30
Jan/18
0

Charles Leblanc s’est retrouvé au coeur d’une rivalité

Revue de presse

Yannick Plante, RDS.CA, le 26 janvier 2018

Charles Leblanc

Le Québec a toujours fait bonne figure dans la MLB. Il suffit de penser à Éric Gagné, Russell Martin ou plus récemment à Jesen Therrien.

L'avenir est tout aussi prometteur alors que plusieurs bons jeunes québécois prendront part à différents camps d'entraînement du baseball majeur, à commencer par l'espoir des Rangers du Texas, Charles Leblanc.

Photo ci-dessus : Charles Leblanc.

Avant même d’avoir commencé sa carrière professionnelle, celle-ci a été marquée par l’incident du fameux bat flip de Jose Bautista lors du cinquième match de la série entre les Blue Jays de Toronto et les Rangers du Texas en 2015. La rivalité entre les deux équipes a ensuite grimpé d’un autre échelon lorsque l’année suivante, Rougned Odor a atteint solidement le joueur des Jays au visage lors d’une mêlée.Pour Leblanc, un partisan de la formation canadienne repêché par les Rangers, celui-ci s’est rapidement retrouvé au cœur de cette rivalité avant même ses débuts chez les pros.

« Être Canadien et fan des Blue Jays, c'était drôle de parler aux Rangers qui me disaient : "Les Blue Jays sérieusement...'' », s’est remémoré le Québécois lors d’une entrevue.

« Lorsqu’on joue dans le baseball professionnel, on ne sait jamais ce qui va se passer. Tu ne peux pas parler contre une organisation. Ce qui est important à comprendre, c'est que plein de monde te regarde et t'observe », a expliqué l’analyste baseball Marc Griffin au sujet du comportement à adopter dans pareille situation.

Une fois cette rivalité mise de côté, Leblanc continue d'exceller sur le terrain. Malgré une moyenne de .405 dans les rangs universitaires, ce dernier a tenu à apporter quelques changements à son élan.

« Une fois arrivé dans le baseball majeur, on veut de la performance surtout pour mon gabarit. Ce n'est pas la mentalité d'essayer quelque chose de nouveau, j'ai eu des hauts et des bas. Mais là je suis confortable avec mon élan », a expliqué le choix de quatrième ronde des Rangers en 2016.

« Charles est un joueur complet, a mentionné le recruteur Alex Agostino. Il a une bonne vitesse, un bon bras et une bonne défense. Il met la balle en jeu. La puissance viendra. Il me fait penser à Tim Wallach. »

Leblanc a aussi été forcé de s'adapter en défense. Repêché comme arrêt-court, les Rangers lui demandent d’évoluer au troisième but. Sa polyvalence lui sourit cependant dans cette situation.

« Je pense que je suis un joueur d’avant-champ. Les jeunes Québécois devraient se voir comme des joueurs d'utilité. C'est un rêve pour un entraîneur d'avoir un joueur comme ça. Il faut développer des athlètes avant de développer une position », a conseillé le principal intéressé.

« Il faut prendre en considération le fait que pour jouer 10 à 15 ans à une seule position, il faut vraiment être le meilleur. Développer sa polyvalence est clairement un avantage », a confirmé le directeur général de Baseball Québec, Maxime Lamarche.

Charles Leblanc commence aussi à penser aux Jeux olympiques de 2020. Il aimerait bien y participer, sans pour autant négliger son objectif premier, soit d'atteindre la MLB.

Revue de presse publiée par Jacques Lanciault.

Remplis sous: Baseball Mots clés:
Commentaires (0) Trackbacks (0)

Aucun commentaire pour l'instant

Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant