9
Juin/20
0

Repêchage : le baseball majeur dans une nouvelle ère ?

Revue de presse

Frédéric Daigle, La Presse Canadienne, lapresse.ca, le 8 juin 2020

Russell Martin

(Montréal) Le Baseball majeur présentera dès mercredi son repêchage annuel dans un format à la fois inédit et fort restreint, ce qui aura toute une incidence sur la vie de plusieurs centaines de joueurs d’Amérique du Nord.

En raison de la pandémie, la MLB a décidé de ne tenir que cinq rondes de repêchage en plus des choix compensatoires, pour un total de 160 joueurs repêchés. Depuis 2012, c’étaient plutôt 40 rondes qui étaient présentées, pour 1217 joueurs repêchés en 2019.

La MLB a beau réduire le nombre de ses équipes affiliées dans les ligues mineures, qui passera de quelque 160 à environ 120 pour les 30 clubs, les 950 baseballeurs qui ne seront pas repêchés cette semaine n’arrêteront pas de jouer pour autant.

Ce changement important ne sera toutefois pas sans conséquence.

Photo ci-dessus : Le Montréalais Russell Martin, qui a participé à quatre matchs des étoiles, a été repêché au 17e tour par les Dodgers de Los Angeles en 2002.

« Ça fera en sorte qu’il y aura beaucoup de très bons joueurs, des joueurs du calibre des Majeures, qui ne seront pas repêchés cette semaine », a souligné le Montréalais Alex Agostino, superviseur dans l’organisation des Phillies de Philadelphie.

« Entre le dernier joueur choisi ce week-end et celui qui aurait été le premier du sixième tour, il n’y a aucune différence, poursuit-il. Mais tous ces joueurs non réclamés cette semaine seront disponibles comme joueurs autonomes. »

Ce qui est une bonne nouvelle pour les équipes des Majeures, mais pas pour ces joueurs. Car ces derniers ne gagneront pas le gros lot : la cagnotte pour signer ces joueurs des États-Unis, du Canada et de Porto Rico est limitée à 20 000 $ US. Les équipes peuvent offrir de payer le reste des études de ces joueurs s’ils y retournent une fois leur aventure professionnelle terminée.

« Ça fera réfléchir des joueurs secondaires qui s’apprêtaient à poursuivre leurs études à l’université, explique Agostino. Certains choisiront de ne pas signer maintenant et de tenter d’améliorer leur sort et d’être repêchés dans les années à venir. »

Le baseball n’arrêtera pas pour autant : les clubs ont beau avoir réduit leur nombre d’équipes affiliées, ils ont besoin de joueurs pour compléter leurs différentes formations. Ils devront donc les trouver quelque part. Dans les ligues indépendantes ?

« Ces ligues vont être d’un meilleur calibre avec les coupes dans les ligues mineures, estime Agostino. Si on coupe une équipe des ligues mineures, ça représente presque 35 contrats. Ces gars-là n’arrêteront pas tous de jouer en même temps. On va en retrouver dans des ligues comme la Ligue Frontier, où devaient évoluer les Capitales de Québec cet été. Forcément, des clubs des Majeures regarderont davantage de ce côté si le calibre est plus relevé.

Ce printemps, nous (les Phillies) avions six joueurs issus du repêchage de 2017 au camp, aucun repêché avant le 10e tour. Nous avons besoin d’une banque importante de joueurs. Ça, ça n’arrêtera pas. »

Des conséquences au Canada
Cela aura évidemment une incidence sur le nombre de joueurs canadiens et québécois repêchés en 2020, alors qu’ils étaient en moyenne 21 par an depuis 2012, soit depuis que la MLB a adopté un format de 40 rondes pour le repêchage.

Les 160 joueurs qui seront repêchés cette semaine représentent l’élite de leur cohorte. On ne peut l’affirmer hors de tout doute, mais il est possible qu’aucun Canadien ne figure parmi les 160 plus beaux espoirs en vue de ce repêchage. Mais au fil des ans, plusieurs Canadiens talentueux ont été repêchés après la cinquième ronde.

Il suffit de penser au Montréalais Russell Martin, qui a participé à quatre matchs des étoiles après avoir été repêché au 17e tour en 2002. Le Britanno-Colombien Jason Bay, recrue de l’année 2004 dans la Nationale, n’avait pourtant été repêché qu’en 22e ronde en 2000.

Même au sud de la frontière, de grands noms ont été repêchés plus tard : Mike Piazza, élu au Temple de la renommée en 2016, a été sélectionné au 62e tour par les Dodgers de Los Angeles en 1988 !

Pour la séance de 2021, les équipes peuvent choisir de limiter le nombre de rondes à 20. Avec les propriétaires qui souhaitent dégraisser le réseau de clubs-écoles et la convention collective qui doit prendre fin à la conclusion de la saison 2021, on peut penser que le repêchage tel qu’on le connaît depuis 1965 prendra une nouvelle tournure. La nouvelle norme sera-t-elle de 20 rondes ? Encore moins ?

Plus important encore : la MLB voudra-t-elle se priver d’histoires à la Martin, Bay ou Piazza ?

____

La journaliste Melissa Couto de La Presse canadienne a contribué à cet article.

Revue de presse publiée par Jacques Lanciault.

Remplis sous: Baseball Mots clés:
Commentaires (0) Trackbacks (0)

Aucun commentaire pour l'instant

Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant