitana de la Encarnación, Grenade, Andalousie, Espagne

Photo ci-dessus : Une maquette de la cathédrale.

Catedral Metropolitana de la Encarnación, Grenade, Andalousie, Espagne

Photo ci-dessus : Un superbe relief représentant l’Assomption de la Vierge Marie.

Catedral Metropolitana de la Encarnación, Grenade, Andalousie, Espagne

Photo ci-dessus : Un des grands artistes ayant travaillé à la décoration de la cathédrale de Grenade, Alonso Cano. Il est l’une des figures les plus marquantes de l’art baroque espagnol. Né à Grenade en 1601, l’artiste a cultivé à la fois la peinture, la sculpture et l’architecture, trois genres où il a réussi avec grande précision.

Nous nous arrêtons à la boutique de la cathédrale et nous achetons un livre sur l’Alhambra pour nos petits-enfants.

Il est 17 h 15 lorsque nous sortons… et nous croisons justement une sculpture d’Alonso Cano.

Catedral Metropolitana de la Encarnación, Grenade, Andalousie, Espagne

Photo ci-dessus : Une sculpture d’Alonso Cano à la porte de la cathédrale de Grenade.

Grenade, Andalousie, Espagne

Grenade, Andalousie, Espagne

Photos ci-dessus : Tout près du portail de la cathédrale de Grenade, un mime magnifiquement maquillé offre une rose à notre amie Carole.

Grenade, Andalousie, Espagne
Photo ci-dessus : Et également tout près de la cathédrale, nous croisons ce superbe lampadaire.

Nous nous rendons à l’arrêt du City Sightseing Tour. Ce tour de la ville en autobus est inclus dans le forfait de nos cartes touristiques Bono Turistico. Normalement son coût par personne est de 18 €.

Nous attendons une quinzaine de minutes, puis nous montons au deuxième étage, en fait sur le toit du bus… où la vue devrait être magnifique. On nous remet des écouteurs pour l’audioguide en français. Le tour dure normalement 80 minutes.

City Sightseing Tour, Grenade, Andalousie, Espagne

City Sightseing Tour, Grenade, Andalousie, Espagne

Photos ci-dessus : Carole et Céline bien installées pour amorcer notre tour de la ville de Grenade en autobus.

Il n’y a que deux autres personnes avec nous au deuxième étage de l’autobus.

Dès le départ, nous passons devant la Plaza Isabel La Catolica, puis devant le Teatro Municipal Isabel La Católica où une statue de la reine est bien en vue sur le toit de l’immeuble.

City Sightseing Tour, Grenade, Andalousie, Espagne

City Sightseing Tour, Grenade, Andalousie, Espagne

City Sightseing Tour, Grenade, Andalousie, Espagne

Photos ci-dessus : Une statue de la reine Isabel la Catholique domine la ville du toit du théâtre nommé en l’honneur de la reine, le « Teatro Municipal Isabel La Católica ».

Puis, nous passons devant la succursale du magasin El Corte Inglés où nous nous rendons pratiquement quotidiennement.

City Sightseing Tour, Grenade, Andalousie, Espagne

Photo ci-dessus : L’affiche bien connue de notre magasin « El Corte Inglés ».

Nous passons rapidement devant la « Fontaine des Batailles », la Fuente de las Batalas.

City Sightseing Tour, Grenade, Andalousie, Espagne
Photo ci-dessus : Nous apercevons un pont datant du XIIe siècle, un pont construit par les arabes.

Nous longeons le cours d’eau… qui est asséché. Il y a un beau jardin tout près…

Nous traversons l’ancien quartier juif.

Il est 17 h 40, et un thermomètre affiche 30 degrés Celsius… à l’ombre.

Pourtant au loin nous apercevons les sommets enneigés de la Sierra Nevada… elle dont certains pics culminent à 3 000 mètres d’altitude…

City Sightseing Tour, Grenade, Andalousie, Espagne

City Sightseing Tour, Grenade, Andalousie, Espagne

Photos ci-dessus : Les sommets enneigés de la Sierra Nevada. « Des sommets qui ont longtemps été craints par les Arabes », nous apprend notre audioguide.

« En 1996, un championnat du monde de ski s’est tenu à Grenade… et aussi surprenant que cela paraisse, la ville a soumis sa candidature pour organiser les prochains Jeux olympiques d’hiver! »

City Sightseing Tour, Grenade, Andalousie, Espagne
Photo ci-dessus : Une belle maison dans la verdure.

City Sightseing Tour, Grenade, Andalousie, Espagne

Photo ci-dessus : Et une fontaine.

Nous montons vers l’Alhambra. Il vente beaucoup sur le toit de l’autobus.

Le bus s’arrête à l’Alhambra où plusieurs touristes grimpent à bord.

Notre audioguide nous lance une citation de Francisco de Icaza (1863-1925), un poète mexicain, qui a écrit :

« Fais-lui l’aumône, ô femme,
Car il n’y a plus grande peine
Que d’être aveugle à Grenade ».

« C’est la meilleure description que l’on puisse faire de notre ville », affirme la voix de notre audioguide.

Cette inscription, nous l’avons vue dans les « Jardins des chemins de ronde », les Jardines de los Adarves, sans que nous sachions ce que cela voulait dire.

Nous redescendons de la colline où se trouve l’Alhambra et notre balade nous amène au Paseo del Salón où il y a de magnifiques maisons situées en face d’une allée de jardin et d’un parc.

Nous apercevons le nouveau palais des congrès avec son grand perron qui lui sert de mirador sur la ville.

Puis, nous circulons dans la ville plus récente et moderne.

Nous traversons le quartier Camino de Ronda où, du bus, nous apercevons au centre du rond-point de l’avenida América… un hélicoptère!

City Sightseing Tour, Grenade, Andalousie, Espagne

Photo ci-dessus : L’hélicoptère que nous avons aperçu en nous rendant plus tôt cette semaine au Centre des Sciences.

City Sightseing Tour, Grenade, Andalousie, Espagne

Photo ci-dessus : La tour d’observation du Centre des Sciences est gigantesque. Elle domine l’ensemble des installations du haut de ses 37 mètres et elle offre une vue panoramique sur la ville.

City Sightseing Tour, Grenade, Andalousie, Espagne

Photo ci-dessus : L’hôtel Nazaries est situé dans un impressionnant bâtiment en pierre naturelle aux dimensions colossales sur l’avenida Maestro Montero, au cœur de la ville de Grenade.

Un magnifique jardin entoure l’ancienne maison de Federico García Lorca (1898-1926), l’écrivain exécuté sommairement le 19 août 1936 par des milices franquistes!

Il est présentement 18 h 30… et le mercure affiche 36 degrés Celsius au soleil.

Nous passons devant la faculté des sciences fondée par Charles Quint en 1526. Aujourd’hui, l’université accueille 50 000 étudiants.

Notre audioguide nous apprend qu’un projet de construction d’un TGV pour relier Grenade à d’autres capitales européennes est à l’étude.

Finalement, nous passons sur l’avenida de la Constitución… un beau paseo où nous apercevons de nombreuses sculptures. Nous y reviendrons demain pour une belle balade.

Nous descendons à 19 heures à l’endroit même où nous avons amorcé notre tour, en face de la cathédrale.

Nous reprenons notre route vers l’appartement où nous arrivons à 19 h 20.

À suivre
Pour notre dernière journée à Grenade, en matinée nous sortons légèrement du centre-ville pour visiter le monastère de la Cartuja!

Monasterio de la Cartuja, Grenade, Andalousie, Espagne

Photo ci-dessus : Le chœur de l’église du « monasterio de la Cartuja » est éblouissant. Sa décoration est une œuvre de Federico Hurtado Izquierdo (1669-1725).

Pour lire nos autres textes portant sur notre périple en Andalousie et en Algarve que nous avons terminé à Lisbonne au Portugal, cliquez sur le lien suivant : Douce chaleur andalouse

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
Commentaires (0) Trackbacks (0)

Aucun commentaire pour l'instant

Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant