19
Juin/19
0

L’avenir du baseball passe-t-il par le passé?

Revue de presse

Marc Griffin, RDS.CA, le 19 juin 2019

But volé!

Le baseball a changé de façon considérable depuis quelques années. Les défenses adaptées sont maintenant monnaie courante, le nombre de circuits et le nombre de retraits sur des prises a explosé, la vélocité moyenne des balles rapides est en forte hausse. Les stratégies comme l’amorti sacrifice, le frappe et court ou encore le tir commandé à l’extérieur sont en voie d’extinction. Est-ce possible de retrouver un équilibre pour le bien du baseball?

Personnellement, je crois que le baseball va dans la bonne direction. Les joueurs en défensive n’ont jamais été aussi habiles et athlétiques. Chaque jour, nous sommes témoins de jeux spectaculaires pour notre plus grand plaisir.

En attaque, il y a un peu trop de circuits à mon goût, mais n’empêche que de voir des balles frappées à des distances folles n’est pas désagréable. L’angle de contact a également évolué au point où les frappeurs veulent soulever la balle davantage. Malgré le désir de plusieurs de modifier leur angle de contact, les balles frappées en hauteur n’ont pas augmenté au point de voir une réelle tendance.

Je suis pour les défensives adaptées qui sont utilisées de façons intelligentes. Le terrain est suffisamment grand pour que les frappeurs s’adaptent et trouvent le moyen de combattre ces déplacements en défensive. D’ailleurs, Matt Carpenter des Cards de St. Louis a déposé un amorti du côté gauche de l’avant-champ cette semaine et en a obtenu un double. J’aimerais voir plus de vols de but, mais force est d’admettre que la qualité des bras des receveurs d’aujourd’hui , ainsi qu’une bien meilleure gestion de coureur par les lanceurs rendent cet aspect du jeu extrêmement difficile.

Afin de contrer ces nouveaux aspects du baseball, pourquoi ne pas utiliser les recettes de l’époque et les adapter au baseball d’aujourd’hui. Autrement dit, les amortis sacrifices de l’époque (1635 en 2009 à 823 en 2018) deviennent des amortis pour déjouer les défensives adaptées. L’exemple de Carpenter en est une preuve, mais pour se faire, les frappeurs doivent s’exercer afin d’ajouter une corde à leur arc.

J’ajouterais aussi davantage de « Frappe et court » afin de compenser la diminution des vols de but. Lors du « frappe et court », le coureur au premier-but est en course, mais le frappeur doit absolument faire contact avec la balle, idéalement au sol et au champ opposé. Ce jeu pourrait déjouer les défensives adaptées et, selon moi, ouvrirait le terrain pour l’équipe en attaque.

Ce qui fait le plus mal au baseball d’aujourd’hui est le nombre de retraits sur des prises. Moins il y a de balles en jeu, moins il y a de l’action. Je ne blâme pas les lanceurs qui atteignent des vélocités impressionnantes, mais de voir 15 à 20 frappeurs par match retourner à l’abri avec leur bâton dans les mains n’est pas toujours excitant. Les lanceurs d’aujourd’hui ont laissé de côté l’endurance pour la puissance. Un départ de qualité aujourd’hui équivaut à 6 manches lancées. Il y a à peine 10 ans, un partant avait dans la tête de lancer les 9 manches. Il lançait en deçà de 95 m/h, mais avait encore de l’étoffe en fin de match. Cette vélocité engendre aussi beaucoup de buts sur balles puisqu’inévitablement, plus tu lances fort, plus ton risque de rater la cible est élevé. Même constat chez le frappeur en termes de puissance. La combinaison de la vitesse de l’élan et la vélocité du tir génère la puissance, d’où le nombre de circuits. Autrement dit, il y a trop de buts sur balles et de retraits sur des prises, deux éléments où la balle n’est pas frappée.

Peut-être que la solution est la même qu’en 1968 alors que le baseball avait abaissé le monticule de 15 pouces à 10 pouces. Est-ce envisageable d’abaisser le monticule à 7,5 pouces et voir une différence? La réponse n’est pas évidente, mais selon, il faut trouver un moyen de voir plus de balle en jeu et moins de retraits sur des prises et moins de buts sur balles.

En plus, on verrait aussi le rythme du match être amélioré puisque moins de retraits sur des prises et moins de buts sur balles veulent aussi dire moins de lancers. Imaginez une soixantaine de tirs de moins au total dans un match équivaut à une douzaine de minutes de moins au total. Il serait donc possible qu’en adoptant ce qui se faisait de bien dans le passé avec le baseball 2.0, on trouve un équilibre qui serait gagnant/gagnant.

Revue de presse publiée par Jacques Lanciault.

Remplis sous: Baseball Mots clés:
Commentaires (0) Trackbacks (0)

Aucun commentaire pour l'instant

Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant