18
Oct/19
0

Art public – « Les Patriotes » (Murale Création)

Texte, recherches et photos de Jacques Lanciault

Au fil de nos voyages, nous avons admiré très souvent des œuvres d’art dans les rues, sur les murs, devant les édifices, dans les parcs, etc.! Curieusement lorsque nous sommes chez nous, au Québec, nous prêtons moins attention et souvent ne les remarquons pas. Pourtant, l’art public est en pleine effervescence au pays!

Depuis déjà quelques années, nous partagerons avec vous les œuvres de chez nous que nous avons découvertes au fil de nos déplacements! Voici le 191e de notre série de reportages sur nos trouvailles…

Fresque des Patrioles, Saint-Eustache, Québec

Saint-Eustache, Québec, 5 octobre 2019 – Nous poursuivons notre balade dans le « Vieux Saint-Eustache » à la conquête d’une série de fresques historiques dessinées sur les murs de quelques maisons.

Comme déjà mentionné, ce circuit de fresques historiques du Vieux-Saint-Eustache compte six œuvres peintes sur les murs extérieurs d’édifices situés le long de la rue Saint-Eustache. Ces murales mettent en valeur différentes scènes de l’histoire eustachoise.

Malheureusement, lors de notre promenade nous n’avons pas réussi à immortaliser toute la série des six fresques. En fait, nous n’avons pu n’en photographier que deux!

La première murale que nous avons croisée prenait place sur le mur d’une habitation donnant sur un stationnement où des camions étaient stationnés. Puis, nous avons passé outre à la deuxième, question d’ombrage qui la rendait inphotographiable. Nous en avons croisé une autre au cœur d’un chantier de construction clôturé et encombré de machinerie!

Finalement, nous avons pu admirer à souhait la « Fresque de l’auberge Mitchell », dont nous avons déjà publié un texte et la « Fresque des Patriotes », elle qui décore le mur principal de la bâtisse abritant la chocolaterie Les gâteries de Nathalie et le fleuriste Monsieur Henri, un édifice situé au 14 de la rue Saint-Eustache.

L’œuvre est impressionnante. Elle mesure approximativement 6,71 mètres de largeur par 3,12 mètres de hauteur. À cela s’ajoute une fenêtre peinte en trompe-l’œil à la droite de deux fenêtres réelles situées tout juste en haut du mur. Cette fenêtre s’affiche sur 2 mètres de largeur par 2,26 mètres de hauteur. De plus, sur le devant de l’édifice, dans le haut de la porte d’entrée… il y a un œil-de-bœuf d’environ un mètre de diamètre!

Tout comme les autres fresques de la série, celle-ci a été réalisée par le groupe « Murale Création ». Toutefois, cette fresque est la première de la série et elle a été réalisée et inaugurée en 2007.

« La fresque, peut-on lire sur l’affiche, se veut un hommage aux patriotes du comté des Deux-Montagnes. Elle met en scène des insurgés réunis dans la maison du docteur Jean-Olivier Chénier, quelques heures avant l’affrontement du 14 décembre 1837 à Saint-Eustache. On voit donc des patriotes s’organiser en vue de résister à l’armée britannique.

La scène principale nous montre des patriotes aux sentiments partagés. Certains semblent plus radicaux, tandis que d’autres paraissent plus préoccupés. Elle renferme un éventail de personnages qui ont réellement participé à la mobilisation politique à Saint-Eustache en 1837. Tous les visages observés ont été tirés de véritables portraits réalisés durant la période insurrectionnelle par le notaire Jean-Joseph Girouard.

La fenêtre en trompe-l’œil est une illustration du chef des patriotes Louis-Joseph Papineau, qui tient les “92 Résolutions adoptées en 1834”, un document incontournable dans l’agenda insurrectionnel. Dans l’œil-de-bœuf, le jeune Alexis Lachance est représenté. »

Photo ci-dessus : Les visages des personnages apparaissant sur la Fresque des Patriotes sont tirés de portraits d’époque et les commanditaires de l’œuvre ont consulté Jonathan Lemire, un historien spécialiste de l’histoire des rébellions de 1837-1838, pour identifier les personnages.

De gauche à droite : le « Vieux de 1837 » (personnage fictif réalisé par Henri Julien), le curé Jacques Paquin (à la fenêtre), Louis Coursolles, André Bouchard dit Lavallée, Amury Girod, Jean-Olivier Chénier et son épouse Zéphirine Labrie aux côtés de son cousin François-Félix Chénier, Joseph Robillard (père et fils), Édouard Beautron dit Major, Joseph-Amable Berthelot (père) ainsi que Toussaint-Paul Langlois dit Traversy. Au mur, à titre posthume, le portrait du Dr Jacques Labrie à côté du drapeau des patriotes des Deux-Montagnes.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

N.-B. : Pour regarder le diaporama des photos présentées sur cette page, cliquez sur n’importe laquelle des photos.

Fresque des Patrioles, Saint-Eustache, Québec

Photo ci-dessus : Une vue d’ensemble de la « Fresque des Patriotes » située sur le mur de la bâtisse sise au 14 de la rue Saint-Eustache.

Fresque des Patrioles, Saint-Eustache, Québec

Fresque des Patrioles, Saint-Eustache, Québec

Fresque des Patrioles, Saint-Eustache, Québec

Fresque des Patrioles, Saint-Eustache, Québec

Photos ci-dessus : Détais de la fresque, incluant la représentation d’un jeune homme, un contemporain, placé hors de la fresque… qui regarde la scène avec un bouquet de fleurs en main… un beau clin d’œil au commerce qui occupe la bâtisse aujourd’hui!

Fresque des Patrioles, Saint-Eustache, Québec

Photo ci-dessus : Une fenêtre en trompe-l’œil où prend place le chef des patriotes Louis-Joseph Papineau. »

Fresque des Patrioles, Saint-Eustache, Québec

Photo ci-dessus : Dans l’œil-de-bœuf, c’est le portrait du jeune Alexis Lachance qui a été représenté.

Fresque des Patrioles, Saint-Eustache, Québec

Photo ci-dessus : La ville de Saint-Eustache a installé de grands panneaux expliquant les murales.

Pour lire nos textes sur l’art public, vous pouvez accéder à nos pages web en cliquant sur le lien suivant : Art public au Québec... murales, sculptures, monuments, installations, etc.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
Commentaires (0) Trackbacks (0)

Aucun commentaire pour l'instant

Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant