26
Juil/20
0

Grenade : le monastère de San Jerónimo, son église et son retable spectaculaire!

Texte, recherches et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 30e d’une longue série de reportages relatifs à une étourdissante odyssée en Andalousie et en Algarve, un voyage à quatre que nous avons terminé à Lisbonne au Portugal au printemps 2014

Monasterio de San Jerónimo, Grenade, Andalousie, Espagne

Grenade, dimanche 11 mai 2014 — Même si nous sommes à Grenade depuis plusieurs jours, ce n’est qu’aujourd’hui que nos visites nous amènent au cœur du quartier historique!

Nous découvrons, tour à tour, le Monasterio de San Jerónimo, une des églises les plus spectaculaires de la ville, le Palacio de la Madraza, une ancienne école coranique aux salles d’une beauté incomparable, le corral del Carbón, un ancien caravansérail, la Capilla Real, la chapelle royale, et la Catedral Metropolitana de la Encarnación, la cathédrale de Grenade!

Et pour terminer cette superbe journée, un tour de ville du deuxième étage d’un autobus, une gracieuseté de nos cartes touristiques Bono Turistico!

Mais, allons-y tout d’abord de notre visite du magnifique monastère de San Jerónimo.

Photo ci-dessus : Le maître-autel du « Monasterio de San Jerónimo » a été réalisé entre 1570 et 1605 et il est typique des styles renaissance et maniérisme. Sa décoration est impressionnante. À droite et à gauche du retable, nous pouvons voir des statues du général Gonzalo Fernández de Córdoba, dit le « Gran Capitan » et de son épouse la « Duquesa »… en train de prier.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

N.-B. : Pour regarder le diaporama des photos présentées sur cette page, cliquez sur n’importe laquelle des photos.

Presque la grasse matinée ce matin. Nous sortons des bras de Morphée à 7 h 30… À notre réveil, il y a quelques nuages dans le ciel, mais le soleil est bien en vue.

Après notre petit-déjeuner pris à l’appartement, nous partons, à pied, à 9 h 30. Nous nous dirigeons vers le monastère de San Jerónimo, en fait de Saint-Jérôme.

Le trajet pour nous y rendre nous donne l’occasion de déambuler dans de superbes petites calle. C’est déjà chaud.

Notre visite du Monasterio de San Jerónimo devrait nous permettre de découvrir la riche décoration des lieux. Le monastère a été construit entre 1506 et 1522 sous la direction du grand artiste espagnol Diego de Siloé (1495-1563).

Le monastère est doté de deux cloîtres situés de chaque côté d’une cour où l’on retrouve de nombreux orangers.

Le point d’orgue de toute visite du monastère est l’église qui comporte un immense retable superbement décoré. Le général et homme d’État Gonzalo Fernández de Córdoba, connu sous le nom de Gran Capitan et son épouse sont enterrés dans cette église.

Nous arrivons un peu après 10 heures.

Monasterio de San Jerónimo, Grenade, Andalousie, Espagne

Photo ci-dessus : Le clocher de l’église du Monasterio de San Jerónimo.

Monasterio de San Jerónimo, Grenade, Andalousie, Espagne

Photo ci-dessus : La décoration de la façade de l’édifice du Monasterio de San Jerónimo est tout simplement époustouflante.

Monasterio de San Jerónimo, Grenade, Andalousie, Espagne

Monasterio de San Jerónimo, Grenade, Andalousie, Espagne

Monasterio de San Jerónimo, Grenade, Andalousie, Espagne

Photos ci-dessus : Et que dire de celle du portail principal!

Monasterio de San Jerónimo, Grenade, Andalousie, Espagne

Monasterio de San Jerónimo, Grenade, Andalousie, Espagne

Photos ci-dessus : Un autre portail, celui-ci près du clocher de l’église affiche une décoration tout aussi fine.

Nous entrons et nous nous retrouvons tout d’abord dans une cour intérieure bordée de grands cyprès.

Nous passons au guichet où le prix affiché est de 4 € par personne. Mais, avec nos cartes Bono Turistico, nous entrons gratuitement.

Les visites guidées n’étant offertes qu’en espagnol et en anglais, nous achetons un dépliant en français pour la modique somme d’un euro.

Puis, nous passons dans le premier cloître.

Monasterio de San Jerónimo, Grenade, Andalousie, Espagne

Photo ci-dessus : Nos premiers pas dans le « Monasterio de San Jerónimo » nous mènent dans un très beau cloître.

Le monastère est aujourd’hui habité par la « Communauté des sœurs de Saint-Jérôme ».

L’ensemble monastique a été construit sur une propriété ayant appartenu à Mohammed XII de Grenade, mieux connu sous le nom de Boabdil (1459-1532), le dernier souverain musulman de Grenade.

Les moines sont arrivés ici en 1521… et ils ont été expulsés en 1835, après avoir été ruinés en raison de l’application de la loi du Désamortissement en Espagne.

« Cette loi, desamortización en espagnol, fut un long processus historico-économique entamé en Espagne à la fin du XVIIIe siècle (1798) », nous apprend l’encyclopédie Wikipédia.

« Le désamortissement consistait à mettre aux enchères publiques des terres et des biens improductifs détenus par les “mainmortes”, dans l’immense majorité des cas l’Église catholique ou les ordres religieux, qui les avaient accumulés par le biais de nombreux legs ou donations.

L’objectif poursuivi était l’augmentation de la richesse nationale et la création d’une bourgeoisie et d’une classe moyenne de travailleurs propriétaires. »

Par la suite, le monastère fut transformé en caserne de la Cavalerie, ce qui a eu pour conséquence de le rendre vétuste prématurément.

Des restaurations majeures y ont été réalisées à compter de 1958, et ce, sous l’impulsion d’une religieuse de Séville, mère María Cristina de Arteaga.

C’est en 1973 qu’il a été décidé de céder le complexe à l’ordre des Sœurs de Saint-Jérôme, qui l’occupe depuis 1977.

Au centre du cloître où nous nous trouvons, il y a une orangeraie. Nous apercevons un deuxième cloître à travers des grilles, mais il est réservé exclusivement à l’usage des religieuses, elles qui sont d’un ordre religieux contemplatif, soit des moniales ayant prononcé des vœux religieux et fait un choix de vie, généralement cloîtré, en respectant une règle monastique de vie commune principalement consacrée à la prière et à la contemplation.

L’impératrice Isabel de Portugal s’est arrêtée ici en 1526, lors de sa lune de miel suite à son mariage avec l’empereur Charles Quint.

Monasterio de San Jerónimo, Grenade, Andalousie, Espagne

Monasterio de San Jerónimo, Grenade, Andalousie, Espagne

Photos ci-dessus : Buste de mère María Cristina de Arteaga (1902-1984), une religieuse de l’ordre de Saint-Jérôme qui a milité pour la restauration du monastère. En 2001, l’Église catholique a entrepris à son égard un procès en béatification.

Tout autour du cloître, de magnifiques portails donnent accès à diverses salles. Nous les visitons une après l’autre…

L’escalier menant aux étages du monastère a été détruit par un incendie au XVIIIe siècle et il a été reconstruit à l’identique en 1965.

Monasterio de San Jerónimo, Grenade, Andalousie, Espagne

Monasterio de San Jerónimo, Grenade, Andalousie, Espagne

Photos ci-dessus : L’intérieur du monastère est tout aussi décoré que l’extérieur.

Nous entrons dans le réfectoire… où « les sièges, les tables et la chaire sont d’origine », mentionne la brochure que nous avons achetée!

Dans le réfectoire, c’est-à-dire la salle à manger des moines, les repas se prenaient en silence, alors que des textes religieux étaient lus. Une toile de la « Dernière Cène » domine la salle.

Monasterio de San Jerónimo, Grenade, Andalousie, Espagne

Monasterio de San Jerónimo, Grenade, Andalousie, Espagne

Photos ci-dessus : Le réfectoire est sobre, comme toutes les salles du genre que nous avons visitées au cours de nos voyages. Il est décoré de plusieurs tableaux.

Tout juste à côté du réfectoire, il y a la salle dite de Profundis. « Avant d’entrer dans la salle à manger, les moines s’y rendaient pour réciter le psaume de profundis », précise la brochure.

Dans cette pièce, il y a une jolie fontaine où les moines se lavaient les mains avant de se diriger vers la salle à manger.

Monasterio de San Jerónimo, Grenade, Andalousie, Espagne

Photo ci-dessus : Nous nous retrouvons dans un petit cloître où sur le carrelage nous pouvons lire le nom de certains frères ayant vécu ici. Pour chacun, l’année de leur décès est inscrite.

Monasterio de San Jerónimo, Grenade, Andalousie, Espagne

Photo ci-dessus : De la « Salle de Profundis », nous apercevons le clocher de l’église du monastère.

Monasterio de San Jerónimo, Grenade, Andalousie, Espagne

Photo ci-dessus : Une magnifique pièce en marbre italien magnifiquement travaillé datant du XVIe siècle.

Nous entrons dans la « Salle capitulaire » où se trouvent des stalles en noyer.

Rappelons que la salle capitulaire, aussi appelée salle du chapitre, est le lieu où se réunit quotidiennement la communauté religieuse d’un monastère.

Monasterio de San Jerónimo, Grenade, Andalousie, Espagne

Photo ci-dessus : La salle capitulaire du monastère de Saint-Jérôme abrite des sculptures polychromes de grande valeur et les murs sont décorés de tableau, pour la plupart des portraits de certains moines de Saint-Jérôme.

Pour sortir de la « Salle capitulaire », nous franchissons un portail qui affiche le blason du cardinal Mendoza, lui qui installa, après la reconquête, la croix sur la Torre de la Vela de l’Alhambra… que nous avons admirée hier.

Monasterio de San Jerónimo, Grenade, Andalousie, Espagne

Photo ci-dessus : De retour dans le cloître, nous apercevons ce dôme.

Monasterio de San Jerónimo, Grenade, Andalousie, Espagne

Photo ci-dessus : Nous entrons dans la sacristie, qui elle aussi est bien décorée.

Monasterio de San Jerónimo, Grenade, Andalousie, Espagne

Photo ci-dessus : Dans la quatrième partie du cloître, il y a une plaque commémorative au mur qui honore la mémoire de Fray Hernando de Talavera (1430-1507). Celui-ci était le confesseur de la reine Isabel de Castille et le premier archevêque de Grenade.

Soudain, il y a foule autour de nous… Ce sont les touristes de la visite guidée en espagnol de 11 heures.

L’église du Monasterio de San Jerónimo et surtout le retable
Nous entrons dans l’église où nous demeurons interloqués devant l’immense et superbe retable de huit étages s’étirant jusqu’au plafond qui domine le chœur!

Monasterio de San Jerónimo, Grenade, Andalousie, Espagne

Photo ci-dessus : « Le retable du maître-autel du “Monasterio de San Jerónimo”, nous apprend la brochure que nous avons achetée, est considéré comme le point de départ de la sculpture andalouse du dernier quart du XVIe siècle. »

Le retable a été réalisé dans le cadre de l’aménagement de l’église comme panthéon de Don Gonzalo Fernández de Córdoba, le « Gran Capitan », et de son épouse, María Manrique, duchesse de Sesa. C’est d’ailleurs pourquoi à droite et à gauche de l’immense retable, nous pouvons voir des statues du « Gran Capitan » et de son épouse la « Duquesa »… en train de prier.

Monasterio de San Jerónimo, Grenade, Andalousie, Espagne

Monasterio de San Jerónimo, Grenade, Andalousie, Espagne

Monasterio de San Jerónimo, Grenade, Andalousie, Espagne

Monasterio de San Jerónimo, Grenade, Andalousie, Espagne

Monasterio de San Jerónimo, Grenade, Andalousie, Espagne

Photos ci-dessus : Le retable est constitué d’une multitude de statues de saints et de relief représentant des scènes religieuses.

L’église compte de nombreuses chapelles.

Monasterio de San Jerónimo, Grenade, Andalousie, Espagne

Photo ci-dessus : L’autel d’une des chapelles latérales. La statue de la Vierge est une œuvre du sculpteur flamand Roque Balduque (????-1561). Elle est entourée des sculptures polychromes de Saint-Jérôme et de Sainte Paule, les fondateurs de l’ordre de Saint-Jérôme.

Monasterio de San Jerónimo, Grenade, Andalousie, Espagne

Photo ci-dessus : Une fresque occupe un des murs.

Monasterio de San Jerónimo, Grenade, Andalousie, Espagne

Monasterio de San Jerónimo, Grenade, Andalousie, Espagne

Monasterio de San Jerónimo, Grenade, Andalousie, Espagne

Photos ci-dessus : L’église est décorée de très nombreuses statues de saints et de saintes.

Monasterio de San Jerónimo, Grenade, Andalousie, Espagne

Photo ci-dessus : Un immense bloc de marbre servant de monument funéraire pour Don Gonzalo Fernández de Córdoba et son épouse.

Monasterio de San Jerónimo, Grenade, Andalousie, Espagne

Photo ci-dessus : Une statue du Christ portant de véritables vêtements et une vraie chevelure.

Monasterio de San Jerónimo, Grenade, Andalousie, Espagne

Monasterio de San Jerónimo, Grenade, Andalousie, Espagne

Photos ci-dessus : Le plafond de l’église est lui aussi superbe.

Monasterio de San Jerónimo, Grenade, Andalousie, Espagne

Photo ci-dessus : Une chaire sculptée dans le marbre rouge.

Monasterio de San Jerónimo, Grenade, Andalousie, Espagne

Monasterio de San Jerónimo, Grenade, Andalousie, Espagne

Photos ci-dessus : La Vierge de la solitude… placée sur un cercueil de verre renfermant une sculpture de Jésus. La sculpture de la Vierge est une œuvre de Pedro de Menna (1628-1688) et date du XVIIe siècle. Le Christ gisant a été réalisé par Pablo de Rojas (1549-1611).

La statue de la Vierge de la solitude que nous voyons ci-dessus est cette qui est utilisée pour la procession du Vendredi saint à Grenade.

Monasterio de San Jerónimo, Grenade, Andalousie, Espagne

Photo ci-dessus : Dans une autre chapelle, une sculpture nous montre le Jésus-Christ attaché à une colonne… devant Saint-Pierre agenouillé et pleurant. Le tout date du XVIe siècle.

Monasterio de San Jerónimo, Grenade, Andalousie, Espagne

Monasterio de San Jerónimo, Grenade, Andalousie, Espagne

Photos ci-dessus : La vierge immaculée en bois polychrome, présentée sans son traditionnel voile.

Monasterio de San Jerónimo, Grenade, Andalousie, Espagne

Monasterio de San Jerónimo, Grenade, Andalousie, Espagne

Photos ci-dessus : Un autel avec une très belle Vierge de Belém.

Monasterio de San Jerónimo, Grenade, Andalousie, Espagne

Monasterio de San Jerónimo, Grenade, Andalousie, Espagne

Photos ci-dessus : Nous sortons par cette porte antique… encore bien décorée.

Monasterio de San Jerónimo, Grenade, Andalousie, Espagne

Photo ci-dessus : Le clocher de l’église du Monasterio de San Jerónimo.

Monasterio de San Jerónimo, Grenade, Andalousie, Espagne

Photo ci-dessus : Vu de l’arrière, le « Monasterio de San Jerónimo » est beaucoup plus imposant que nous pensions.

Nous entrons dans une petite boutique où nous achetons deux cartes postales du monastère et un livre sur les monuments de la ville de Grenade.

Il est 11 h 30, lorsque nous sortons et prenons la direction de notre deuxième visite du jour, celle du palacio de la Madraza.

À suivre
Visite du palacio de la Madraza.

Palacio de la Madraza, Grenade, Andalousie, Espagne

Photo ci-dessus : Les magnifiques décorations du palacio de la Madraza… très semblables à celles devant lesquels nous nous sommes ébahis hier à l’Alhambra.

Pour lire nos autres textes portant sur notre périple en Andalousie et en Algarve que nous avons terminé à Lisbonne au Portugal, cliquez sur le lien suivant : Douce chaleur andalouse

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
Commentaires (0) Trackbacks (0)

Aucun commentaire pour l'instant

Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant