26
Août/19
0

Le cauchemar de Karl Gélinas continue

Revue de presse

Olivier Bossé, Le Soleil, le 26 août 2019

Karl Gélinas, Capitales de Québec

Autre défaite des Capitales, autre défaite de Karl Gélinas. Le vétéran lanceur vit un cauchemar. Dimanche, il a porté sa fiche personnelle cette saison à 1-8 dans un revers de 4-1 contre Sussex.

Ceci expliquant cela et vice versa, le club de Québec est maintenant assuré de compiler son plus faible nombre de victoires au cours d’une saison en 21 ans d’histoire. À 35-53 et encore sept matchs à disputer, les Capitales ne pourront faire mieux que 42 victoires en 2019, une de moins que les 43 de 1999, campagne inaugurale de seulement 86 rencontres contre 95 cette année.

Gélinas affiche son pire dossier (1-8), sa pire moyenne de points mérités (4,46) et son plus bas nombre de manches lancées (70,2) des 10 dernières années avec les Capitales. Sa seule victoire remonte aussi loin qu’au 26 mai, en début de calendrier, il y a maintenant trois mois!

L’artilleur québécois de 36 ans a encore une sortie à Ottawa, vendredi ou samedi. Mais sa prestation de dimanche était sa dernière à Québec cet été. Les 3334 amateurs réunis au Stade Canac, et peut-être même quelques-uns des 30 chiens invités en cette journée canine, lui ont réservé des applaudissements chaleureux lorsqu’on l’a retiré du match, en sixième manche.

Photo ci-dessus : Gélinas affiche son pire dossier (1-8), sa pire moyenne de points mérités (4,46) et son plus bas nombre de manches lancées (70,2) des 10 dernières années avec les Capitales. (Photo : Ian Doublet, Le Soleil)

«Je ne lance pas à la hauteur de mon talent. Je suis loin d’offrir les performances attendues», a reconnu Gélinas, après avoir retraité au vestiaire. «J’ai subi une blessure au mollet [mi-juin] et j’ai eu de la misère à m’en remettre. Mes jambes sont plus faibles, ce qui affecte la vélocité de mes tirs», a-t-il d’abord expliqué.

Manque d’attaque
Mais il a ensuite étalé le fait que ses coéquipiers ne l’ont que rarement, pour ne pas dire jamais, appuyé en attaque. «Je crois que j’ai lancé une fois avec l’avance cette année et on a gagné 2-1 [sa seule victoire]. C’est quelque chose qui me suit depuis quelques années, mais cette saison, c’est vraiment pire que jamais.»

«Ça devient pesant de ne jamais avoir d’aide offensive», admet-il. «Chaque lancer, chaque coureur devient crucial. C’est très lourd...» laisse-t-il tomber. Lors des 12 départs de Gélinas cette saison, les Capitales ont inscrit plus de trois points dans le match seulement trois fois.

Encore dimanche, avec un seul point pour Québec sur quatre coups sûrs contre 12, la marge de manœuvre s’avérait mince. Dans cette série de trois rencontres à Québec face aux meneurs au classement, les Capitales ont marqué quatre petits points contre 19 pour les Miners.

Sur 11 coups sûrs et trois points en 5,2 manches dimanche, Gélinas «n’a réellement donné qu’un seul mauvais lancer pour le circuit» de deux points d’Audy Ciriaco, en troisième manche, fait valoir le gérant Patrick Scalabrini.

Le seul point des locaux était aussi la conséquence d’une longue balle, la 11e de la campagne de Jhalan Jackson. Jackson s’est toutefois fait passer dans la mitaine sur élan en neuvième, tout comme Stayler Hernandez et Jesse Hodges après lui pour clore la partie.

Revue de presse publiée par Jacques Lanciault.

Remplis sous: Baseball Mots clés:
Commentaires (0) Trackbacks (0)

Aucun commentaire pour l'instant

Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant