8
Fév/18
0

Le Museo de Arte Español Enrique Larreta… et le cimetière de la Chacarita!

Texte et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 51e d’une série de reportages sur notre superbe odyssée à Buenos Aires en Argentine, un périple réalisé à la fin de l’hiver 2016!

Museo de Arte Español Enrique Larreta, quartier Belgrano, Buenos Aires, Argentine

Buenos Aires, Argentine, mercredi 16 mars 2016 - Nous poursuivons nos découvertes dans le quartier Belgrano de la capitale de l’Argentine.

Nous passons l’imposante arche marquant le début du « quartier chinois »… et nous en sommes déjà presque sortis tellement il est petit. Nous filons ensuite vers un musée que nous ne voulions surtout pas rater à Buenos Aires, le Museo Casa de Yrurtia… qui est fermé, d’importants travaux de rénovation sont en cours!

Nous nous consolons en prenant un agréable repas sur la terrasse du restaurant Big Mamma Gourmet Deli, sur l’avenida Juramento, avant de nous retrouver à visiter le très intéressant Museo de Arte Español Enrique Larreta!

Nous terminons finalement notre journée de visites par une très courte promenade sous un soleil de plomb dans le cimetière de la Chacarita!

Photo ci-dessus : Au musée d’art espagnol Enrique Larreta, une impressionnante sculpture en bois intitulée « Lamentación o llanto sobre Cristo Muerto », « Lamentations sur le corps du Christ mort », une œuvre provenant d’Espagne et datant du XVIe siècle… pourtant on y retrouve toutes les caractéristiques des œuvres du sculpteur allemand Tilman Riemenschneider (1460-1531)!

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

N.-B. : Pour regarder le diaporama des photos présentées sur cette page, cliquez sur n’importe laquelle des photos.

Voilà, notre belle promenade dans le superbe parc Barrancas de Belgrano est terminée.

Le quartier chinois… le Barrio Chino
Nous traversons les voies ferrées, passons tout près de la gare de trains et nous arrivons devant l’immense porte d’entrée du quartier chinois.

Quartier chinois, Buenos Aires, Argentine

Photo ci-dessus : La porte d’entrée du quartier chinois a été inaugurée en 2009. Elle est située à l’intersection des avenidas Arribeños et Juramento. Elle fait onze mètres de haut et huit de large. Elle est de marbre avec des colonnes de ciment. Nous pouvons y observer des lions sculptés dans la pierre et divers éléments représentatifs de la culture chinoise.

Ce quartier, le Barrio Chino, ne s’étend que sur quelques pâtés de maisons. D’ailleurs, il n’est pas reconnu officiellement comme un des 48 quartiers de Buenos Aires. Il est en fait partie intégrante du quartier Belgrano.

Selon nos guides de voyages, il serait plus taïwanais que chinois.

Derrière la porte d’entrée du quartier chinois, la rue est piétonne et il y a plusieurs boutiques de chaque côté de la rue, des boutiques et des restaurants typiques d’un quartier chinois.

Le Museo Casa de Yrurtia
Pour le moment, nous sommes à la recherche de la calle Mendoza que nous devons prendre jusqu’à la calle General O’Higgins pour nous rendre au Museo Casa de Yrurtia.

Nous trouvons la rue et le musée. Wow! La façade de l’édifice est splendide, elle est de style néo-colonial.

C’est dans cette belle maison que sont conservées la majorité des œuvres du sculpteur argentin Rogelio Yrurtia (1879-1950), celui qui a réalisé Canto al trabajo, « l’Ode au travail », que nous avons admirée sur l’avenida Paseo Colón dans le quartier San Telmo.

Museo Casa de Yrurtia, quartier Belgrano, Buenos Aires, Argentine

Museo Casa de Yrurtia, quartier Belgrano, Buenos Aires, Argentine

Museo Casa de Yrurtia, quartier Belgrano, Buenos Aires, Argentine

Photo ci-dessus : La superbe façade de la maison néo-coloniale qui abrite le « Museo Casa de Yrurtia ».

Nos lectures préparatoires à cette visite nous ont appris que ce musée valait bien deux visites en une. Outre les œuvres du sculpteur, le bâtiment lui-même avec ses meubles originaux vaudrait à lui seul le prix d’entrée.

Rogelio Yrurtia a été un élève d’Auguste Rodin à Paris.

Mais déception, le musée est fermé pour rénovations!

Nous revenons sur nos pas jusqu’à l’avenida Juramento. Nous tentons de retrouver le restaurant Big Mamma Gourmet Deli que nous avions remarqué ce matin lorsque nous filions vers la plaza Manuel Belgrano.

Nous y arrivons et nous prenons place sur la terrasse, au soleil où nous sommes merveilleusement bien.

Notre serveur parle français. Il s’informe sur les visites que nous avons réalisées jusqu’à présent… et nous suggère une balade dans la petite ville de Tigre, sise à une trentaine de kilomètres de Buenos Aires… « C’est une ville en pleine nature dans le delta du Rio Paraná, il y a des canaux comme à Venise », nous dit-il.

Céline commande de l’eau minérale et un sandwich au poulet, tandis que j’y vais d’une bière et d’une salade Zéférina!

C’est très agréable au soleil et tout est bon (422 pesos argentins).

Le Museo de Arte Español Enrique Larreta
Nous quittons le restaurant à 13 h 30 et nous nous rendons au Museo de Arte Español Enrique Larreta situé tout près sur l’avenida Juramento.

Tout comme pour le Museo Casa de Yrurtia, il est situé dans une demeure néocoloniale, celle-ci datant de 1886.

Museo de Arte Español Enrique Larreta, quartier Belgrano, Buenos Aires, Argentine

Photo ci-dessus : Le Museo de Arte Español Enrique Larreta prend place dans cette maison datant de 1886.

Enrique Larreta (1875-1961) a été un écrivain et un diplomate argentin. À ce titre, il a été ambassadeur de l’Argentine en France. Il est l’auteur de nombreux romans, de poèmes et de pièces de théâtre.

Tout au long de sa vie, il a été un grand collectionneur, notamment d’art espagnol. Peu après sa mort, ses collections ont été données au gouvernement de Buenos Aires qui a aménagé la maison où il habitait en musée.

Parmi les expositions, il y a des sculptures, des peintures, des meubles, des céramiques, des armures et des armes datant du XVIe siècle, sans oublier de vieux livres.

Nous entrons, en passant par un beau patio avec des colonnes donnant sur un jardin de style andalou.

Le prix d’entrée est de 20 pesos argentins… pour nous deux, c’est-à-dire 10 pesos chacun, soit un petit peu plus d’un dollar canadien!

D’entrée de jeu, nous pénétrons dans une belle grande pièce, un patio central. Il y a une grande tapisserie de laine et de soie. Elle mesure 384 cm par 342 cm. Il y a aussi un magnifique foyer, deux divans, dont la base est d’azulejos.

Museo de Arte Español Enrique Larreta, quartier Belgrano, Buenos Aires, Argentine

Museo de Arte Español Enrique Larreta, quartier Belgrano, Buenos Aires, Argentine

Photos ci-dessus : Une magnifique tapisserie.

Museo de Arte Español Enrique Larreta, quartier Belgrano, Buenos Aires, Argentine

Photo ci-dessus : Il y a plusieurs toiles sur les murs et de grands meubles en bois.

Museo de Arte Español Enrique Larreta, quartier Belgrano, Buenos Aires, Argentine

Photo ci-dessus : Cette belle œuvre prend place au-dessus de l’âtre du foyer.

Museo de Arte Español Enrique Larreta, quartier Belgrano, Buenos Aires, Argentine

Photo ci-dessus : Un tableau de Giambattista Tiepolo, « Suzanne au bain ».

Nous montons à la mezzanine, éclairée par de larges fenêtres. Il y a des pots de fleurs.

Nous entrons dans une deuxième salle franchissant une porte spéciale, une porte sculptée de scènes de la vie de Saint-Jean-Baptiste.

Museo de Arte Español Enrique Larreta, quartier Belgrano, Buenos Aires, Argentine

Photo ci-dessus : Une sculpture montrant Saint-Martin de Tours en train de couper son manteau en deux pour en remettre une partie à un vagabond.

Museo de Arte Español Enrique Larreta, quartier Belgrano, Buenos Aires, Argentine

Photo ci-dessus : Un beau retable intitulé « Retablo en Honor a Santa Ana ». Il date de 1503. L’œuvre provient de l’église de San Nicolás de Bari sise à Burgos en Espagne.

Museo de Arte Español Enrique Larreta, quartier Belgrano, Buenos Aires, Argentine

Photo ci-dessus : Une sculpture en bois de l’archange Saint Michel tuant le dragon.

Nous arrivons devant deux magnifiques sculptures en bois polychrome.

Museo de Arte Español Enrique Larreta, quartier Belgrano, Buenos Aires, Argentine

Museo de Arte Español Enrique Larreta, quartier Belgrano, Buenos Aires, Argentine

Photos ci-dessus : Deux superbes sculptures traitant du même sujet et portant le même titre « Lamentación o llanto sobre Cristo Muerto », Lamentations sur le corps du Christ mort », la première date du XVIe siècle, la seconde du XVIIe.

Museo de Arte Español Enrique Larreta, quartier Belgrano, Buenos Aires, Argentine

Photo ci-dessus : Le meuble secrétaire de l’écrivain. Il date du XVIIe siècle.

Nous sortons dans l’élégant jardin andalou… qui est vraiment de toute beauté. C’est luxuriant comme jardin, pas étonnant qu’il soit considéré comme l’une des principales attractions du musée.

Il mérite qu’on s’y promène tranquillement. Il a été conçu selon la tradition hispano-islamique, comme lieu de méditation.

Nous nous y promenons.

Il y a un escalier qui permet d’accéder au chemin qui mène à la « fontaine des crapauds » et à la sculpture en granit « De reojo », de Pablo Larreta.

« Les arbustes de buis s’étendent sur un total de 701 mètres linéaires, dessinant un parcours labyrinthique et divisant le jardin en secteurs où les plantes poussent comme si l’homme n’intervenait pas dans leur développement », peut-on lire sur le site Internet du Musée.

Museo de Arte Español Enrique Larreta, quartier Belgrano, Buenos Aires, Argentine

Photo ci-dessus : Une belle fontaine dans le jardin du Museo de Arte Español Enrique Larreta, c’est la fontaine des crapauds!

Museo de Arte Español Enrique Larreta, quartier Belgrano, Buenos Aires, Argentine

Museo de Arte Español Enrique Larreta, quartier Belgrano, Buenos Aires, Argentine

Photos ci-dessus : Une œuvre d’art prend place dans le jardin du Museo de Arte Español Enrique Larreta. Elle s’intitule « De reojo » et est de l’artiste Pablo Larreta.

Il y a beaucoup d’arbres gigantesques, des haies récemment taillées.

Museo de Arte Español Enrique Larreta, quartier Belgrano, Buenos Aires, Argentine

Museo de Arte Español Enrique Larreta, quartier Belgrano, Buenos Aires, Argentine

Photos ci-dessus : Voici un phytolacca dioïca, un arbre originaire du Brésil. Il fut planté par la famille Larreta entre 1916 et 1930. Les racines sont énormes.

Museo de Arte Español Enrique Larreta, quartier Belgrano, Buenos Aires, Argentine

Photo ci-dessus : De beaux palmiers.

Museo de Arte Español Enrique Larreta, quartier Belgrano, Buenos Aires, Argentine

Museo de Arte Español Enrique Larreta, quartier Belgrano, Buenos Aires, Argentine

Photos ci-dessus : Une autre fontaine

Museo de Arte Español Enrique Larreta, quartier Belgrano, Buenos Aires, Argentine

Photo ci-dessus : Un curieux fruit.

Nous sortons à 14 h 15. C’était un petit musée, mais un très beau musée.

En route pour le cimetière de la Chacarita
Nous reprenons le métro à la station Juramento et, malgré la chaleur et la distance à parcourir, nous décidons de nous rendre au cimetière de Chacarita.

Malheureusement, le chemin le plus court en métro passe par une ligne… qui n’est pas encore en service. Elle est en construction. Nous devons donc faire un long détour par la station 9 de Julio pour prendre la ligne B (rouge) jusqu’à la estación Federico Lacroze.

Le cimetière de la Chacarita, le Cementerio de la Chacarita est le principal cimetière de Buenos Aires. Fondé en 1887, il est considéré comme le cimetière national en raison de son emplacement dans la capitale, de sa taille et du nombre de personnalités qui y sont enterrées.

La lecture de nos guides de voyage nous apprend que nous pouvions y voir, entre autres, les tombes de Carlos Gardel (1890-1935) et de Benito Quinquela Martín (1890-1977).

Nous arrivons à la station Federico Lacroze et sortons à l’air libre. Le cimetière est situé tout à côté de la station de métro. Nous y entrons à 15 heures.

Il fait excessivement chaud, certainement plus que les 31 degrés Celsius annoncés. Nous cherchons un petit kiosque pour acheter deux bouteilles d’eau… il n’y en a pas!

Le cimetière de la Chacarita est beaucoup plus grand que celui de la Recoleta.

Le bâtiment à l’entrée est imposant avec ses nombreuses et hautes colonnes.

Cementerio de la Chacarita, Buenos Aires, Argentine

Cementerio de la Chacarita, Buenos Aires, Argentine

Photos ci-dessus : L’imposante façade de l’entrée principale du cimetière de la Chacarita.

Il y a une chapelle en entrant, mais elle est fermée.

Nous passons devant un monument… qui ressemble tout simplement à une cathédrale!

Cementerio de la Chacarita, Buenos Aires, Argentine

Photo ci-dessus : Un mausolée ou la cathédrale cimetière de la Chacarita.

Puis nous arrivons devant un énorme bâtiment tout blanc. C’est le Panteon Policia Federal Argentina. Nous pouvons y entrer. Ça ressemble à une chapelle circulaire.

Cementerio de la Chacarita, Buenos Aires, Argentine

Cementerio de la Chacarita, Buenos Aires, Argentine

Photos ci-dessus : Le « Panthéon de la police fédérale d’Argentine ». Un superbe bâtiment.

Puis, nous voici dans un grand stationnement où prennent place deux petites églises. Elles sont probablement utilisées pour tenir des cérémonies de funérailles…

Nous cherchons l’ombre… en vain et ce qui est triste, nous n’avons aucun plan, puisque l’endroit est libre d’accès.

Il fait très chaud et, évidemment, il y a très très peu de monde.

Nous repartons… sans voir les tombes de Carlos Gardel et de Benito Quinquela Martín.

Mais, nous avons trouvé une photo de la tombe de Carlos Gardel sur Internet. Décevant que nous ne l’ayons pas trouvé, elle est intéressante.

Cementerio de la Chacarita, Buenos Aires, Argentine

Photo ci-dessus : Le monument funéraire de Carlos Gardel au cimetière de la Chacarita. (Photo provenant d’Internet)

Nous reprenons le métro en direction de notre appartement. Petit arrêt au super marché, histoire de renouveler nos provisions (74 pesos argentins). Finalement, nous arrivons à 16 h 30… alors que le mercure indique actuellement… 32 degrés Celsius.

Malgré la chaleur, nous profitons de la terrasse… les vacances achèvent!

À suivre…
Un parc-monument… le Parque de la Memoria, inauguré en 2007, il rend hommage aux victimes de la dictature militaire…

Parque de la Memoria, Buenos Aires, Argentine

Photo ci-dessus : L’aménagement paysager du Parque de la Memoria, qui domine le Rio de la Plata, est superbe.

Pour lire l'ensemble de nos textes sur Buenos Aires, cliquez sur le lien suivant pour obtenir la table des matières :Buenos Aires, Argentine

Bibliographie

Atlas en fiches, Buenos Aires, Éditions Atlas, 2008;

Cartoville - Buenos Aires, Guides Gallimard, 2014;

Buenos Aires, Le petit futé, 2014, 360 pages;

Encyclopédie libre Wikipédia, Argentine, Buenos Aires, Plaza de Mayo, Casa Rosada, et plusieurs autres pages;

Escale à Buenos Aires, Ulysse, 2014, 176 pages.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
Commentaires (0) Trackbacks (0)

Aucun commentaire pour l'instant

Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant